Actualités cartes mères

Une gamme AM4 réduite chez ASUS

Tags : AM4; ASUS; B350; Ryzen; X370;
Publié le 03/03/2017 à 10:28 par
Envoyer Imprimer

Alors que Ryzen vient de pointer le bout de son nez, il est temps de commencer à faire le tour de ce que proposent les différents fabricants de cartes mères. On commence par ASUS qui, une fois n'est pas coutume, se contente de… 4 cartes mères !

 
 

On commence par le haut de gamme avec la ROG Crosshair VI Hero qui fait appel à un X370. L'AM4 est alimenté par un total de 12 phases dont 8 pour la tension destinée aux CCX, en fait a priori 4 phases doublées. 4 DIMM sont présents, supportant en double canal jusqu'à 64 Go de mémoire en DDR4-2400 avec un APU de 7è génération ou un Athlon et la DDR4-2666 avec un Ryzen, les modes DDR4-2933 et 3200 étant accessibles via overclocking. Si les APUs sont acceptés comme sur toutes les cartes mères AM4, la Crosshair est dépourvue de sortie graphique intégrée.

La carte dispose de deux slots PCIe x16 Gen3, utilisables en x16/x0 ou x8/x8 avec un Ryzen ou en x8/x0 avec un APU. Seul un Ryzen permettra donc de faire du SLI, le CrossFireX sera pour sa part possible en utilisant un troisième slot PCIe x16 Gen2 qui est en fait relié en x4 au chipset : fausse bonne idée. Trois ports PCIe x1 Gen2 sont également présents mais ils partagent leurs lignes avec le port x4.

Côté stockage on dispose d'un port M.2 capable de fonctionner en SATA 6 Gbps ou en PCIe x4 Gen3 avec un Ryzen auquel il est directement connecté, ou seulement en SATA avec un APU ce qui est assez étrange puisqu'il devrait normalement pouvoir être en PCIe x2 Gen2. 8 ports SATA sont également gérés, tous issus du X370.

Pour l'USB 3.0 on retrouve un total de 8 ports à l'arrière, 4 gérés par le CPU et 4 par le X370, alors que les USB 3.1 du X370 officient sur un connecteur interne à la carte mère et que deux autres ports USB 3.1 à l'arrière sont gérés par un contrôleur ASMedia additionnel.

Pour le réseau, ASUS fait appel à une puce Intel I211-AT alors que l'audio est confié à un codec Realtek ALC S1220A auréolé de la mention SupremeFX du fait des divers raffinements qui entourent son intégration. A noter que la carte intègre un générateur d'horloge externe qui permet d'overclocker par le bus le processeur sans pour autant impacter le fonctionnement du reste du système (PCIe, SATA, etc).

 
 

La Prime X370-PRO se "limite" pour sa part à 10 phases, dont 6 pour les CCX, et ajoute une sortie HDMI 1.4b et DisplayPort 1.2 pour qui l'utiliserait avec un futur APU. Côté PCIe et stockage on retrouve une configuration quasi identique à la Crosshair, si ce n'est que le port M.2 fonctionne bien en PCIe x2 Gen3 avec un APU. On perd 2 ports USB 3.0 à l'arrière - il faut faire place aux sorties vidéo - alors que le réseau filaire reste géré par un Intel I211-AT et l'audio par un Realtek ALC S1220A dont l'intégration est une peu moins soignée.

 
 

Avec la B350-PLUS on descend à 6 phases dont 4 pour les CCX. Les lignes PCIe du Ryzen ne pouvant être associées à deux ports distincts avec un B350, on ne trouve plus qu'un port PCIe x16 Gen3 qui sera donc câblé en x16 à un Ryzen et x8 à un APU. 1 port PCIe x16 Gen2 relié en x4 au B350 est présent ainsi que 2 PCIe x1 Gen2 (les lignes sont partagées avec le port x4) et deux bon vieux PCI.

Côté stockage si 6 port SATA sont présent sur la carte mère, 4 sont issus du B350 et 2 du processeur. Le M.2 est lui géré directement par le processeur, en SATA ou en PCIe x4 Gen3 avec un Ryzen / PCIe x2 Gen3 avec un APU. Utiliser ce M.2 en PCIe ou SATA avec un Ryzen bloquera l'utilisation des 2 autres SATA gérés par le CPU sur la carte mère, ce sera également le cas avec un APU si le M.2 est utilisé en SATA.

