Actualités cartes mères

Le DisplayPort passera aussi par l'USB Type-C !

Publié le 22/09/2014 à 17:52 par
Envoyer Imprimer

VESA vient d'annoncer avoir travaillé avec l'USB-IF afin de pouvoir utiliser les nouveaux connecteurs USB Type-C pour transférer un signal DisplayPort. Contrairement à des technologies existantes comme DisplayLink qui encapsulaient de la vidéo au travers du protocole USB, il s'agit bel et bien cette fois ci d'utiliser les connecteurs physiques USB Type-C pour faire transiter un signal DisplayPort.


Techniquement, la chose repose sur deux particularités de l'USB Type-C. La première est la manière dont les câbles gèrent l'aspect réversible :


La construction du câble est symétrique avec en haut et en bas les mêmes brochages. Ou presque, puisque l'on peut noter la présence en pratique de quatre canaux de données (TX1, TX2, RX1 et RX2). Chacun de ces canaux est capable de transférer 10 Gb/s dans un sens. Dans le cas de l'USB 3.1, seul un TX et un RX sont utilisés (techniquement, un seul des pins CC porte un signal, ce qui permet de savoir lesquels utiliser) même si la spécification se permet, à l'avenir, d'en utiliser plus (on imagine facilement le prochain standard USB annoncer l'utilisation des quatre canaux pour 20 Gb/s dans chaque sens !).

L'autre particularité de l'USB Type-C qui est utilisé ici est ce que l'on appelle l'Alternate Mode dont nous vous avions brièvement parlé lors de l'IDF. Il s'agit d'utiliser le protocole de négociation de l'USB-PD 2.0 (le Power Delivery qui permet de faire transiter 60 à 100 watts dans un câble, un standard autrefois optionnel mais rendu obligatoire avec les connecteurs Type-C) pour déterminer un mode de fonctionnement alternatif.

Dans le cas de l'Alternate Mode DisplayPort, le fonctionnement est assez simple. Pour rappel, DisplayPort est un protocole par paquet, développé par VESA et non soumis à des royalties (contrairement au HDMI). Ce protocole repose sur quatre canaux de transmission de données pouvant atteindre 5.4 Gb/s en DP 1.2a, ou 8.1 Gb/s dans le tout fraichement annoncé DP 1.3 !


Techniquement donc, on peut utiliser les quatre canaux d'un câble USB Type-C pour faire transiter un signal DP 1.3 complet (et donc piloter par exemple un écran 5K en 60 Hz), un système de mux permettant de détecter, côté PC, si l'on est connecté à un écran ou à un périphérique USB plus classique.


Mieux, il est possible de cumuler DP et USB 3.1 en conservant les deux canaux utilisés par l'USB 3.1 et en utilisant les deux autres pour faire transiter un signal DisplayPort. On se retrouvera alors un petit peu plus limité en résolution, seulement un écran 2560x1600 ou deux écrans 1920x1080 en mode DP 1.2a, ou un écran 4K en mode DP 1.3.

L'annonce de VESA ne va pas jusqu'à dire que l'USB Type-C va devenir de facto le nouveau connecteur standard pour DisplayPort, mais l'on peut comprendre que l'intention de l'USB-IF et de VESA y est. Lors de notre rencontre durant l'IDF, les membres de l'USB-IF étaient très insistants sur leur volonté de faire de l'USB Type-C le connecteur universel, que ce soit pour les chargements et les périphériques, une vision qui se complète aujourd'hui avec l'absorption de la fonctionnalité DisplayPort (et par le biais d'adaptateurs, eux aussi annoncés, des standards DVI, HDMI et VGA).

Si le « rêve » du type de connecteur unique pour nos machines peut être alléchant, en pratique il manque encore quelques détails sur l'implémentation précise. En effet, si l'on peut imaginer que cette spécification permette - au hasard - de créer un « Ultrabook » avec seulement quelques ports capables de gérer toutes les fonctionnalités (USB, chargement et DP Alternate Mode), cela ne sera pas forcément le cas au fur et à mesure que l'on augmentera le nombre de ports, par exemple sur une carte mère desktop ou muxer tous les ports USB à l'IGP n'aura que peu de sens (principalement pour des raisons de cout, on passera sur la complexité du cas des cartes vidéos additionnelles !). L'Alternate Mode est pour rappel optionnel et l'USB-IF proposera un moyen de démarquer (via un logo ou un code couleur, cela ne nous avait pas été précisé) les ports gérant ce mode.

