Actualités cartes mères

USB Type-C 1.2 et USB Audio

Tag : USB;
Publié le 27/04/2016 à 13:51 par
Envoyer Imprimer

L'édition chinoise de l'IDF a donné lieu à une présentation des membres de l'USB-IF sur les nouveautés à venir autour du standard USB. La première concerne la version 1.2 de la spécification du connecteur USB Type-C. Un travail important de clarification a été fait pour rendre les documents plus clairs, certains passages ayant entraîné des interprétations hasardeuses qui avaient donné lieu à des câbles non certifiés, mais surtout fonctionnellement non valides et parfois même dangereux vendus dans le commerce ! Les processus de certifications ont également été clarifiés et un effort a été fait pour valider des prises standards qui pourront être vendues et réutilisées par les différents fabricants de câbles.

 
 

On notera que de gros efforts ont été faits au niveau du standard de chargement USB Power Delivery (USB-PD) qui permet de charger des périphériques dans les deux sens. Tout fonctionne par le biais de négociations, un périphérique pouvant se déclarer comme étant capable de fournir (Source), ou de recevoir (Sink) de l'énergie. Typiquement, un PC portable peut recevoir de l'énergie d'un chargeur mural USB Type-C, mais aussi charger un smartphone en simultanée sur un autre port. La négociation s'effectue au moment de la connexion, avant tout envoi d'énergie dans un sens ou dans l'autre (pour protéger les périphériques), et les choix effectués à l'origine peuvent être rediscutés à tout moment (un PC portable draine une batterie externe sur un port : on branche le PC portable au secteur sur un autre port, le PC portable se recharge et renverse le rôle de la batterie externe en proposant de la recharger).

Ces choix sont gérés au niveau basique par les contrôleurs USB, et c'est au système d'exploitation de proposer d'une manière ou d'une autre à l'utilisateur quand nécessaire d'effectuer les changements lorsqu'il y a ambiguïté (par exemple, on débranche le PC portable du chargeur mural, faut-il continuer de charger la batterie externe ?).

 
 

Un autre changement concerne les profils de puissance proposés. La norme originale proposait un système de profils très compliqué qui définissait les différentes puissances de chargement possibles. Tout était découpé autour de cinq profils qui définissaient plusieurs niveaux de puissance (jusqu'à 100 watts) via l'utilisation de plusieurs tensions. C'est en fonction des profils déclarés que les contrôleurs USB pouvaient effectuer automatiquement les choix que nous mentionnions plus haut.

La spécification USB-PD 3.0 simplifie le tout en remplaçant les profils par des règles fixes qui indiquent, pour chaque niveau de puissance, comment celle-ci sera délivrée. Par-dessus cela, les périphériques exprimeront simplement leurs besoins en watts, et indiqueront le niveau actuel de charge de leur batterie. Un système plus simple, et surtout plus compréhensible pour les utilisateurs. Les systèmes d'exploitations pourront ainsi communiquer plus clairement les choix lorsque nécessaire. On ne peut que se féliciter de ce changement !

Sur la question du chargement on notera enfin deux choses, d'abord une standardisation de la question des hubs alimentés de manière externe, pour gérer correctement le cas d'un hub que l'on débranche alors qu'il alimentait des périphériques. Imaginons par exemple un PC portable relié à un hub USB alimenté de manière externe, sur lequel est connecté un disque dur externe. Si l'on débranche l'alimentation du hub, ce dernier devra organiser l'inversion des rôles (en indiquant au PC portable qu'il doit alimenter le disque dur). La spécification défini un mode rapide d'inversion des rôles pour s'assurer qu'il n'y ait pas de discontinuité, et autorise le chargement distant au travers d'un hub.

Le dernier point qui nous réjouira tous concerne un effort auprès de l'IEC pour la définition d'un standard de chargeurs. La plupart des modifications présentées plus haut viennent en effet de demande du comité de standardisation. La norme reste encore à terminer, chaque pays ayant ses spécificités locales, mais le standard est en voie de finalisation. Là encore, une très bonne nouvelle qui devrait mettre un terme aux adaptateurs multiples incompatibles.

Concernant le sujet de l'authentification dont nous vous avions parlé plus tôt dans le mois, l'USB-IF a confirmé ce qu'ils nous avaient déjà dit, à savoir que les câbles et chargeurs qui passeront la certification USB auront droit à un certificat (vérifiable en ligne par le système d'exploitation si il le désire) signé par l'USB-IF.

Le dernier point évoqué a été celui de l'extension Digital Audio, qui avait été évoquée l'été dernier. L'USB-If va faire évoluer son standard USB Audio existant pour permettre de nouvelles utilisations avec une idée : supprimer la prise jack des smartphones et tablettes.

