Actualités ecrans

VESA annonce Adaptive-Sync, nom officiel de FreeSync

Publié le 12/05/2014 à 21:16 par
Envoyer Imprimer

Jusqu'ici surnommée FreeSync, en opposition à l'équivalent propriétaire G-Sync de Nvidia, la version standard de la fréquence de rafraîchissement variable a enfin un nom : ce sera Adaptive-Sync.

En janvier dernier, nous vous dévoilions que le consortium VESA avait, sur proposition d'AMD, entamé des travaux en vue de la standardisation de la fréquence de rafraîchissement variable à l'intérieur du standard DisplayPort 1.2a. Bien que l'ensemble de l'industrie soit restée étrangement très silencieuse sur ces développements, nous avions pu vous préciser il y a un peu plus d'un mois que cette proposition avait abouti et avait été finalisée et adoptée par VESA.

Ce long silence prend fin aujourd'hui avec l'annonce officielle de cette adoption ainsi qu'avec le nom commercial de cette technique d'affichage : Adaptive-Sync. A ne pas confondre avec l'Adaptive V-Sync des pilotes Nvidia, qui permet au système de basculer automatiquement entre les modes V-Sync ON et OFF à fréquence de rafraichissement fixe, l'Adaptive-Sync du DisplayPort permet à cette fréquence de rafraîchissement d'évoluer dynamiquement.

Il s'agit d'une évolution mineure du standard puisque le DisplayPort dédié à l'embarqué la supporte déjà dans l'optique principale de réduire la consommation lorsque l'affichage n'a pas besoin d'être rafraîchi à sa fréquence maximale. Avec G-Sync, Nvidia a eu l'idée d'une toute autre utilisation : forcer l'écran à s'adapter à la vitesse de rendu de la carte graphique pour fluidifier l'affichage des jeux vidéo. Le résultat est plus que convaincant, mais Nvidia s'est bien gardé de faire part de sa réflexion au groupe VESA, préférant essayer d'en développer une technologie propriétaire qui nécessite un module maison très onéreux qui fait office de contrôleur au niveau de l'écran.


Avec l'Adaptive-Sync, et un support logiciel adapté, nous pourrons par exemple retrouver ce type de comportement, en toute transparence pour l'utilisateur :

- un bureau à 60 Hz
- un bureau qui se limite à 10 Hz quand il n'y a pas d'activité
- un affichage qui s'adapte aux vidéos, par exemple 24 Hz
- un affichage totalement dynamique, par exemple entre 30 et 120 Hz, dans le cadre des jeux vidéo

VESA indique que l'Adaptive-Sync est déjà de fait une technologie éprouvée puisqu'intégrée depuis 2009 dans de nombreux éléments compatibles eDP. Cela ne veut bien entendu pas dire que son support sera immédiat dans les écrans externes pour lesquels les fabricants de contrôleurs ("scalers") devront se mettre à jour et peut-être développer de nouveaux composants, ce qui est également utile pour démocratiser les résolutions 4K/UHD et en supporter le mode SST 60 Hz.

Nous ne savons d'ailleurs toujours pas si, comme l'indiquait précédemment AMD, des écrans déjà sur le marché pourraient être mis à jour avec ce support. VESA se contente d'expliquer avoir développé un test destiné à s'assurer du bon respect de ces nouvelles spécifications. Le matériel qui passera ce test avec succès pourra recevoir un logo Adaptive-Sync de manière à informer le consommateur et VESA confirme que l'implémentation de ce mode d'affichage est proposée gratuitement à l'ensemble de ses membres.

Malgré quelques annonces pour le second trimestre, aucun écran G-Sync n'est actuellement disponible sur le marché et nous pouvons nous demander si ceux-ci verront bel et bien tous le jour, ou si les fabricants décideront de revoir leurs plans pour se concentrer sur l'Adaptive-Sync.

