Actualités cartes mères

PCIe Gen4 pour 2017, dernière version en cuivre ?

Publié le 25/06/2015 à 13:34 par
Envoyer Imprimer

EETimes nous donne des nouvelles du PCI Express Gen4, qui avait déjà été retardé à fin 2016 alors qu'il était initialement prévu pour 2014 ou 2015. Si les ingénieurs de l'organisme PCI-SIG, en charge de la norme, font déjà tourner le PCIe Gen4 à sa vitesse de 16 GT/s en laboratoire la finalisation devrait encore prendre du retard.

Il est désormais question d'une version 0.7 des spécifications pour la fin de l'année, alors qu'il est désormais possible que la version finale ne voit pas le jour avant 2017. Il faut dire que pour arriver à un tel débit, qui correspond à quasiment 2 Go /s dans chaque sens pour chaque ligne, les ingénieurs doivent pousser les connexions en cuivre dans leurs dernier retranchements.

La longueur des connexions utilisables sans resynchroniseur de signal devrait d'ailleurs être réduite, la limite n'a pas encore été définie mais elle pourrait être d'environ 18 cm là où on pouvait atteindre au moins 30 cm jusqu'alors, ce qui devrait complexifier la mise au point des cartes mères les plus haut de gamme où des ports PCIe gérés par le CPU sont situés à l'extrémité de la carte.

Un nouveau connecteur serait également à l'ordre du jour, mais il est prévu pour être retro-compatible avec les normes précédentes. Pour la génération suivante, il faudra probablement passer à des liens optiques.

Gigabyte donne quelques détails sur Alpine Ridge

Publié le 04/06/2015 à 13:24 par
Envoyer Imprimer

Au détour d'un communiqué de presse annonçant que ses futures cartes mères Intel Series 100 (pour les futurs processeurs Skylake) supporteraient l'USB 3.1, le constructeur Gigabyte a dévoilé quelques détails sur ce que proposera Intel aux constructeurs de cartes mères pour l'USB 3.1 et Thunderbolt 3.

Nous vous parlions il y a quelques jours de l'annonce par laquelle Intel utilisera des connecteurs USB Type-C pour la version 3 de son standard propriétaire Thunderbolt, en lieu et place du Mini DisplayPort. Une particularité de ce choix est qu'il impose à Intel de supporter l'USB sur ces ports, en plus de son propre protocole. Ce qui impose de facto d'utiliser un contrôleur USB.


Le communiqué de Gigabyte mentionne l'adoption par la marque d'un contrôleur USB 3.1 10 Gb/s « premium » de chez Intel gérant le DisplayPort (rien d'anormal) et « plus tard » le Thunderbolt 3 (on suppose une fois de plus que les pilotes ne seront pas prêts au lancement). Le nom du fichier du communiqué de presse qui nous a été envoyé lève tout doute, il s'agit bel et bien d'Alpine Ridge !


Contrairement à ce que ce slide laissait penser l'année dernière -et sauf erreur de la part de Gigabyte - Intel aurait donc bel et bien intégré un contrôleur USB 3.1 10 Gb/s, avec gestion de l'USB Power Delivery 2.0, dans son contrôleur Thunderbolt 3 qu'il proposera aux constructeurs de cartes mères.

La relecture de cet ancien slide laisse apparaitre que le choix du connecteur USB Type-C (notamment par le chargement 100W et le changement de hauteur) était entériné à l'époque, cependant il n'était pas question d'USB 3.1. Le communiqué de Gigabyte confirme également que l'interconnexion se fera via le chipset Series 100 par quatre lignes PCI Express 3.0 (pour rappel, ces nouveaux chipsets devraient enfin être interconnectés au processeur par des lignes PCI Express 3.0 et non 2.0 comme actuellement !), le signal vidéo (pour la gestion du DisplayPort) étant récupéré du processeur séparément. Et tout comme dans la présentation d'Intel, la gestion du HDMI 2.0 (qui appelle aux royalties, contrairement au DisplayPort) semble ici aussi être passée à la trappe, l'USB Type-C fédérant toutes les volontés. Deux ports Type-C seront gérés par le contrôleur qui sera intégré.

L'ajout du contrôleur USB 3.1 dans une puce séparée permettra à Intel d'être un peu moins en retard sur ce standard - les chipsets Series 100 ne gèreront pour rappel que l'USB 3.0 – et l'arrivée du PCI Express 3.0 au niveau de l'interconnexion devrait faciliter grandement les choses pour une intégration qui semble complète, jusqu'à la gestion du DisplayPort de l'IGP de Skylake. Reste à voir le surcout engendré par ce contrôleur, Gigabyte ne donne aucune précision sur la proportion de ses modèles qui utiliseront Alpine Ridge !