Etant donné l'important parc existant de casques avec prises jack, la nouvelle norme prendra en charge un mode analogique. L'idée est ici simple, on fait transiter le signal déjà amplifié (par le DAC du smartphone) par le connecteur USB Type-C, un adaptateur passif suffisant pour récupérer le signal par une prise jack traditionnelle. On notera que la norme prévoit la gestion des standards TRRS (4 fils), utilisés par les casques qui incluent un microphone et des boutons de volumes (on reconnaît leurs prises par la présence de quatre segments au lieu de trois)

 
 

Pour le cas d'un casque numérique, c'est cette fois ci le signal digital (non amplifié) qui transitera par la prise et qui sera amplifié par le DAC du casque. Le standard gère évidemment des cas d'utilisation plus complexes et permet de relier simplement et efficacement entrées et sorties audio, ainsi que d'éventuels boutons pour le contrôle du volume, mais aussi d'autres usages plus avancées (plusieurs micros, plusieurs sorties audio, réduction du bruit, etc). On pourra ainsi à terme connecter simplement un smartphone à un home cinéma par exemple sans passer par une conversion analogique inutile (et destructrice).

Il est intéressant de noter dans les slides qu'il sera nécessaire d'apporter des fonctionnalités en plus pour « justifier » l'intérêt de nouveaux casques audio numériques pour que le standard ait une chance de s'imposer. Un challenge important puisque le jack 3.5mm est avec nous depuis de nombreuses années, datant de 1964 (le jack pleine taille datant du 19eme siècle !). D'autant que qui dit signal numérique, dit protection : le HDCP (optionnel) sera de la partie. Le standard devrait être terminé ce trimestre, nous aurons l'occasion de vous en reparler.

ASRock annonce les i7 Broadwell-E et ses bios

Publié le 13/04/2016 à 09:10 par
Envoyer Imprimer

Tout comme MSI il y a quelques jours et Gigabyte en janvier, ASRock vient de publier de nouveaux bios compatibles Broadwell-E pour ses cartes mères X99. Au passage, le constructeur a grillé la politesse à Intel en confirmant l'existence de quatre références : Core i7-6950X, i7-6900K, i7-6850K et i7-6800K. Il en profite pour préciser que le Core i7-6950X dispose de 10 coeurs, comme l'indiquent les rumeurs depuis novembre dernier. Pour la date de disponibilité et les tarifs ASRock ne précise rien et il faudra donc pour cette partie attendre la véritable annonce d'Intel !

L'AM3+ a droit au M.2 et l'USB 3.1 via 4 cartes mères

Publié le 28/01/2016 à 18:02 par
Envoyer Imprimer

L'année 2016 est l'occasion pour l'AM3+, introduit en 2011, de faire un tour d'honneur avant l'arrivée de l'AM4 qui accueillera mi-2016 les APU Bristol Ridge basés sur Excavator et fin 2016 les CPU AMD FX Summit Ridge basés sur Zen. De nouveaux modèles sont ainsi lancés ce mois de janvier afin de profiter des dernières technologies à la mode comme l'USB 3.1 et le port M.2.

 
 

Le dernier à se lancer est ASUS avec la 970 PRO GAMING/AURA . Dotée d'un étage d'alimentation à 6+2 phases, elle dispose de deux ports PCIe 2.0 x16 (1x16 ou 2x8 en pratique). L'AMD SB950 étant limité à l'USB 2.0, ASUS intègre un premier contrôleur ASMedia afin de proposer 2 ports USB 3.0 via un connecteur 20 broches pour le boitier, et un second pour l'USB 3.1 proposé via deux ports Type-A sur le panneau arrière. Le réseau est géré par un Intel I211-AT alors que pour l'audio on a droit à un codec inconnu, probablement d'origine Realtek, masqué sous la dénomination SupremeFX. Le port M.2 Socket 3 accepte les SSD PCIe et offre une bande passante maximale de 2 Go /s (x4 Gen2, il sera donc à 4 Go /s en Gen3 comme c'est le cas sur une plate-forme Intel récente). Inutile donc... pas forcément indispensable non plus, le radiateur du southbridge dispose d'un éclairage LED personnalisable.

 
 

Gigabyte propose pour sa part deux références depuis quelques semaines. La première est en AMD 990FX, c'est la GA-990FX-Gaming , ce qui permet de disposer de deux ports x16 2.0 à pleine vitesse. L'étage d'alimentation comporte 8+2 phases, alors que le M.2 supporte cette-fois les SSD en PCIe, toujours à 2 Go /s maximum, ainsi que ceux en SATA. Côté USB 3.0 on dispose de 4 ports (2 à l'arrière et 2 internes) gérés par un VIA VL805 alors qu'un contrôleur ASMedia permet d'avoir en USB 3.1 un port Type-A et un Type-C à l'arrière. L'audio est pris en charge par un codec ALC1150 et le réseau Gigabit par un Killer E2201.

 
 

Sur la GA-970-Gaming  Gigabyte fait l'impasse sur le SLI et propose deux ports x16 mais le second ne fonctionne qu'en x4, voir en x2 si le port M.2 est utilisé pour un SSD PCie. L'étage d'alimentation est réduit à 4+2 mais côté USB 3.0, audio et réseau on retrouve la même configuration que sur la GA-990FX Gaming.

