2008-2017 : tests de 56 processeurs et 16 archis Intel et AMD !

Tags : AMD; Intel;
Publié le 13/07/2017 (Mise à jour le 05/10/2017) par
Imprimer

Nos graphiques sont très hauts, sachez que vous pouvez trier les résultats en cliquant sur le bouton en haut à droite des graphiques. Vous pouvez également comparer des processeurs en cliquant sur les barres.


[ Moyenne applicative ]
[ 7-Zip 16.04 ] [ WinRAR 5.40 ]
[ Visual Studio 2015 Update 3 ] [ GCC 6.2.0 ]
[ x264 r2744 ] [ x265 r2.1.1812 ]
[ Stockfish 8 ] [ Komodo ]
[ Adobe Lightroom 6.7 ] [ DxO Optics Pro 11.2 ]
[ 3ds Max 2017 - Mental Ray ] [ 3ds Max 2017 - V-Ray 3.40.01 ]

Nous avons tendance à penser que les évolutions, années après années, sont assez minces dans le monde des processeurs. Si c'est effectivement le cas, sur dix ans on voit tout de même que des écarts assez larges se sont dessinés dans les applications.

Plusieurs facteurs entrent en jeu, l'augmentation du nombre de coeurs, de la fréquence, et l'utilisation de l'HyperThreading sont des arguments qui s'additionnent petit à petit au fil des ans.

Notre plus vieux processeur, le Core 2 Extreme QX9770 ne disposait ni d'HyperThreading, ni d'une fréquence élevée (seulement 3.2 GHz) et de seulement 4 coeurs. Aujourd'hui, un modeste Pentium G4500 fait presque aussi bien en applicatif en moyenne. Dans le détail on note tout de même beaucoup de variabilité, sans trop de surprise, avec des écarts de plus de 20% dans un sens ou dans l'autre en fonction des tests.

On restera assez circonspect de la même manière des performances de la plateforme FM2+ ou le nombre de modules réduit et le TDP contenu apporte des performances très basses. Ces Athlon sont pour rappel les pendant des APU, dépourvus de la partie graphique et peinent à battre un modeste Phenom II en moyenne.

Si les FX avaient remonté la barre chez AMD, c'était assez souvent au prix d'une consommation forte, pour ne pas dire déraisonnable dans le cas du FX-9590 et ses 220W de TDP, un triste record.

On notera en particulier l'avantage apporté en applicatif par le SMT/HyperThreading. Les gains ont toujours été massifs sur ce plan et les processeurs qui en sont dépourvus sont fortement handicapés, permettant à un Ivy Bridge 3770K de dépasser très tranquillement aujourd'hui un Core i5-7500, disposant pourtant d'une architecture plus moderne.

En pratique chez Intel, on notera que la majorité des gains architecturaux ont été effectués autour du passage à Sandy Bridge ou l'on a gagné 59% de performances entre un Core i7-2600k et un Core i7-880. Un écart qui s'est largement amplifié au fil des années, les applications utilisant AVX comme par exemple x264 poussant largement vers le haut la moyenne avec des gains de 72% ! De la même manière, Haswell a poussé un peu plus haut l'avantage bien que les proportions sont moindres.

Depuis Sandy Bridge, les gains sont plus mesurés, si l'on résume sur le haut de gamme :

  • 2600K (Sandy Bridge) - 3770K (Ivy Bridge) : 9,2%
  • 3770K (Ivy Bridge) - 4790K (Haswell) : 26%
  • 4790K (Haswell) - 6700K (Skylake) : 7,8%
  • 6700K (Skylake) - 7700K (Kaby Lake) : 8,5%

Le gain massif sur Haswell est en grande partie du à l'arrivée d'AVX2, qui pousse vers le haut les performances dans x265 (+56%) même si le gain de fréquence joue également de manière importante.

Vos réactions

Top articles