Actualités ssd

SanDisk Extreme PRO, garantie de 10 ans (maj)

Publié le 05/06/2014 à 15:07 par
Envoyer Imprimer

SanDisk lance une nouvelle gamme de SSD 2.5", les Extreme PRO.


On ne connait pas les détails mais on peut supposer qu'ils profitent d'une nouvelle version du contrôleur Marvell et de la Flash 19nm qui équipait les Extreme II afin d'offrir un niveau de performance encore accru :


Difficile de faire mieux en SATA 6 Gb/s que cet Extreme PRO donc, et là où SanDisk fait fort c'est sur la garantie ! En effet alors que la garantie était de 5 ans sur les Extreme II, ce qui est déjà pas mal quand on voit que Crucial se limite à 3 ans même sur le M550, sur les Extreme PRO elle passe à 10 ans ! Reste maintenant à connaitre les tarifs de ces nouveaux SSD.

Mise à jour : Les prix publics sont de 160, 310 et 520 €. Lors du Computex, Sandisk nous a précisé que le gain de performance venait de fréquences plus élevées côté contrôleur et Flash. En ce qui concerne la garantie, si elle est bien de 10 ans elle se fait par contre dans la limite d'un volume d'écriture correspondant à environ 20 Go / jour. Si vous écrivez 2x plus, le SSD ne sera ainsi plus pris en garantie après 5 ans par exemple.

NVMe et PCIe 3.0 x4 sur les SSD DC Intel

Publié le 05/06/2014 à 10:47 par / source: AnandTech
Envoyer Imprimer


Intel a profité du Computex pour lancer une nouvelle gamme de SSD Pro. Tous utilisent un nouveau contrôleur Intel gérant la Flash MLC 20nm sur 18 canaux relié au système en PCIe 3.0 x4 (soit 4 Go /s dans chaque sens) et abandonnant le protocole AHCI au profit du NVMe. Trois versions sont proposées : SSD DC P3700, P3600 et P3500, les différences se situant avant tout au niveau des performances bien sûr mais surtout au niveau de l'endurance et par conséquence du prix.


Ces SSD sont disponibles sous la forme de cartes additionnelles PCIe mais aussi au format 2.5" via une interface SFF-8639 (également appelé ePCIE). La consommation étant au niveau des performances, avec jusqu'à 25 watts en charge et 4 watts au repos, ils sont équipés de coques spéciales faisant office de radiateur.

Par rapport à l'AHCI, le NVMe permet de réduire significativement la latence liée au protocole qui passe de 6µs à 2.8µs. De plus alors que l'AHCI était limité à 1 file de 32 commandes, le NVMe permet d'utiliser pleinement les SSD haute performances puisque chaque file peut attendre 65536 commandes, le nombre de files passant à 65536. L'utilisation processeur du protocole est d'ailleurs en baisse notable et Intel annonce que sous Linux le NVMe consomme 2.7x de moins de temps CPU que l'AHCI.


Seule contrainte, alors que l'AHCI est supporté par tous les OS modernes pour le NVMe ce n'est pas encore le cas. Si Windows 8.1 et Windows Server 2012R2 l'intègrent, tout comme Linux comme c'est le cas par exemple de la distribution Red Hat Enterprise Linux 6.5, pour les autres OS il faut un pilote fournit par le constructeur, Intel en fournit d'ailleurs un pour Windows Serveur 2012 et 2008 R2 x64.

Si ces SSD sont destinés au monde professionnel, il s'agit probablement d'un avant goût de ce qui débarquera dans quelques années sur des SSD plus grand public.

HyperX Fury et M.2 pour Kingston

Publié le 05/06/2014 à 10:08 par
Envoyer Imprimer

Kingston profite du Computex pour lancer deux nouvelles gammes de SSD. On commence par les HyperX Fury qui sont des SSD de 120 et 240 Go utilisant l'habituel contrôleur SandForce SF-2281, comme le V300, mais cette fois Kingston annonce clairement qu'il sera associé à de la mémoire synchrone ce qui évitera les soucis rencontrés sur le V300.


Kingston a d'ailleurs la bonne idée de donner en sus des taux de transferts pour données compressibles (500/500 Mo /s) ceux pour les données incompressibles, soit 330/130 Mo /s pour la version 120 Go et 390/250 Mo /s en 240 Go. Rien de bien folichon donc, mais Kingston vise l'entrée de gamme avec ces SSD qui bénéficient par ailleurs d'une garantie de 3 ans.


