Xeon Sandy Bridge et micro serveurs

Publié le 16/03/2011 à 15:12 par
Envoyer Imprimer

Intel vient de dévoiler sa future gamme de processeurs Xeon issue de l'architecture Sandy Bridge. Utilisant le socket 1155 pour un usage monosocket, ces puces seront lancées le mois prochain, probablement pour l'itération chinoise de l'Intel Developer Forum qui aura lieu à Pekin les 12 et 13 avril.

La gamme est principalement constituée de processeurs quadruple cœurs avec des TDP variant de 80 à 95 watts. Deux puces basse consommation sont cependant mises en avant par Intel. La première est un Xeon E3-1260L annoncé à 45 W. Quadruple cœur, sa fréquence n'est que de 2.4 GHz, mais Intel ajoute un mode Turbo très agressif puisque la fréquence maximale sur un cœur utilisée monte à 3.3 GHz. Un modèle double cœur cadencé à 2.2 GHz (3.4 GHz en Turbo) est lui annoncé à 20 watts. Une semi nouveauté car si la gamme Xeon L actuelle d'Intel ne descend pas sous les 30 watts, le constructeur avait déjà proposé un processeur serveur 20 watts, le L5215.


Cliquez pour voir les caractéristiques complètes


Intel s'intéresse cependant à des niveaux de consommation encore inferieurs, en annonçant officiellement l'arrivée d'une version serveur de l'Atom. Ce n'est pas la première fois que l'Atom sera utilisé côté serveur puisque Intel avait déjà donné son aval à Seamicro pour son serveur basé sur 512 Atom N570. Aucun détail n'a été dévoilé sur les adaptations qu'Intel effectuera sur l'architecture Atom pour la version serveur. Le lancement de ces puces se fera en 2012 avec un TDP inférieur à 10 watts.

A l'heure ou la mode côté serveur est à la consolidation de multiples serveurs en un (par le biais de virtualisation), l'arrivée de l'Atom côté serveur peut poser question. Car si Intel met en avant des usages comme des serveurs web « simples », le rapport performances par watts des plateformes Atom reste inférieur à celles basées autour d'architectures x86 plus complexes comme celle de Sandy Bridge. L'Atom dispose cependant d'un avantage assez original côté serveur, son rapport bande passante mémoire/GFlop. La multiplication des cœurs allant plus vite que l'augmentation de la bande passante mémoire sur les solutions très haut de gamme. Le quadruple canal du socket 2011 répondra en partie à ce problème à la fin de l'année.


Le SM10000-64 de Seamicro, 512 Atom N570 en 10U


Reste qu'il est difficile de ne pas faire un lien entre cette annonce de futurs Atom serveurs et les premiers détails qui ont filtré la semaine dernière sur les futurs produits de Calxeda. Pour rappel, cette startup travaille actuellement sur l'utilisation de processeurs ARM côté serveur. Un analyste financier a dévoilé que la startup proposera jusque 120 processeurs ARM Cortex A9 quadruple cœurs dans un format 2U, avec une consommation de 5 watts par SoC, mémoire incluse. Calxeda annonce même des gains en matière de performances par watts vis-à-vis des solutions actuelles d'Intel et d'AMD de 5 à 10x, sans précision réelle de ce à quoi ces offres ont été comparées. Après les diverses annonces du CES (version ARM de Windows 8 pour 2012, projet « Denver » chez Nvidia), les architectures d'ARM engagent un front de plus côté serveur. La réaction d'Intel sur ce qui est historiquement le segment du marché processeur le plus rentable devra être à la mesure de ce défi supplémentaire qui s'annonce.

Vos réactions

Top articles