LCD, David vs Goliath : Iolair vs Dell

Publié le 04/04/2008 par
Envoyer Imprimer
24 pouces : MVA vs PVA
Les écrans 24 pouces gagnent encore du terrain, portés par les baisses de prix successives. Le coup le plus fort est porté par Iolair : ils proposent un 24 pouces à 300 euros environ, le prix d'un 22 pouces donc, en dalle MVA, avec entrée DVI (HDCP). Avantage immédiat comparé au très bon moniteur Iiyama plébiscité ces derniers mois : le Iolair n'est pas affecté d'un angle de vision inférieur mort, noir.


Dans le même temps, Dell sort son 2408WFP. Lui embarque une dalle PVA. Le prix est sensiblement supérieur (le double, une bagatelle...) mais le pari est un peu différent. Le 2408WFP se veut en quelque sorte indémodable, grâce à une finition très supérieure à la moyenne, à des matériaux plus nobles, à des fonctionnalités beaucoup plus développées.
Le duel s'est révélé extrêmement intéressant, avec des surprises inattendues. Parfois bonnes. D'autres fois pas du tout, concernant le Dell. Mais que s'est-il passé ? Dans tous les cas, oubliez les chiffres communiqués dans les caractéristiques, cet essai illustre une nouvelle fois à quel point les valeurs sont farfelues et induisent surtout en erreur.
Les tests
Sont lancés des tests de réactivité dans les jeux, de retard à l’affichage, de rendu vidéo (en SD, HD 720p, HD 1080p), une évaluation de l’ergonomie, de l’ouverture des angles de vision, de la qualité de l’interpolation, de l'homogénéité de la luminosité sur la surface de la dalle ; bref, les écrans sont regardés sous toutes les coutures.

Pour la fidélité des couleurs, nous utilisons le colorimètre LaCie Blue Eye Pro nouvelle version, dérivé d’un outil Gretag et couplé à la nouvelle suite LaCie. Cet outil nous permet d’opposer la qualité d’affichage de l’écran (gamut et DeltaE) avec ses paramètres par défaut, tel que vous le recevez, avec les mesures après calibration. Les résultats sont parfois surprenants : vous aurez souvent intérêt à bien prendre le temps de corriger manuellement les couleurs, ou tout au moins les paramètres de contraste, luminosité et température de couleur.
L’étude de ces rendus sur 18 patchs nous permettent également d’en tirer des mires restituant visuellement les variations de couleurs sur une mire de gris idéale vs affiché.

Plutôt qu’une solution de mesure du temps à l’oscilloscope, nous photographions les écrans en plein travail. Nous capturons ainsi la rémanence. Le logiciel utilisé est Pixel Persistence Analyzer (PixPerAn pour les intimes). Les images témoins de la rémanence sont capturées au réflex Canon 350D avec un temps de pose de 1/1000 s. Nous réalisons à chaque fois une cinquantaine de photos en rafale pour chaque test pour connaître précisément l’évolution de la rémanence entre deux images. Soit dit en passant, nous n’avons pas abandonné nos tests pratiques pour autant : jeux, vidéo DVD et HD, surf...
Enfin, nous mesurons le retard à l’affichage des écrans en les opposant à un moniteur à tube.

La machine de tests est un PC assemblé maison autour d’un processeur AMD Athlon 64 3500+ et d’une carte graphique NVIDIA GeForce 7900 GTX.
Vos réactions

Top articles