Actualités ssd

Samsung 840 EVO : correctif en mars, mais...

Publié le 21/02/2015 à 16:33 par
Envoyer Imprimer

Alors que cela fait bientôt un mois que le retour de baisses de performances en lecture sur les 840 EVO a fait l'actualité, Samsung commence enfin à communiquer officiellement sur le sujet. Nos confrères d'AnandTech publient ainsi une réponse qui leur a été communiquée par courriel :

In October, Samsung released a tool to address a slowdown in 840 EVO Sequential Read speeds reported by a small number of users after not using their drive for an extended period of time. This tool effectively and immediately returned the drive's performance to normal levels. We understand that some users are experiencing the slowdown again. While we continue to look into the issue, Samsung will release an updated version of the Samsung SSD Magician software in March that will include a performance restoration tool.
Samsung travaille sur le problème et sur une nouvelle version de Samsung SSD Magician qui intégrera un outil de restauration des performances. Ce message minimise au passage le problème initial corrigé (partiellement) en octobre en indiquant qu'il ne concernait alors qu'une petite partie des utilisateurs qui n'utilisaient pas leurs SSD pendant une période prolongée ce qui ne correspond pourtant pas aux retours de l'époque.


Le fait que le correctif annoncé soit sous cette forme plutôt qu'un nouveau firmware laisse penser que Samsung ne corrigera pas le problème de manière définitive mais que la nouvelle version de Magician permettra de réécrire les données, une méthode déjà utilisée par des utilisateurs de 840 et 840 EVO avec l'utilitaire DiskFresh pour retrouver le niveau de performance annoncé pour ces SSD.

Si c'est bien ce qui est envisagé cette solution n'est bien évidemment pas satisfaisante puisque même si ce processus ne sera pas à lancer de manière très régulière il consommera notamment un cycle d'écriture sur les cellules. Le seul avantage sera que cette fois, le Samsung 840 qui était le grand oublié dans l'histoire pourra bénéficier de l'outil…

Il faudra bien entendu attendre mars pour voir ce qu'il en est, mais en cas de correctif non définitif ne sommes-nous pas en présence d'un vice caché si vous rencontrez ce problème ?

L'eMMC 5.1 arrive chez Samsung

Tag : Samsung;
Publié le 18/02/2015 à 17:43 par
Envoyer Imprimer

L'eMMC, le standard utilisé pour gérer de la mémoire Flash en tant que support de stockage sur de nombreux périphériques mobiles mais aussi sur certains PC à format très réduit (et sur lesquels la lenteur du stockage eMMC se fait parfois bien sentir), évolue pour passer en version 5.1.

Si le débit de l'interface reste à 400 Mo /s comme en 5.0, au lieu de 200 Mo /s en 4.5, cette version permet de gérer une queue de 32 commandes, ce qui permet au contrôleur de traiter les commandes dans l'ordre le plus efficace et non plus forcément en suivant l'ordre de réception.

Samsung est le premier à annoncer des puces eMMC 5.1, avec des capacités de 16, 32 et 64 Go. Les débits séquentiels atteignent 250 Mo /s en lecture et 125 Mo /s en écriture, alors que les lectures et écritures aléatoires sont respectivement à 11K et 13K IOPS. A titre de comparaison les puces eMMC 5.0 annoncées en juillet 2013 étaient respectivement à 250 Mo /s, 90 Mo /s, 7K et 7K IOPS.


Ces chiffres issus du communiqué de presse de l'époque diffèrent toutefois de ceux contenus dans le catalogue qui ne font mention que de débits de 240 et 60 Mo /s et d'accès aléatoires à 6K et 2.5K IOPS pour les puces 32 et 64 Go en eMMC Pro. Les versions non Pro sont pour leur part à 200 et 50 Mo /s, 4K et 1.5K IOPS.

Dans ces conditions il est difficile de mesurer les apports exacts de ces nouvelles puces eMMC 5.1 Samsung par rapport aux précédentes, bien que dans l'absolu la gestion d'une queue de commande soit bienvenue. Il ne s'agit toutefois que d'une étape avant le standard Universal Flash Storage 2.0 qui devrait être notablement plus efficace pour les accès concurrents comme précisé dans ce document.

Intel SSD 750 : PCIe, NVMe et 2,5 Go /s ?

Publié le 17/02/2015 à 09:42 par
Envoyer Imprimer

Intel est en train de préparer une nouvelle gamme de SSD grand public, les SSD 750. Plusieurs versions ont déjà fait leur apparition sur Geizhals, un comparateur de prix outre-rhin :

- Intel SSD 750 Series 1.2TB, PCIe 3.0 x4 (SSDPEDMW012T401)
- Intel SSD 750 Series 400GB, PCIe 3.0 x4 (SSDPE2MW400G401)
- Intel SSD 750 Series 1.2TB, SATA Express 40Gb/s (SSDPEDMW012T401)

Autre indice, suite à une nouvelle "plugfest" NVMe le laboratoire d'interopérabilité de l'université du New Hampshire a publié une liste de 12 produits compatibles avec la dernière version de son test dans laquelle on trouve l'Intel SSD 750. Le firmware mentionné est le même que sur d'autres SSD Intel professionnels, les SSD DC P3500, P3600 et P3700 annoncés en juin dernier.


