Actualités cartes graphiques

Accord de licence Nvidia-Samsung

Publié le 03/05/2016 à 14:22 par
Envoyer Imprimer

NVIDIA Logo 2010 En 2013, Nvidia avait commencé à parler de proposer des licences pour ses technologies. Quelque chose que nous avions interprété, logiquement, en la volonté pour Nvidia de proposer des blocs d'IP pour les autres fabricants de SoC ARM. L'écosystème ARM fonctionne pour rappel sur un modèle ouvert, un designer de SoC comme Mediatek piochant dans le catalogue des différents acteurs, ARM proposant par exemple de nombreux cores CPU - les Cortex - mais aussi des GPU - les Mali - des interconnexions et des contrôleurs mémoires, tandis que d'autres comme Imagination Technologies proposent plus spécifiquement des GPU (les PowerVR). Le designer de SoC assemble ces blocs (payant les licences nécessaires), parfois avec des blocs d'IP propres pour terminer son design de puce, qui sera fabriqué chez un fondeur tiers comme TSMC par exemple.

Nvidia proposait à l'époque ses SoC Tegra en accolant des blocs CPU développés par ARM à ses propres blocs GPU GeForce. Les dernières générations avaient cependant reçu un accueil frileux auprès des constructeurs de smartphones et de tablettes, le marché des SoC étant excessivement compétitif (Depuis, Nvidia s'est recentré en fabricant ses propres produits et en visant le marché automobile ou les contraintes de puissance, souvent pointés comme problématiques, sont moins importantes). Le nom officieux de la licence (« licence kepler ») semblait confirmer la volonté de Nvidia.

En coulisse cependant, Nvidia tentait de négocier un tout autre type d'accord auprès des constructeurs de SoC, souhaitant obtenir des royalties pour des brevets qu'ils jugeaient essentiels à la création de GPU, et qu'ils pensaient enfreints par leurs concurrents. Une stratégie lucrative dans le mobile lorsqu'elle réussit, on sait par exemple que Microsoft obtient de chaque constructeur de smartphone Android des royalties (un montant variable estimé à 3.41 dollars pour Samsung en 2013, et 5 dollars pour HTC ) pour certaines de ses technologies (comme le système de fichiers FAT32, plus de 310 brevets sont concernés d'après une liste ayant fuité en 2014 ).

Dans le cas de Nvidia, les négociations ont été infructueuses (et coûteuses, on notera par exemple qu'à compter de cette période, les GPU Nvidia ont complètement disparus des gammes Apple) qui ont culminé en septembre 2014 par un dépôt de plainte de Nvidia auprès de l'ITC (U.S. International Trade Commission). Cette plainte envers Samsung et Qualcomm demandait le retrait du marché américain de produits qui enfreignaient, selon Nvidia, leurs brevets.


Un des brevets "essentiels" de Nvidia concernait le Transform&Lighting, une technologie ayant disparue des GPU modernes

En octobre 2015, l'ITC avait statué de manière défavorable sur la plainte de Nvidia, un jugement que nous vous avions relaté en détail dans cet article. Le résultat de ce jugement avait été entériné définitivement en décembre : ni Samsung, ni Qualcomm, n'enfreignaient les brevets de Nvidia.

Bien que Samsung et Qualcomm étaient directement visés (parce qu'ils produisent les SoC et que ces derniers étaient visés par l'interdiction d'importation), techniquement ce sont les GPU ARM (Mali), Imagination Technologies (PowerVR) et Adreno (Qualcomm) qui enfreignaient potentiellement les brevets. Ce jugement empêche donc toute procédure du type de la part de Nvidia contre d'autres fabricants de SoC qui utiliseraient ces mêmes coeurs graphiques.

Conséquences coûteuses

En parallèle, Samsung avait bien évidemment contre attaqué Nvidia (et l'un de ses clients, Velocity Micro) auprès de l'ITC (la plainte est ici ). En décembre dernier, nos confrères de Bloomberg  rapportaient que l'ITC avait jugé en première instance que trois brevets de Samsung avaient été enfreints par Nvidia.