De son côté, AMD indique qu'il proposera un pilote avec support de l'Adaptive-Sync pour coïncider avec l'arrivée sur le marché du premier écran compatible, ce que le fabricant attend dans les 6 à 12 mois. A noter qu'AMD semble vouloir conserver l'utilisation de la marque FreeSync pour représenter son propre écosystème, soit l'association d'un écran qui supporte l'Adaptive-Sync et d'une Radeon compatible. Cette compatibilité est initialement annoncée pour les Radeon R9 290X, R9 290, R7 260X et R7 260 ainsi que pour les APU Kaveri, Kabini, Temash, Beema, et Mullins. Il n'est donc pas impossible que seuls les GPU de type "GCN 1.1" soient compatibles, ce qui risque de faire quelques déçus…

John Carmack évoque le rachat d'Oculus VR

Tag : Oculus Rift;
Publié le 01/04/2014 à 15:30 par
Envoyer Imprimer

L'annonce par Facebook du rachat d'Oculus la semaine dernière a déchainé nombreuses passions et commentaires. Pour rappel, Oculus VR est une startup qui avait fait parler d'elle via un projet Kickstarter pour l'Oculus Rift, un casque de réalité virtuelle abordable qui était proposé à l'époque sous la forme d'un premier kit de développement. Le projet avait recueilli plus de 2.4 millions de dollars de fonds durant la campagne Kickstarter, avant d'obtenir un premier tour de financement à hauteur de 16 millions de dollars, puis un second tour de 75 millions de dollars fin 2013.


En aout dernier, John Carmack avait rejoint Oculus en tant que CTO (Chief Technical Officer) à temps partiel avant de quitter id Software - la société qu'il avait cofondée - fin novembre. Après l'annonce fracassante du rachat d'Oculus par Facebook pour 2 milliards de dollars (dont 1.6 milliards d'actions Facebook), John Carmack était resté relativement silencieux devant les pluies massives de critiques.

Entre le mécontentement de ceux qui avaient soutenu le projet Kickstarter et se sentaient trahi par le rachat, celui des développeurs comme Markus Persson qui avait annoncé l'arrêt du développement de Minecraft pour Oculus par un long post de blog, les investisseurs côté Wall Street évoquant un « poor fit » et la peur de la transformation d'une technologie « ouverte » en une plateforme fermée avec cet article du New York Times évoquant le redesign à terme de l'interface et le rebranding du produit (Facebook l'ayant par la suite démenti) ou les propos de son CEO Mark Zuckerberg qui voyait la réalité virtuelle comme le futur de la publicité, les causes de mécontentements sur ce mariage ne manquaient pas.


L'argument lapidaire de l'auteur de Minecraft

Après un tweet évoquant qu'il allait probablement avoir maintenant un compte Facebook, John Carmack s'est finalement exprimé ce weekend, répondant sur Tumblr à un post évoquant les problèmes de data mining autour des informations collectées par Facebook (qui n'a pas exactement la meilleure réputation en matière d'utilisation des données personnelles).

Carmack admet tout d'abord – malgré sa position de CTO chez Oculus – n'avoir pas été mis au fait des négociations avec Facebook, indiquant simplement avoir fait une démonstration la semaine précédente a Mark Zuckerberg avant « d'apprendre » la semaine suivante qu'il avait racheté Oculus. Un point pour le moins surprenant. John Carmack rejette également l'idée par laquelle Oculus aurait dû concevoir son écosystème autour de la réalité virtuelle à l'image de ce qu'avait fait Valve avec Steam, indiquant que selon lui, la réalité virtuelle est une expérience trop « évidente et puissante » pour qu'une startup puisse porter seule le projet. Sony a profité en effet de la GDC pour annoncer son projet Morpheus (qui reste au stade de prototype) et l'on prête selon les rumeurs des ambitions similaires à Microsoft pour 2015. Effectuer un partenariat avec un acteur important de l'industrie lui semblait donc nécessaire même s'il reconnait qu'il ne s'attendait pas à ce que ce soit Facebook, ou que le rachat soit si rapide.

Dans un second message, John Carmack tourne autour des questions importantes sur la vie privée et le data-mining que pourrait faire Facebook de cette technologie avec des points qu'on ne peut difficilement qualifier autrement que de naïfs, prenant en contre-exemple les « recommandations » proposées par Amazon en fonction de vos achats précédents.

