Les derniers contenus liés au tag AMD

Afficher sous forme de : Titre | Flux Filtrer avec un second tag : AMD A-Series; AMD FX; APU; GCN; Intel; Llano; Nvidia; Radeon; Radeon HD 7000; Radeon Software;

Nouvelle faille de sécurité de l'Intel ME !

Tags : AMD; ARM; Intel; SGX; USB;
Publié le 21/11/2017 à 11:20 par Guillaume Louel

Pour la troisième fois cette année, Intel vient d'annoncer une nouvelle série de failles  qui touche son système Management Engine. Pour rappel, l'Intel Management Engine est basé sur un coprocesseur indépendant et un firmware (basé sur le microkernel MINIX  comme s'en émouvait son créateur, Andrew S. Tanenbaum, qui interpellait il y a quelques jours  Brian Krzanich pour le manque de courtoisie de la société).

Ce système fait ainsi tourner un certain nombre de modules , certains optionnels et livrés avec certains modèles de chipset uniquement (comme les fonctionnalités iAMT qui visent la gestion des parcs informatiques d'entreprise), d'autres non (la validation du processeur, chipset et microcode par exemple, ou des vecteurs d'implémentation de DRM comme le PAVP  et SGX). Le propre du ME est d'être fonctionnel en permanence (du moment que la carte mère est alimentée), d'avoir un accès total au système et de ne pas être désactivable par l'utilisateur, ce qui en fait un vecteur d'attaque particulièrement dangereux en cas d'accès au kernel MINIX.

Un tweet  il y a deux semaines de cela avait montré une faille de la sorte avec un accès complet obtenu en mode local via un port USB. Cette faille est l'une de celle corrigée aujourd'hui par Intel dans sa mise à jour  (il y en a d'autres dont une avec accès distant mais qui nécessite une authentification locale, même si elles sont jugées moins importantes). Contrairement à certaines failles pointées plus tôt qui ne touchaient que les systèmes utilisant les modules AMT, cette faille touche tous les systèmes Intel à partir de la génération Skylake (ME version 11) qui sont donc tous potentiellement vulnérables (l'implémentation actuelle présentée requiert l'activation du mode USB DCI dans le BIOS).

Pour pouvoir s'en prémunir, il faudra passer par une mise à jour de BIOS (certaines mises à jour de BIOS peuvent inclure une mise à jour du ME, quelque chose de généralement optionnel sur la plupart des cartes mères modernes qui vous proposent d'effectuer une mise à jour simple, ou également du ME), et donc qu'un BIOS existe pour sa plateforme ce qui ne sera pas le cas des plus anciennes qui ne sont plus supportées (par Intel ou les constructeurs de cartes mères). Tout au plus, Intel fourni un outil pour détecter la version du ME.

A défaut, ces utilisateurs pourront regarder du côté de me_cleaner  qui tente de limiter au maximum la taille du firmware en désactivant la plupart des modules de l'IME, tout en gardant à l'esprit que cela ne résoudra pas la totalité des failles (comme la faille USB ci-dessus).

Ces failles de sécurité à répétition montrent les craintes légitimes que l'on peut avoir sur ce système implémenté par Intel sur toutes ses plateformes et le côté quelque peu trivial avec lequel le constructeur adresse les failles qui le touche. Contrairement au microcode des CPU, diffusable à grande échelle par Intel via des mises à jour de BIOS mais aussi des mises à jour des systèmes d'exploitation, la mise à jour du ME est beaucoup plus complexe. Elle requière au minimum la collaboration de deux acteurs, Intel et un OEM (dont les pratiques de suivi des mises à jour peuvent être variables, particulièrement dans le monde des PC portables), ainsi qu'une action non triviale de l'utilisateur. Ce n'est pas une pratique que l'on peut légitimement accepter pour un tel niveau de criticité.