Disposer de câbles qui rentrent physiquement partout, mais ne font pas forcément ce que l'utilisateur attends est un vrai problème pour le rêve du câble unique. Quelque chose que l'on avait déjà soulevé par les deux niveaux de puissances gérés par la norme USB-PD (60 et 100 Watts), qui nécessiteront des câbles différents et qui disposeront d'une démarcation - par logo ou couleur - là encore non précisé. Malgré tout, le mouvement de convergence vers l'USB Type-C semble assez fort dans l'industrie. Il sera très intéressant de voir si des annonces d'écrans utilisant ce nouveau connecteur suivront. Pour rappel, les premières machines disposant de ports USB Type-C arriveront d'ici à la fin de l'année avec un déploiement plus large prévu pour 2015.

Les 3 cartes X99 EVGA et tableau récap de 29 cartes

Publié le 08/09/2014 à 13:55 par
Envoyer Imprimer

On finit notre aperçu des cartes mères X99 avec EVGA. Petit poucet du monde de la carte mère, le constructeur qui vise particulièrement les "power user" se limite à 3 cartes :


On peut voir qu'EVGA fait l'impasse sur certaines fonctionnalités intégrées chez les autres fabricants. Il n'est ainsi pas question de contrôleur SATA supplémentaire ou de Hub pour l'USB 3, si bien qu'on se "limite" au mieux aux 10 SATA 6G et aux 6 USB 3 du X99 ce qui n'est pas forcément problématique à l'usage.

On pourrait par contre regretter l'absence d'un SATA Express ou d'un port M.2 très rapide, puisqu'au mieux on dispose sur la Classified d'un M.2 a priori interconnecté en x2 au X99 soit 1 Go /s alors que d'autres proposent une connexion à 4 Go /s via le CPU. Les trois cartes intègrent des boutons Power/Reset, des points de mesures de tension, et un afficheur pour les codes de boot ainsi que la température processeur. Les versions E-ATX y ajoutent des switchs pour les PCIe, et il faut noter que sur ces deux cartes le connecteur ATX 24 pins est coudé.


[ X99 Classified ]

On commence le tour du propriétaire par la X99 Classified au format E-ATX. Elle intègre 5 ports x16 Gen3, ils peuvent être utilisés en en x16/x0/x0/x16/x8 ou en x8/x8/x8/x8/x8 avec un CPU 40 lignes et en x16/x0/x0/x8/x4 ou x8/x8/x0/x8/x4 avec un CPU 28 lignes. L'étage d'alimentation est de 10 phases, et à notre connaissance EVGA est le seul à faire appel à un contrôleur PWM 10 canaux pour les gérer ce qui sur le papier est une meilleure idée que d'utiliser 12 phases qui sont en fait pilotées par un contrôleur PWM 6 canaux, même si une nouvelle fois ce genre d'étage d'alimentation musclé ne sera utile que pour les overclockings les plus extrêmes.

Deux ports M.2 sont présents, le premier de type Socket 1 est a priori interfacé en PCIe Gen2 x1 et USB2 et est destiné à accueillir une carte WiFi/Bluetooth non fournie, alors que le second est plus classiquement destiné à un SSD et est a priori connecté au X99 en PCIe Gen2 x2 soit 1 Go /s. L'audio est pris en charge par une puce Creative Sound Core 3D, comme sur les Gigabyte de gamme Gaming, et le réseau par un jeu de deux puces Intel, un PHY I217V qui permet d'accéder au contrôleur du X99 et un contrôleur I210.


[ X99 FTW ]

La X99 FTW conserve le format E-ATX et les 5 ports x16 Gen3 mais on passe cette fois à un étage d'alimentation 8 phases piloté par 8 canaux. Les ports M.2 ne sont plus de la partie, tout comme la puce son Creative remplacée par le plus habituel codec Realtek ALC1150. On conserve par contre les deux connecteurs réseau Intel.


[ X99 Micro ]

EVGA fait l'impasse sur l'ATX pour passer directement au microATX avec la X99 Micro. Cette fois l'étage d'alimentation processeur est composé de 6 phases sur 6 canaux et on trouve 3 connecteurs PCIe Gen3 utilisables en x16/x16/x8 avec un 5960X/5930K et en x16/x8/x4 avec un 5820K. L'écart entre les connecteurs 2 et 3 n'est toutefois que d'une carte.

