Actualités ssd

OCZ ARC 100, Barefoot 3 plus abordable

Tags : OCZ; OCZ Arc 100;
Publié le 13/08/2014 à 16:15 par
Envoyer Imprimer

OCZ lance une nouvelle série de SSD, les ARC 100. Déclinés en versions 120, 240 et 480 Go, ils constituent la 5è gamme de SSD OCZ déclinée autour de du contrôleur Indilinx Barefoot 3 après le Vertex 460 lancé en début d'année.


Comme les Vector 150 et Vertex 460, il est associé à de mémoire MCL Toshiba 19nm toggle, chose on ne peut plus logique puisque la division SSD de OCZ a pour rappel été reprise par Toshiba. Il s'agit plus précisément de mémoire A19nm, disposant d'une densité accrue.

Histoire de trouver un point de différentiation, les performances sont revues légèrement à la baisse par rapport au Vertex 460 :


Les niveaux obtenus restent toutefois très bons, mais il faut noter que sur les Barefoot 3 les performances en écritures ne sont pas valables sur l'intégralité du SSD mais uniquement sur les pages Flash qui peuvent être écrites en mode "SLC" (cf. cette page), ce qui permet à OCZ de gonfler les chiffres en écriture sur les petites capacités.

Alors que les Vector 150 disposent d'une garantie de 5 ans, celle des Vertex 460 est de 3 ans et il est probable qu'il en soit de même pour les ARC 100. Côté tarif il est question d'environ 0.5 € / Go.

L'arrivée des ARC 100 marque le retour d'OCZ sur un segment tarifaire plus agressif qui avait été abandonné suite au déboires passés de la marque. Reste qu'en l'état les différences entre les modèles ne justifient pas vraiment la présence de plus de deux gammes en Barefoot 3 + MLC Toshiba 19nm.

Plextor lance ses SSD M6 Pro

Publié le 06/08/2014 à 17:40 par
Envoyer Imprimer

Plextor lance une nouvelle version de ses SSD, les M6 Pro. Par rapport au M5 Pro, les changements sont mineurs avec le passage d'un contrôleur Marvell 88SS9187 à un Marvell 88SS9189 et le passage de flash Toshiba 19nm à la seconde génération, A19nm, plus petite.


En pratique les chiffres de performances annoncés ne bougent guère, mais on note l'apparition d'une version 1 To. Histoire d'aller au-delà, Plextor introduit via l'utilisateur PlexTurbo un cache RAM à l'instar du RAPID mode introduit par Samsung depuis les 840. Reste qu'au-delà d'afficher des gros scores dans les benchmarks ce genre de fonction ne s'est jamais avéré très utile jusqu'alors.


Le codage reste de type AES 256 bits, mais sans support des normes TCG Opal 2.0 et IEEE-1667 contrairement aux derniers modèles Samsung et Crucial ce qui ne permet pas d'utiliser le codage hardware sous Microsoft BitLocker. Côté consommation le M6 Pro est annoncé à 0.25W en moyenne sous MobileMark, tout comme le M5 Pro, mais il gère le DEVSLP qui lui permet de passer à 0.2mW au repos, une fonction qui pour rappel n'est utilisable que sur portable.

La garantie est de 5 ans sur la gamme Pro, contre 3 sur la gamme S qui n'est pas très éloignée en termes de performances, mais ne supporte ni l'AES 256 bits ni le DEVSLP et est livré nu alors que les Pro sont accompagnés d'un adaptateur 3.5", d'un câble SATA et d'un utilitaire de clonage et de backup. Au final rien de révolutionnaire pour ce M6 Pro qui devrait être comme le M5 Pro dans le haut du panier, mais si Plextor veut se faire une place au soleil il lui faudra revoir le positionnement tarifaire qui était jusqu'alors en vigueur.

3 millions d'IOPS pour un SSD HGST en PRAM

Tags : HGST; PRAM;
Publié le 05/08/2014 à 16:22 par
Envoyer Imprimer

HGST, filiale de Western Digital, annonce avoir mis au point un prototype de SSD capable d'atteindre le chiffre faramineux de 3 millions d'IOPS sur un SSD. Ce chiffre a été obtenu en aléatoire avec des accès en lecture de 512 octets, HGST annonce par ailleurs une latence de 1.5 µs. A titre de comparaison, ce SSD est donc environ 30 fois plus rapide que les meilleurs SSD SATA.

Pour arriver à de tels résultats le prototype de HGST utilise de la mémoire à changement de phase, ou PRAM, au sein d'un SSD utilisant une interface PCie x4 Gen2. Fabriquées en 45nm, les puces de PRAM utilisée affichent une densité de 1 Gb, bien loin des puces présentées par Samsung en 2011 qui étaient en 20nm pour une capacité de 8 Gb.


Histoire de remettre (un peu) les pieds sur terre, HGST a lancé simultanément un nouveau SSD PCie x8 Gen3, le FlashMAX III. Décliné en versions 1100, 1650 et 2200 Go, la version 1100 Go affiche un débit de 2.7 Go /s en lecture et 1.4 Go /s en écriture pour 549 000 IOPS en lecture et 295 000 IOPS en écriture (53 000 soutenues sur un SSD plein). La latence est cette fois de 20 µs, pour une endurance en écritures aléatoire de 2 écritures complètes par jour pendant 5 ans.

AMD Radeon R7 SSD, en partenariat avec OCZ

Tags : AMD; OCZ; Radeon R7 SSD;
Publié le 05/08/2014 à 08:37 par / source: EXPreview
Envoyer Imprimer

Après les mémoires Radeon en partenariat avec Dataram, AMD va se lancer en août sur le marché des SSD avec les Radeon R7 120, 240 et 480 Go.


Derrière ces modèles se cache en fait un SSD mis au point par OCZ et combinant le contrôleur Barefoot 3 avec de la MLC Toshiba A19nm. Les performances annoncées sont proche des Vector 150 et Vertex 460, avec bien entendu les pincettes habituelles côté débit en écriture puisque ce dernier est obtenu sur les modèles de capacité inférieure avec un mode "SLC".

Histoire de trouver un point de différentiation, les R7 SSD disposent d'une garantie de 4 ans pour 30 Go / jour intermédiaire entre les modèles OCZ qui sont à 20 Go / jour pour le Vertex et 5 ans et 50 Go / jour pour le Vector. Il sera livré avec un adaptateur 3.5" et une licence pour le logiciel de clonage Acronis.

Au final ce tour de passe-passe marketing entre OCZ et AMD ne devrait n'avoir qu'un intérêt très limité, ciblant principalement les aficionados rêvant d'un PC complètement à l'effigie de leur marque fétiche.

Un SSD sur une barrette DDR3

Tag : Apacer;
Publié le 04/08/2014 à 10:08 par
Envoyer Imprimer

En 2011 nous vous parlions du SATADIMM de Viking Modular Solutions, un SSD au format DIMM qui venait se placer dans un slot DIMM DDR3.

Apacer vient d'annoncer les Combos SDIMM, qui vont plus loin puisque sur un même PCB le constructeur intègre une barrette mémoire DDR3 ainsi qu'un port M.2 SATA ou CFast selon les versions. Comme pour le SATADIMM et a contrario de l'ULLtraDIMM de Sandisk, seule l'alimentation arrive par le port DIMM et il faut connecter la "barrette" à la carte mère via un port SATA classique.


Cette solution d'Apacer n'aura d'intérêt que pour des usages très spécifiques, puisqu'il faudra à la fois viser un système compact, dépourvu de port M.2/mSATA et disposant tout de même de port DIMM et non de SO-DIMM.


Top articles