Actualités ssd

Toshiba passe ses SSD à la MLC A19 nm

Tag : Toshiba;
Publié le 19/02/2014 à 13:27 par
Envoyer Imprimer

Toshiba annonce une nouvelle gamme de SSD, les HG6. Comme à son habitude, le fabricant les décline en une multitude de formats : 2.5" 9.5mm, 2.5" 7mm, mSATA et M.2 2880 (80mm de longueur) en versions simple et double face. Les capacités sont de 60, 128, 256 et 512 Go, sauf pour le M.2 2880 simple face qui est limité à des capacités de 128 et 256 Go.


Si le standard TCG OPAL 2.0 pour le codage des données du SSD est de la partie, il n'est supporté que par des versions spécifiques (THNSFJ, au lieu de THNSNJ pour les versions qui en sont dépourvues). Côté performances, Toshiba n'est pas très loquace et fait uniquement état de débits maximums de 534 Mo /s en lecture et 482 Mo /s en écriture. Des chiffres à prendre avec des pincettes vu le comportement de la génération précédente que nous avions mis en avant dans notre dernier comparatif.

Le principal point de distinction de ces SSD par rapport à cette génération se situe a priori au niveau de la mémoire Flash, puisqu'ils utilisent de la mémoire MLC Toshiba Advanced 19nm (ou A19). Annoncée en mai 2013, cette mémoire dispose de cellules qui font 19x19,5nm, contre 19x26nm sur la première génération soit une diminution de la surface de 25%.

Au final cela permet à Toshiba de faire des puces 64 Gb de 94mm², soit moins que les 118mm² d'une puce 20nm de IMFT alors que la première génération "19nm" de Toshiba était donc au-dessus, comme quoi le chiffre de la finesse de gravure peut être trompeur. Rappelons que cette taille de puce est un élément primordial, pour schématiser plus la puce et petite est moins elle est chère à produire.

Plextor intègre également cette mémoire A19 au sein de ses M6, et Toshiba précise qu'il débutera les livraisons de ses HG6 en mars.

OCZ Storage et la garantie des SSD OCZ Technology

Tags : OCZ; Toshiba;
Publié le 01/02/2014 à 00:48 par
Envoyer Imprimer

Suite à la reprise des actifs de la division SSD d'OCZ Technology par Toshiba et son intégration dans une nouvelle filiale dénommée OCZ Storage Solutions, quelques éclaircissements viennent d'être apportés pour ce qui est des garanties. Logiquement, cette structure ne prendra pas en charge la garantie de produits OCZ autre que les SSD.


Mais même pour ce qui est des SSD, des contraintes viennent d'être mises en place pour les produits lancés avant le 22 janvier 2014.

Ainsi, les SSD de séries suivantes seront garantis tels que prévus initialement : Vector, Vertex, RevoDrive, RevoDrive 3/3X2.

A contrario, si vous avez un SSD OCZ de gamme Agility, la prise en garantie ne sera plus possible au-delà du 22 janvier 2015. Pourtant, la gamme Agility 4 par exemple a été lancée en mai 2012, avec une garantie de 3 ans.

Pire, les garanties des gammes Core, Apex, Solid, Colossus, IBIS, Enyo, Nocti, Synapse, Octane, Onyx, Petrol, et RevoDrive Hybrid ne seront tout simplement pas prise en charge par la nouvelle structure. Rappelons par exemple que l'Octane a été lancé en octobre 2011 avec une garantie de 3 ans, et que son successeur le Vertex 4 date d'avril 2012.

On pourrait bien sûr s'en satisfaire, sachant que Toshiba a racheté des actifs dans le cadre d'une cessation de paiement, et n'a a priori aucune obligation légale vis-à-vis des garanties qui incombaient à la société OCZ Technology. Mais beaucoup y verront plutôt le verre à moitié vide, ce qui n'est probablement pas la meilleure manière pour faire table rase.

OCZ Vertex 460, premier SSD OCZ de l'ère Toshiba

Publié le 22/01/2014 à 15:30 par
Envoyer Imprimer

OCZ lance officiellement le Vertex 460, une quatrième gamme basée sur son contrôleur Indilinx Barefoot 3.

- Vector (11/2012) : MLC IMFT 25nm synchrone
- Vertex 450 (05/2013) : MLC IMFT 20nm synchrone
- Vector 150 (11/2013) : MLC Toshiba 19nm toggle
- Vertex 460 (01/2014) : MLC Toshiba 19nm toggle


Comme le Vector 150, le Vertex 460 utilise de la mémoire Toshiba, ce qui est on ne peut plus logique vu le rachat de la division OCZ par Toshiba qui est désormais définitif. Les chiffres de performances sont très proches, et dans les deux cas OCZ intègre par défaut un over-provisionning supplémentaire qui permet notamment de garantir un bon niveau de performance aléatoire et une usure réduite en l'absence de TRIM.

