Actualités disques durs

Record de densité chez Seagate

Tags : Seagate; SMR;
Publié le 01/09/2015 à 17:29 par
Envoyer Imprimer

La marque de disques durs Seagate vient d'annoncer trois nouveaux modèles de disques 8 To qui viennent s'ajouter à un premier modèle annoncé en fin d'année dernière. A l'époque, ce disque se distinguait par son utilisation du SMR (Shingled Magnetic Recording), une technologie ou les pistes se chevauchent les unes les autres, entrainant une amplification en écriture qui peut être importante. C'est pour cela que ce premier modèle de 8 To faisait partie de la gamme dédiée à l'archivage (stockage « froid ») du constructeur.


Un des trois modèles 8 To lancés aujourd'hui, le « Kinetic », utilise lui aussi le SMR. Cette gamme de Seagate est pour rappel très originale. Elle propose une interface Gigabit Ethernet (via un connecteur SAS modifié) et s'accède via une API « objet » open source (stockage type « key-value ») pour que les applications parlent directement aux disques, passant au-delà des interfaces de stockages traditionnelles. Des disques « applicatifs » très spécifiques dédiés aux data center et dont un effort de standardisation est mené par la Linux Foundation.


C'est cependant les modèles Entreprise et Entreprise NAS qui sont les plus intéressants côté densité. Il s'agit dans les deux cas de disques 7200 tours/minutes « classiques », c'est-à-dire qui n'utilisent pas le SMR. Toutes les caractéristiques techniques ne sont pas encore disponibles sur le site du constructeur, mais l'on aura noté que la densité annoncée est de 1334 Gbit/pouce^2 ce qui nous donne théoriquement des plateaux de plus de 2 To ! On ne sait cependant pas encore le nombre de plateaux exact utilisé par Seagate pour ces modèles. Des versions SATA et SAS sont annoncées, avec des déclinaisons 4K et 512E. Côté performances, le constructeur parle d'un débit maximal soutenu de 237 Mo/s. On notera que ces disques sont équipés de 256 Mo de mémoire cache, le double des modèles précédents.

On notera qu'en simultanée, Seagate a annoncé là aussi une densité record pour les disques 2.5 pouces avec des plateaux de 1 To ! Cela permet à Seagate d'évoquer un hypothétique disque de 2 To avec deux plateaux seulement, en 7mm d'épaisseur. Peu de détails sont disponibles sur ce qui a permis cette augmentation de densité (qui est équivalente à celle des modèles 8 To), même si l'on retrouve dans les communiqués de presse du constructeur des mentions à des améliorations au niveau de l'intégration des têtes et du reste du sous-système d'écriture.

Les WD Black et Red Pro passent à 6 To

Publié le 19/08/2015 à 10:11 par
Envoyer Imprimer

Après les WD Red et Green à 6 To il y a un peu plus d'un an, Western Digital passe à la vitesse supérieure puisque les gammes WD Black et Red Pro sont lancés en versions 5 et 6 To. Ces deux gammes disposent de plateaux fonctionnant à 7200 tpm, contre 5400 tpm pour les Red et Green.


Basés sur une architecture commune, les Black et Red Pro disposent de 128 Mo de cache et affichent des débits séquentiels atteignant 218 Mo /s en début de plateau pour le 6 To et 194 Mo /s pour le 5 To. A titre de comparaison le 4 To était à 171 Mo /s et le 3 To à 168 Mo /s. La densité est donc en hausse par rapport à ces versions qui utilisaient des plateaux de 800 Go, sans que l'on connaisse le détail : s'agit-il de plateaux de 1 To pour la version 5 To et de 1.2 To pour la 6 To ?

Côté Black comme Red Pro la garantie est de 5 ans, mais les Red Pro intègrent en sus une compensation matérielle des vibrations leur permettant d'être intégrés dans des systèmes NAS 8 à 16 disques. Le taux d'erreur non recouvrable par bit lu est également 10 fois moindre et ils supportent le SMART Command Transport Error Recovery Control (SCT ERC). Les WD Black 5 To et 6 To (WD5001FZWX et WD6001FZWX) sont annoncés à 264$ et 294$, il faut ajouter 5$ de plus pour les Red Pro WD5001FFWX et WD6001FFWX.

4 To en 2.5'' 15mm chez Samsung / Seagate (MAJ)

Tags : Samsung; Seagate;
Publié le 18/06/2015 à 14:17 par
Envoyer Imprimer

Samsung HDD, qui appartient à Seagate, vient d'annoncer deux nouvelles lignes de disques durs externes basées sur des disques 2.5", les P3 et M3 qui se distinguent par leur coque. Côte capacité on atteint les 4 To, une première pour un disque à ce format !


En effet jusqu'alors on était au mieux à 3 To en 2.5". Toshiba est le premier à avoir lancé de tels disques en janvier, mais ils faisaient 15mm de hauteur ce qui leur permettait d'intégrer 4 plateaux (contre 2 à 3 en 9.5mm). Il y a peu Western l'a rejoint sur ce format avec les My Passeport Ultra 3 To dont la hauteur du boitier (20.96mm) laisse penser à un disque du même type.

