Comparatif : les Multifonctions à 150 Euros

Publié le 30/11/2005 par
Envoyer Imprimer
Toujours le même gang de quatre
Le marché des imprimantes a considérablement évolué en deux ans. L´ancienne gamme maîtresse, celle des monofonctions A4, s´est effondrée au profit de deux nouvelles, les imprimantes photo 10 x 15 cm (10 % du marché environ) et les multifonctions (60 % du marché). Qu´est ce qu´un multifonctions ? C´est une imprimante jet d´encre standard à laquelle les constructeurs ajoutent un scanner à plat, la combinaison des deux fonctions en faisant un copieur couleur et noir&blanc. Leur succès s´explique par leur facilité d´usage : l´ordinateur n´a pas à être allumé pour qu´on imprime ses photos ou qu´on sorte une photocopie couleur ou, noir et blanc d´un document. Et en plus, ces multifonctions ne sont pas forcément plus encombrants que les imprimantes jet d´encre A4.


En revanche, les acteurs sont restés les mêmes. On retrouve les indécrochables Canon, Epson, HP et Lexmark. Deux outsiders essaient de venir jouer les troublions : Brother et Olivetti. Tous deux ont développé leur propres technologies, ce qui n´est pas le cas de Dell.


L´imprimante Brother est économe en encre, pas très grand public dans son design (elle intègre en plus un fax, ce qui complique le tableau de commandes) et ses tirages ne valent pas encore en finesse ceux des quatre leaders. Ils ont néanmoins considérablement progressé en trois ans. C´est particulièrement le cas en mode photo.
Le cas Olivetti
Olivetti revient sur ce marché, après un bref essai il y a 4 ou 5 ans. Nous avons essayé deux de leurs imprimantes : c´est la catastrophe. Ils avaient du faire face à l´évidence : leurs deux modèles testés, l´entrée de gamme à 99 € et l´autre à 159 €, étaient très loin des débits et de la précision des imprimantes concurrentes, même tout premier prix (79 €).

Un temps il fut donc question d´une suspension de leur commercialisation. Mais non, finalement Olivetti continue à les vendre et continuera dans les mois qui vont suivre. A notre avis ils ont tord. Mais vraiment. D´emblée les tests avaient très mal commencé. Voici ce que donne un tirage monochrome :


Vous ne rêvez pas, ce sont bien des gouttes d´encre qui sont en surface là. L´imprimante est généreuse. Tant pis pour vos finances (les cartouches coûtent 30 € chaque) ; tant pis si la couleur demandée n´était pas noire mais grise ; tant pis aussi pour la page suivante qui ramassera une partie de cette encre à son dos.
Pour rester dans le domaine de l´évident, le pilote de cette imprimante est le seul que nous connaissons qui soit privé du mode Paysage. Les multifonctions Olivetti ne travaillent qu´en Portrait, ce sera à vous de penser à faire tourner vos photos d´un quart de tour avant de lancer l´impression ; à moins de faire appel à leur propre outil d´impression des photos. Olivetti nous a expliqué que le mode Portrait quand il est implémenté dans le driver pose de multiples soucis de compréhension avec Windows. Peut-être sur leur driver, mais chez les autres ça fonctionne parfaitement.
Ensuite, quand vous tirez des photos deux options sont proposées : qualité optimale ou photographique. Contrairement à ce qu´on pourrait imaginer, il ne faut SURTOUT pas prendre l´option qualité photo. Sinon, un tirage A4 prendra 35 minutes, pour une qualité pas meilleure (c´est à dire vraiment pas terrible comparé à ce que produisent les concurrents) qu´en qualité optimale.