USB-C aussi pour le Thunderbolt 3

Publié le 02/06/2015 à 16:00 par
Envoyer Imprimer

En marge du Computex, Intel a annoncé que la prochaine version de sa norme propriétaire Thunderbolt (version 3) utilisera un connecteur que l'on connait bien : l'USB Type-C. Pour rappel, l'USB Type-C est un nouveau type de connecteur USB qui a la particularité d'être réversible.

Introduit au milieu de l'USB 3.1 (voir notre article), le connecteur Type-C est vu par ses concepteurs de l'USB-IF comme le futur connecteur unique de nos machines. Pour cela, les câbles et connecteurs sont très polyvalents, taillés pour le futur en termes de bande passante (ils permettent de transférer jusque 40 Gb/s via quatre canaux 10 Gb/s unidirectionnels indépendants, quand l'USB 3.1 n'en requiert que 20 au maximum) et déportent la question de « qui fait quoi » du matériel (des formes de connecteurs différentes qui ne rentrent pas partout) au logiciel (via une négociation de protocole).


Un slide pour le moins curieux ou Intel mélange des débits dans un sens dans le cas de l'USB 3.0 et 3.1, et des débits dans les deux sens pour Thunderbolt 2 et 3

Cet aspect universel se traduit en pratique par la capacité de l'USB Type-C de servir pour alimenter les périphériques (dans les deux sens) via l'USB Power Delivery, mais aussi de faire transiter d'autres choses que l'USB, comme par exemple des signaux vidéos. Ainsi, on a vu en septembre dernier l'annonce de DisplayPort qui utilisera lui aussi l'USB Type-C à l'avenir. Dans le cas de DisplayPort, on peut ainsi utiliser les quatre canaux présents dans les connecteurs Type-C, ou n'en utiliser que deux par exemple pour faire transiter en parallèle un signal USB.


L'annonce d'Intel aujourd'hui doit être vue dans la lignée de celle de DisplayPort même si tous ces standards sont interconnectés. De manière simple, Thunderbolt est un protocole qui permet de déporter des lignes PCI Express d'un endroit vers un autre. Intel n'avait pas simplifié les choses en utilisant (sans prévenir au préalable VESA) le connecteur Mini-DP pour ses versions précédentes de Thunderbolt. Un manque de courtoisie qui avait déplu aussi bien à VESA qu'a l'USB-IF qui ont trouvé avec l'USB Type-C une solution simple : autoriser des protocoles alternatifs pour rendre le standard extensible tout en gardant un contrôle sur ce qui se passe. En pratique, Thunderbolt 3 ne fait « que » ajouter le transfert de données PCI Express à l'USB Type-C via « l'alternate mode » autorisé cette fois ci explicitement par l'USB-IF.


Techniquement Intel utilisera dans un premier temps des câbles passifs limitant son débit à 20 Gb/s (total), des câbles actifs seront requis pour atteindre les 40 Gb/s, on l'imagine en utilisant cette fois ci les quatre canaux de données 10 Gb/s présents dans le connecteur (à la manière de ce que fait DisplayPort). La présentation d'Intel n'est cependant pas très claire sur la raison de la nécessité d'utiliser des câbles actifs dans ce cas, DisplayPort utilise déjà les quatre canaux de données des câbles Type-C avec des câbles passifs pour rappel. L'utilisation de câbles actifs qui plus est supprimera la possibilité de faire transiter des données DisplayPort mais garde, l'USB-IF l'y oblige, la possibilité de faire transiter l'USB 3.1. Un flou qui n'est pas dissipé par la présentation très marketing d'Intel mais il semble que dans le cas de câbles actifs, Intel « retourne » le problème en utilisant lui-même les quatre canaux et en encapsulant à l'intérieur les paquets USB 3.1 (à l'opposée de l'utilisation de canaux séparés dans le mode passif). On en saura probablement un peu sur le fonctionnement technique d'ici au lancement du produit, la marque devrait introduire ses contrôleurs Thunderbolt 3 autour du lancement de ses plateformes Skylake avant la fin de l'année.


Reste à voir en pratique ce que fera Intel côté licence pour la prochaine version de Thunderbolt. L'annonce d'un standard propriétaire qui s'accole à l'USB n'est pas sans aller à l'encontre de l'aspect d'universalité que l'on attend de l'USB. En acceptant un niveau de segmentation de plus – pour un protocole standard et utile, le PCI Express, mais sous une forme propriétaire via Thunderbolt - l'USB-IF s'éloigne quelque peu de sa vocation. L'aspect quasi confidentiel de Thunderbolt réduira évidemment le problème, seuls les futurs périphériques Thunderbolt 3 requerront des ports USB Type-C « spécifiques » compatibles Thunderbolt sur les machines (reconnaissables d'après la présentation d'Intel par un logo Thunderbolt… qui n'est pas sans évoquer pour les non-initiés l'idée de chargement électrique - et donc l'USB-PD - plus que d'un protocole PCI Express !). A moins d'un changement drastique autour de sa stratégie de licence, Thunderbolt en version 3 devrait rester tout aussi confidentiel que ses versions précédentes.

