Quand Jen-Hsun Huang conseille Intel

Tags : Intel; Nvidia;
Publié le 27/03/2012 à 15:03 par
Envoyer Imprimer

Le CEO de Nvidia, Jen-Hsun Huang a suggéré la semaine dernière à son concurrent/partenaire Intel qu'ils "devraient devenir un fondeur pour le reste des entreprises mobiles". Des propos audacieux rapportés par nos confrères de Forbes qui préfigurent la double guerre qui est entrain de s'enclencher.


Le patron de Nvidia faisait bien entendu référence aux tentatives d'Intel de percer dans le marché des smartphones, complètement dominé aujourd'hui par ARM. Si Intel a annoncé un partenariat avec Google pour le développement d'une version x86 d'Android, Intel n'a pas encore percé côté hardware. Les prototypes Moorestown sont restés des prototypes et les annonces du CES 2012 autour d'un Medfield déjà bien en retard ne parlent qu'au mieux du second trimestre pour un lancement en Chine d'un modèle Lenovo, avant l'arrivée au second semestre d'un modèle Motorola. Des efforts que le CEO de Nvidia semble juger vains et inutiles, indiquant que le reste de l'industrie mobile "mobilisait 10 fois plus d'ingénieurs sur le problème" qu'Intel et qu'à l'avenir, il envisageait un monde ou il n'aurait plus besoin de PC personnel, mais simplement de tablette et d'une machine dans le Cloud. Intel devrait donc changer de business model. Tout simplement.

Au milieu de sa provocation, le CEO de Nvidia semble cependant avoir touché du doigt un des problèmes que sa société rencontre sur le marché ARM, la concurrence élevée qui réduit significativement les prix, et les marges, là ou Intel dispose dans son catalogue de puces mobiles à 144$. Nvidia indiquant qu'il était prêt a proposer des designs "haut de gamme" à 40$ si nécessaire. L'appel du pied sur les fabs arrive également à un moment ou TSMC est (une fois de plus) remis en cause par Nvidia pour ses difficultés de production. Les designs ARM 28nm, tels le (prometteur selon nos confrères d'Anandtech) Krait de Qualcomm en fabrication chez TSMC peinent encore à voir le jour en volume.

Intel, sans surprise, n'aura pas tardé à refuser cet appel du pied indiquant que s'ils ouvraient effectivement leurs fabs, cela restait évidemment à des produits qui ne font aucune concurrence aux leurs, comme les FPGA de Tabula. Les procédés de fabrication sont aujourd'hui la meilleure arme d'Intel pour compenser leur retard côté design. Reste à voir si cela sera suffisant…

Vos réactions

Top articles