Comparatif : 10 Nas 2 et 3 disques

Publié le 11/06/2008 par
Envoyer Imprimer
Raidsonic IB NAS4220-B

C’est le moins cher de tous ! A seulement 160 € ttc le barebone, cet Icy Box NAS4220-B est le plus économique des Nas testés ici, même une fois équipé de disques. Il semble de plus ne pas trop faire l’impasse sur les fonctions, puisque sont annoncées la gestion du NFS, des téléchargements, la présence d’un serveur iTunes et de Twonkymedia, ainsi que la possibilité de prendre la main sur le Nas en SSH.
Installation et mise en route

Bon, il n’y a cependant pas de miracles, et un prix aussi bas signifie nécessairement que Raidsonic a du réaliser des économies quelque part. Bonne nouvelle, ce n’est pas sur la qualité de fabrication : les finitions sont excellentes et le boîtier, en aluminium, particulièrement robuste.

L’ouverture du boîtier nécessite de retirer quatre vis sur le dessous. A l’intérieur, il n’y a pas de chariots et il faut caler chaque disque sur des guides anti-vibrations en caoutchouc. L’espace entre chaque disque est cependant bien trop limité, puisqu’ils sont quasiment collés l’un à l’autre : du coup, la température dépasse un peu les limites du raisonnable, notre sonde thermique ayant relevé presque 50° pour celui du dessous (donc entre les deux disques, en fait).

A ce sujet, signalons que l’appareil dispose d’une sonde thermique que le manuel recommande de disposer entre les deux disques. A priori, elle servira à ajuster la vitesse du ventilateur de 40 mm auquel est confié le refroidissement. En revanche, rien n’est prévu pour afficher le relevé de température, qui restera donc un mystère… On remarque également la présence d’un bouton reboot à l’arrière du boîtier, utile en cas de plantage.

La consommation est correcte lorsque l’appareil est sous-tension, mais atteint tout de même les 4 W quand il est éteint, contre 1 W au maximum pour tous ses concurrents : c’est beaucoup trop ! Et pour finir sur les mesures environnementales, on regrettera également un niveau de bruit assez élevé lors des accès disques.

L’initialisation des disques se fait directement après allumage du Nas : il n’est donc pas nécessaire d’installer un outil sur le PC pour transférer le firmware. On peut alors choisir le niveau de Raid, et même opter pour un formatage Fat32 des disques quand on fait du Jbod.
A l’usage
C’est en ouvrant le navigateur sur la page de configuration du Nas que l’on découvre la nature des économies réalisées par Raidsonic ! Uniquement disponible en anglais, l’outil de configuration ne s’embarrasse pas de fioritures et présente l’information de manière un peu… brute. L’appareil affiche, par exemple, les infos Smart des disques sans aucune mise en forme, ni unités, ni interprétation des valeurs ; difficile de se retrouver parmi le nom des variables…

On regrette aussi le fait que rien ne soit prévu pour prévenir l’utilisateur en cas de défaillance disque. Défaillance qui, de surcroît, occasionnera un plantage de la machine si elle survient pendant une copie de fichier… Pour découvrir la panne, l’utilisateur devra impérativement se rendre sur la page de configuration du volume Raid ; tant qu’il ne le fait pas, il utilisera un volume dégradé sans aucun moyen de s’en apercevoir.

Autres petites déconvenues : la version de Twonkymedia n’est qu’une version d’essai de 30 jours, le Nas ne gère pas du tout les volumes NTFS (pas même en lecture seule) sur la prise USB, et gère mal les volumes USB Fat32 (nous avons du formater le disque en Ext3 pour réaliser les mesures de performances).

En revanche, côté extensions, l’appareil dispose dorénavant d’une sorte de système de plugins pour l’installation de nouvelles applications. Il suffit de transférer l’archive dans un répertoire particulier pour que l’installation correspondante soit automatiquement installée lors du démarrage suivant. Le constructeur propose quelques applications par défaut, et notamment celle permettant d’activer l’accès SSH pour la connexion en ligne de commande.

On retrouve également un serveur HTTP statique, thttpd, ainsi qu’une application de téléchargement un peu particulière baptisée Streamripper. A l’instar du logiciel homonyme apparu il y a quelques années, celle-ci permet de récupérer les musiques diffusées par les radios internet. Le système créée automatiquement un fichier par morceau, automatiquement nommé grâce aux tags ID3.
Rapport performances/prix
Côté performances, c’est franchement mauvais en écriture, puisque le Raidsonic fini bon dernier avec moins de 10 Mo/s. Les choses s’arrangent cependant en lecture, puisqu’il revient alors dans la bonne moyenne avec des taux de transfert tout à fait convenables. Rappelons que contrairement à la majorité de ses camarades, l’IB-Nas4220 n’est pas équipé d’une puce Marvell mais d’un circuit Gemini SL3516 de Storm Semiconductors.

Bref, au final, il s’agit d’un produit tout juste correct. Certes il n’est pas cher et dispose de quelques atouts clé, notamment ses performances en lecture, mais il faudra faire avec des défauts que tout le monde ne sera pas prêt à accepter : température élevée, absence de mécanismes d’alerte en cas de panne, interface indigente et performances médiocres en écriture.

Terminons avec deux précisions :
– ce modèle semble notoirement incompatible avec les disques durs de marque Samsung ;
– il existe deux versions de ce produit : la 1.1 et la 1.2. Nous avions commencé les tests avec la 1.1, avant que Raidsonic nous fasse parvenir la seconde version, suite au problème de plantage constaté lors d’une panne disque en Raid 1. La version 1.2 n’a pas résolu le problème, et Raidsonic n’a pas non plus souhaité se montrer plus disert sur les améliorations quelle apportait. Selon les retours de certains utilisateurs, il se pourrait toutefois qu’elle corrige la compatibilité avec les disques Samsung, mais nous ne pouvons l’affirmer… Quoiqu’il en soit, soyez vigilants lors de l’achat et exigez impérativement la mouture 1.2.


On aime :
– Le prix ;
– Les performances en lecture ;
– L’accès SSH et l’ajout d’applications ;
– Qualité de fabrication.

On regrette :
– Les performances en écriture ;
– Température, consommation à l’arrêt et niveau de bruit un peu élevés ;
– Aucun mécanisme d’alerte ;
– L’interface ;
– Consommation à l’arrêt ;
– Ne reconnaît pas les disques NTFS sur la prise USB.
Vos réactions

Top articles