Comparatif : 10 Nas 2 et 3 disques

Publié le 11/06/2008 par
Envoyer Imprimer
Serveurs multimédia
Les serveurs multimédias permettent aux lecteurs compatibles d’accéder directement aux vidéos, sons et photos stockées sur le Nas. « Lecteurs compatibles » ? Globalement, il s’agit de tous les lecteurs équipés d’une interface réseau d’une part, et bardés du le logo DLNA (ou UPNP AV) d’autre part : consoles de jeux (PS3, notamment), chaines hifi, amplis audio, lecteurs audio indépendants (Logitech Squeezebox, Terratec Noxon2audio, etc.), platines DVD de salon, Medialinks, téléphones portables (Nokia N95, notamment), cadres photos, etc.

Et ça fonctionne ? Techniquement, oui, mais cela n’est pas toujours utilisable pour autant. Et fait, c’est plutôt le côté ergonomique qui est problématique, surtout pour les photos et vidéo : les platines DVD et Medialinks, en effet, proposent le plus souvent des interfaces de navigation poussives, exagérément minimalistes, et à la réactivité toute relative. Les lecteurs audio s’en sortent mieux grâce aux tags ID3 des fichiers musicaux, tandis qu’une Playstation 3 offrira également de bien meilleures prestations.

Les types de fichiers pris en charge dépendent évidemment du lecteur, mais aussi du serveur multimédia lui-même. Pour nos tests, et afin de ne pas situer la limite du côté du premier, nous avons commencé par nous munir du Popcorn Hour, un lecteur multimédia réseau réputé pour sa capacité à gérer la plupart des codecs vidéo disponibles aujourd’hui. Ce boitier, que l’on équipera ou non d’un disque dur, doit ces excellentes performances à son circuit de décodage Sigma Design SMP8635.


Hélas, l’appareil s’est avéré incompatible avec la plupart des serveurs DLNA intégrés aux Nas… Pourquoi, dans ce cas, en parler quand même ? Tout simplement car il nous a permis d’expérimenter une bien meilleure solution que les serveurs DLNA pour se servir des Nas comme médiathèque numérique. L’appareil est en effet capable de se connecter tout seul à des partages SMB ou NFS : en quelques manipulations de télécommande, on navigue parmi les fichiers du Nas le plus naturellement du monde ! Le serveur DLNA ne sert plus à rien et c’est tant mieux : on peut le désactiver pour gagner en performances sur le Nas, tandis que l’on n’est plus limité par ses capacités. Nous avons notamment pu lire sans saccades des fichiers MKV / X264 en 1080p, ou encore des fichiers M2TS / H264 en 1080p (format Blu-ray), avec multiples pistes audio : aucun serveur DLNA testé ne prétend, de prêt ou de loin, gérer l’un ou l’autre de ces formats ! Cerise sur le gâteau, les sous-titres externes sont pris en charge dans la grande majorité des formats utilisés aujourd’hui. Fin de la parenthèse…

Voici donc les principaux formats de fichiers pris en charge par les serveurs multimédia testés. Ce tableau a été élaboré avec le Popcorn Hour lorsqu’il était compatible avec le serveur DLNA, une platine DVD équipé d’un circuit Sigma Design EM8620L dans le cas contraire, et le tout complété des informations parfois fournies par le fabricant du Nas.


Plusieurs constructeurs ont décidé de ne pas développer leur propre serveur, mais d’utiliser celui de Twonkyvision (baptisé Twonkymedia), la référence en la matière. Concernant Raidsonic, attention toutefois : il ne s’agit que d’une version d’évaluation valable 30 jours !.

Les performances de Twonkymedia sont très bonnes, et il permet de plus personnaliser la façon dont sont affichés les fichiers multimédia : les possesseurs de larges MP3thèques apprécieront. Le serveur reconnait de plus un grand nombre de fichiers, mais son sempiternel talon d’Achille réside dans la non prise en charge totale des sous-titres externes (SRT, Sub…).

C’est un point dans lequel brille en revanche le serveur de Synology. Si celui-ci n’est pas certifié DLNA, il n’en offre pas moins une compatibilité satisfaisante (voir cette liste de compatibilité ainsi que celle-ci), en dehors du Popcorn Hour cependant…

Iomega utilise le serveur Mediatomb, mais dans une mouture manifestement tellement antédiluvienne qu’elle n’autorise pas la moitié de ce dont le logiciel est normalement capable aujourd’hui. Le serveur ne gère pas non plus les caractères accentués dans les noms de fichiers et de dossiers, tout comme la solution de Thermaltake. Cette dernière se comporte en outre de manière assez étrange : nous avons pu lire nos vidéos servant à tester les sous-titres (AVI / Divx / MP3), mais aucune de notre panel de test de codecs…

Enfin, carton plein pour Zyxel concernant le visionnage de photos, qui reconnait le plus grand nombre de formats. Il y a cependant une astuce : une option permet de demander à l’appareil de convertir, à la volée, les fichiers image en Jpeg !

Au final, nous ne sommes toujours qu’à moitié convaincus par ces serveurs, sauf pour le streaming audio vers des chaînes Hifi ou lecteurs dédiés, qui offrent alors, de manière générale, une ergonomie suffisante. Les audiophiles s’orienteront plutôt vers une solution Twonkymedia, qui en plus de gérer efficacement les grosses MP3thèques, reconnaît les fichiers Flac et les métadonnées Vorbis Comment. Pour ce qui est de la vidéo, en revanche, une solution du type Popcorn Hour ou Tivx nous paraît nettement plus adaptée et performante.
Vos réactions

Top articles