Une naïveté difficilement explicable même si l'on se souviendra que John Carmack avait fondé Armadillo Aerospace, une startup espérant monétiser à terme le tourisme spatial suborbital. La société avait été mise en mode « hibernation » en aout dernier après quelques déboires. Son fondateur avait avoué à l'époque avoir dépensé plus de 8 millions de dollars dans cette aventure avant l'intervention de sa femme qui « l'empêche d'effectuer de mauvaises décisions ». On notera qu'il n'a visiblement pas totalement abandonné l'idée puisqu'il a publié le tweet suivant :


Il aura confirmé par la suite tirer un profit direct du rachat, possiblement via des stock options qui peuvent l'astreindre à rester employé par Facebook pour une durée déterminée avant de pouvoir les exercer, une clause classique dans les rachats de société outre-atlantique.

1ers résultats de tests d'un TV Oled ! / Les Nums

Publié le 05/10/2013 à 16:25 par
Envoyer Imprimer

Le téléviseur OLED LG 55EA980V est arrivé au laboratoire des Numériques. Les tests commencent tout juste.

Pour les plus impatients, voici les premiers résultats à chaud : contraste, angles de vision, temps de rémanence... Avec quelques sérieuses claques visuelles, comme on adore en prendre !

  • TV OLED LG 55EA980V : les premiers résultats de tests, à chaud

  • Des CRT aux Foled, 15 ans d'écrans / LesNum

    Publié le 01/08/2013 à 06:37 par
    Envoyer Imprimer

    Après la révolution de l'écran plat, c'est au tour de l'extra-plat, de faire son entrée. L'Oled d'abord, très vite suivi par le Foled. Nous vous expliquons l'historique et les raisons...

    Pour mieux appréhender ce changement, majeur, nous vous proposons un retour sur 15 ans d'évolution des écrans : les raisons et les progrès qui en ont découlé. Le Foled n'arrive pas par hasard.

    > Foled (Flexible Oled) : l'avenir des écrans smartphone, tablette, TV ?

    Tests : le 1er TV UHD/4K et 45 écrans de mobiles/LesNum

    Publié le 09/07/2013 à 08:56 par
    Envoyer Imprimer

    2013 sera l'année de sortie des premiers téléviseurs UHD. La définition passe de 1920 x 1080 pixels (Full HD) à 3840 x 2160 pixels, soit un facteur 4. Sony dispose à ce jour de trois modèles : 84 pouces (213 cm, KD-84X9005A), 65 pouces (165 cm, KD-65X9005A) et 55 pouces (140 cm, KD-55X9005A) dont Les Numériques a reçu un exemplaire. Tous sont en 3D passive, avec technologie NFC (via la télécommande) et proposent le système maison d'amélioration des dégradés, le Triluminos.

  • Test : TV Ultra-HD Sony KD-55X9005A


  • Autre sujet sorti quasi en même temps : la reprise de 45 smartphones testés pour étudier la part que l'écran occupe à la surface du téléphone. Verdict :

  • 45 smartphones testés : l'écran occupe de 39% à 73% de la surface

  • Une étude similaire paraîtra dans la journée, portant cette fois sur les tablettes.

    En test également sur Les Numériques cette semaine :

  • Guide de l'été - Les meilleurs appareils mobiles pour partir en vacances

  • Test : Panasonic DMC-G6, des progrès mineurs

  • Test : Panasonic Lumix LF1

  • Test : MadCatz R.A.T. M

  • Décryptage du four à vapeur

  • Test : Samsung BD-F7500

  • Test : SanDisk Extreme Pro UDMA 7 64Go

  • Test : PNY Elite Performance UDMA 7 64 GB

  • Test : l'adaptateur CPL Zyxel PLA4211

  • Test : l'adaptateur CPL Lea NetSocket 500 Mini

  • Test : Dell XPS 18

  • Test : enceinte portable Beats by Dr. Dre Pill

  • Test : Fidelio A5 (AW5000)

  • Test : LG Optimus G Pro

  • Top articles