Actualités cartes graphiques

AMD travaille sur un lien à 100 Go/s

Tag : AMD;
Publié le 22/01/2016 à 15:51 par
Envoyer Imprimer

AMD a indiqué à PC Watch qu'il travaillait sur un nouveau type d'interconnexion capable d'atteindre une bande passante de 100 Go /s. Il pourrait être utilisé entre les GPU, mais aussi entre CPU et GPU voire avec des FPGA spécialisés. AMD n'a pas souhaiter révéler si il était déjà prévu pour la mémoire unifiée et la cohérence des caches. Ce nouveau type de bus s'avère être nécessaire dans le cadre du GPGPU, certains calculs s'avérant limité en multi GPU par le bus PCIe.

Cette initiative n'est pas sans rappeler le NVLink de Nvidia. Annoncé en 2014, cette interconnexion verra le jour sur Pascal dans une première génération avec un débit de 20 Go /s par lien (16 Go /s effectifs) et a priori au moins 4 liens sur les GPU les plus haut de gamme. Il est question sur la seconde génération prévue pour les GPU Volta d'atteindre un total de 200 Go /s alors que cette version prendra en charge la mémoire unifiée.

Alors que NVLink sera intégré dans sa seconde version sur les Power9 d'IBM, on peut compter sur AMD pour intégrer son futur lien sur ses Opteron, voire pour ouvrir cette interconnexion à des tiers sans coût supplémentaire. Reste ensuite à offrir un écosystème assez intéressant afin de les motiver à l'intégrer !

CES: Imagination: ray tracing en démonstration

Publié le 22/01/2016 à 05:10 par
Envoyer Imprimer

Lors de la GDC 2014, Imagination avait annoncé la possibilité d'intégrer à ses GPU un module d'accélération matérielle du ray tracing, ce que nous avions expliqué en détails ici. A peu près deux ans plus tard, lors de ce CES, nous avons pu observer cette technologie en action… face à un GPU haut de gamme classique.

Pour rappel, Imagination est un fournisseur de technologie et de propriétés intellectuelles, dont les GPU sont par exemple massivement intégrés dans les SoC Apple. Et, à notre connaissance, jusqu'ici aucun de ses clients n'a opté pour l'ajout du module optionnel de ray tracing, développé suite au rachat de Caustic Graphics en 2010. Mais étant donné qu'on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, Imagination a décidé de faire fabriquer en petit volume son propre GPU, le PowerVR GR6500, histoire de disposer d'un kit de développement et de pouvoir présenter quelques démonstrations de sa technologie.


Le PowerVR GR6500, nom de code Wizard, est une variante du PowerVR Series 6 XT(Rogue) équipée du module de ray tracing. Il est cadencé à 600 MHz et intègre 4 clusters pour une puissance de calcul de 150 Gflops (et 300 Gflops en basse précision). Une configuration identique, en dehors du ray tracing, à celle du GPU de l'Apple A8 (iPhone 6) mais cadencée à une fréquence doublée. Imagination nous a précisé que ce PowerVR 6500 a été fabriqué en 28nm, mesure un peu plus de 100 mm² et consomme 4.5 W, nous sommes donc plus proche du monde mobile que de celui des gros PC de bureau.

En ce qui concerne le ray tracing, ce GR6500 est capable de lancer 300 millions de rayons par seconde qui pourront représenter jusqu'à 24 milliards de tests et 100 millions de triangles par seconde. Et le tout avec un rendement énergétique très élevé, les techniques de ray tracing intégrées permettant de regrouper intelligemment les calculs et les accès mémoire.


Pour montrer ce dont est capable sa technologie, Imagination a tout d'abord mis en place un rendu de type path tracing, interactif avec amélioration progressive de l'image comme c'est souvent le cas. Une même scène est alors rendue sur le GR6500 ainsi que sur une GTX 980 Ti sous Blender avec accélération CUDA. Il y a quelques petites différences au niveau de l'interprétation des matériaux mais Imagination précise que la charge est identique, même si elle a probablement été choisie de manière à montrer Wizard sous son meilleur jour.


Le rendu du GR6500 en haut, de la GTX 980 Ti en bas.

Le résultat est sans appel : le PowerVR GR6500 est 5x plus performant que la GTX 980 Ti (qui est un modèle EVGA overclocké) tout en consommant nettement moins. Le système équipé du GPU Power consomme ainsi 10x moins que celui équipé de la GeForce, un écart qui exploserait si nous n'observions que la consommation des GPU.

Un rendu interactif c'est bien, mais un rendu en temps réel c'est encore mieux. Pour cela, Imagination a travaillé avec Unity pour intégrer le support de sa technologie, que ce soit pour un rendu 100% à base de ray tracing, ou hybride qui utiliserait cette approche pour certains éléments tels que les ombres, les réflexions ou encore les transparences.

 
 

Deux autres démonstrations étaient ainsi présentées par Imagination. Sur la première, qui tourne sur un GR6500, la géométrie et l'éclairage sont dynamiques et mettent en avant les multiples niveaux de réflexions ainsi que des ombres aux contours parfaits, ce que la rastérisation classique ne parvient pas à obtenir, même en ayant recours à plusieurs niveaux de détails avec les cascaded shadow maps.