Il faut enfin noter que si Intel est pointé (une nouvelle foi et à raison) du doigt, en grande partie par son obscurantisme durant des années sur les capacités réelles de l'IME, les dernières plateformes d'AMD disposent aussi d'un système équivalent, et pas plus documenté (on sait tout au plus qu'il s'agit d'une implémentation/variante du Trustzone d'ARM ) via son PSP  qui n'est pas non plus désactivable.

Raja Koduri chez Intel avec l'ambition d'un GPU maison

Tags : AMD; Intel; Larrabee;
Publié le 09/11/2017 à 10:02 par Marc Prieur

Intel vient officiellement d'annoncer l'arrivée de Raja Koduri, qui a quitté AMD hier. Ce dernier prendra début décembre les postes d'architecte en chef et de vice-président senior d'une nouvelle entité nommée Core and Visual Computing Group.

Le communiqué  est ambitieux puisqu'il est question d'étendre la position de leader d'Intel dans le domaine du graphique intégré avec des solutions "discrete" haut de gamme ! Plus clairement Intel affiche sa volonté de se (re)lancer sur le marché du GPU additionnel, ce qui nécessitera de nombreuses embauches d'ingénieurs GPU, issus d'AMD ou ailleurs. On peut imaginer que ce(s) GPU(s) pourraient prendre place sur des cartes filles mais aussi directement sur le packaging du CPU, à l'instar de KBL-G et son GPU AMD qui ne serait ainsi qu'une étape.

Reste que si Intel a déjà lancé il y'a 20 ans un GPU, l'i740, sa tentative de retour dans le domaine initiée il y'a 10 ans avec - déjà ! - un Visual Computing Group fût un échec. Le projet Larrabee, visant à produire une architecture à mi-chemin entre cpu et gpu capable d'être utilisé pour une charge compute comme graphique, ne vit jamais le jour bien qu'une partie des développements furent repris pour Xeon Phi.

Nous suivrons donc avec attention les avancées de cette nouvelle tentative !

Raja Koduri quitte AMD

Tag : AMD;
Publié le 08/11/2017 à 09:25 par Marc Prieur

On pouvait se douter qu'il ne s'agissait que d'une question de temps depuis l'annonce de son "repos sabbatique", Raja Koduri quitte finalement AMD. Pour rappel, il dirigeait jusqu'à il y a peu le Radeon Technology Group d'AMD.

Après avoir travaillé sur les GPU chez S3, ATI et AMD, jusqu'à en devenir le responsable technique, Raja Koduri avait rejoint Apple en 2009 avant de revenir chez AMD en avril 2013. Son départ intervient après le lancement de Vega, sans que l'on sache s'il est lié d'autant que certains choix sont probablement antérieurs à son arrivée chez AMD.

Alors que des rumeur font état de son arrivée chez Intel, chose ironique vu l'annonce récente d'un CPU Intel associé à un GPU AMD, AMD précise que Lisa Su continuera de superviser RTG en attendant l'arrivée d'un nouveau directeur et que ce départ n'aura pas d'impact sur sa roadmap graphique.

Des CPU Intel avec GPU... AMD !

Publié le 06/11/2017 à 15:48 par Guillaume Louel

C'est par un simple communiqué de presse  qu'Intel vient d'annoncer le presque impensable : un CPU Intel pour portable incluant un GPU signé ni plus ni moins que par son concurrent de toujours, AMD.

Le communiqué d'Intel est très avare en détails pour cette puce que l'on connaissait sous le nom de code KBL-G. Intel indique qu'il s'agit d'un CPU de gamme "H", à savoir ses puces 35-45W destinées aux portables les plus puissants. Le constructeur indique que cette puce fera partie de sa 8ème génération mais en pratique, le die ressemble fortement à un die Skylake/Kaby Kake GT2 avec quatre coeurs.

Côté GPU, on retrouve ce qu'Intel annonce comme un design "custom pour Intel". Nous mesurons la taille du die sur les photos à environ 220mm2, ce qui place ce GPU au niveau d'un Polaris, ou plus probablement d'un demi Vega. Ce die graphique est accompagné de sa propre mémoire HBM2. Sa quantité n'est pas précisée mais on peut penser qu'il s'agit d'une puce 4 Go interfacée en 1024-bit. La bande passante dépendra de sa fréquence, si on reste sur un demi Vega ce sera 242 Go /s.