Le port M.2 pour carte WiFi est de retour, et on trouve comme sur la FTW un Realtek ALC1150 pour l'audio alors que le réseau filaire Gigabit est pris en charge par le PHY I217 combiné au X99. Seulement 6 des 10 ports SATA 6G du X99 sont utilisés par EVGA. Sur ce petit marché du X99 microATX les X99M Extreme4 et X99M de Killer d'ASRock semblent clairement plus intéressantes puisqu'intégrant un port M.2 pour SSD à 4 Go, les 10 SATA, un eSATA, 2 ports réseau Gigabit… pour le même tarif.

Pour ceux que ça intéresse voici notre tableau récapitulant les caractéristiques des 29 cartes présentées à ce jour :

ASUS lance 4 cartes X99, une 5ème en approche

Publié le 08/09/2014 à 08:13 par
Envoyer Imprimer

Nous continuons notre tour d'horizon des X99 Express avec ASUS qui lance une gamme très réduite, 4 cartes seulement ! Une version intermédiaire entre la X99-A et la X99-Deluxe, la X99-Pro devrait bientôt voir le jour mais nous n'avons pas encore ses caractéristiques.


Parmi les points communs on note la présence systématique de 8 phases pour l'alimentation processeur qui sont pilotées par un contrôleur PWM 8 canaux sur les modèles les plus haut de gamme. Petite originalité d'ASUS, le fabricant a remarqué que les processeurs LGA-2011 v3 intégraient plus de points de contacts que les 2011 prévus et a développé un "OC Socket" doté d'une soixantaine de pins supplémentaires destinés à les utiliser. Ces points de contacts sont a priori destiné à l'alimentation et leur présence permettrait de répartir la puissance fournie au processeur entre plus de contacts, ce qui serait utile selon ASUS en cas d'overclockings extrêmes - en dehors de la course au record vous pouvez passer votre chemin.

Le port M.2 est systématique, il est interconnecté en PCie Gen3 x4 soit le plus rapide possible et n'accepte par contre pas les M.2 SATA. Pour le réseau RJ45 Gigabit c'est systématiquement un PHY Intel 218V qui est utilisé, combiné sur les X99-WS et W99-Deluxe avec une puce Intel I211-AT pour un second port. Le WiFi est présent sur toutes les cartes sauf la X99-A.

Côté USB ASUS fait appel pour 14 ports au X99 qui gère les 4 ports internes et 2 ports à l'arrière de la carte et à un contrôleur ASM1042AE qui en gère deux supplémentaires à l'arrière. Le reste des ports arrière est obtenu depuis le X99 combiné à des hub 1 vers 4 ports. Sur la X99-A par contre le X99 gère 4 ports interne et seulement 1 port arrière directement, les 5 autres ports étant obtenus pour deux d'entre eux par l'ASM1042AE et un autre via un hub 1 vers 3 port.


[ Rampage V Extreme ]

On commence par la Rampage V Extreme, une carte mère E-ATX de gamme ROG spécialement destinée aux fans d'overclocking. Elle intègre 4 ports PCIe x16 Gen3, utilisables en x16/x0/x16/x0 ou x16/x8/x8/x8 avec un processeur 40 lignes et x16/x0/x8/x0 ou x8/x8/x8/x0 avec un processeur 28 lignes. Si vous utilisez un SSD M.2, le 4è port sera limité au x4 avec un CPU 40 lignes. On notera d'autre partage de lignes, ainsi l'utilisation du PCIe x4 en x1/x2 désactive le second SATA Express, utilisé en x4 il désactive en sus 2 ports USB 3 et un port PCIe x1.

De nombreuses fonctionnalités sont présentes pour l'overclocking : boutons power, reset, switchs PCIe, MemOK! pour démarrer avec les réglages mémoires par défaut, le Safe Boot qui permet de démarrer avec des réglages bios minimum sans pour autant perdre les votres, ou le bouton Retry qui agit comme si vous coupiez l'alimentation de la carte mère avant un redémarrage.