L'USB est forcément plus limité vu les possibilités du B350 mais on dispose tout de même de 2 ports 3.1 et 4 port 3.0 à l'arrière, avec en plus un connecteur USB 3.0 interne. Le réseau est cette-fois confié à un Realtek RTL8111H et l'audio à un Realtek ALC887.

 
 

A défaut de modèle mini-ITX, comme c'est le cas chez à peu près tous les constructeurs à ce jour, ASUS propose enfin avec la B350M-A un modèle Micro ATX. Par rapport à sa grande soeur on perds les deux ports PCI et les radiateurs sur l'étage d'alimentation, ce sont à peu près les seules différences si ce n'est une bizarrerie au niveau de l'USB puisque les ports 3.1 ne seraient plus gérés par le B350 mais par un contrôleur additionnel ASMedia.

Vous l'aurez compris les spécificités de la plate-forme AM4, qui accueille des gammes de processeurs qui sont en fait des SoC et dont les caractéristiques au niveau des E/S ne sont pas les mêmes, ne simplifie pas la lecture des caractéristiques même cela offre bien entendu d'autres avantages du fait de la présence d'un socket unique.

Voici le tableau de récapitulatif, basé sur les possibilités offertes avec un Ryzen :

Pour revenir à ASUS, en dehors du modèle mini-ITX, il manque à notre sens à la gamme ASUS une sorte de "X370-A" intermédiaire entre les B350-PLUS et X370-PRO.

Biostar dévoile sa gamme AM4

Tags : AM4; B350; Biostar; X370;
Publié le 21/02/2017 à 08:01 par
Envoyer Imprimer

Biostar est le premier à dévoiler sa gamme de carte mère AM4.

La X370GT7 est le modèle le plus haut de gamme. Pouvant accueillir les AMD Ryzen AM4 comme les APU A-Series à ce format, elle supporte également 4 slots DDR4 pouvant atteindre les DDR4-2667, cette dernière vitesse étant réservée aux Ryzen.

Côté PCIe on dispose de deux slots PCIe x16 Gen3, fonctionnant en x16/x0 ou x8/x8 avec un Ryzen ou x8/x0 avec un APU. Le troisième slot PCIe x16 fonctionne en x4 Gen2 alors qu'on dispose en sus de 3 PCIe x1 Gen2. 6 connecteurs SATA 6 Gb/s sont intégrés ainsi qu'un M.2 pouvant fonctionner en SATA 6 Gb/s ou en PCIe. Là encore selon le CPU la vitesse variera puisqu'il sera câblé en x4 Gen3 (4 Go/s) à un Ryzen et en x2 Gen3 (2 Go/s) à un APU.

Côté USB 3 on trouve deux USB 3.1 Gen2 dont un Type-C, quatre USB 3.0 et deux connecteurs USB 3.0 interne. Le réseau Gigabit est pris en charge par une puce Realtek RTL8118AS et l'audio par un codec Realtek ALC1220. A l'arrière on trouve des sorties DisplayPort, HDMI 2.0 et DVI-D qui ne seront bien entendu pas utilisables avec un Ryzen mais uniquement avec un APU.

Sur la X370GT5 l'étage d'alimentation est moins fourni, même si la répartition des phases n'est pas précisée. On perd également le second slot PCIe x16 Gen3 et un PCIe x1 Gen2 alors que deux slots PCI sont de la partie (ça existe encore !). Le codec audio descend d'un cran en gamme et passe à un ALC892. Le DisplayPort disparait et on passe à un HDMI 1.4 ce qui fait que le 4K @ 60 Hz n'est plus géré : pour exploiter pleinement l'iGPU il faut donc prendre la carte la plus haut de gamme, logique…

Ce modèle est également décliné en B350, chipset qui se distingue du X370 par l'absence du SLI/CFX (ça tombe bien il n'y a qu'un port x16 sur la carte) et un nombre de SATA et USB moindre. Cela se traduit par le passage de 6 à 4 SATA sur la B350GT5 et de 2 à 1 connecteur interne USB 3.0.

