Actualités cartes mères

ASUS lance un rack USB 3.1 Power Delivery 100W

Tag : USB 3.1;
Publié le 26/08/2015 à 15:21 par
Envoyer Imprimer

ASUS lance un produit original, l'USB 3.1 UPD PANEL. Ce rack 5"1/4 permet d'ajouter 2 ports USB 3.1 Type-C au PC, avec un débit théorique de 10Gbit/s (en pratique autour de 800 Mo /s), l'un de type classique peut délivrer jusqu'à 15W (5V, 3A) à un périphérique alors que l'autre est compatible USB Power Delivery 2.0 et peut fournir jusqu'à 100W (20V, 5A).

 
 

Le tout est connecté au PC en PCI Express via le SATA Express ainsi qu'à l'alimentation via deux prises Molex. Ces dernières fournissent à la base du 5V et du 12V, l'USB 3.1 UPD PANEL se charge donc de transformer le 12V en 20V si une telle tension est demandée par le périphérique. Petite originalité le boitier intègre essentiellement une carte fille qu'on peut extraire pour l'intégrer directement sur la carte mère via un port PCIe x1, ce qui permet alors de disposer des ports Type-C à l'arrière de la machine. ASUS précise que le produit est compatible avec ses cartes mères Z170, mais il est possible qu'il fonctionne au moins dans sa version carte fille sur d'autres modèles.

L'UPD PANEL sera disponible début septembre pour 55 €, une version en Type-A et sans Power Delivery 2.0 est également prévue à 45 €. Reste maintenant à trouver quoi faire de ces ports, les périphériques Power Delivery 2.0 étant rares !

IDF: Alpine Ridge et Thunderbolt 3

Publié le 21/08/2015 à 00:05 par
Envoyer Imprimer

Au milieu des sessions sur l'USB 3.1, Intel présentait également Thunderbolt 3. Pour rappel, Thunderbolt 3 a été annoncé l'année dernière par Intel et utilise lui aussi le connecteur USB Type-C.

Techniquement, Thunderbolt 3 repose sur ce que l'USB-IF appelle « l'alternate mode », un mode de fonctionnement alternatif qui permet, après négociation, de reconfigurer les quatre canaux de données présents dans les câbles USB Type-C.

L'alternate mode est déjà utilisé pour la gestion du DisplayPort au travers de l'USB. Un autre mode alternate est reconnu aujourd'hui par l'USB-IF, le MHL développé par le MHL Consortium. Le MHL vise plus particulièrement à résoudre les questions de connectivité avec les téléviseurs et autres périphériques grand public, ainsi que l'électronique embarqué dans les automobiles.


Une différence fondamentale entre DisplayPort, MHL et Thunderbolt 3 est que dans le cas des deux premiers, il s'agit de standards ouverts. Pour cela, l'USB-IF a crée une nouvelle classe d'identifiants (les SID) qui peuvent être partagés par les constructeurs qui adhèrent au standard.

Thunderbolt 3 est différent car il s'agit d'une norme propriétaire d'Intel, ce qui veut dire qu'Intel n'utilise pas de SID, mais des VID classiques (Vendor ID). Pour faire simple, seul Intel pourra développer des contrôleurs Thunderbolt à l'avenir car le mode alternatif ne peut s'activer qu'entre des périphériques qui disposent de SID ou de VID identiques. On ne s'attendra donc pas a voir Intel proposer des licences à d'autres constructeurs de contrôleurs USB à l'avenir.


Thunderbolt 3 ajoute également un mode réseau peer to peer, qui est également possible avec l'USB 3.1, mais qui réclame un support dans le système d'exploitation. Un interlocuteur de Microsoft nous a confirmé que Windows 10 ajouterait sous peu un mode réseau via USB, ce qui est une magnifique nouvelle !

