Comparatif SSD 2012-2013 : 37 SSD SATA 6G 120 et 128 Go

Publié le 13/04/2012 (Mise à jour le 15/11/2013) par
Envoyer Imprimer
La dernière mise à jour du 15/11/2013 a ajouté 6 nouveaux SSD détaillés ici
Enfin ! Après de longues semaines d'élaboration, voici notre nouveau comparatif de SSD. Pour ce comparatif initialement mis en ligne en 2012 et les mises à jours qui ont suivi, nous avons décidé de nous concentrer sur la capacité phare de 120 à 128 Go et de limiter notre sélection aux SSD offrant une interface SATA 6 Gbps/s. Ce sont ainsi pas moins de 37 SSD qui sont passés sur notre banc de test :


- Corsair Force 3
- Corsair Force GT
- Corsair Force GS
- Corsair Perf Pro
- Corsair Neutron
- Corsair Neutron GTX
- Corsair Neutron GTX B
- Crucial C300
- Crucial M4
- Crucial M500
- Intel 330
- Intel 510
- Intel 520
- Kingston V200
- Kingston V300
- OCZ Octane
- OCZ Petrol
- OCZ Vertex 3 MI
- OCZ Vertex 3.20
- OCZ Agility 4
- OCZ Vertex 4
- OCZ Vertex 450
- OCZ Vector
- OCZ Vector 150
- Plextor M3
- Plextor M3P
- Plextor M5S
- Plextor M5P
- Samsung 830
- Samsung 840
- Samsung 840 EVO
- Samsung 840 Pro
- Sandisk SSD
- Sandisk Ultra Plus
- Sandisk Extreme
- Sandisk Extreme II
- Toshiba Q Series


Nous profiterons également de ce dossier pour faire le point sur de nombreux aspects de cette technologie. Bonne lecture à tous !
Un SSD, c'est quoi ?
Avant toute chose, et pour ceux qui sortent d'hibernation, un petit rappel sur ce qu'est un SSD s'impose. Un SSD (pour Solid State Drive) est un support de stockage constitué de mémoire flash, en opposition au disque dur classique (HDD) qui stocke les données sur des plateaux magnétiques.

Les avantages des SSD sur les disques durs classiques sont multiples, tout d'abord en termes de performances, mais aussi de nuisance sonore et de résistance aux chocs. Leur utilisation est transparente pour le système, ils sont adressés comme des disques durs par le contrôleur SATA.

Leur désavantage se situe au niveau de la mémoire Flash dont la durée de vie est limitée. Ainsi, une Flash NAND MLC ne peut être écrite que 3 000 à 5000 fois pour celles gravées en 24-27nm, 10 000 fois pour celles en 34-35nm, mais ceci est heureusement compensé par des algorithmes de wear leveling qui répartissent l'usure entre les cellules et qui effacent complètement cette problématique sauf à réécrire complètement le SSD tous les jours, ce qui ne correspond pas vraiment à une utilisation classique.

Les puces sont également limitées du côté de la rétention des données, puisque si une cellule neuve est capable de stocker les données 10 ans, arrivée en fin de vie cette durée se limite à 1 an. En pratique et avec maintenant 4 ans de recul sur cette technologie, on peut affirmer que la confiance affichée par les constructeurs dans la fiabilité la mémoire Flash est justifiée.
Les nouveautés
Quoi de neuf depuis notre comparatif précédent ? Après des débuts en fanfare, le monde du SSD semble s'être grandement calmé puisque les SSD phares de l'époque tels que le Crucial M4 ou l'OCZ Vertex 3 sont encore d'actualité.

Bien sûr depuis de nouveaux modèles sont sortis, mais à défaut de pouvoir augmenter les débits en lecture puisqu'on est aux limites de l'interface SATA 6 Gbp/s ils se distinguent surtout par des débits en écriture plus élevés, notamment sur les modèles offrant de plus petites capacités (Samsung 830 et Plextor M3P par exemple). D'autres SSD se sont pour leurs parts concentrés sur les accès aléatoires, atteignant de nouveaux sommets dans ce domaine (OCZ Vertex 4).

Les mois passés ont permis également de voir que nul n'était à l'abri d'une faille dans son firmware. En août, Intel a ainsi sorti pour ses SSD 320 un firmware visant à corriger un bug qui rendait le SSD parfois inutilisable en cas de coupure de courant inopinée. En octobre, SandForce a proposé de nouveaux firmware mettant fin aux écrans bleus rencontrés par certains en sortie de veille notamment. En janvier ce fut au tour de Crucial de mettre à jour son M4 contre un bug entraînant un écran bleu chaque heure une fois passé les 5184 heures d'utilisation et de Samsung de mettre en ligne un firmware pour le Samsung 830 corrigeant un souci d'écran bleu en sortie de veille. Attention toutefois, si cette liste peut paraitre alarmiste de prime abord, il faut bien préciser que ces problèmes n'étaient pas systématiques. Bien heureusement, une très grande majorité des utilisateurs profitent de leur SSD sans encombre !
Vos réactions

Top articles