1 To et 5400 tpm : Western Caviar Green vs Samsung EcoGreen

Publié le 23/01/2009 par
Envoyer Imprimer


Longtemps disparus des étalages, les disques durs 5400 tpm font depuis quelques temps un retour en force. Le premier à avoir sentit le vent tourner fut Western avec sa gamme Caviar GP lancée en 2007, tout en se gardant bien d’afficher clairement une caractéristique alors un peu honteuse.

Pourtant, les premiers tests ont laissés entrevoir que les performances n’étaient pas si en retrait par rapport aux modèles 7200 tpm, et surtout ce type de disque dispose de caractéristiques environnementales plus intéressantes en terme d’acoustique comme de consommation.

Pas forcément moins onéreux que leurs équivalent 7200 tpm, ces disques 5400 tpm sont donc une alternative avec des forces et des faiblesses que nous allons analyser au travers des gammes de deux fabricants proposant de tels modèles, à savoir Western Digital et Samsung.
L’influence de la vitesse de rotation
La vitesse de rotation a un impact direct sur les performances, que ce soit au niveau du débit que du temps d’accès réel. Côté débit, c’est relativement simple : à 7200 tpm, vous ferez 4 rotations pendant que vous en ferez 3 à 5400 tpm, soit un gain net en termes de débit théorique de 33% sur des plateaux de même densité. Bien entendu il faut encore que ce soit le cas, et si pour le moment les disques 5400 tpm et 7200 tpm utilisent des densités comparables il n’est pas exclu à terme que les disques 5400 tpm soient plus denses, ce qui contrebalancera cet état de fait.


La vitesse de rotation a également un impact sur le temps d’accès pratique du disque dur. En effet, pour accéder à une donnée, il faut dans un premier temps que la tête de lecture se place sur la bonne piste sur le plateau, temps qui n’est pas lié à la vitesse de rotation : c’est ce que les constructeurs appellent généralement le temps d’accès dans leurs fiches techniques.

Mais encore faut-il que la tête soit sur la bonne donnée, ce qui n’est pas certain puisqu’elle peut être plus loin sur la piste : il faut alors attendre 1/4, 1/3, 1/2 tour ou plus afin que la tête de lecture soit au dessus de la donnée recherchée : c’est ce qu’on appelle le temps de latence, dont la valeur normée correspond à 1/2 tour : 5.55ms à 5400 tpm, 4.17ms à 7200tpm, 3ms à 10 000 tpm.

Avec une mécanique équivalente au niveau des têtes de lecture, un disque 5400 tpm sera donc pénalisé d’environ 1.38ms au niveau de son temps d’accès « pratique ». Rien de dramatique donc, mais à prendre en compte.
Parfaits pour certaines utilisations
Les disques 5400 tpm sont des choix intéressants pour plusieurs types d’utilisation. La première, c’est bien entendu pour une machine qui ne requiert pas des performances phénoménales mais une capacité de stockage importante et de bonnes caractéristiques environnementales, tels qu’un PC Home Cinema. Mais ils feront aussi très bien leur office au sein d’un NAS.


Ils ont également toute leur place au sein d’un PC performant, en tant que stockage secondaire. Vous pouvez par exemple utiliser un VelociRaptor, ou mieux, un SSD, pour vos applications courantes, et un tel disque pour vos données : vos Blu-ray de vacances et les 100 photos journalières du dernier rejeton de la famille s’en contenteront grandement !
Vos réactions

Top articles