Actualités ssd

Le correctif pour les Samsung 840 EVO dispo!

Publié le 15/10/2014 à 10:15 par
Envoyer Imprimer

Samsung a mis en ligne sur cette page le correctif pour les 840 EVO visant à corriger le bug entraînant une forte dégradation des performances en lecture sur les données relativement anciennes (cf. cette actualité).

- Samsung Performance Restoration v.1.0 (Windows)
- Guide d'utilisation


Samsung SSD 840 EVO Performance Restoration Software fonctionne sous Windows uniquement, une ISO amorçable est annoncée pour la fin du mois. Son fonctionnement a été décrit hier par nos confrères de Custom PC Review.

Dans un premier temps l'utilitaire se chargera de mettre à jour le firmware du SSD 840 EVO vers la version EXT0CB6Q, puis dans un second temps il réécrira toutes les données du SSD. Il faut disposer de 10% d'espace libre pour cette opération qui peut se faire en arrière-plan et qui prendra de quelques dizaines de minutes à quelques heures selon la taille de votre SSD et l'espace occupé. Une sauvegarde des données n'est donc pas obligatoire, même si il est toujours recommandé d'en faire une avant un tel processus.


Selon Samsung, la chute de performances enregistrée avec les firmware précédents découlerait d'une erreur dans l'algorithme de gestion de la Flash du 840 EVO entraînant des tentatives de relecture en boucle dès lors que les données sont stockées depuis un certain temps et n'ont jamais été réécrites. Les SSD fabriqués à compter du 1er octobre intègrent d'office le firmware EXT0CB6Q.

Les Samsung 840 EVO SATA 2.5" comme mSATA sont touchés et corrigeables par ce logiciel, par contre Samsung affirme que les Samsung 840/840 Pro/830 ne le sont pas... alors que certains utilisateurs rencontrent un problème similaire sur le 840 classique !

Les SandForce SF3700 repoussés à 2015

Publié le 14/10/2014 à 14:29 par
Envoyer Imprimer

Annoncés en novembre 2013, les SandForce SF3700 continuent de se faire attendre.


Initialement prévus pour le premier semestre, ces contrôleurs pour SSD de nouvelle génération ont en effet été repoussés au troisième puis au quatrième trimestre 2014. Selon une actualité publiée par nos confrères de VR-Zone, il faudra désormais attendre 2015 pour que la division SandForce, rachetée depuis à LSI par Seagate, parvienne à finaliser les produits.

Pour rappel la famille SF3700 intègre entre autre le SF3739 qui gère un lien PCIe x4 Gen2 lui permettant d'atteindre sur les prototypes un débit maximal annoncé à 1,8 Go /s en lecture et 800 Mo /s en écriture.

Test : Samsung 850 Pro et Corsair Force LX

Publié le 30/09/2014 à 09:40 par
Envoyer Imprimer

Notre comparatif de SSD SATA 6G d'une capacité de 480 à 512 Go a été mis à jour avec 2 nouveaux modèles, ce qui porte le total à 21. Voici un rapide descriptif des SSD ajoutés et ce qu'il faut en retenir :

Corsair Force LX

Après avoir été le premier à intégrer un contrôleur Link_A_Media Devices, Corsair continue de faire dans l'originalité et fait cette fois appel au Silicon Motion SM2246EN. Associé à de la mémoire MLC Micron 20nm, il n'est jamais mis en défaut et permet au Force LX d'obtenir des performances dans la moyenne haute des SSD comparés. Une bonne surprise pour un nouveau contrôleur donc, mais cela ne permet pour autant pas au Force LX de ressortir parmi les SSD conseillés, faute d'argument spécifique en sa faveur.

Samsung 850 Pro

Le 850 Pro de Samsung est le premier SSD grand public faisant appel à de la 3D-NAND, appelée V-NAND chez Samsung. L'augmentation de la densité ne se fait pas en réduisant la taille des cellules Flash sur les axes X et Y, avec les problèmes que cela pose au niveau de la réduction de la taille de la grille flottante, mais via un empilement vertical de cellules - 32 dans le cas du 850 Pro. Samsung en profite pour annoncer une endurance record de 150 To même sur le modèle 128 Go qui est associé à une garantie de 10 ans.

Les performances sont au rendez-vous en pratique, le Samsung 850 Pro testé étant dans le peloton de tête et s'offrant même la première place dans le "stress test". Seul problème, à l'instar du 840 Pro Samsung fait payer très cher les avantages du 850 Pro qui seront pour beaucoup invisibles en pratique.


Bug sur le 840 EVO : chute des performances en lecture

Publié le 19/09/2014 à 22:29 par
Envoyer Imprimer

Depuis maintenant un mois, un fil de discussion sur le forum Overclock.net regroupe des utilisateurs de Samsung 840 EVO rencontrant un problème assez étonnant. En effet, le SSD offre un débit en net retrait pour lire des données relativement anciennes, écrites depuis plus d'un mois. Voici par exemple les résultats obtenus avec HD Tach par un des participants :


Au-delà de la limite de 350 Go il s'agit de l'espace libre, en dessous les performances sont très variables alors qu'on devrait avoir une ligne droite à 450 Mo /s. Les débits descendent jusqu'à 100 Mo /s, très loin donc de ce qu'est censé produire un 840 EVO. Certains utilisateurs ont des performances encore inférieures.