Aucune information n'est donnée sur le TDP mais l'on peut légitimement s'attendre à quelque chose d'assez gourmand, Intel mettant en avant des performances discrete dans les jeux pour cette solution intégrée bien particulière.


Intel met en avant le gain de place pour l'intégration qui pourrait se traduire en théorie par des designs plus compacts (le constructeur indique que la hauteur moyenne des modèles H avec GPU est de 26mm), même si étant donné le TDP probable de ces solutions, la batterie dictera en grande partie le design de ces portables !

Cette annonce, qui reste malgré tout surprenante de la part des deux acteurs en question, ne l'est pas totalement quand l'on suit ce qui s'est passé ces dernières années avec les solutions IGP d'Intel. Car peu importe la manière dont Intel tourne la chose dans son blog, faire appel aujourd'hui à AMD est accepter la défaite de sa stratégie IGP sur le "haut de gamme" mobile à base d'IGP plus larges accompagnés de mémoire eDRAM, qui avait culminé avec l'annonce et le lancement (infinitésimal dans des NUC uniquement) des GT4e.

Côté AMD si l'on pourra toujours dire que le constructeur coupe l'herbe sous le pied de ses Raven Ridge, en pratique les puces ne seront pas placées face à face en termes de performances, le GPU (et le TDP total) étant significativement plus gros sur cette puce Intel.

D'un point de vue stratégique, l'alliance des deux constructeurs doit surtout être vue dans les conséquences des retards et des non livraisons des solutions IGP haut de gamme d'Intel qui ont conduit Apple a retarder le renouvellement de ses Macbook Pro, les modèles lancées disposant tous sur le haut de gamme d'un GPU AMD "discret" là ou des solutions intégrées "Intel only" existaient auparavant.

Cette puce résout donc avant tout un problème d'Apple, ce qui explique en grande partie que l'on ne s'attend pas à voir plus de deux SKUs annoncés. Elles devraient cependant se retrouver chez d'autres OEM, Intel n'indiquant simplement dans son communiqué que plus de détails seraient données au premier trimestre 2018. On peut légitimement penser que le constructeur pourrait profiter du CES pour en dire un peu plus.

Reste que si cette annonce résout à court terme un des problèmes concrets des IGP d'Intel, cela ne cache pas le fait que depuis Skylake lancé en 2015, nous n'avons vu aucun changement architectural graphique chez le constructeur dont la stratégie graphique semble quelque peu en panne depuis un long moment. Ce n'est pas le lancement limité de ces puces qui résoudra le problème plus largement, un accord plus global de licence entre les deux marques n'étant pas à l'ordre du jour.

Pilotes GeForce 388.13 et AMD Radeon 17.10.3

Publié le 30/10/2017 à 17:19 par Marc Prieur

Les pilotes s'enchaînent d'un côté comme de l'autre avec pour commencer les 388.13 WHQL chez Nvidia . Trois jeux disposent d'optimisations spécifiques : Call of Duty: WWII, Wolfenstein II: The New Colossus et Need for Speed Payback. Nvidia en profite pour corriger 3 bugs par ailleurs.

Chez AMD les 17.10.3  améliorent la stabilité sous Wolfenstein II: The New Colossus et Destiny 2 sur les machines équipées en RX Vega, des plantages pouvaient en effet survenir avec les pilotes précédents lors du chargement du jeu dans le premier cas ou en solo sur la mission 6 pour le second.

A noter que le dernier patch Beta  de Wolfenstein II: The New Colossus désactive l'async compute sur 1080 Ti en attendant un nouveau pilote, dont on ne sait pas si il s'agit de cette version. A contrario il le ré-active sur AMD à condition d'utiliser le pilote 17.10.3.

Top articles