D'un point de vue technique, l'idée de Thunderbolt pour rappel est de faire passer des lignes PCI Express, dans le cas du 3, au travers de l'USB, une des rares choses (voir notre article précédent) qui n'a pas été standardisée par l'USB-IF. Interrogé sur le sujet, la question a pourtant bel et bien été envisagée. Dell, HP, et d'autres constructeurs de PC portables avaient commencé à développer un standard ouvert et interopérable en mode alternatif, qui aurait pu être utilisée pour standardiser le fonctionnement de docks par exemple.

Malheureusement l'effort n'a pas abouti et aujourd'hui la seule option pour faire passer du PCI Express par l'USB est Thunderbolt. Officiellement, l'USB-IF ne s'intéresse pas au développement d'une alternative même s'ils ont indiqué que la porte reste ouverte « si il y a de la demande ».


Le contrôleur USB 3.1/Thunderbolt 3 Alpine Ridge d'Intel

Aujourd'hui un seul contrôleur Thunderbolt 3 est « disponible », l'Alpine Ridge d'Intel. En pratique la disponibilité n'est pas encore effective et si Gigabyte a annoncé quelques cartes mères Z170 avec ce contrôleur, elles ne sont pas disponibles aujourd'hui.


La très très lourde Z170 G1 Gaming de Gigabyte dont même les ports SATA Express sont recouverts de métal !

Nous avons croisé quelques cartes sur le stand de Gigabyte mais en ce qui concerne la disponibilité, il semblerait au mieux qu'elle soit effective le mois prochain (Intel n'a pas voulu préciser officiellement mais la disponibilité d'ici un mois a été évoqué par un ingénieur dans les allées).


En pratique l'intérêt de Thunderbolt pourra se faire pour des docks, c'est le cas d'un portable MSI qui était montré avec un dock externe qui en plus d'avoir divers ports incluait un GPU graphique mobile AMD. Ce dock gère en même temps l'USB-PD pour charger le portable.


Une autre option montrée est un cas que l'on a vu de nombreuses fois au fil des années, celui d'utiliser une carte graphique desktop avec un portable. Un boitier de ce type était montré avec une Radeon R9 270 a l'intérieur. En pratique on reste limité à une connexion PCI Express x4.


Globalement notre avis ne change pas sur Thunderbolt. Si l'idée de partager des lignes PCI Express est excellente, Thunderbolt ne fait que fragmenter le futur écosystème de l'USB 3.1/Type-C. La stratégie d'Intel sera très probablement contre-productive a l'avenir et si le constructeur se vante dans ses présentations du fait que seul ses ports Thunderbolt 3 gèrent « toutes » les options de l'USB Type-C, en pratique cela ne fait qu'ajouter à la confusion. D'autant plus problématique quand ses propres contrôleurs sont en retard !

Il serait salutaire que l'USB-IF poursuive son effort de développement d'un standard d'encapsulation du PCI Express ouvert, pour mettre un terme définitif à l'aventure propriétaire Thunderbolt.

IDF: L'USB Type-C en route pour l'universalité

Publié le 20/08/2015 à 19:31 par
Envoyer Imprimer

Une des sessions les plus intéressantes auxquelles nous avons pu assister concernait l'USB, et plus spécifiquement les standards autour du nouveau connecteur plat et reversible Type-C, et de la norme de chargement (USB PD 2.0/2.1).

De nombreux sujets ont été couverts mais on retiendra quelques grandes lignes. D'abord, la volonté de l'USB-IF (et d'Intel) de faire du connecteur USB Type-C le connecteur universel pour les 20 prochaines années ne fait aucun doute.

Au delà de l'augmentation du débit (10 Gb/s pour le 3.1 « Gen2 »), l'USB couvre de plus en plus d'utilisations. Le choix de DisplayPort d'utiliser les connecteurs USB Type-C devrait contribuer grandement à cette vision, même si l'on attend encore de voir des implémentations côté cartes graphiques et côté écrans.