Enfin la X370GT3 reprend l'étage d'alimentation de la GT5 mais utilise un format Micro ATX. Les 2 PCI passent à la trappe tout comme le port USB 3.1 Type-C, et le codec audio passe cette fois à l'ALC887. Elle est également déclinée en B350GT3, on perds alors comme en GT5 2 SATA et 1 connecteur interne USB 3.0.

X370, B350, A320 : les chipsets AM4 détaillés

Publié le 05/01/2017 à 18:10 par
Envoyer Imprimer

A l'occasion du CES, AMD a dévoilé une partie des détails de sa gamme de chipset pour plate-forme AM4. Nous les avons combinés avec ce que nous savions par ailleurs ce qui permet d'avoir une vue complète de ce qui sera possible sur la plate-forme AM4 :

Pour rappel, Summit Ridge (Ryzen) et Bristol Ridge (l'APU AM4, pas encore basée sur Zen mais Excavator) sont des SoC et gèrent donc directement une partie des entrées/sorties, à savoir les lignes PCIe Gen3 bien entendu mais aussi une partie du stockage et de l'USB 3.0 Ils pourront ainsi être utilisés seuls sans être associé à un chipset ce qui correspond à la dénomination X300 ou A300 chez AMD, selon que l'overclocking soit ou non autorisé.

S'ils sont associés à un chipset, sous-traité pour rappel par AMD à ASMedia, on aura droit à des fonctionnalités supplémentaires. Ainsi, Ryzen associé à un X370 permettra de disposer de 16 lignes PCIe Gen3 et 8 lignes PCIe Gen2, ainsi qu'un maximum de 10 ports SATA ou par exemple 6 SATA et 2 ports M.2 PCIe x2.

Les lignes dédiés au stockage sont de type Gen3, qu'elles soient câblées au CPU ou au chipset, au contraire des lignes PCIe généralistes du chipset qui sont en Gen2 et offrent donc une bande passante deux fois inférieure. Elles ne sont pas communes avec les 16 ou 8 lignes Gen3 gérées par les CPU par ailleurs et on pourra donc disposer de toutes ces lignes en simultané. Il est possible d'associer les lignes du stockage et les lignes généralistes pour créer des ports x4, mais dans ce cas on sera donc en x4 Gen2. Il faut espérer que la combinaisons des 4 lignes PCIe Gen3 du stockage en un seul port est également possible mais elle n'est pas présente dans les documents AMD.

Avec le B350 on perd un peu en connectique PCIe Gen2, SATA et USB 3.0 mais on garde l'overclocking, alors que l'A320 fait encore perdre des E/S et ne permet plus l'overclocking. Comme pour l'overclocking, seuls les X3x0 permettent de débloquer sur Summit Ridge la possibilité d'avoir 2 ports PCIe x8 Gen3 et donc d'avoir du CrossFire (ou du SLI !).

Reste à voir comment tout ceci sera intégré par les fabricants de cartes mères notamment du fait de la différence entre Summit Ridge et Bristol Ridge côté stockage. Il est possible que l'alignement soit fait sur le plus petit dénominateur commun sur les cartes X370/B350/A320.

 
 

Les cartes mères AM4 pour Ryzen se dévoilent

Publié le 05/01/2017 à 12:16 par
Envoyer Imprimer

Après la conférence New Horizon il y a trois semaines la communication d'AMD autour de son Ryzen franchit une nouvelle étape.

Alors que ses prochains processeurs Ryzen sont attendus pour la fin de ce trimestre, AMD profite en effet du CES et de son exposition médiatique pour annoncer, avec les constructeurs partenaires, pas moins de 16 cartes mères AM4 compatibles avec les chipsets X370, B350 et A320.

ASRock, Asus, Biostar, Gigabyte et MSI sont donc de la partie, avec pour certains plusieurs modèles. Sont en effet annoncées les :

  • ASRock X370 Taichi, X370 Gaming K4, AB350 Gaming K4 et A320M Pro4 ;
  • Asus B350M-C
  • Biostar X370GT7, X350GT5 et X350GT3 ;
  • Gigabyte GA-AX370-Gaming K5, GA-AX370-Gaming 5, AB350-Gaming 3 et A320M-HD3 ;
  • MSI A320M Pro-VD, X370 Xpower Gaming Titanium, B350 Tomahawk et B350M Mortar.

