Comparatif : 10 Nas 2 et 3 disques

Publié le 11/06/2008 par
Envoyer Imprimer
Thermaltake Muse X-Duo Raid

Si on n’attendait pas forcément Thermaltake sur le marché des Nas, le constructeur propose pourtant une gamme qui commence gentiment à s’étoffer. Y figure notamment le Muse Nas-Raid, un modèle Raid 5 à 4 baies, le Muse Landisk Enclosure, une modèle à baie unique, ainsi ce que Muse X-Duo Raid à deux baies. Ce dernier est également disponible chez SMC (comme le reste de la gamme) sous la référence de Tigerstore SMCNAS02.

S’il dispose de certaines caractéristiques exclusives (lecteur cartes mémoire intégré) et parfois recherchées (gestion du NFS, compatibilité Active Directory, hotswap, alertes par email…), ainsi que de relatives bonnes performances, son firmware accuse toutefois une telle immaturité qu’il nous est difficile de le recommander.
Installation et mise en route

Composé d’un assemblage de plastique noir et de métal blanc, le boîtier dispose de finitions correctes. Il faut retirer une partie de la façade afin d’accéder aux baies de disques. La procédure d’installation est alors assez originale, puisqu’il faut fixer une languette en plastique d’un côté du disque, et simplement attacher des vis spéciales – un peu plus grosses que la moyenne – de l’autre. On glisse ensuite le tout dans le rail prévu à cet effet, et le disque vient s’enclencher sans forcer dans la fiche Sata. Pourquoi pas !

Il faut transférer le firmware sur la machine afin d’initialiser le système et les disques. L’opération demande d’utiliser une applet Java depuis son navigateur, ce qui a priori devrait éviter tout problème de compatibilité à ceux qui n’utilisent pas Windows (bien que nous n’ayons pas testé).

Le refroidissement est assuré par un unique ventilateur Sunon de 60 mm. Tant qu’il ne démarre pas, tout va bien. En revanche, il ne semble pas capable de tourner autrement qu’à plein régime, générant un vacarme insupportable de plus de 52 dB ! Quel soulagement quand il s’arrête… La consommation électrique est également supérieure à la moyenne, avec 28 W relevés lors d’accès disques. C’est, avec le DS-207+ et en dehors du Thecus N3200, la mesure la plus élevée relevée dans ce comparatif.

Le bouton on/off situé à l’arrière éteint brutalement l’appareil, au lieu d’enclencher la séquence d’extinction comme chez tous les concurrents. On passera donc impérativement par l’outil d’administration pour mettre le Nas hors tension, car il n’est vraiment pas recommandé de l’éteindre de la sorte.
A l’usage
En anglais uniquement, l’interface de configuration s’avère très bien réalisée et assez fonctionnelle. Les menus sont clairs et bien organisés, et la plupart des options explicites et bien documentées, sous réserve évidemment de maitriser la langue de Shakespeare.

Le Muse X-Duo Raid dispose d’une interface onduleur, permettant d’automatiser l’extinction de la machine en cas de panne de courant. C’est, avec Qnap et Synology, l’un des seuls modèles à offrir cette caractéristique.

On apprécie également la présence de MLDonkey, un outil de téléchargement open source multi-protocoles. Sachez toutefois qu’il sera difficilement exploitable en tant que tel : il est impératif de lui adjoindre les services d’une interface graphique telle que Sancho (il en existe d’autres) afin de libérer son potentiel. Comme son nom le laisse supposer, il est censé pouvoir se connecter au réseau Emule, ce qu’il fait effectivement, mais plante dès que l’on tente un téléchargement. Dommage, même s’il est vrai que Thermaltake ne revendique pas cette possibilité par ailleurs.

Le lecteur de cartes mémoire est intéressant, et un bouton en façade permet de décharger directement le contenu de modules SD, MMC et MemoryStick. Le bouton en question fonctionne également avec les volumes USB lui étant reliés, pour peu, toutefois, qu’ils soient formatés en Fat32 et rien d’autre.

En revanche, nous n’avons pas réussi à accéder auxdits volumes pour y lire et écrire des fichiers… Pourtant, ils apparaissent bien dans la liste des partages et il est possible de leur attribuer des autorisations. Mais toute tentative de copie de fichier se soldait cependant par un échec. D’un côté, il est vrai que le manuel ne mentionne pas explicitement cette possibilité, donc il ne s’agirait pas forcément d’un bug. Cependant, dans ce cas, on se demande bien l’intérêt des deux prises USB situées à l’arrière de l’appareil, en plus de celle en façade…
Rapport performances/prix
Le Muse X-Raid Duo est équipé d’un processeur LSI NAS201 (fréquence non précisée), qu’il ne nous a pas encore été donné d’évaluer dans une autre machine. Et c’est bien dommage, car le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il parait prometteur. Tirant partie de 128 Mo de Ram et de 8 Mo de mémoire flash, il offre les meilleurs débits bruts de tout le comparatif. En écriture, notamment, il devance assez largement Synology avec 46% de mieux ! En lecture, l’écart est plus raisonnable avec seulement 11% de mieux en SMB.

Inutile de s’emballer toutefois : il nous a fallu 30 minutes pour venir à bout du transfert de notre ensemble de petits fichiers en SMB, et près de... 4 heures en FTP !!! D’ailleurs, le FTP semble tellement mal géré de manière générale qu’en écriture, les performances sont entre 2 et 3 fois moins bonnes qu’en SMB… un comble ! Bref, ces médiocres performances sont évidemment rédhibitoires : on peut parfois accepter des taux de transferts lents, mais à ce niveau, c’est franchement exagéré…

Rappelons en outre que nous n’avons pas été capable de remettre en état l’appareil après simulation de la panne d’un disque. Même après formatage total des disques, même après leur remplacement par des volumes vierges, le système semblait rester bloqué en mode reconstruction ! Nous avons tout essayé pour créer un nouveau volume, Raid 1 ou Raid 0, rien n’y a fait, nous avons même du renoncer à nos tests en Raid 0… Bon, il est vrai que nous avons interrompu inopinément l’opération de reconstruction du volume et que ce n’est pas conseillé ; de là à bloquer totalement la machine, il y a cependant un peu de marge…

La bonne nouvelle, c’est néanmoins que Thermaltake semble assez dynamique du côté des mises à jour de firmwares. Si ce produit vous intéresse – il dispose clairement d’un très bon potentiel –, montrez-vous patients et surveillez donc les nouvelles versions de firmware avant de craquer !


On aime :
– Les performances en débit brut ;
– Le lecteur de cartes mémoire ;
– Interface onduleur ;
– MLDonkey.

On regrette :
– Les performances en transfert de petits fichiers, rédhibitoires !
– Le bruit du ventilateur ;
– Impossible d’accéder aux volumes USB ;
– Impossible de remettre l’appareil en état ;
– Consommation un peu élevée.
Vos réactions

Top articles