Un jugement définitif était attendu hier, pouvant entraîner dans la foulée une interdiction d'importation aux états unis de produits Nvidia. Cependant, comme le relate une fois de plus Bloomberg , quelques heures avant l'annonce définitive de l'ITC, Nvidia et Samsung ont annoncé un accord croisé de licence mettant un terme à leurs différentes procédures. Le communiqué  est particulièrement avare en détails, indiquant simplement qu'il se limite à quelques brevets (il ne s'agit pas d'un accord de licence croisé « large ») et qu'il n'y aurait pas eu de compensation additionnelle (comprendre financière) en contrepartie. Etant donné la position de faiblesse de Nvidia au moment de la négociation, on imagine que d'autres concessions ont été faites, mais ces dernières resteront, d'après le communiqué, secrètes.

Il était bien évidemment dans l'intérêt de Nvidia d'éviter un retrait du marché de ses produits. La plainte originale visait spécifiquement les tablettes Nvidia Shield, même si Samsung avait étendu le cadre de sa plainte à Biostar et ECS (on ne sait pas exactement pour quels produits). Nvidia va également pouvoir tourner la page de cette stratégie de « licence kepler » mal pensée dès l'origine.

Pour Samsung, dont le département légal est rôdé, la normalisation des relations entre les deux sociétés sera une bonne chose, d'autant que Nvidia semble travailler avec Samsung Foundries pour produire certaines de ses puces, quelque chose qui avait été noté dans un document administratif l'année dernière. Bien évidemment, Samsung Foundries a longtemps produit des puces pour Apple tout en entretenant des relations légales hautement conflictuelles, même si là aussi, ces deux dernières années, les deux sociétés ont progressivement  normalisé leurs relations .

Pilotes GeForce 365.10 WHQL

Publié le 03/05/2016 à 10:30 par
Envoyer Imprimer

NVIDIA Logo 2010Nvidia vient de mettre en ligne les pilotes 365.10 WHQL, qui contrairement à leur dénomination font partie de la famille de pilotes 364. Ces pilotes apportent des optimisations pour Battleborn, Forza Motorsport 6, APEX Beta, Overwatch Beta et Pargon Beta.

Des profils SLI ont été ajoutés pour Everybody's Gone to the Rapture et Overwatch et quelques bugs ont été corrigés. Nvidia précise que Microsoft a identifié un bug dans la gestion mémoire de Windows 10 pouvant entrainer des plantages de Quantum Break avec certains GPU, particulièrement avec des réglages élevés. Un correctif devrait être apporté ultérieurement via Windows Update.

AMD lance la Radeon Pro Duo à 1650€

Publié le 26/04/2016 à 15:16 par
Envoyer Imprimer

Annoncée le mois dernier à l'occasion de la GDC, c'est aujourd'hui que la Radeon Pro Duo est officiellement lancée. Fabriquée en petites quantités, cette carte bi-GPU est positionnée sur le segment de la réalité virtuelle et introduite à pas moins de 1650€.

 
 

Comme nous l'expliquions lors de l'annonce de la Radeon Pro Duo, l'intérêt des cartes bi-GPU est discutable, tout comme le multi-GPU en lui-même, d'autant plus en cette période où son support dans les jeux est plus qu'aléatoire. Les titres qui ne proposent que des gains réduits, demandent de désactiver certains effets graphiques ou ne supportent pas du tout le multi-GPU sont actuellement trop nombreux pour que ce type de solution puisse être conseillée aux joueurs sans de très lourdes réserves.

Face à cette situation, AMD et Nvidia ont longtemps hésité à proposer une solution bi-GPU ultra haut de gamme. Ce dernier a d'ailleurs fini par abandonner l'idée d'une carte basée sur 2 GPU GM200, l'expérience de la GTX Titan Z à 3000€ ayant de toute évidence été une bonne leçon. AMD par contre était bien décidé à lancer une telle carte graphique mais pas dans n'importe quelles conditions.

Si le but reste évidemment toujours l'argument de la première place en termes de performances brutes, ce n'est pas sous cet angle aux résultats potentiellement très mauvais, suivant les jeux testés, qu'AMD veut présenter son nouveau bébé. D'autant plus qu'il souffre d'une limitation plutôt gênante pour les très hautes résolutions : sa solution ne peut embarquer que 4 Go de mémoire par GPU.

Face à des jeux qui peinent à supporter le multi-GPU et face à une limite de 4 Go qui ne correspond pas aux résolutions extrêmes, AMD a décidé de réorienter sa carte bi-Fiji vers la réalité virtuelle (VR). Ce type de rendu est capable de profiter plus facilement du bi-GPU et a plus besoin de performances que de mémoire vidéo. Reste que si le support efficace est plus simple, il demande un développement spécifique qui n'est pas encore intégré dans la plupart des applications grand public.

