Intel P35 Express, FSB1333 et DDR3

Publié le 21/05/2007 par
Envoyer Imprimer


Sans que le besoin s’en fasse cruellement ressentir, Intel a décidé de donner un coup de jeune à sa gamme de chipset. Si le X38, successeur de l’i975X, ne verra pas le jour avant la rentrée, le P35 Express qui vient prendre la suite du P965 Express est déjà en boutique depuis quelques semaines. Quoi de neuf ?
Le P35 Express
Tout comme le P965, et contrairement à ce qu'indiquait les premières rumeurs, le P35 est une puce gravée en 90nm. Le MCH est composé de 45 millions de transistors, alors que l'ICH et ses 4.6 millions de transistors sont pour sa part gravés en 130nm. Côté TDP, celui du MCH est annoncé selon les documents à des valeurs comprises entre 16 et 18 watts, ce qui manque de précision d'autant qu'on n'a pas de détails sur ces valeurs : pour quels FSB et quelles mémoires sont-elles valable ? A titre de comparaison le P965 est spécifié à 19w avec un FSB de 1066 et de la DDR2-800.

Côté fonctionnalité, le premier point qui distingue le P35 du P965 c’est le FSB, puisqu’il supporte officiellement un FSB1333, contre 1066 pour ce dernier, soit respectivement 333 et 266 MHz « Quad Pumped ». Il ne faut toutefois pas perdre de vue que le P965 était capable d’aller bien au-delà de ses spécifications, puisque l’on peut facilement attendre 400 MHz, voir 500 MHz lors de gros overclocking, sur ce chipset. Les premiers processeurs supportant une telle vitesse de bus seront la série Core 2 E6x50, qui sortira à la mi-juillet. On trouvera entre autre un E6850 3 GHz à « seulement » 266$, soit un prix compris entre les E6600 et E6700 actuels (224 et 316$).


La gestion mémoire DDR2 n'a sur le papier pas été revue, avec au maximum de la DDR2-800 (soit la fréquence maximale validée par le JEDEC) et une contrôleur doté comme le P965 du Fast Memory Access. Par contre, le P35 est le premier chipset à supporter la mémoire DDR3, un type de mémoire mémoire sur lequel nous allons revenir en détail au cours des pages qui vont suivre. Le P35 se limite officiellement à la DDR3-1066, bien qu'il puisse aller plus loins en pratique comme c'est le cas pour la DDR2.

La gestion du PCI Express au niveau du northbridge, le MCH, reste classique puisque 16 lignes attribuables à un seul port sont gérées. Pour le reste, il faut donc faire appel, au southbridge, l’ICH, qui passe de la version 8 à la version 9 sur P35 Express, la liaison entre ICH et MCH se faisant toujours via un bus DMI à 2 Go /s (1 Go /s dans chaque direction). Comme l’ICH8 il gère de base 4 ports PCI Express, dispose d’un contrôleur Ethernet Gigabit intégré et gère 4 SATA de type AHCI 3 Gbits /s. Dans sa version DH il gère un total de 6 SATA, alors que la version R permet de gérer disposer sur ses 6 ports SATA de Matrix Storage (RAID 0/1/5/10), mais aussi de deux nouveautés, Rapid Recovery et Turbo Memory. Il faut également noter que les ports SATA de l’ICH6-R sont compatibles Port Multiplier, et peuvent donc via une puce additionnelle être dédoublés afin de gérer plusieurs périphériques.


Pour rappel le Matrix Storage dispose d’un argument intéressant face aux offres concurrentes, puisqu’il permet de créer deux RAID, 0 et 1, avec deux disques, afin de combiner sécurité pour les données sensibles et performances pour les autres. Le Rapid Recovery n’est qu’un mirroring amélioré, permettant d’avoir un clone permanent ou un clone non permanent qui n’est mis à jour que sur demande, la mise à jour ne prenant en compte que les fichiers modifiés.

Turbo Memory est en fait le nom trouvé par Intel pour une technologie déjà trouvable sur la plate-forme Centrino Santa Rosa : 1 à 4 Go sont intégrés dans le PC via une carte au format PCI Express x1, ceci afin d’utiliser les technologies ReadyDrive et ReadyBoost de Vista, qui utilisent cette mémoire afin de faire office de tampon en écriture mais aussi pour stocker les données détectées comme étant les plus demandées par SuperFetch.
Vos réactions

Top articles