AMD Threadripper 1950X et 1920X en test : Quelque chose d'Epyc !

Publié le 10/08/2017 par
Imprimer

AMD continue sur sa lancée en proposant aujourd'hui une nouvelle plateforme desktop haut de gamme, pour ne pas dire très haut de gamme baptisée Threadripper, structurée autour de nouvelles cartes mères qui accueillent aujourd'hui des processeurs 12 et 16 coeurs, soit plus que ce que propose aujourd'hui son concurrent. Pour rappel aujourd'hui les Skylake-X se limitent à 10, le 12 coeurs est prévu pour la fin du mois et les modèles au-dessus, jusqu'à 18 coeurs « à partir du 25 septembre », sans plus de précisions.

Une concurrence pas vue depuis le FX ?

Au-delà du simple nombre de coeurs le plus important proposé sur une plateforme « grand public », ce que vise AMD avec le lancement de Threadripper, c'est avant tout relancer l'idée que la marque est de nouveau capable de concurrencer Intel sur le haut de gamme, et s'offrir l'éphémère titre du processeur le plus rapide. Une course à laquelle participait AMD à l'époque, lointaine, des FX (les vrais !).

Reste qu'en plus de remuer un fond de nostalgie chez les plus anciens, ces processeurs ont quelques arguments qui pourraient leur permettre de tirer leur épingle du jeu face à la concurrence sur le bien petit segment du haut de gamme.

On retrouve d'ailleurs certains points communs entre l'offre HEDT (High End Desktop) des deux marques avec 4 canaux mémoires DDR4 par exemple de chaque côté, des TDP largement au-dessus des 100 watts, et des caches L3 amples. Mais au-delà des caractéristiques communes, c'est jusque dans la formule utilisée que l'on retrouve les mêmes choses : là où Intel utilise ses Xeon (ses puces pour serveurs) pour faire une gamme HEDT, AMD fait de même avec ses tout frais Epyc. Ou presque, comme nous allons le voir en détail.

Avant d'aller plus loin, et au cas où vous auriez manqué les épisodes précédents, nous vous renvoyons vers cet article pour une explication de l'architecture Zen et du die Zeppelin utilisé sur Ryzen.

# Un Zeppelin, ça sert à tout

Pour ceux qui ne l'auraient pas remarqué, la stratégie d'AMD autour de Zen est très simple : un seul die décliné à toutes les sauces. On a ainsi vu ce die, baptisé Zeppelin, dans les Ryzen 7, Ryzen 5, Ryzen 3, d'improbables portables, et même des CPU serveurs. Tous, sans exception, utilisent le même die Zeppelin.

On ne sera donc pas surpris de voir que Threadripper est conçu autour de quatre Zeppelin. Le chiffre de quatre n'est pas celui qu'AMD aime voir communiqué, officiellement le constructeur aime dire que les Threadripper utilisent deux dies Zeppelin.


Ceux qui ont l'oeil verront que le "Carrier Frame" orange est marqué... SP3 !

Ce n'est pas tout à fait vrai, en pratique Threadripper reprend ni plus ni moins la construction interne d'un Epyc, basé sur l'imposant Socket LGA SP3 et ses 4094 contacts (renommé en socket TR4 pour le coup). La construction interne est aussi identique avec quatre dies, dont seulement deux actifs sur ces modèles, les autres ne « servant » qu'à stabiliser le heatspreader d'après AMD. Reste qu'ils sont bien présents dans le package.

Vos réactions

Top articles