OCZ Octane, 1 To et Indilinx Everest

Publié le 21/10/2011 à 09:07 par
Envoyer Imprimer

Après avoir annoncé le rachat d'Indilinx en mars et un nouveau contrôleur Indilinx Everest en juillet, OCZ lance les SSD Octane et Octane-S2 basés sur celui-ci.


Utilisant l'interface SATA 6G, l'Octane est associé à de la mémoire 2xnm synchrone et affiche une capacité pouvant atteindre le Téraoctet pour des débits de 560 Mo /s en lecture, 400 Mo /s en écriture et 45K IOPS en lectures aléatoires. L'Octane-S2 se limite à l'interface SATA 3G et il utilise de la mémoire 2x nm asynchrone. La capacité maximale est identique mais les performances sont logiquement inférieures avec jusqu'à 275 Mo /s en lecture, 265 Mo /s en écriture et 30K IOPS en lectures aléatoires 4K et 25K IOPS en écriture aléatoires. On ne connait pas encore les caractéristiques spécifiques aux différents modèles 128 Go, 256 Go, 512 Go et 1 To.

Pour arriver à de telles performances, qui sont valables contrairement à ce qui se passe avec les contrôleurs SandForce quelle que soit la typologie des données, l'Indilinx Everest fait appel à un CPU ARM dual core épaulé par un cache pouvant atteindre jusqu'à 512 Mo, le tout pilotant jusqu'à 8 canaux et 16 puces mémoires en parallèle.


OCZ met en avant des performances qui seraient nettement améliorées par rapport aux SSD existants avec seulement 1 à 3 accès simultanés, un point qui n'a pas été amélioré longtemps au profit des performances avec 16 à 32 accès simultanés qui ne sont pas très utilisées sur un PC classique. Il est ainsi question de latences en lecture de seulement 0,06ms, soit 16,6K IOPS, le double des meilleurs SSD jusqu'alors dans ce domaine (les C300). L'Everest disposerait également d'algorithmes spécifiquement destinés à diviser par deux le temps de démarrage par rapport aux SSD actuels. Les performances avec des accès de 8 Ko sont également mis en avant comme étant similaires à ceux en 4 Ko, ce qui une simple conséquence du passage de pages de 4 Ko à des pages de 8 Ko sur les puces Flash récentes.

Côté fiabilité, Everest intègre une technologie propriétaire, Ndurance, qui est censée permettre de multiplier par deux le nombre de cycles d'écritures possible sur les puces actuelles, mais aucun détail n'est donné. On sait juste qu'Everest intègre une correction d'erreurs basée sur l'algorithme BCH pouvant atteindre les 70 bits pour 512 octets, là où un SandForce SF-2000 se limite à 55 bits. OCZ met enfin en avant une très bonne tenue des performances au fil du temps.

Les OCZ Octane devraient être disponibles à partir du 1er novembre, avec des tarifs variant entre 1,1 et 1,3$ par Go. Reste maintenant à voir si ces caractéristiques alléchantes sur le papier seront confirmées en pratique, tant en termes de performances que de fiabilité !

Vos réactions

Top articles