Au final ce n'est pas simplement la VR que vise AMD mais bien la niche des systèmes de développement et de démonstration dédiés à la VR. AMD en profite d'ailleurs pour introduire une nouvelle certification : VR Ready Creator. Une solution qui du coup rentre dans la catégorie semi-pro, à la manière des GeForce Titan. Pour cela AMD a décidé de nommer sa carte Radeon Pro Duo. Et bonne nouvelle, contrairement à Nvidia avec les GeForce Titan, AMD va jusqu'au bout de ce positionnement hybride et proposera au choix les pilotes Radeon classiques ou les pilotes FirePro.

Bien entendu, les joueurs qui recherchent la carte graphique la plus rapide du moment restent une cible, mais une cible non-avouée par crainte de voir des tests orientés dans ce sens. Contrairement à son approche habituelle, AMD a fortement limité le nombre d'échantillons de test disponibles pour les médias tels que Hardware.fr.

 
 

Pour la Radeon Pro Duo, AMD reprend un design similaire à celui de la R9 Fury X. Un système de watercooling spécifique a été développé et se charge de refroidir les 2 modules Fiji + HBM ainsi que leurs étages d'alimentation. Le radiateur reste de type 120x120mm mais gagne en épaisseur. Un PCB musclé a été mis au point avec pas moins de 3 connecteurs 8 broches, de quoi autoriser jusqu'à 525W. En pratique cependant, AMD se contente d'une limite inférieure.

Au niveau des spécifications, la Radeon Pro Duo ressemble comme deux gouttes d'eau à une double Radeon R9 Nano. AMD parle d'une spécification typique de 350W, qui correspond à priori à une consommation maximale de +/- 380W et à 150W par module Fiji + HBM, comme sur la Radeon R9 Nano.

C'est relativement peu par rapport à la limite du même module sur les R9 Fury X, fixée à 300W, ce qui implique que les GPU Fiji de la Radeon Pro Duo évolueront souvent sous leur fréquence maximale de 1 GHz, ce qui nous avons voulu souligner en présentant les débits de ces cartes à 850 MHz, fréquence que nous observons régulièrement sur la R9 Nano. Ce type de comportement est normal pour les GPU modernes, c'est ce qui permet de booster leur rendement énergétique.

La Radeon Pro Duo sera disponible dans les jours qui viennent au tarif de 1650€. C'est beaucoup par rapport à une paire de Radeon R9 Nano et comme vous pouvez vous en douter, les volumes seront faibles. Selon nos informations la production mondiale serait inférieur à 3000 pièces dont seulement quelques dizaines seraient prévues pour la France.

Radeon Software 16.4.2 Hotfix

Publié le 26/04/2016 à 11:43 par
Envoyer Imprimer

AMD a mis en ligne de nouveaux pilotes Radeon Software, les 16.4.2 Hotfix. Le support CrossFire a été revu pour Elite Dangerous et Need for Speed, et 14 bugs ont été corrigés. XConnect, qui permet de supporter un GPU externe en Thunderbolt 3, est désormais compatible avec les R9 Fury et Nano en sus des R300. Pour le téléchargement et les détails, rendez-vous sur cette page. 

330mm² pour le GP104

Tags : Nvidia; Pascal;
Publié le 22/04/2016 à 17:24 par
Envoyer Imprimer

Si nous avions entrevu lors de la GTC le GP106, un petit GPU de 200mm² environ, Nvidia prépare également un GP104 un peu plus gros. Un forumeur en avait déjà posté une photo sur Chiphell il y'a une dizaine de jours, alors accompagné de GDDR5 8 Gbps, il a de nouveau fait son apparition sur ce même forum .

 
 

Les clichés permettent d'estimer une taille de l'ordre de 330mm², à comparer aux 398mm² d'un GM204 (GTX 970/980). De quoi embarquer avec le doublement de la densité permis par le 16nm TSMC aux alentours de 8,5 milliards de transistors, le GM200 (GTX 980 Ti/Titan X) en embarquant pour rappel 8 milliards dans 601mm².

On notera sur la photo que la puce est très récente puisque le marquage fait état d'une production début avril. L'auteur de la fuite précise que le bus mémoire est 256-bit et que 8 Go équiperont les cartes, respectivement avec de la GDDR5X pour la GTX 1080 et de la GDDR5 pour la GTX 1070. Wait & See !


Top articles