La carte est de plus livrée avec une backplate LN2 et l'OC Panel, un périphérique pouvant faire office de rhéobus et de console d'overclocking externe et qui intègre Subzero Sense (deux connecteurs pour thermocouples) et VGA Hotwire (résistance variables pour l'overvolting de GPU). On trouve sur la carte mère pas moins de 8 connecteurs d'alimentation et 7 capteurs thermiques, dont 3 connectables à des sondes externes fournies.
Côté stockage en sus du port M.2 PCIe x4 Gen3 on dispose des 10 SATA du X99, dont deux au sein d'un SATA Express, ainsi que d'un SATA Express additionnel géré par une puce ASMedia (on est donc à 12 SATA au total). La gestion sonore est assurée par un codec Realtek ALC1150 renommé en "SupremeFX 2014", avec une isolation renforcée, un amplificateur casque et des condensateurs haut de gamme.


[ X99-WS ]

Un peu à part dans la gamme, la X99-WS utilise un format CEB et fait la part belle aux ports PCIe Gen3 puisque ce sont pas moins de 7 ports qui sont intégrés ! Pour ce faire ASUS intègre deux switch PLX8747 mais n'a pas encore voulu nous communiquer le détail de l'implémentation. Ce switch accepte 16 lignes en entrée pour 32 en sortie, on peut supposer qu'ils sont connectés en x16 au CPU avec un CPU 40 lignes et x16 et x8 avec un 28 lignes. On peut en tout cas les utiliser en x16/x0/x16/x0/x16/x0/x16 avec 4 cartes double slot, ou x16/x8/x8/x8/x8/x8/x8 sinon.

On reste sur 12 SATA, dont 4 dans deux ports SATA Express, mais ASUS y ajoute 2 eSATA gérés par une seconde puce ASMedia. Deux ports réseaux Intel sont de la partie et le Realtek ALC115 est intégré avec Crystal Sound 2, c'est-à-dire avec l'habituel trio protection contre les interférences, amplificateur audio et condensateurs haute qualité.




[ X99-Deluxe ]

La X99-Deluxe arbore pour sa part des coloris noirs et blancs nouveaux chez ASUS. Ce sont cette fois 5 ports PCIe Gen3 qui sont intégrés sur cette carte ATX, mais avec des cartes double slot seul le SLI/CFX sur 3 cartes sera possible ce qui n'est déjà pas mal… Avec un processeur 40 lignes on peut utiliser les ports en x16/x0/x16/x0/x8 ou en x8/x8/x0/x8/x0 avec trois cartes, une seconde solution préférable avec 3 cartes et un SSD M.2 puisque la vitesse du dernier port est limité en x4 dans ce cas. Avec un 5820K on sera en x16/x0/x1/x8/x1 ou en x8/x8/x1/x8/x1, les deux ports x1 étant connectés non plus au CPU mais au X99 ! Côté PCIe toujours il faut noter que le port x4 Gen2 désactive lorsqu'il est utilisé en x1/x2 le second SATA Express, et lorsqu'il est utilisé en x4 ce sont deux ports USB 3 arrières qui sont inactifs en plus.

Le port M.2 est placé faute de place de manière étrange, à l'avant de la carte et à la verticale (un support est fourni pour le maintenir). ASUS livre en plus une carte fille venant se positionner dans un port PCIe qui permet d'intégrer un second M.2 ! Ce n'est pas la seule carte livrée puisqu'une petite carte d'extension livrée avec la carte permet d'ajouter la gestion de 3 ventilateurs 3/4 pins supplémentaires (la carte en gère déjà 6) et permettant de gérer 3 sondes de températures dont une fournie. Comme sur la X99-WS et comme c'est le cas également sur la Rampage on a droit à 14 USB 3 et au WiFi intégré. La partie audio est gérée par une puce Realtek ALC1150 associée à Crystal Sound 2.




[ X99-A ]

Enfin la X99-A est la carte "d'entrée de gamme" d'ASUS sur le X99. Plus sobre en termes de fonctionnalités elle n'en est pas moins suffisante pour 99% des usages. Le nombre de slots PCIe Gen3 est réduit à 3, ils sont utilisables en x16/x16/x8 avec un 5960X/5930K et x16/x8x/4 avec un 5820K, mais le dernier port devient inactif si vous utilisez le port M.2. Pour le reste on dispose des 10 SATA du X99, dont 2 au sein d'un port SATA Express, d'un réseau Intel I218V et de l'audio Realtek ALC1150 avec Crytal Sound 2 ainsi que de 10 USB 3 via le X99, un hub et un contrôleur ASMedia. A noter que par défaut le port PCIe x16 Gen2 interfacé en x4 avec le X99 fonctionne en x1, pour l'utiliser en x4 il faudra se passer de deux ports USB arrières et d'un des ports PCIe x1.

