Computex: Asus et l'innovation inspirée

Tags : ASUS; Computex 2011;
Publié le 14/06/2011 à 00:00 par
Envoyer Imprimer

Pour conclure notre couverture du Computex qui s'est tenu au début du mois, nous avons décidé de revenir en partie sur les annonces d'Asus, qui ont marqué l'ouverture du salon. Celles-ci illustrent bien l'état actuel de l'industrie taïwanaise qui après des années de sous-traitances OEM, est parvenue, sans laisser tomber celle-ci, à faire émerger plusieurs marques telles qu'Acer, Asus ou encore HTC.

Cette sortie de l'ombre ne s'est bien entendu pas faite par hasard et la naissance de cette évolution est le fruit d'une volonté autant politique du côté de Taiwan que commerciale du côté de ses fabricants les plus importants qui ont voulu mettre à profit l'expérience accumulée au fils des années en tant que sous-traitants. Une valeur ajoutée qui est également nécessaire à la survie de l'industrie taïwanaise et des emplois locaux, compte tenu des coûts de production plus faibles en Chine continentale.

Si nous prenons ici l'exemple d'Asus, ce n'est pas parce que le fabricant s'est séparé de son activité OEM, maintenant dénommée Pegatron, mais bien parce que le mot d'ordre de la marque pour ce Computex 2011 était "innovation". Asus entend ainsi démontrer être capable de faire plus que rejoindre un train en route et présentait entre autres 3 produits qui ont retenu notre attention.


L'Asus UX est un ultra-portable qui s'inscrit dans la stratégie ultrabook d'Intel et qui allie faible encombrement (épaisseur de 3 à 17mm), poids plume (1.1 kg), finition aluminium de premier ordre et performances. Bien entendu il n'est pas question de jouer avec une telle machine, mais elles embarqueront Core i5 ou i7 Sandy Bridge et SSD de dernière génération. Dans un premier temps, Asus prévoit des UX 21 (11.6") et des UX 31 (13.3") avec une tarification qui devrait s'approcher des 1000€.


Le Padfone est un couple smartphone / tablette qui consiste à utiliser le premier pour donner vie à la seconde. Un espace est prévu à l'arrière de la tablette pour y connecter le smartphone qui profitera alors d'un plus grand écran ainsi que d'une batterie supplémentaire.


Le Wavi Xtion est un périphérique destiné à la reconnaissance des mouvements, soit pour des interfaces multimédia, soit pour des jeux vidéo.

S'il est aisé de faire le lien entre le Wavi Xtion et le Kinect de Microsoft, d'ailleurs développé avec le même partenaire (PrimeSense), il l'est tout autant entre l'UX et le MacBook Air d'Apple ainsi qu'entre le Padfone et l'Atrix et son Lapdock de Motorola. Plus qu'innover, Asus s'est d'une manière évidente avant tout inspiré de produits ou de concepts intéressants mis au point par la concurrence.

Asus en serait-il toujours réduit à proposer des clones moins chers de produits développés par les sociétés américaines ? Heureusement pour Asus, la situation est quelque peu plus compliquée que cela. L'UX est par exemple un produit plutôt haut de gamme et est loin d'être un MacBook Air au rabais bien que ce dernier ait sans aucun doute été source d'inspiration pour le fabricant taïwanais. Le Padfone, s'il reprend l'aspect combinaison de l'Atrix, s'essaye à un format différent, plus flexible, ce dernier ne pouvant pas fonctionner en mode tablette. Asus ne s'est donc pas contenté de copier la concurrence mais en a repris de bonnes idées, au potentiel de développement intéressant.

Nous pouvons supposer qu'Asus, tout comme de nombreux autres acteurs taïwanais, se situe encore à mi-chemin entre le sous-traitant OEM et la source d'innovation qui va arriver à tirer le marché dans une direction nouvelle. En cause probablement une culture du risque minimum et une force de marketing / communication encore bien timide par rapport à la concurrence américaine voire japonaise et coréenne.

Depuis 2003 et notre première couverture du Computex, nous avons pu observer une évolution certes lente, mais constante à ce niveau, certaines sociétés progresser et imposer leur marque vers le grand public et d'autres, telles que VIA, rater le train et décliner de star du salon à un petit acteur presqu'inconnu. Jusqu'où ira cette évolution ? Verrons-nous un jour une marque forte, telle qu'Apple, émerger de l'industrie taïwanaise ? Rien n'est moins sûr, il faudrait pour cela des investissements conséquents pour développer le marketing mais également tout l'aspect logiciel, et plus particulièrement les interfaces utilisateur. Il faudrait probablement passer par de nouvelles marques ou sous-marques orientées haut de gamme. A moins qu'un bras de fer au niveau de l'accès à certains composants de pointe ne vienne changer la donne ? Ce n'est probablement pas pour rien que les rumeurs font état de gros investissements de la part d'Apple pour sécuriser l'approvisionnement de certains composants !

Vos réactions

Top articles