Conscient de ces problèmes, Olivetti nous a annoncé avoir l´intention de revoir le driver sur les modèles en vente à partir de janvier, ainsi que leur firmware. Ok mais d´ici là ? Cela veut dire qu´ils vont vendre un produit de cette qualité tout en connaissant ses défauts ? Et même après janvier, un nouveau driver et un firmware mis à jour risquent de ne pas suffire. Cela ne changera pas la taille des gouttes, la précision très en deçà de la moyenne des sorties bureautiques, l´ergonomie décevante du produit (le système d´ouverture, le bras qu´on manque de casser à chaque fois qu´on ferme l´imprimante, la position de l´écran mal placé, les messages d´erreur incompréhensibles car Olivetti a opté pour des icones sans texte, pour ne pas avoir à les traduire - donc ça clignote dans tous les sens, on voit parfois un décompte mais pour comprendre ce dont il s´agit...). laissons leur le bénéfice du doute : peut-être en janvier l´imprimante sera bien meilleure. En tout cas, elle devrait éjecter moins d´encre.

En attendant d´ici janvier, pour le bien de tous, laissez cette imprimante où elle est : dans son carton, dans le magasin. Ne cédez surtout pas aux appels des promotions qui ne manqueront pas d´arriver quand il s´agira d´écouler des stocks. Attendez au moins sa version corrigée, voir carrément la génération 2 de ce produit (été 2006).

Etant donné les différences de conception et / ou de qualité entre les produits Brother et Olivetti avec ceux de Canon, Epson, HP et Lexmark, nous avons choisi de ne pas les intégrer complètement au comparatif, mais de vous donner, pour information, les qualité des tirages sur toutes les épreuves. On en revient donc aux quatre acteurs historiques, dont nous allons détailler les gammes et le produit retenu aujourd´hui dans les pages suivantes.

Nos attentes
Le dernier comparatif paru sur ce sujet avait conclu sur un relativement bon niveau de qualité des sorties bureautiques et photo, sur une qualité parfois limite des scanners (sauf chez Epson) et sur un constat de lenteur générale des produits.

Début 2005, rares étaient les produits équipés d´écrans couleur. Pour le tirage de photo en mode autonome, leur présence est presque indispensable.

Enfin nous avions mesuré des coûts en encre globalement élevés. Espérons que les nouvelles cartouches soient plus rentables.
Les tests
Les imprimantes sont censées tout imprimer très bien, des textes, des graphiques comme des photos. Nous les testons dans tous les modes, avec tous types de documents.

Les textes sont imprimés depuis OpenOffice 1.1.4, les pages web depuis Firefox, les photos depuis Photoshop CS.

Modes testés (sont évalués à chaque fois la qualité et la vitesse), type de document :
  • brouillon monochrome, page avec juste un "o" minuscule au centre de la page. Sert à mesurer le débit max. du moteur.
  • brouillon monochrome, texte, graphique, extrait de photo.
  • standard monochrome, texte, graphique, extrait de photo.
  • standard brouillon, texte, graphique, extrait de photo.
  • haute qualité, 20 photos 10 x 15 cm en couleur.
  • haute qualité, 2 photos 10 x 15 en couleur sans marge.
  • haute qualité, 2 photos 10 x 15 noir et blanc.
  • haute qualité, 1 mire de couleurs.
  • haute qualité, 1 photo 20 x 30 cm en couleur.
  • haute qualité, 1 photo 20 x 30 cm en noir et blanc.

    Pour établir les notes, nous avons décidé de privilégier les résultats en couleur sur ceux en noir et blanc. La pondération des sorties couleur (en vitesse et en qualité) est deux fois supérieure à celle en mode monochrome (et photo noir et blanc).

    Mais ce sont aussi des scanners à plats et des copieurs. Nous testons le scanner en 75, 300, 600, 1200 et 2400 dpi, avec et sans détramage. Nous tenons compte à la fois de la vitesse des numérisations et de la qualité des travaux (rendu des couleurs, précision).

    Le mode copie est évalué en monochrome, en couleur, sur un document, sur 10 copies successives pour en tirer un débit et sur un agrandissement. Nous demandons à l´imprimante de sortir un A4 en qualité photo d´un tirage initialement en 10 x 15 cm.
  • Vos réactions

    Top articles