Quintette de X99 Express chez MSI

Publié le 04/09/2014 à 18:59 par
Envoyer Imprimer

On continue notre tour d'horizon des X99 avec maintenant MSI qui a eu la bonne idée de se limiter à 5 cartes. Malgré cela on retrouve en fait les trois segmentations habituelles, à savoir overclocking, gaming et classique :


En terme de format seul l'E-ATX et l'ATX sont présent, MSI laissant le microATX à ASRock et EVGA. Côté point commun on note l'intégration systématique d'un port SATA Express (intégrant 2 SATA parmi les 10 proposés) et d'un port M.2 à très haute vitesse, 4 Go /s, puisque câblé en PCIe x4 Gen3. Ainsi configuré il empêche par contre l'utilisation du dernier port PCIe x16, mais il est également possible de le relier via des options dans le bios agissant sur des switchs en SATA ou en PCIe x2 Gen2 (1 Go /s). La contrepartie de cette configuration c'est alors qu'on ne peut pas combiner le M.2 avec le SATA Express ou les 2 SATA qu'il intègre, ce qui est possible lorsqu'il est configuré en PCIe x4 Gen3.

Côté USB 3 MSI intègre généralement 12 ports, 4 directement par le X99 accessibles via des connecteurs pour boitiers alors qu'à l'arrière on dispose de 8 ports : 2 du X99, 4 d'un contrôleur VIA et 2 d'un contrôleur ASMedia, tous deux interconnectés au X99 en PCIe x1. Seule la XPOWER sort du lot avec 14 ports cette fois, 4 du X99 via des connecteurs pour boitier et à l'arrière 2 issus d'un contrôleur ASMedia et 8 de deux hubs ASMedia relié chacun à 1 port USB 3 du X99.



[ X99S XPOWER AC ]  [ X99S MPOWER ]

La gamme overclocking est composée de deux cartes, X99S XPOWER AC et X99S MPOWER, respectivement aux formats E-ATX et ATX. Sur la première on a droit à 5 ports PCIe Gen3 x16 qui peuvent tous fonctionne en x8 avec un CPU 40 lignes, mais avec un limité à une carte simple slot. On peut également les utiliser avec 3 cartes en x16/x0/x0/x16/x8 ou avec 4 cartes en x8/x8/x0/x16/x8. Avec un 5820K il faudra être en x8/x8/x0/x8/x0 ou x8/x8/x0/x8/x4. A défaut de permettre le SLI à 3 cartes, il sera donc possible de faire du CrossFire à 4 cartes avec un tel CPU puisque AMD le permet sur un port x4.

En ATX les 4 ports peuvent être configurés en x16/x16/x0/x8 avec 3 cartes ou x8/x16/x8/x8 avec 4 (mais avec un seul slot d'écart entre deux cartes) avec un 5960X/5930K. Avec un 5820K on sera en x16/x8/x0/x4 ou x8/x8/x8/x0 avec trois cartes et en x8/x8/x8/x4 avec 4 cartes. Ces configurations sont valables pour les autres cartes E-ATX et ATX de la gamme.

Les fonctionnalités destinées à l'overclocking sont bien sûr légion avec sur la MPOWER un afficheur de code de boot, des points demesure, des boutons pour le démarrage/reset et l'oc, un bouton pour booter directement dans le bios et un autre à l'arrière de la carte pour la remise à 0 du bios. La XPOWER y ajoute un port USB sur la carte mère, près des SATA et des accessoires comme un support pour ventilateur ou une backplate pour soutenir les broches destinées à un montage de type LN2. Côté alimentation dans les deux cas MSI intègre 12 phases, mais elles sont gérées par un contrôleur PWM 6 canaux et le signal n'est pas plus lissé qu'avec 6 phases gérées par le même contrôleur, point sur lequel un étage 8 phases / 8 canaux aura l'avantage. Bien sûr avec 12 phases la charge par composant restera plus réduite mais on sera dans tous les cas très loin des limites.