Le prochain endroit ou l'USB Type-C devrait arriver en masse est celui des casques audio. L'USB-IF travaille actuellement sur la remise à niveau du protocole audio (USB Audio Device Class) pour permettre de transférer le son plus facilement de manière numérique, et surtout d'une manière beaucoup plus simple à implémenter dans les périphériques. Le but est relativement simple : proposer une alternative aux prises jacks analogiques. La finalisation de la norme est prévue pour les prochains mois, en s'assurant qu'un minimum de travail sera requis dans les périphériques pour permettre de réaliser des casques et oreillettes dans les années à venir sans avoir un surcout important sur le prix de fabrication.

Au delà des types de périphériques gérés par l'USB Type-C, le connecteur lui même a été prévu pour l'avenir. Nous avions déjà eu l'occasion d'en parler, les câbles USB Type-C incluent deux paires de lignes de données haute vitesse, dont seulement une seule est utilisée actuellement pour l'USB 3.1 Gen 2. Le mode Gen2 (10 Gbit/s) requiert une vitesse de transfert de 5 GHz, cependant les cables USB Type-C sont actuellement validées pour pouvoir supporter un minimum de distorsion à des fréquences plus élevées.

Les ingénieurs de l'USB-IF sont assez confiants sur le fait que tous les câbles Type-C actuels devraient pouvoir au minimum supporter une future fréquence de 10 GHz, et, si tout va bien, de 20 GHz. 20 GHz reste un challenge et si des normes ont été mises en place, il n'est pas dit qu'elles soient suffisantes pour la future implémentation de l'USB 20 GHz. L'USB-IF, même s'il ne s'y engage pas, pense avoir mis toutes les chances de son côté.

Techniquement on devrait donc pouvoir, avec la première génération de câbles à venir, voir arriver deux à trois nouvelles générations d'USB. Le choix technique de viser plus haut que nécéssaire est une très bonne chose et l'on ne peut que féliciter l'USB-IF sur ce choix !

 
 

Un autre point important à été évoqué : la sécurité. La première spécification de l'USB date de 1996, et malheureusement le modèle de sécurité n'a pas réellement évolué depuis. Avec les prises et chargeurs qui se multiplient (dans les lieux publics, transports en commun, etc) et les capacités qui explosent en nombre, de nombreux nouveaux vecteurs d'attaques ont été développés ces dernières années. Le plus simple est celui d'un chargeur USB qui ne fait pas que charger, et accède a la machine hôte en insérant par un biais ou un autre un malware. On a également vu des clefs USB dont le firmware était altéré pour insérer un device additionnel (en plus du « Storage Device » USB) capable de corrompre le système.

Une partie du problème de sécurité vient des systèmes d'exploitations évidemment, mais aussi de l'aspect universel de l'USB ou tout à été fait pour que les connexions soient les plus transparentes possibles. Un protocole d'authentification et des recommandations pour les développeurs de systèmes d'exploitations vont être mises en ligne d'ici 2016 pour tenter de limiter ces nouvelles attaques.

Du côté du chargement, un travail important a été fait pour simplifier la manière dont on peut connecter des périphériques ou il peut y avoir une ambiguïté (un PC portable et une batterie externe), pour pouvoir proposer de retourner facilement la relation. On retiendra surtout côté grand public que des logos ont été créés pour identifier les ports qui gèrent le chargement. Les logos cumulent chargement ainsi qu'une indication du niveau de performance mais malheureusement ils ne donnent pas d'indication sur la puissance maximale transférable, notamment au niveau des câbles.


On terminera par une petite démonstration du contrôleur Alpine Ridge d'Intel. Il s'agit pour rappel du contrôleur USB 3.1/Thunderbolt 3 d'Intel que l'on retrouvera sur certaines cartes mères haut de gamme, particulièrement chez Gigabyte (voir notre actualité). Deux périphériques RAID avec contrôleur Asmedia, incluant chacun deux SSD M.2 étaient branchés sur le contrôleur d'Intel, avec un débit total atteint de 1.5 Go/s !

Trois cartes Z170 pour EVGA

Publié le 11/08/2015 à 13:10 par
Envoyer Imprimer

Si Asus, Asrock, Gigabyte et MSI représentent les quatre acteurs majeurs du marché de la carte mère grand public, d'autres existent même s'ils ne sont pas toujours forcément distribués en France. EVGA, plutôt connu pour ses cartes graphiques, l'est.