LGA 2011-v3 mini-ITX et 4 canaux chez ASRock

Publié le 01/05/2015 à 11:48 par
Envoyer Imprimer

ASRock avait déjà été le premier à lancer une carte mère mini-ITX en LGA 2011-v3, la X99-ITX/ac. Si cette carte permet d'accueillir sur ce format des processeurs Haswell-E, toutes leurs possibilités n'étaient pas exploitées côté PCIe ou DDR4. Pour le PCIe il n'y a pas grand-chose à faire, il est bien entendu impossible d'avoir deux ports sur un tel format, mais pour la DDR4 ASRock vient d'annoncer la EPC612D4I qui gère cette fois non plus 2 mais 4 canaux mémoire.


Pour ce faire ce ne sont pas des emplacements DIMM qui sont intégré mais des SO-DIMM ! On retrouve l'étage d'alimentation à 6 phases et un LGA 2011-v3 de type Narrow ILM nécessitant un ventirad spécifique. Destinée au monde professionnel elle se limite par contre, au moins sur le papier, aux Xeon et à la mémoire ECC, et intègre une puce ASPEED AST2400 pour la sortie vidéo et le management. Cette puce dispose d'un port Gigabit Ethernet dédié géré par une puce Realtek RTL8211E, on retrouve sur la carte 2 autres ports gérés par des puces Intel i210 et i217LM. ASRock n'a par contre pu intégrer que 4 ports SATA sur la carte, contre 6 SATA et un M.2 sur la X99-ITX/ac.

X99-SLI, nouvelle LGA 2011-v3 Gigabyte

Publié le 01/05/2015 à 11:18 par
Envoyer Imprimer

Gigabyte n'avait pas été avare en cartes mères X99 Express dès le lancement de la plate-forme avec pas moins de 8 modèles, dont des doublons,, mais ça n'empêche pas le constructeur d'ajouter encore de nouvelles références. La X99-SLI vient ainsi de faire son apparition sur le site du constructeur.


[ X99-SLI ]  [ X99-UD4 ]  

Difficile de voir les différences qui nécessitaient l'apparition d'une nouvelle référence d'après les spécifications. La X99-SLI se passe des LEDs d'ambiance au niveau du radiateur chipset et de l'I/O shield, et alors que la X99-UD4 propose 6 USB 3.0 à l'arrière, 2 directement via le X99 et 4 autres via l'intermédiaire d'un Hub uPD720210, ainsi que 2 USB 3.0 via un connecteur interne, la X99-SLI se contente à l'arrière des 4 USB 3.0 du hub mais offre 2 connecteurs internes pour 2x2 USB 3.0. Sur la fiche technique Gigabyte limite l'UD4 à 64 Go de DDR4 contre 128 Go sur la SLI mais c'est probablement plus lié à l'apparition récente de modules 16 Go qu'à une réelle différence en pratique. Pour le reste on peut voir que le PCB diffère légèrement, avec plus particulièrement l'apparition d'une puce ITE dont on ne connait l'utilité en haut à gauche.

En dehors de ça les caractéristiques sont les mêmes et on retrouve un Socket LGA 2011-v3 alimenté par un étage d'alimentation 6 phases qui est relié à 8 DIMM DDR4 ainsi que 4 ports PCIe x16 Gen3. Avec un 5960X ou un 5930K doté de 40 lignes PCIe, ils pourront fonctionner en x16/x16/x0/x8 ou en x8/x16/x8/x8. Avec un 5820K bridé à 28 lignes, ce sera x16/x8/x0/x4.

Côté X99 en sus de l'intégration de l'USB 3.0 déjà mentionnée on trouve bien entendu les 10 ports SATA 6G du chipset, dont 2 sont présents au travers d'un connecteur SATA Express. Gigabyte intègre en sus 2 slots M.2, le premier en PCIe x2 Gen2 (1 Go /s) pour un SSD par exemple et le second en PCIe x1 Gen2 pour une carte WiFi. L'utilisateur du M.2 x2 désactive le SATA Express et les deux SATA qu'il intègre, et vice-versa. Le réseau Gigabyt est prise en charge par une puce Intel et l'audio par un codec Realtek ALC1150.

Rien de bien neuf donc pour cette énième référence Gigabyte en X99, le constructeur n'ayant pas profité de l'occasion pour y ajouter un connecteur M.2 câblé en PCie x4 Gen3 par exemple.


Top articles