L'autre nouveauté c'est l'arrivée d'un SSD dénommé simplement M.2 SATA. Le SM2280S3/120G est le premier SSD de cette gamme utilisant le nouveau format M.2, il mesure 80mm de longueur pour une capacité de 120 Go et utilise donc une interface SATA et non PCIe (il faudra donc veiller à disposer d'un port M.2 gérant le SATA, ce n'est pas systématique !). Une nouvelle fois c'est un contrôleur SandForce SF-2281 qui est intégré et Kingston annonce des débits de 550/520 Mo /s en compressible et surtout 500/330 Mo /s en incompressible. Là encore la garantie est de 3 ans et des versions 240 et 480 Go devraient suivre au cours du troisième trimestre.

Des nouvelles du SandForce SF-3700

Publié le 04/06/2014 à 17:29 par
Envoyer Imprimer

Annoncé en novembre dernier, la gamme de contrôleurs SandForce SF-3700 n'a toujours pas été intégrée dans des SSD. AnandTech a pu rencontrer LSI au Computex, qui a pour rappel revendu sa branche contrôleur à Seagate la semaine passée. A ce sujet LSI précise que ce rachat ne devrait rien changer pour le SF3700 qui devrait être comme par le passé vendu à de multiples fabricants de SSD.

La gamme SF3700 est toujours en termes de développement côté firmware, les livraisons des puces étant prévues au cours de ce second semestre 2014. LSI n'en serait qu'au début des optimisations, notamment en écriture. Alors que les premiers échantillons fonctionnaient à 1350 Mo /s en lecture pour 300 Mo /s en écriture, à ce stade du développement les ingénieurs ont pu atteindre 1650 Mo /s et 600 Mo /s, la limite théorique étant a priori à 1800 Mo /s en lecture et 800 Mo /s en écriture pour la version haut de gamme SF3739 gérant le PCIe sur 4 lignes.


On notera au passage que le SF3739 utilisé pour la démonstration lors du Computex était surmonté d'un petit radiateur, ce qui n'a rien d'étonnant vue les performances annoncées. Le firmware n'étant pas encore finalisé, on n'est pas près de voir débarquer des SSD à base de cette nouvelle famille de contrôleur. Selon nos confrères il faudra attendre au mieux la fin d'année 2014, et plus probablement 2015.

Computex: OCZ annonce le Vector 180

Publié le 03/06/2014 à 20:33 par
Envoyer Imprimer

Alors que ses projets ont développements ont été largement mis en veille, voire annulés, lors de sa faillite et de son rachat par Toshiba, OCZ commence tout doucement à préparer des nouveautés, à commencer par le Vector 180.


Ce Vector 180 est une évolution du Vector 150 qui en reprend la plupart des caractéristiques dont le contrôleur Indilinx Barefoot 3 M10 épaulé par 512 Mo de DDR3 et bien entendu de la Flash NAND MLC Toshiba. Par rapport au Vector 150 qui utilisait de la MLC 19nm, le Vector 180 passe à la MLC A19nm, pour Advanced 19nm.

Il s'agit en fait de la seconde génération de Flash NAND MLC 19nm de Toshiba qui améliore quelque peu la densité et réduit ainsi les coûts de production. Un die de 64 gigabits passe de 113 à 94 mm², soit une réduction de 17% de sa taille qui permet de réduire les coûts presque proportionnellement sur de gros volumes de fabrication. Ces puces étaient également annoncées comme plus rapides en écriture, mais OCZ nous a indiqué ne pas avoir constaté de différence significative et que les performances devraient rester similaires en pratique.


Le Vector 180 ne profitera cependant pas d'un tarif plus réduit que celui du Vector 150, qu'il remplacera d'ailleurs, OCZ ayant profité de l'évolution de la Flash pour apporter un petit raffinement : l'intégration de condensateurs (en orange sur le PCB) qui feront office de réserve d'énergie suffisante pour copier le cache de la DRAM vers la NAND Flash en cas de coupure d'alimentation, de manière à éviter ou limiter toute perte de donnée. Le Vector 180 devrait être disponible dans le courant du mois prochain.

Des gammes complètes de nouveautés ont maintenant été remises sur les rails avec tout d'abord pour la fin de l'année le retour de SSD d'entrée de gamme à base de Flash NAND TLC, probablement également issues du process A19nm de Toshiba. Nous espérons bien entendu qu'OCZ évitera les erreurs du passé et assurera un bon niveau de qualité sur ce segment. Par la suite, en 2015, des nouveautés plus haut de gamme seront proposées sur base du futur contrôleur maison, nom de code Jet Express, au sujet duquel OCZ ne communique actuellement d'autre détail que son nom.


Top articles