La gamme de la marque est à l'inverse des quatre « gros » avec seulement trois modèles dans trois formats différents. Niveau composants, EVGA vise plutôt la qualité avec du réseau Intel ainsi que des codec son ALC1150 au minimum. La marque est un peu avare sur l'USB 3.1 ou le SATA Express par contre comme nous le verrons.


Tout en haut on retrouve la Z170 Classified qui se distingue visuellement par son format E-ATX et par ses cinq ports PCI Express x16. Le port tout en haut est relié directement au CPU en x8 (ou x16 si l'on n'utilise que celui-ci), tandis que les 8 autres lignes sont partagées vers trois des quatre autres ports via un pont PLX (en 16/8/8) pour gérer quatre cartes graphiques en simultanée. Pour le reste on trouve deux contrôleurs réseaux Intel, du SATA Express, deux M.2. Il n'y a que l'USB 3.1 qui déçoive, si un ASM1142 est inclus, ses ports ne sont accessibles que via un header interne. Placer les ports en façade arrière aurait été une bonne idée. Côté prix comptez tout de même 470 euros pour ce modèle !


En dessous on retrouve une carte plus classique, ATX, avec deux ports PCI Express reliés au processeur. La FTW perd cependant beaucoup de fonctionnalités, exit le marvell supplémentaire inclus pour des ports SATA sur la Classified, exit le SATA Express, et exit l'USB 3.1 ! Reste donc une carte classique dont le prix de 270 euros nous parait élevé par rapport à la concurrence vis-à-vis de ses prestations.


Enfin on retrouve un modèle Mini-ITX, la Stinger. Elle reprend des caractéristiques identiques à la FTW, perdant simplement deux ports SATA, 2 phases et bien entendu des slots PCIe. Un slot M.2 est inclus via un riser ce qui est plutôt une bonne idée. Comptez tout de même 240 euros pour cette Stinger.

Trois gammes gaming Z170 pour MSI

Publié le 10/08/2015 à 17:09 par
Envoyer Imprimer

Nous terminons notre revue des quatre gros constructeurs de cartes mères par MSI qui propose une gamme assez large, d'autant que beaucoup de modèles ne sont pas encore lancés (pas encore de DDR3, et d'autres modèles gaming à venir…).


Nous avons noté les caractéristiques de treize cartes parmi celles disponibles et à venir sous peu, on notera des doublons que nous ne savons pas encore expliquer, ainsi que d'autres bizarreries. Globalement MSI mise tout sur le « gaming » avec pas moins de trois gammes « gamer » : enthusiast, performance, arsenal. S'ajoute par-dessus une quatrième gamme baptisé Pro qui comporte quelques cartes classiques, plutôt axées entrée de gamme (les deux dernières du tableau). Particulièrement confus, surtout étant donné les différences souvent mineures entre les cartes.

Côté composants il y'a un peu de tout. Côté son par exemple, l'ALC1150 est représenté en nombre, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, tandis que côté réseau le Killer E2400 est très présent, principalement sur le haut de gamme. Pour l'USB 3.1, on ne trouve que de l'ASM1142, là aussi assez présent, mais pas partout. Malheureusement, très peu de cartes proposent un port Type-C ce qui est fort dommage.

On notera aussi que MSI a décidé d'appeler l'USB 3.0 géré par les chipsets Intel « USB 3.1 Gen1 ». Au-delà de la confusion évidente dans les esprits des consommateurs (aucun des autres constructeurs majeurs n'avait osé !), MSI n'aide pas ses clients en ne marquant pas d'une couleur différente ses vrais ports USB 3.1 (là encore, les trois autres constructeurs utilisent une autre couleur pour différencier leurs ports Type-A 3.1 Gen2). Pas malin…

Notez enfin que si SATA Express (que MSI appelle SATAe !) et M.2 sont généralisés, on ne trouvera pas du tout de ports SATA additionnels y compris sur le haut de gamme !

