Comparatif SSD 2011: Crucial M4, OCZ Vertex 3, Intel 510/320

Publié le 18/04/2011 par
Envoyer Imprimer
Protocole de test
Comme indiqué dans notre article SSD, TRIM et IOMeter, tester les SSD de manière correcte, qui plus est dans un environnement compatible TRIM, n'est pas forcément évident. Divers paramètres son ainsi à prendre en compte, et la présence de contrôleurs SandForce intégrant des algorithmes de compression de données n'arrange pas les choses.

Certains outils tel que le populaire CrystalDiskMark donnent des résultats clefs en mains, mais ils ne sont malheureusement que partiels. Par exemple, le fichier de test n'est "que" de 4 go, ce qui est logique pour un test rapide, mais cela entraine d'une part des résultats assez variables et d'autre part les tests aléatoires n'adresse le support que sur un espace somme toute restreint.

D'autres outils tels que h2bench, HD Tune ou HD Tach ont été prévus à la base pour les disques durs et peuvent opérer sur des supports vierges de données. Ils peuvent alors êtres trompés lors des mesures de lectures, les lectures aléatoires étant transformées en lectures séquentielles par certains contrôleurs quand le SSD est vide !


Les performances dites synthétiques sont effectuées à l'aide de cette formidable boite à outil qu'est IOMeter. Les performances sont mesurées dans plusieurs cas :

- Lectures séquentielles par blocs de 2 Mo
- Lectures séquentielles par blocs de 4 Ko
- Lectures aléatoires par bloc de 4 Ko
- Ecritures séquentielles par blocs de 2 Mo
- Ecriture séquentielles par blocs de 4 Ko
- Ecritures aléatoires par bloc de 4 Ko

Ceci permet de voir le débit du support de stockage en terme de débit d'une part, mais aussi en terme d'entrées / sorties. Les tests sur des blocs de 4 Ko sont fais avec 1, 2, 4, 8, 16 et 32 commandes simultanées afin de mettre en avant la possibilité qu'à le contrôleur de paralléliser ces accès.

Viennent ensuite des tests pratiques, avec pour commencer l'écriture et la lecture de divers ensembles de fichiers. Ces fichiers sont composés de la sorte :

- Extra : 731,17 Mo de moyenne
- Gros : 5,20 Mo de moyenne
- Moyens : 800,88 Ko de moyenne
- Petits : 48,78 Ko de moyenne

La source ou la cible lors de la lecture ou de l'écriture sur le SSD est un Ramdisk. Vu la rapidité des SSD récents et afin d'avoir des résultats moins sujets à variation, nous utilisons Robocopy avec un logiciel maison qui permet de faire les tests en boucle.

Suivent pour finir des tests purement pratiques, à savoir diverses opérations chronométrées après installation de Windows 7 64 bits sur chacun des SSD :

- Démarrage de Windows 7
- Installation de Photoshop CS 5
- Démarrage de 3D Studio Max
- Démarrage de 3D Studio Max + Photoshop + Word + Excel
- Lancement d'une partie de Civilization V
- Lancement d'une partie de Crysis 2

En cours de comparatif, nous avons essayé d'intégrer un autre test, à savoir un traitement par lots d'images sous Photoshop. Le problème, c'est que même avec un traitement simple comme la recompression JPEG, les performances des différents supports n'ont pas d'impact notable.

Les tests qui sont à moitié entre le synthétique et le pratique, tels que PC Mark Vantage ou tous les autres logiciels qui répètent des accès enregistrés, appelés traces, ne sont pas utilisés. Nous ne pensons pas que ces résultats sont pertinents, puisqu'il s'agit de faire effectuer au support de stockage des accès le plus rapidement possible. Au final, on sait que c'est le support X qui le fait le plus rapidement, mais si au final les performances pratiques sont limitées par le temps de traitement de la machine, quel est l'intérêt ?

Typiquement si nous avions enregistré les accès effectués par Photoshop dans le traitement par lot et utilisé un tel logiciel, nous aurions pu avoir des écarts allant du simple au double entre les SSD, alors qu'à l'usage il n y a pas de différence. Enfin, ces traces se contentent de répertorier le type d'accès sans prendre en compte leur contenu, ce qui peut avantager les contrôleurs SandForce qui sont alors mis dans un cas favorable si le logiciel génère des données compressibles alors que l'utilisation servant de trace se basait sur des données déjà compressées.

La machine de test est un Core i7-2600K monté sur une Intel DP67BG accompagnée de 16 Go de DDR3-1333 et d'une Radeon HD 5870. Les tests synthétiques et de copie de fichier sont effectuées sous Windows 7 64 bits avec le système de stockage en disque secondaire, le disque de boot étant un Crucial M225 64 Go, le tout avec les drivers Intel RST 10 en mode AHCI. Les autres tests sont effectués en disque primaire.

A titre de comparaison, nous avons également intégré dans ce comparatif les SSD stars de l'ancienne génération, à savoir :

- Corsair Force 120 Go (SandForce SF-1200 + Flash IMFT 34nm)
- Crucial C300 128 Go (Marvell 88SS9174 + Flash IMFT 34nm)
- Crucial C300 256 Go (Marvell 88SS9174 + Flash IMFT 34nm)
- G.Skill Falcon II 128 Go (Indilinx Barefoot + Flash IMFT 34 nm)
Vos réactions

Top articles