Attention, comme d'habitude avec le Barefoot 3 les performances en écriture ne sont pas valables sur l'intégralité du SSD mais uniquement sur les pages Flash qui peuvent être écrites en mode "SLC" (cf. cette page). Une fois toutes les pages de ce type, qui constituent la moitié des pages des puces Flash, sont écrites il faudra se contenter d'un débit bien inférieur, 100 Mo /s sur un 120 Go et 200 Mo /s sur le 240 Go, en attendant des périodes d'inactivité permettant au contrôleur de déplacer les données au sein de la Flash afin de les libérer. Il est dommage que OCZ ne communique jamais publiquement sur ce sujet, un point qu'il reste à améliorer si il compte repartir sur de bonnes bases suite au rachat.


La principale différence se fait donc surtout au niveau de la garantie qui passe de 5 ans sur le Vector 150 à 3 ans sur le Vertex 460, avec une endurance qui baisse au passage de 50 Go à 20 Go par jour, des chiffres qui sont assez faibles vu les capacités de la Flash et qui semblent plus être là pour servir une différentiation marketing qu'autre chose.

Livré avec un adaptateur 3.5" et une clé pour Acronis, le Vertex 460 est annoncé à 100$ en version 120 Go, 190$ en version 240 Go et 360$ en version 480 Go.

SanDisk se lance dans les SSD ULLtraDIMM

Tag : Sandisk;
Publié le 22/01/2014 à 10:36 par
Envoyer Imprimer

SanDisk lance un nouveau format de SSD, l'ULLtraDIMM développé en partenariat avec Diablo Technologies. L'originalité de ces SSD est de prendre place directement au sein d'un emplacement DDR3 DIMM classique, comme une barrette mémoire. Si Viking Modular Solution utilise déjà les slots DIMM depuis 2011, cette fois il n'est plus question de connecteur SATA, la communication se fait directement via le bus mémoire !


Pour ce faire les ULLtraDIMM se basent sur l'architecture Memory Channel Storage (MCS) mise au point par Diablo Technologies. A condition d'avoir un BIOS/UEFI prenant en compte MCS et en utilisant le pilote adéquat, l'ULLtraDIMM sera accessible comme un SSD classique pour le système.

L'intérêt se situe en fait au niveau de la densité, avec des capacités de 200 à 400 Go par "barrette", ainsi que des performances. Les débits séquentiels sont ainsi annoncés à 1 Go /s en lecture et 760 Mo /s en écriture, pour 150K IOPS en lecture aléatoire 4K et 65K IOPS en écriture. Mais c'est surtout la latence qui est mise en avant du fait d'un bus mémoire bien plus véloce, avec moins de 5µs en écriture là où Intel annonce par exemple 65µs pour son DC S3700.

Ce chiffre est toutefois à prendre avec des pincettes puisqu'aucune mémoire Flash n'est capable de programmer des pages à une telle vitesse. Les écritures sont ainsi mises en cache au niveau de la mémoire système avant que le contrôleur MSC ne les présente à la Flash dans les meilleurs délais.

Les ULLtraDIMM Sandisk vont notamment être utilisés par IBM sous la dénomination eXFlash DIMM, une option pour les serveurs x3850 et x3950 x6 qui pourront accueillir jusqu'à 12,8 To de capacité. IBM annonce au passage une latence de 5-10 µs lors de tests préliminaires, contre 15-19 µs pour des SSD PCie Fusion IO, Micron et Virident et 65µs pour les Intel DC S3500 et 3700.

Rachat d'OCZ par Toshiba : c'est fait !

Tags : OCZ; Toshiba;
Publié le 22/01/2014 à 09:07 par
Envoyer Imprimer

Après la déclaration de cessation de paiement d'OCZ en novembre et l'annonce de négociations pour un rachat de la branche SSD par Toshiba, ce rachat vient d'être avalisé par la justice et finalisé par les deux acteurs.


OCZ Storage Solutions est désormais le nom de la nouvelle filiale Toshiba qui intègre les SSD SATA et PCIe OCZ pour le grand public et SATA, SAS et PCIe pour les professionnels. A terme, ce rachat pourrait être bénéfique pour OCZ puisque Toshiba est l'un des rares fabricants de mémoire Flash, ce qui constitue le nerf de la guerre sur le marché du SSD.

On ne sait pas encore ce qu'il va advenir de la division alimentation d'OCZ.


Top articles