 
 

On commence donc par la gamme enthusiast qui regroupe M9, M7, M5, M3, ainsi que Xpower et G45 Gaming. Tout en haut trône la M9 ACK qui se distingue par ses radiateurs avec support watercooling et surtout par sa partie son avec un codec C-Media qui semble particulièrement travaillée, même s'il est difficile de juger sur les photos. Côté réseau on a droit au Killer E2400 ainsi qu'a une carte WiFi/BT Killer E1535. On note côté logiciels que le constructeur fourni un RAMdisk. Pour le reste la carte ne propose que deux ports PCI Express reliés au processeur, et seulement deux ports USB 3.1 via ASM1142. Des prestations qui nous font sérieusement douter du prix annoncé par le constructeur, de 479 euros.

Juste en dessous on retrouve la Xpower orienté overclocking (mais gamer…) qui dispose cette fois ci de trois ports PCI Express reliés au processeur. La partie son redescend en Realtek ALC1150 avec « Audio Boost 3 » qui propose tout de même divers blindages et amplis pour casque. Le réseau est un Intel I219-V et MSI propose son propre logiciel de gestion de priorité de paquets pour ce modèle (qui équivaut à ce que propose pour rappel les Killer). Comptez 349 euros.

La M7 reprend la plupart des caractéristiques de la Xpower si ce n'est qu'elle perd ses spécificités overclocking et repasse à deux ports sur le PCI Express. Elle récupère un port USB 3.1 Type-C par contre, et aussi le Killer E2400. La M5 et la G45 Gaming sont des clones côtés caractéristiques (et littéralement côté photos au-delà du radiateur et de minuscules détails). Le nombre de phases descend par rapport aux M7 (une phase IGP en moins) et l'on perd des petits détails comme les boutons d'allumage. Enfin, la M3 segmente plus clairement avec un seul port PCI Express sur le CPU, et un seul slot M.2. Elle propose toujours de l'USB 3.1, mais cette fois ci en ports Type-A. Comptez respectivement 249, 209, 199 et 169 euros pour M7, M7, G45 et M3.

 
 

Dans la gamme gaming performance nous retrouvons quatre modèles dont les caractéristiques sont assez proches des M5/G45, si ce n'est que l'on a droit cette fois ci à un contrôleur réseau Intel, et seulement un SATA Express et un slot M.2. La Z170A Gaming Pro et la Z170A Krait Gaming sont identiques côté caractéristiques « dures », la première ayant quelques LEDs en plus et d'autres différenciations visuelles. Une Z170 Krait Gaming (sans le A) est disponible, elle est dépourvue d'USB 3.1. Comptez 179 euros pour la Gaming Pro et 164 pour la Krait Gaming sans USB 3.1.

C'est dans cette gamme que l'on retrouvera aussi une Z170I Gaming Pro AC en mini-ITX. Elle conserve les mêmes caractéristiques que ses sœurs de gamme (avec un seul port PCI Express forcément) et ajoute une carte WiFi/BT Intel (802.11ac/BT4.1). Nous n'avons pas de photos et ne savons pas quand cette carte arrivera sur le marché. Elle semble malheureusement dépourvue d'USB 3.1, ce qui serait particulièrement dommage !

Une seule carte arsenal est pour l'instant annoncée, une Z170M Mortar en MicroATX pour laquelle nous n'avons pas non plus de photo à vous proposer. On descend clairement d'un cran cette fois ci avec un seul slot PCI Express CPU, passage au Realtek ALC892 pour le son et Realtek 8111H pour le réseau. La carte est dépourvue d'USB 3.1 et devrait être lancée d'ici à la fin du mois d'aout.


Enfin, la gamme « Pro » regroupe pour l'instant deux modèles plutôt entrée de gamme, les G43 Plus et PC Mate. On appréciera la présence de deux ports USB 3.1, même s'ils sont en Type-A. La G43 à l'avantage d'un ALC892, contre seulement un ALC887 pour la PC Mate. Comptez 139 et 129 euros pour ces deux modèles.

Top articles