La seconde démonstration se contente d'une géométrie fixe mais plus complexe et y ajoute la prise en compte de la réfraction. Pour celle-ci, un système plus musclé a été mis en place avec pas moins de 4 cartes équipées du GPU PowerVR GR6500 qui travaillent de concert. Une configuration globale qui n'est pas si éloignée que ça de ce que l'on pourrait imaginer pour de futurs SoC fabriqués sur des process plus évolués et qui permet à cette démonstration de tourner avec un haut niveau de performances, plus de 30 fps et probablement 60 fps.


Imagination a fourni un kit de développement sur base de cette carte PCI Express équipée du GR6500 à une poignée de développeurs et envisage d'étendre ce programme à d'autres qui en feraient la demande. Car ses ambitions sont sérieuses dans le monde mobile mais pas uniquement.

Comme pour chaque génération de consoles, Imagination compte répondre aux différents appels d'offre de Microsoft, de Sony ou encore de Nintendo pour leurs futurs modèles. Et a bon espoir de convaincre l'un d'eux en jouant sur l'aspect "différenciation". Un argument qui pourrait faire mouche après que deux fabricants se soient retrouvés dans une position délicate suite à une technologie très proche sur la génération de consoles actuelles : en ayant fait le choix d'un GPU AMD similaire mais moins musclé que celui pour lequel a opté Sony, Microsoft a perdu toute possibilité de se démarquer sur le plan graphique.

Le pari d'Imagination est qu'au moins un fabricant de console opte pour un GPU PowerVR de mainère à éviter cette situation, et l'argument du ray tracing pourrait faire la différence. Encore faut-il que les développeurs soient d'accord de faire l'effort nécessaire pour son support, mais Imagination se veut rassurant sur ce point en expliquant qu'utiliser sa technologie demande moins de travail que l'optimisation du rendu des ombres sur les GPU classiques.

La HBM2 4 Go Samsung en production

Tags : HBM; Samsung;
Publié le 20/01/2016 à 08:58 par
Envoyer Imprimer

Samsung vient d'annoncer qu'il avait débuté la production en volume d'une puce HBM2 d'une capacité de 4 Go. Offrant une bande passante de 256 Go /s, elle est composée de 4 die de 1 Go empilés, chacun comprenant environ 5000 trous pour l'interconnexion via TSV. Par rapport à la HBM utilisée sur l'AMD Fury, la capacité est multipliée par 4 et la bande passante par 2. Le tout est gravé en process 20nm, Samsung indique qu'il devrait également produire une version 8 Go via 8 die empilés cette année.

TSMC vise 2020 pour le 5nm via l'EUV

Tags : 10nm; 14/16nm; 5nm; 7nm; ASML; TSMC;
Publié le 14/01/2016 à 16:57 par
Envoyer Imprimer

TSMC a présenté ses résultats pour le dernier trimestre 2015, pour une fois ils sont en baisse avec des ventes et un bénéfice qui baissent respectivement de 8.5 et 8.9%. La part du 16/20nm dans les revenus est en hausse, passant sur trois mois de 21 à 24%, ce qui se fait surtout au dépend du 28nm qui passe de 27 à 25%.


Le fondeur se montre confiant pour l'année à venir, indiquant qu'il devrait passer de 40% de parts de marché sur les process 16/14nm à plus de 70% en 2016. Cela se fera via 16FF+ (FinFet+) destiné aux produits les plus performants mais aussi nouveau 16FFC (FinFet Compact) pour le moyen de gamme et la basse consommation.

Pour le reste TSMC a confirmé le 10nm pour 2017, sans donner de date précise. Il y a trois mois il était question d'un début de la production en volume au dernier trimestre 2016 et de premiers revenus au premier trimestre 2017. La production en volume en 7nm a été annoncée pour le premier semestre 2018, et il faudra attendre 2 années supplémentaires avant de voir débarquer le 5nm. Le 5nm devrait finalement être le premier à utiliser l'EUV, mais TSMC travaille encore avec ASML à fiabiliser les machines : il a ainsi pu atteindre sur une période de 4 mois une moyenne de 500 wafer exposés par jour – on est assez loin des 1000 wafer qu'elle peut atteindre en pointe.

Le 14nm LPP produit en volume chez Samsung

Tags : 14/16 nm; Samsung;
Publié le 14/01/2016 à 13:20 par
Envoyer Imprimer

Samsung vient d'annoncer avoir débuter la production en volume de puces utilisant son process 14nm LPP (Low-Power Plus). Cette seconde génération de 14nm chez Samsung fait suite au 14nm LPE (Low Power Early) notamment utilisé pour le Samsung Exynos 7 et l'Apple A9. Deux produits sont d'ores et déjà annoncés en 14nm LPP, le Samsung Exynos 8 et le Qualcomm Snapdragon 820.


Le 14nm LPP de Samsung est annoncé comme permettant d'atteindre des vitesses 15% plus élevées et une consommation en baisse de 15% par rapport au 14nm LPE. Il est pour rappel également déployé chez GlobalFoundries qui avait indiqué en novembre dernier que le lancement de la production en volume était imminent, AMD étant le client mis en avant à l'époque.


Top articles