Les SSD 750 seront probablement plus précisément basés sur les P3500, la version la plus abordable. Le P3500 peut atteindre 2,5 Go /s en lecture séquentielle et 1,7 Go /s en écriture séquentielle, alors qu'en accès aléatoires 4K il est à 450K IOPS. Ces chiffres sont environ 4 à 5x supérieurs à ceux des SSD SATA 6 Gb/s. On notera par contre que les écritures aléatoires 4K sont bridées à 35K, soit quasi 3 fois moins que sur certains SSD SATA 6 Gb/s.

Des chiffres qui donneront probablement le tournis aux fans de CrystalDiskMark et autre benchmarks, mais on peut douter qu'ils en tirent un avantage notable en usage client. Il s'agira du premier SSD ne visant pas exclusivement le marché professionnel qui utilisera le NVMe au lieu de l'AHCI, un protocole plus moderne et capable de tirer toute la quintessence des SSD qui devrait s'imposer à terme. Les avantages du NVMe se verront toutefois surtout dans le cadre de charges très lourdes en terme d'accès simultanés, et donc plutôt sur des serveurs.


L'endurance annoncée d'un P3500 permet d'écrire 30% du disque chaque jour pendant 5 ans, soit 120 Go par jour sur un 400 Go. Comme le SSD DC P3500, le SSD 750 devrait utiliser de la mémoire MLC 20nm Intel et son contrôleur peut tirer profit d'une interface PCIe x4 Gen3, soit 4 Go /s théoriques. Deux versions seront disponibles, en carte fille mais aussi au format SSD 2.5". A noter que si le comparateur allemand fait mention d'une interface SATA Express dans ce cas, il s'agit plus exactement d'un connecteur SFF-8639. Destiné au monde professionnel, il permet d'utiliser 4 lignes PCIe au contraire du SATA Express qui est de plus limité à des lignes Gen2 tel qu'implémenté actuellement sur les cartes mères, soit 1 Go /s.

Côté tarif il faut compter à l'heure actuelle environ 700 et 2100 € outre-rhin pour un SSD DC P3500 400 Go ou 1,2 To. Logiquement les SSD 750 seront moins onéreux, mais il ne faut bien entendu pas s'attendre à ce qu'ils soient aux tarifs des SSD SATA 6 Gb /s de capacité équivalente.

Accord Seagate / Micron sur les SSD SAS et l'appro

Tags : Micron; Seagate;
Publié le 13/02/2015 à 15:07 par
Envoyer Imprimer

Seagate et Micron viennent d'annoncer un accord stratégique visant d'une part à collaborer sur de nouveaux SSD SAS et d'autre part à sécuriser l'approvisionnement en Flash de Seagate auprès de Micron. L'accord porte sur plusieurs années, mais aucun autre détail n'est donné.


Ce type de partenariat n'est pas une nouveauté en soit, puisque Hitachi GST et Intel avaient annoncé leur collaboration pour les SSD professionnels dès 2008 alors que Seagate, déjà lui, s'était associé à Samsung en 2010 afin de développer un contrôleur.

A l'instar de Western Digital, Seagate essaie de se positionner tant bien que mal sur le marché du SSD, notamment au travers d'investissements et de rachats. En 2013 Seagate a ainsi investit dans eASIC, un développeur de contrôleurs, avant de racheter SandForce en 2014. Il manque néanmoins à ces deux géants du disque dur la production de la Flash pour vraiment peser sur ce marché.

Firmware critique pour les OCZ ARC 100 et Radeon R7

Publié le 03/02/2015 à 10:30 par
Envoyer Imprimer

OCZ a mis en ligne il y a quelques jours les firmware 1.01 pour ces SSD ARC 100 et Radeon R7. Cette mise à jour est annoncée comme critique, puisque accompagnée du message suivant :



Voici la liste des améliorations :
- Correction d'un problème majeur de corruption de la DDR sur les disques d'une capacité de 480 Go
- Fiabilité accrue du traitement des erreurs non corrigées
- Tentative de lecture améliorée sur la liste des blocs défectueux
- Nombreuses améliorations en terme de stabilité et de fiabilité

Voilà qui devrait desservir le discours actuel d'OCZ, qui essaie depuis le rachat par Toshiba de redorer son image. Il vaut toutefois mieux une mise à jour critique que pas de mise à jour du tout !

Pour le téléchargement, rendez-vous sur cette page.


Top articles