Cette fois il est question de 19,85mm pour ces boîtiers externes, il faut donc également s'attendre à un disque de 15mm même si ce n'est pas précisé. Le constructeur indique par contre que le Spinpoint M10P 4 To intègre en fait des plateaux de 800 Go, qui sont donc au nombre de 5, ce qui serait une première dans une telle hauteur ! Il s'agit d'un nouveau record de densité puisqu'on était au mieux à 750 Go, ce qui ouvre la voie à des plateaux 3.5" de 1,6 To. Reste à voir si le Spinpoint M10P fera son chemin au-delà de ces boîtiers externes qui, il faut le noter, sont auto-alimentés par le port USB.

Mise à jour : Ce sont en fait 5 plateaux de 800 Go qui sont intégrés et non pas 4 de 1 To, merci à Romain pour l'info !

HGST lance ses disques 10 To dédiés à l'archivage

Tags : HGST; SMR;
Publié le 09/06/2015 à 15:12 par
Envoyer Imprimer

HGST vient d'annoncer le lancement officiel de ses disques durs de 10 To. Nous avions déjà eu l'occasion de vous parler de ces modèles très particuliers qui n'ont pas grand-chose à voir avec des disques durs traditionnels.


Si l'on retrouve des innovations déjà vues comme le fait qu'ils soient scellés et remplis d'héliums pour augmenter le nombre de plateau (une technologie déjà utilisée sur leurs modèles 8 To « classiques »), d'autres sont plus originales. HGST utilise ici le Shingled Magnetic Recording (SMR), une technique d'écriture particulière des données ou les pistes se superposent partiellement. Si cela permet d'augmenter la densité, en contrepartie on doit gérer ces blocks de 256 Mo un peu à la manière de la mémoire flash, en utilisant des cycles « read write erase » pour l'intégralité du bloc.

 
 

Le SMR tel qu'implémenté par HGST doit être géré directement par le système d'exploitation, ce qui implique une restriction de ses usages. HGST a publié un SDK open source sur GitHub et l'on retrouve le support dans le noyau Linux depuis la version 3.17. Pour ces raisons HGST recommande l'utilisation de ces nouveaux disques principalement pour des taches d'archivage ou dont les écritures sont principalement séquentielles.

Un formulaire est désormais disponible pour les intéressés, le prix public n'étant pas communiqué !

Des nouvelles du HGST 10 To, un disque très spécial

Tags : HGST; SMR;
Publié le 14/03/2015 à 00:00 par
Envoyer Imprimer

Nos confrères de ZDNet ont pu apercevoir le disque HGST de 10 To, un nouveau record, qui était annoncé comme en cours de qualification en septembre dernier. Cette dernière semble arriver à terme puisqu'il est question d'une disponibilité à compter du second trimestre. Ce disque utilise pour rappel la technologie HelioSeal de HGST, il est ainsi hermétique et utilise de l'hélium à la place de l'air ce qui permet de passer de 5 à 7 plateaux en 3.5" avec une épaisseur classique de 26mm.


Mais ce qui permet à cette version d'offrir 10 To de stockage au lieu de 8 To sur le He8 c'est l'utilisation du SMR que nous avions décrit dans cette actualité. Le problème du SMR est la réécriture puisqu'on déborde sur la piste adjacente, c'est pour cela que ces disques sont plutôt destinés au "stockage froid", soit des données qui sont peu accédées et mises à jour.

Ce disque est organisé en bandes de 256 Mo, ce qui fait qu'en théorie si on veut mettre à jour une donnée sur cette bande ne serait-ce que de 4 Ko il faut mettre à jour toute la bande via un read-modify-write. Mais alors que le SMR était jusqu'alors directement contrôlé par les disques, cette fois c'est directement l'hôte qui le prend en charge (cf. cette présentation) ce qui le rend incompatible avec les systèmes d'exploitation actuels en l'absence de modification.

Ceci passe par les standard ZBC et ZAC (Zoned Block Commands et Zoned-device ATA command set) actuellement en cours de finalisation et qui sont très stricts sur les usages qui peuvent être faits puisque seules les écritures séquentielles sont autorisées alors que les commandes de lecture ou d'écriture qui seraient à cheval sur plusieurs bandes sont interdites. Ces contraintes fortes ne sont pas un problème pour un "stockage froid" mais permettent de n'autoriser que des commandes dont le niveau de performance peut-être garanti.

De plus à la manière d'un SSD avant toute réécriture on cherchera à écrire des données en remplissant des bandes vierges ou partiellement utilisées et à libérer des bandes via Garbage Collection si les bits stockés correspondent à des données qui ont été effacées. Tout ceci est donc géré directement par l'hôte afin d'éviter d'augmenter les coûts au niveau du disque en lui-même vu qu'il est destiné à des marchés ou les disques sont achetés par centaines voire milliers. Il faut donc un support logiciel spécifique et c'est ce que permettra sous Linux la librairie libzbc mise au point par HGST.

Vous l'aurez compris, si HGST proposera bien le premier disque de 10 To cette année au-delà même de son prix qui devrait être autour des 700 € (c'est le prix d'un He8) il ne sera réservé qu'a des usages très spécifiques !

Top articles