 
 

Pour rappel, le X370 se tourne davantage vers les utilisateurs dits "enthousiastes", avec notamment des dispositions en matière en overclocking dont ne dispose les B350 et A320, plus modeste également en matière de connectique même si les détails restent à être connus.

Ces chipsets sont bien évidemment compatibles avec le socket AM4 spécifiques aux futures puces Ryzen mais aussi au APU Bristol Ridge. AMD met en avant la prise en charge de la DDR4 en mode double canal, de l'interface NVMe, des supports de stockage au format M.2, du PCIe 3.0 et de l'USB 3 et 3.1 Gen2, une partie de ces fonctions étant en fait dévolues non pas au chipset mais au CPU.

En plus de ces cartes mères conçus par cinq partenaires différents, AMD annonce avoir placé son Ryzen dans les PC de dix-sept intégrateurs à travers le monde, de la Corée du Sud à la France en passant par la Russie.

Enfin, AMD assure avoir travaillé avec une quinzaine de constructeurs pour apporter à son socket un large choix de solutions de refroidissement (à air ou liquide), mettant notamment en avant les NH-D15 et NH-U12S de Noctua pour lesquels le constructeur fournira pour rappel gratuitement l'adaptateur nécessaire.

Tous ces produits arriveront naturellement sur le marché au moment de la sortie de Ryzen, avant la fin du trimestre promet AMD.

A défaut de lancement des Ryzen la firme de Sunnyvale cherche donc à rassurer quant à l'existence d'un écosystème déjà opérationnel autour de son Ryzen. Une puce à propos de laquelle les attentes sont importantes, qu'elles émanent des utilisateurs ou des investisseurs.

Intel Z270, H270 et B250 Express

Publié le 03/01/2017 à 18:02 par
Envoyer Imprimer

Intel accompagne la sortie de ces processeurs Intel Core de "7ème" génération de nouveaux chipsets, avec côté grand public les Z270 Express, H270 Express et B250 Express. Comme d'habitude c'est le Z270 qui disposera du plus de fonctionnalités, permettant d'avoir accès à l'overclocking CPU et à la séparation des lignes PCIe de ce dernier vers plusieurs ports, alors que le H270 sera un peu bridé en terme d'USB 3.0 et de PCIe et le B250 encore plus, perdant également l'usage du RAID. Les fabricants de cartes mères vont bien entendu renouveler toute leurs gammes avec des dizaines de modèles chacun, cédant pour la plupart à la mode des LED multicolores (sic).

Mais qu'apporteront réellement ces cartes mères par rapport au Z170, H170 et B150 Express ? Finalement pas grand-chose, si ce n'est l'assurance de disposer d'office d'un bios compatible avec les Kaby Lake là où les cartes de génération précédente nécessitent souvent une mise à jour du bios qui doit se faire avec un Core de 6è génération (ou sans processeur pour les cartes le permettant).

Pour le reste les nouveautés liés au chipset en lui-même sont relativement faibles. On reste ainsi à 6 ports SATA 6 Gbps et 10, 8 et 6 USB 3.0 sur chipset Z, H ou B. Le nombre de ports PCIe lié au chipset augmente par contre avec respectivement 24, 20 et 12 lignes Gen3 contre 20, 16 et 8 en génération 100. De quoi multiplier les ports M.2 par exemple, mais pour rappel le lien entre chipset est processeur reste en DMI 3.0 soit l'équivalent de 4 lignes PCIe 3.0.

Les chipsets Serie 200 sont par ailleurs les premiers à supporter officiellement la technologie Optane. Ces SSD de petite taille, 16 ou 32 Go, utilisent de la mémoire 3D Xpoint ultra rapide et sont utilisés pour faire office d'intermédiaire entre le support de stockage et la mémoire. Rien de bien révolutionnaire en pratique a priori, Intel mettant en avant une réactivité comparable à un SSD en couplant HDD et Optane… autant utiliser un SSD directement alors ? Voilà qui nous rappelle les SSD lorsqu'ils étaient utilisés comme accélérateur via la technologie Intel Smart Response, ce qui ne nous avait pas convaincu à l'époque.


Top articles