La XPOWER intègre 2 port Gigabit gérés par des puces Intel, contre 1 pour la MPOWER, et ajoute en sus la gestion du WiFi. Côté audio on trouve un Realtek ALC1150 accompagné de l'ensemble Audio Boost comprenant entre autre des protections contre les interférences, deux amplificateurs casque (pour les sorties avant et arrière) et des condensateurs haut de gamme.



[ X99S GAMING 9 AC ]  [ X99S GAMING 7 ]

La gamme Gaming comprend également 2 cartes, une E-ATX et une ATX. On perd les fonctionnalités spécifiques à l'overclocking - ce qui n'empêche bien entendu pas un overclocking en pratique ! – et on passe au rouge et noir mais ce n'est pas tout. L'étage d'alimentation est de type 8 phases cette fois, mais on ne sait pas si le contrôleur et 8 ou 4 canaux. La partie audio est toujours assurée par un Realtek ALC1150 intégré cette fois avec Audio Boost 2, avec des menus différences à la clef comme des condensateurs qui seraient encore meilleurs par exemple, alors que c'est l'habituelle puce réseau Killer qui prend place pour la gestion du port Gigabit Ethernet.


[ X99S SLI PLUS ]

Enfin la X99S SLI PLUS ne fait pas partie de gammes overclocking ou gaming, ce qui bien sûr ne l'empêche pas d'être apte à ces utilisations. On a droit cette fois à une carte toute noire au format ATX, avec les mêmes configurations de PCIe que sur les MPOWER et Gaming 7, la carte est d'ailleurs très proche de cette dernière. Par rapport à celle-ci on repasse à une puce réseau Intel, avec cette fois un PHY permettant d'utiliser le contrôleur intégré au sein du X99 et non un contrôleur complet comme sur la MPOWER, et la partie audio est simplifiée avec "seulement" un Realtek ALC892 intégré de manière classique. C'est probablement le point faible de cette carte face aux autres cartes "d'entrée de gamme" (tout est relatif en X99) des constructeurs, puisque ASUS, ASRock et Gigabyte proposent tous un Realtek ALC1150 avec une intégration similaire à l'Audio Boost. Même si cette partie audio devrait s'avérer plus que suffisante dans la plupart des cas, d'autant que c'était la norme jusqu'à il y a peu, il faudra qu'elle soit compensée au niveau tarifaire, la carte ne se distinguant pas sur d'autres points.

9 cartes mères LGA 2011-v3 pour ASRock

Publié le 03/09/2014 à 18:16 par
Envoyer Imprimer

Après Gigabyte nous passons à la gamme ASRock qui réussit à faire "mieux" avec 9 modèles et détient son record. Contrairement à Gigabyte on ne trouve pas de modèles créés pour un simple caloduc, mais les sempiternels quasi doublon sur la base des couleurs ou des ports réseaux sont présents. On notera par contre la présence de deux cartes microATX !


Au niveau des points commun on notera l'intégration d'au moins un port M.2 acceptant à la fois les SSD SATA mais aussi PCIe avec au maximum x4 Gen3, soit 4 Go /s rien que ça ! Ces lignes sont donc issues du processeur, et il faut souligner que l'utilisation d'un SSD M.2 PCIe désactivera un des ports PCIe x16 sur les cartes qui en ont 5 ou 3. L'utilisation d'un M.2 SATA empêche pour sa part l'utilisation d'un des ports SATA traditionnel, il en va de même pour l'utilisation d'un eSATA sur les cartes qui en sont pourvues, ce qui est une bonne chose au passage. Sur certaines cartes un second port M.2 SATA/PCIe est intégré, relié cette fois aux lignes du X99, avec là encore des compromis probable en cas d'usage mais qui ne sont pas encore précisés par ASRock

Au niveau du PCIe, avec un processeur 5960X/5930K 40 lignes vous aurez le droit entre les choix suivants sur les cartes avec 5 ports : x16/x0/x0/x16/x0, x8/x8/x0/x16/x0 ou x8/x8/x8/x8/x8. Avec un 5820K 28 lignes ce sera x16/x0/x4/x8/x0 ou x8/x8/x4/x8/x0. Avec 3 ports ce sera x16/x16/x8 ou x16/x8/x4, et avec 2 x16/x16 ou x16/x8, selon le CPU. Clair comme de l'eau de roche non ? Vous pouvez dire merci à Intel.