 
 

Chez ASRock la 970A-G/3.1  dispose d'un étage d'alimentation processeur 8+2 phases et à l'instar de la carte Gigabyte on retrouve deux slots x16 dont le second fonctionne en x4. La bande passante de ce dernier port est partagée avec le port M.2 x4 Gen2, qui n'accepte pas le SATA, les deux ne pourront pas fonctionner ensemble. Côté USB on a droit à un Etron EJ118H qui gère 4 ports (2 à l'arrière, 2 internes) et un ASMedia ASM1143 gérant un USB 3.1 Type-A et un Type-C à l'arrière. L'audio est pris en charge par un Realtek ALC1150, le réseau Gigabit par un Realtek TRL8111GR.

Pour finir MSI ne propose pas encore à ce jour de modèle équivalent. Les 990FXA Gaming  et 970A SLI KRAIT EDITION  sont ainsi équipées de l'USB 3.1, mais aucun port M.2 n'est présent sur ces cartes.

Le Mini STX fait son apparition au CES

Tags : ASRock; ECS; Mini STX;
Publié le 25/01/2016 à 13:35 par
Envoyer Imprimer

En avril 2015 lors de l'IDF Shenzen, Intel avait présenté un nouveau format de carte mère intermédiaire entre le Mini-ITX (170x170mm) et les cartes mères des NUC (101.6x101.6mm), le Sub-1L de 147x140mm (cf. actualité). Renommé en 5x5 à l'occasion de l'IDF San Francisco, le format a finalement été lancé au CES sous le nom de mini-STX.


ASRock a ainsi montré la H110M-STX, prévue pour les processeurs LGA 1151 jusqu'à un TDP de 65 watts. Deux ports SO-DIMM DDR4 sont intégrés, un M.2 pour le WiFi et un M.2 pour un SSD SATA. La fiche technique fait également mention de 2 ports SATA mais ils ne sont pas visibles sur la photo. 4 ports USB 3.0 sont présents dont un Type-C, le réseau Gigabit est pris en charge par un PHY Intel I219V et l'audio par un codec Realtek ALC283.

Côté sorties vidéo on a droit à du VGA, de l'HDMI et du DisplayPort. La carte mère dispose de connectique à l'arrière mais également en façade (2 USB 3.0 dont un Type C, un jack combo entrée/sortie une entrée micro, et va donc de pair avec un boitier maison d'un volume de 1,92l, ce qui limite quelque peu son intérêt.


ECS montrait également une carte mère, la H110SU-02, capable également d'accueillir des processeurs ayant un TDP pouvant atteindre 65W et 2 barrettes SO-DIMM DDR4. On retrouve là encore deux ports M.2 et ECS y ajoute un SATA alors que côté sorties vidéo on a droit au DisplayPort et à l'HDMI. En sus de deux ports USB 3.0 à l'arrière on trouve en façade un port USB 3.1 Type C ainsi qu'une prise jack combo. Comme pour la carte ASRock, la carte mère est alimentée par une entrée DC-in à l'arrière.

Si la présence de connectiques de part et d'autres de la carte mère est nécessaire vu l'encombrement, l'absence d'uniformité de la connectique en façade pourrait nuire à l'interopérabilité et tuer dans l'œuf ce format.

Intel fait pression sur ASRock pour SKY OC

Publié le 22/01/2016 à 13:18 par
Envoyer Imprimer

Lors du CES, ASRock avait indiqué à Tom's Hardware  qu'il prévoyait de sortir des cartes mères à base de chipsets B150, H170 et C232 permettant l'overclocking des Skylake non-K, Xeon compris pour la dernière donc : les B150 Gaming K4/OC, H170 Pro4/OC, H170 Performance/OC et E3V5 Gaming/OC.

Pour rappel, quasi tous les constructeurs ont sorti de manière plus ou moins officielle des bios pour leurs Z170 activant cette fonction qui a toutefois des contreparties (cf. focus). Pour les autres chipsets selon ASRock une modification matérielle est nécessaire sur la carte mère.

Aujourd'hui ASRock a indiqué à Tom's Hardware qu'il avait décidé de retirer la technologie SKY OC de la liste de fonctionnalités de ces cartes car elle n'est pas conforme aux spécifications des processeurs Skylake.


Comme d'habitude chaque mot est important et cela ne veut donc pas dire que la fonctionnalité ne sera pas disponible en pratique. Il semble en effet que Intel ait fait pression sur ASRock, qui était le seul à communiquer officiellement sur la chose, pour que ce soit ne soit plus le cas et ce même sur les Z170. Ainsi la page dédiée à "SKY OC" n'est plus disponible, alors que les pages de bios beta ne mentionnent plus un bios supportant cette fonctionnalité mais étant simplement capable d'améliorer les performances processeur !


Top articles