Comparatif : les Radeon HD 7970 et 7950 d'Asus, HIS, MSI, PowerColor, Sapphire et XFX

Publié le 14/02/2012 (Mise à jour le 26/10/2012) par
Envoyer Imprimer
Protocole de test 2.0
Après 2 ans et demi de bons et loyaux services, nous avons décidé de mette au placard le Sonata 3 et la première version de notre protocole de test complet dédié au dégagement thermique des cartes graphique. Au fil du temps ce sont pas moins de 37 solutions graphiques qui nous avions ainsi observées en détail, notamment grâce à l'imagerie thermique, une base de donnée utile lors de la mise à jour d'un système et qui donne un certain recul lorsqu'il s'agit d'étudier les résultats d'une nouvelle solution.

Le protocole de test 2.0 est lui aussi destiné à rester en place pendant un certain temps. Il est basé sur un boîtier Cooler Master RC-690 II Advanced, qui marque un changement radical par rapport au Sonota 3. Largement perforé, il est également mieux équipé au niveau du refroidissement avec un ventilateur de 140mm en aspiration à l'avant et des ventilateurs de 120 et de 140mm en extraction à l'arrière, en lieu et place de l'unique ventilateur de 120mm en extraction du Sonata 3.

Nous l'avons légèrement modifié en remplaçant l'ensemble des ventilateurs d'origine par des modèles Noctua : un NF-P14 FLX en aspiration et deux NF-S12B en extraction. Une modification qui améliore le rapport refroidissement/bruit mais qui permet surtout de nous débarrasser du bruit mécanique des ventilateurs d'origine. Si ce bruit ne modifiait pas spécialement la pression sonore obtenue lors des mesures, il rendait difficile l'appréciation à l'oreille des nuisances sonores, ce qui est nécessaire quand le ventilateur de la carte graphique produit lui aussi un bruit mécanique ou quand sa vitesse varie.


La plateforme passe du X48 et du Q6600 au P67 et au Core i7-2600. Pour la carte-mère, nous avons opté pour la Sabertooth P67 d'Asus qui a la particularité de proposer un slot d'espace en plus entre le CPU et le premier port graphique, ce qui facilite les prises de vue infrarouges. Nous avons cependant retiré son armure en plastique qui empêche de visualiser la température des différentes zones du PCB. Alors que nous utilisions précédemment le ventirad box Intel, nous avons cette fois opté pour un Big Shuriken de Scythe, plus efficace et que ne souffre pas de l'encombrement des modèles tour, qui auraient posé problème pour les photos.

Un rhéobus Scythe Kaze Master nous permet de contrôler la vitesse des ventilateurs boîtier et CPU. Elle est ainsi fixée à 900 RPM pour le ventilateur CPU au repos et en charge. Quant aux ventilateurs Noctua, ils tournent à 600 RPM au repos alors qu'en charge le 140mm passe à 780 RPM et les 120mm à 990 RPM.

Pour l'alimentation, nous avons opté pour un modèle haut de gamme : une X850 de Seasonic. Cette dernière a l'avantage d'être passive lorsque la consommation ne dépasse pas les 200W, soit quand notre système est au repos. Un SSD Vertex 2 d'OCZ de 64 Go fait office de disque système alors que deux disques durs, un Hitachi Deskstar 7200 RPM et un Western Digital Raptor 10000RPM font office de disques secondaires.

Nous remercions au passage Asus, Cooler Master, Intel et Seasonic pour nous avoir fourni la plus grosse partie des composants nécessaire à la mise en place de ce système de test.

Pour les mesures, nous conservons notre caméra thermique Fluke Ti25 qui permet d'obtenir un visuel des différentes températures que nous relevons également via les nombreuses sondes présentes sur la Sabertooth d'Asus. Nous avons par contre remplacés nos sonomètres par des modèles Cirrus Optimus CR152A Class 2 qui permettent de mesurer des niveaux sonores aussi bas que 20 dBA, niveau à laquelle la pièce utilisée permet de descendre. Les mesures de bruit ne sont donc pas comparables avec les anciennes qui ne pouvaient pas descendre sous 35 dBA.


Le sonomètre est monté sur un pied et placé à 50cm du côté du boîtier, surélevé de 20cm par rapport à la table sur laquelle ce dernier est posé. Entre 21 et 22 dBA mesuré, on peut qualifier les solutions de silencieuses. Jusqu'à 25 dBA, le refroidissement se fait de manière très discrète. Entre 25 et 30 dBA, on qualifiera le niveau de discret. Entre 30 et 35 dBA on est à un niveau standard, alors que l'on commence à être bruyant entre 35 et 40 dBA. Au delà le niveau atteint est élevé et peut devenir difficilement supportable pour un ordinateur, bien que ce seuil comme les autres soit très subjectif et dépende de plusieurs facteurs tels que la régularité du bruit ou encore l'environnement.

Nous avons cette fois décidé de mesurer les nuisances sonores lors d'une utilisation normale du boîtier, mais également en isolant la carte graphique, c'est-à-dire en coupant disques durs et ventilateurs CPU et du boîtier. De quoi départager beaucoup plus finement les cartes les moins bruyantes au repos.

Le test de charge évolue lui aussi puisque nous remplaçons le test Pixel Shader de 3DMark06/07, qui montait beaucoup trop haut en fps, par la scène 1 de 3DMark 11. Nous avons opté pour celle-ci parce qu'elle n'utilise pas la tessellation, technique de rendu qui pourrait entrainer une baisse de la consommation sur les cartes qui sont saturées à ce niveau. Cette scène est cependant 5% moins gourmande au niveau de la consommation que celle de 3DMark06, qui saturait nettement plus les unités de texturing. Ce test de charge se rapproche donc fortement d'un jeu très gourmand et reste loin des stress tests tels que Furmark et OCCT au niveau de la consommation. Le CPU, de son côté, est chargé avec Prime95 sur 4 threads, avec une priorité la plus faible.

Voici comment se déroulent les tests:

- Contrôle de la température ambiante pour rester entre 25 et 26 °C
- 45 minutes au repos
- Mesure du bruit
- Relevé des capteurs de températures
- Ouverture du boîtier pour prise rapide d'une photo thermique
- Fermeture du boîtier
- 45 minutes de charge
- Mesure du bruit
- Ouverture du boîtier pour prise rapide d'une photo thermique
- Fermeture du boîtier
- Relevé des capteurs de températures via log
- 45 minutes de charge avec overclocking
- Mesure du bruit
- Ouverture du boîtier pour prise rapide d'une photo thermique
- Fermeture du boîtier et extinction des disques durs
- Relevé du capteur de température GPU via log
- Extinction des ventilateurs CPU et boîtier
- Vitesse du ventilateur GPU fixée manuellement aux valeurs repos/charge/overclocking/100% et mesure du bruit

Notez que pour ces dernières mesures nous nous assurons que les RPM soient bien identiques, et pas seulement la vitesse exprimée en %, puisqu'ils peuvent varier légèrement avec la tension d'alimentation du ventilateur quand le GPU est en charge.

Enfin, les mesures autour de l'overclocking se font en poussant la carte au maximum de ses possibilités, ce qui inclus une modification de la tension GPU ainsi qu'un overclocking de la mémoire.
Vos réactions

Top articles