Comparatif : 10 Nas 2 et 3 disques

Publié le 11/06/2008 par
Envoyer Imprimer
Rappel sur les Nas et le Raid
Si vous n’êtes pas familiers avec les Nas et les technologies Raid, nous vous conseillons la lecture préalable de ce dossier. Contentons-nous ici de rappeler brièvement que les Nas (Network Attached Storage) sont des espaces de stockages autonomes connectés à un réseau. Il s’agit donc d’une solution particulièrement adaptée au partage de données entre plusieurs machines, qu’il s’agisse du réseau familial ou de celui d’une PME.

Les Nas accueillent généralement plusieurs disques durs, ce qui permet de mettre en œuvre des stratégies de sécurisation de données grâce aux technologies Raid. Avec les modèles retenus pour ce comparatif, limités à deux disques (sauf le Thecus N3200 qui en accueille trois), les possibilités sont toutefois assez limitées :

- on configurera les disques en Raid 1 pour la sécurité des données. Ce mode consiste à répliquer, en permanence, le premier disque sur le second. En cas de défaillance de l’un ou de l’autre, aucune donnée n’est perdue. En contrepartie, deux disques de 500 Go n’offrent donc finalement que… 500 Go de stockage réel ;
- le Raid 0 n’est pas conseillé, car toutes les données sont perdues en cas de crash de l’un ou l’autre des disques. Les performances sont toutefois meilleures, tandis que la capacité des disques est exploitée au maximum.
- si c’est la capacité qui importe, alors c’est le mode Jbod – dans lequel les disques sont simplement mis bout à bout pour créer un volume unique – que nous recommandons. Certes les performances sont un peu moins bonnes qu’en Raid 0, mais la panne d’un disque n’empêche pas d’accéder aux données stockées sur l’autre.

Le Thecus N3200 est un peu à part car il accueille trois disques, qui permettent de créer un volume Raid 5. Retenez simplement qu’en termes de capacité, tout se passe comme si vous n’aviez que deux disques (1 To disponibles avec trois disques de 500 Go, par exemple). En termes de sécurité, le système tolère la panne d’un disque sans perte de données. Enfin, en termes de performances, elles sont théoriquement meilleures qu’en Raid 1, même si ce n’est pas toujours constaté en pratique, car la gestion d’un volume Raid 5 réclame beaucoup de ressources. Pour plus d’informations reportez-vous à cette page.

Avant de poursuivre, on rappellera également brièvement les principaux reproches habituellement formulés à l’égard des Nas :

- ils sont lents ! Aucune machine testée dans ce comparatif n’a des performances qui égalent celles d’un simple disque dur USB 2.0… dans le meilleur des cas, comptez généralement cinq bonnes minutes pour transférer l’équivalent d’un DVD (4,3 Go à 15 Mo/s), contre moins de trois minutes en USB 2.0 (26 Mo/s). Et avec des fichiers de petite taille, les performances s’effondrent littéralement…
- il n’est pas possible d’accéder aux disques en USB 2.0. Vous pouvez évidemment les relier directement au PC, mais avec un câble réseau uniquement.
- si le Nas offre un bon niveau de protection contre les pannes de disques, rien n’empêche le Nas lui-même de tomber en panne... Dans ce cas, la récupération des données peut devenir très compliquée, voire impossible.
Vos réactions

Top articles