Contacté à ce sujet par AnandTech, Samsung leur a indiqué être au courant du problème et avoir probablement trouvé l'origine du bug. Un firmware correctif est en cours de réalisation et sera rendu public après validation, mais aucune date estimative n'a été donnée. Voilà un bug aussi étonnant que gênant, il sera intéressant que Samsung donne plus de détails à ce son sujet.

Sandisk Ultra II, attention au débit annoncé

Publié le 17/09/2014 à 14:03 par
Envoyer Imprimer

Lors de l'annonce de l'Ultra II de Sandisk, nous avions été surpris de voir que Sandisk se contentait d'afficher des débits maximum de 550 Mo /s en lecture et 500 Mo /s en écriture quelle que soit la capacité.


Derrière ce débit se cache en fait une méthode similaire à celle déjà utilisée par Samsung sur ses 840 EVO qui disposent également de TLC, c'est-à-dire qu'une partie de la Flash TLC n'est pas utilisée pour stocker 3 bits par cellules (8 niveaux distincts de tension) mais comme un cache rapide sur lequel est stocké 1 bit par cellule (2 niveau, c'est plus rapide à programmer et ça use moins la cellule). Ce qui est appelé TurboWrite chez Samsung (cf. cette page) devient ici le nCache 2.0.

Alors que chez Samsung le 840 EVO intègre 3 Go de cache "SLC" sur les versions 120 et 250 Go, 6 Go sur la version 512 Go et 12 Go sur la version 1 To, chez Sandisk on est à :

- 5 Go pour la version 120 Go
- 10 Go pour la version 240 Go
- 20 Go pour la version 480 Go
- 40 Go pour la version 960 Go

Sandisk est donc nettement plus généreux, ce qui permettra de maintenir la vitesse optimale plus longtemps. Chez les deux constructeurs ceci se fait sans perte sur l'espace utilisateur disponible, on notera cependant que les cellules utilisées de cette manière auraient pu être utilisées pour les données utilisateurs… ainsi un Ultra II 120 Go aurait pu accueillir 135 Go de données au lieu de 120 Go de données + 5 Go de cache "SLC", ce qui n'aurait pas été pour déplaire à tout le monde.

Pour rappel un SSD de 120 Go intègre en général 137,4 Go / 128 Gio de Flash, mais apparemment et au contraire de Samsung Sandisk ne s'est pas contenté d'utiliser l'espace habituellement laissé en réserve puisque l'Ultra II intègre une parité avec un ratio non négligeable de 5 pour 1 destinée à protéger les données en cas de panne d'une partie de la Flash. Entre cette parité et le nCache 2.0, l'Ultra II semblent intégrer nettement plus de Flash qu'un SSD classique pour une même capacité de stockage disponible pour l'utilisateur.

Au delà du débit, Sandisk met en avant le fait que nCache 2.0 permet d'avoir une amplification en écriture moindre sur la partie de la Flash utilisée en TLC. En effet, les données qui sont réécrites en TLC depuis le nCache le sont de manière séquentiel, ce qui évite une amplification en écriture élevée même si le SSD manque d'espace Flash utilisable de manière optimale. C'est mieux que sans nCache, mais on peut se demander si ce ne serait pas encore mieux si la Flash dédiée à nCache n'était pas disponible de manière classique (5 Go de nCache = 15 Go de TLC). Autre point, si les données sont supprimées par l'utilisateur avant que le cache ne soit vidé, on évite d'écrire inutilement sur la TLC.

Mais le gros problème selon nous c'est que Sandisk ne communique jamais sur la vitesse en écriture une fois que ce cache n'a pas eu le temps d'être vidé. Samsung ne fait pas mieux sur ses fiches produits, mais à défaut on peut trouver l'information en fouillant sur son site (on passe ainsi de 410 à 140 Mo /s sur le 120 Go et de 520 à 270 Mo /s sur le 250 Go). Chez Sandisk c'est peine perdue et nos confrères d'AnandTech on pu mesurer un débit qui passe de 400 Mo /s à 240 Mo /s environ sur l'Ultra II 240 Go !

Côté endurance, Sandisk fait également dans le flou et ne donne pas d'information sur l'Ultra II sur le volume de données pouvant être écrit de manière garantie dans la durée. Nos confrères ont observé l'évolution de l'indicateur SMART d'usure du média au fil des écritures nos confrères ont évalué que cet indicateur était programmé pour atteindre 100% après environ 500 cycles d'écritures sur la Flash. Même si ce chiffre n'est qu'indicatif c'est tout de même deux fois moins que sur 840 EVO et 6 fois moins que sur un SSD en MLC même récent, même si avec une amplification en écriture réduite à 1.2 par exemple cela permet d'atteindre les 100 To sur une version 240 Go ce qui laisse largement de quoi voir venir.

Ce sont donc deux constructeurs supplémentaires, Micron et Sandisk, qui rejoignent les rangs des constructeurs ayant à leur catalogue des SSD dont les caractéristiques en terme de débit sont gonflées par des techniques diverses, que ce soit une partie de la Flash dédiée à un "Turbo" (Samsung, Sandisk), l'intégralité de la Flash adressée en premier lieu en mode "Turbo" (OCZ, Toshiba, Micron) mais aussi la compression de données de SandForce (OCZ, Kingston, Corsair et bien d'autres). Il est vraiment dommage que les efforts des constructeurs, tout comme l'attention des consommateurs, se portent sur ces chiffres de débits en écriture tant ils sont peu important en pratique sur de petits SSD. Mais encore une fois nous ne pouvons que souhaiter que dans ces cas les caractéristiques de débit ne se limitent plus à un chiffre maximal mais à un intervalle !


Top articles