Inondations et disques durs, le point

Publié le 04/11/2011 à 10:19 par
Envoyer Imprimer

Seagate a donné quelques informations supplémentaires concernant l'impact sur le marché des disques durs des inondations dramatiques en Thaïlande (cf. cette actualité) qui ont déjà fait 420 morts.


Le constructeur rappelle ainsi que si la demande attendue devait être de l'ordre de 180 millions d'unités, les livraisons ne devraient pas dépasser les 110 à 120 millions d'unités. Seagate précise au passage que pour le premier trimestre 2012 les fabricants devraient être capables de produire plus de disques, mais que la demande devrait rester supérieure à la production ce qui continuera d'entrainer des prix plus élevés qu'à la normale. Si le constructeur indique que l'industrie du disque dur devrait être touchée pendant plusieurs trimestres, on peut s'attendre à un retour à la normale durant le second trimestre.

Concernant sa production en particulier, Seagate rappelle que ces usines n'ont pas été touchées directement mais que ses capacités de production sont réduites du fait des problèmes rencontrés par les fabricants de pièces destinés aux disques durs. Le constructeur estime désormais pouvoir livrer 41 à 45 millions de disques ce trimestre, soit la fourchette basse de son estimation préalable de 40 à 50 millions (51 millions au trimestre passé). Il vise un chiffre d'affaires de 2,6 à 2,7 milliards de $ (2,8 au trimestre passé) et une marge brute qui devrait être dans le haut de la fourchette 22% - 26% (19,5% au trimestre passé). Le constructeur indique que sa capacité de production pour le premier trimestre 2012 sera de 60 millions de disques, à condition que les problèmes d'approvisionnements en pièces détachées soient résolus d'ici à la fin décembre.

Cette marge brute en hausse s'explique bien entendu par une hausse des tarifs liée à la pénurie, cette dernière semble toutefois mesurée du côté des fabricants puisqu'on arrive donc à un tarif moyen qui devrait atteindre au maximum 65,8$, contre 54,9$ au trimestre passé. Une hausse somme toute mesurée par rapport aux prix en boutiques qui ont triplés ces dernières semaines, nous ramenant à une tarification au Go que l'on avait plus vue depuis 2008 !

Les raisons de ce décalage sont multiples, la première étant qu'une bonne partie des livraisons de ce trimestre se font aux OEM à des tarifs qui ont déjà été négociés avant la hausse. De plus, les fabricants de disques vont logiquement favoriser les livraisons à leurs gros clients OEM aux dépends de l'approvisionnement des grossistes, ce qui exacerbe le décalage entre l'offre et la demande sur le marché unitaire et fait s'envoler le prix du peu de stock restant du fait de la crainte d'une pénurie. Enfin, ce décalage est encore plus important sachant que le marché est moins approvisionné par le "marché gris", c'est-à-dire les OEM qui revendent les pièces qu'ils ont achetées en trop aux fabricants pour avoir des ristournes plus importantes.

Les machines complètes sont bien entendu touchées, et les fabricants de portables notamment commencent petit à petit à annoncer des hausses de tarifs voir des ruptures de stock.

Que faire dans cette situation ? Concernant les disques durs additionnels, le plus sage est clairement de ne pas céder à la panique, et de reporter de 3 à 6 mois ses achats lorsque c'est possible, quitte à faire un peu le ménage dans ces dossiers, une bonne habitude que certains avaient peut-être perdus devant le coût du stockage dérisoire ces derniers temps et un sacrifice qui est très dérisoire par rapport au drame humain qui se joue de l'autre côté du globe.

Pour les machines complètes, les prix n'ont pas encore tous augmentés et lorsque ce sera le cas il sera toujours possible de se contenter dans un premier temps d'une capacité de stockage réduite, que ce soit via la récupération d'un ancien disque ou le passage au SSD, en attendant des jours meilleurs permettant l'acquisition d'un disque secondaire de stockage.

Vos réactions

Top articles