Au niveau point commun on notera qu'ASRock utilise sur toutes les carts une puce audio Realtek ALC1150 accompagnée de "Purity Sound 2", un ensemble composé de condensateurs audio haut de gamme, d'une puce isolée tant que possible des interférences et de deux amplificateurs TI NE5532 (pour les sorties arrière mais aussi pour la sortie audio avant).

A une exception près, la X99 Extreme3, les cartes sont dotées de 12 phases, mais il s'agit en fait d'un contrôleur PWM 6 canaux avec un doubleur sur chaque canal. Un étage d'alimentation 8 canaux / 8 phases est sur le papier plus efficace en terme de qualité de courant en sortie, le seul avantage des 12 phases étant en cas de charge très élevée sur chaque phase... d'ailleurs ASRock mentionne une puissance possible de 1300W pour l'OC Formula ce qui est bien sûr complètement surdimensionné.


[ X99 OC Formula ]

La gamme est comme d'habitude compensée d'une carte spéciale overclocking, la X99 OC Formula, qui dispose notamment de points de mesure, boutons facilitant l'overclocking, switchs pour activer/désactiver les slots PCIe, afficheur des codes de démarrage et un port USB à l'avant.

Cette carte E-ATX a toutefois un "quasi doublon" dans la gamme Gaming avec la X99 Professional si ce n'est la couleur des radiateurs qui passe de jaune à rouge (mais je vous rassure, même avec une carte rouge l'overclocking est possible !), un petit radiateur supplémentaire pour le refroidissement du X99 situé entre le CPU et le 1er port PCIe et relié au radiateur principal via un caloduc ainsi que la configuration réseau, avec sur la OC Formula une puce Qualcomm Atheros et sur la Professional une puce Qualcomm Killer E2200 avec les fonctionnalités Gaming de priorisation des paquets. Un autre port Gigabit Ethernet géré par un PHY Intel I218V est présent.



[ X99 Professional ]  [ X99X Killer ]  [ X99M Killer ]

Toujours dans la gamme Gaming on trouve ensuite une carte mère ATX avec 3 PCie x16, la X99K Killer. Si elle perd les fonctionnalités listées-ci-dessus dediés aux bidouilleurs en tout genre ainsi que le second port M.2, elle conserve la présence de deux ports Gigabit Ethernet. Cette fois le "quasi doublon" est à chercher du côté de la gamme "Classique" avec la X99 Extreme6 qui troque là encore la puce Killer pour une Atheros et le rouge comme le bleu (mais là encore, on peut heureusement jouer avec une carte mère bleue...).

On revient à la gamme dite Gaming avec la X99M Killer au format microATX. ASRock est avec EVGA le seul à couvrir ce format en LGA 2011-v3. La carte est logiquement plus simple au niveau de fonctionnalités mais on conserve là encore l'alimentation CPU à 12 phases et le double réseau. Bien entendu le nombres de ports PCIe x16 est réduit et il faudra se contenter du SLI ou CrossFire avec 2 cartes, ou encore de 6 ports USB 3.0, rien de dramatique. Le pendant de cette carte au sein de la gamme classique est cette fois la X99M Extreme 4, qui se distingue par la couleur et le réseau.





[ X99 WS ]  [ X99 Extreme6 ]  [ X99 Extreme4 ]  [ X99 Extreme3 ]  [ X99M Extreme4 ]

La gamme classique est complétée par deux cartes ATX, les X99 Extreme4 et X99 Extreme3. Elles vont à l'essentiel ce qu'on ne leur reprochera pas, et couvriront déjà la très grande majorité des usages. Par rapport à l'Extreme3, l'Extreme4 permet principalement de passer de 6 à 12 phases (ou plutôt de doubler les 6 phases existantes, ce qui ne devrait pas être utile en cas d'overclocking classique), de 4 à 8 DIMM et ajoute la gestion du SLI/CFX sur 3 cartes au lieu de 2 et un eSATA. Enfin la X99 WS reprend le format E-ATX déjà utilisé sur les cartes X99 OC Formula et Professional mais fait fit des fioritures pour l'overclocking ainsi que du second M.2 et de la multiplication des ports USB 3.0, logiquement ce devrait donc être la carte la moins chère chez ASRock pour qui aurait besoin des 5 ports PCIe x16 Gen3, elle dispose également de deux ports réseaux Gigabits gérés par des puces Intel cette fois.


Top articles