Samsung SyncMaster 226BW C

Publié le 18/05/2007 par
Envoyer Imprimer
Samsung 226BW C :
On prend le même et on recommence les tests
Après les versions S et A, voici que la C – qu'on espérait éviter en Europe mais qui sévit déjà depuis quelques semaines en Amérique, en Australie... – débarque sur le vieux continent. C'est la roulette russe : sans déballer l'écran, puis activer son menu caché, impossible de savoir à l'avance sur quel lot on tombe. C'est dommage : le comportement et les qualités de l'écran en dépendent !

Or la version C traîne déjà derrière elle une réputation sulfureuse. Elle est accusée de tous les maux. Réactivité, homogénéité de la lumière, rendu des couleurs : elle aurait tout faux si l'on se fie à certains retours d'utilisateurs postés sur les forums.

Nous avons mis la main sur un C. Verdict ?

Pour l'instant, pour ceux qui ont raté les précédents épisode, un petit retour en arrière s'impose.

Rappel des faits : Samsung a lancé une nouvelle famille d'écrans fin 2006. signe extérieur de reconnaissance : une coque brillante. Signe intérieur commun : des dalles très rapides, TN 2 ms. Passés aux tests, les SyncMaster 931BW, 206BW et 226BW ont affiché une autre caractéristique commune : les trois étaient pré-calibrés. Pas besoin de modifier les couleurs à la mains : les leurs étaient justes, proches de la perfection. Impressionnant !

Ces écrans cumulaient tout : réactivité, design, rendu des couleurs, prix modéré. Ils ont logiquement explosé dans les ventes : tout le monde se les ait arrachés, au point de provoquer des périodes de ruptures.

Puis une rumeur est montée des forums : Samsung commencerait à vendre deux versions de ses écrans, sous le même nom. Une série S, celle que nous avions testée, équipée d'une dalle signée Samsung. Et une série A, pour AU Optronics en source de dalle.

Un lecteur tombé sur une version A nous avait amené son écran, nous l'avions testé : des différences existent bien.


Nous vous annoncions le mois dernier que seuls certaines zones du monde, et pas l'Europe en particulier, accueillaient une troisième version, la C, avec des dalles CMO cette fois. C'en est fini, nous vivons bien à l'ère de la mondialisation, la même chose pour tous, et en particulier des écrans C pour l'Europe aussi.
Test d'un 226BW C
Un lecteur a répondu à notre appel à témoins : il nous a apporté son écran C. première mise sous tension en clone avec un écran calibré à côté : le C amené tire franchement sur le bleu. Nous l'avons toutefois laissé chauffer une heure avant de démarrer vraiment les tests – en fait ça n'a pas changé grand chose. Voici les gris tels qu'ils sont affichés comparé à ce qu'ils devraient être :


D'une manière plus générale, les écarts sont en défaveur de la version C sur à peu près tous les tons. Voici les écarts rapportés par notre sonde sur 18 couleurs de base. Rappel, plus c'est haut.


Sur l'écran testé, nous avons trouvé un meilleur réglage en rectifiant manuellement certains valeurs de l'OSD. Voici les nôtres, sans certitude que cela fonctionne bien sur d'autres écrans :

- Luminosité = 48
- Contraste = 75 (en principe, jusqu'ici tout va bien, ce sont les réglages de base)
- Rouge = 62,
- Vert = 31,
- Bleu = 26.
On descend alors d'un écart moyen de 5,9 à 4,9. et concrètement, sur notre configuration, nous avons surtout rectifié la dominante de bleu très perturbante.

Hélas, si nos réglages manuels du 226BW A semblaient convenir à ceux équipés des écrans de cette série, nos réglages pour le C semblent moins universels. Quelques lecteurs les ont essayés chez eux : rares sont ceux chez qui ces valeurs auront pu être appliquées avec un gain très intéressant. Conclusion : les séries C semblent bénéficier d'une constance moindre que les dalles A. Ce n'est pas un bon point pour Samsung ! Si les A présentaient des défauts sur les S, au moins, on pouvait le plus souvent les corriger chez moi. Là, c'est mal parti pour !

Le test de calibration fait empirer ce constat : le 226BW C n'est pas calibrable. Enfin, il l'est, mais le résultat est toujours imparfait après la procédure. C'est un cas exceptionnel et très décevant. Les écarts de couleurs sont toujours sensibles après installation du profil, peut-être même plus encore qu'avec nos réglages manuels car on redécouvre une dominante dans les gris – légèrement rosée cette fois. Pourtant, dans l'ensemble les couleurs sont meilleures :on passe d'un dE moyen de 5,8 à 2,4. c'est toutefois nettement moins plaisant qu'avec la série S :


Pour ceux qui veulent tout de même tenter l'aventure (ça en coûte rien, on revient très facilement en arrière, voici le profil calibré créé avec notre sonde.

>Profil créé pour l'écran Samsung SyncMaster 226BW C

Toutes les indications pour l'exploiter sont données ici.
L'homogénéité de la lumière
En cause aussi : l'éclairage serait imparfait sur la dalle, avec des zones plus claires notamment dans la partie inférieure du moniteur. Cette fois nous avons affiché une image noire dessus, dans une pièce noire. Voici ce qu'une accentuation du contraste fait ressortir d'une photo du moniteur :


On voit comme un H lumineux renversé. Toutefois, relativisons ce rendu. En fait, les zones les plus claires ne le sont "que" de 21%, ce qui est un écart assez faible comparé à la moyenne. Les LCD classiques accusent jusqu'à 35% d'écart entre deux points du moniteur. Toutefois, ce qui gène ici, c'est que ces écarts ne soient pas diffus mais très localisés, sur les bords supérieurs et inférieur du moniteur, ainsi qu'au milieu. Sur une image sombre, comme les bandes noires d'un film, ça peut être gênant.
Réactivité : décevant là aussi
Déjà, le C peut décevoir rien qu'avec ses écarts de couleurs. Mais connaissant les exigences de certains, le pire est à venir. Certains ont écrit sur les forums que le C serait selon eux un écran 5 ms. On n'en est pas là, c'est bien un 2 ms, mais son overdrive est bien mal géré. Pour rappel, nous nous étions rendu compte que les 226BW S et A étaient en fait des écrans 5 ms, avec simplement un overdrive optimisé, qui il est vrai accélère sensiblement les transitions et diminue très efficacement la rémanence.

Il en va de même sur le 226BW C, sauf que cette fois les augmentations de tension sont moins bien maîtrisées. Cela occasionne des dépassements de couleurs, qui peuvent se traduire à l'écran par un halo parfois clair, parfois sombre, autour des objets en mouvement. Comme s'ils étaient surlignés. Tout le monde ne le verra pas, mais aux yeux de certains cet effet est insupportable. Dans ce cas une seule solution : entrer dans l'OSD, et désactiver manuellement la fonction RTA. Il en est qui préfère un peu plus de rémanence à ce contour blanc – tout dépend de vos jeux sans doute en fait.


On voit clairement sur l'écran C une image en négatif derrière l'objet. On en devine même une deuxième encore derrière. L'écran S se comporte nettement mieux, d'où une réactivité apparente un peu meilleure malgré leurs temps de réponse équivalents.
Conclusion
Un lecteur s'était plaint auprès de Samsung d'avoir reçu un écran A alors qu'il espérait recevoir un S. Le constructeur, ou tout du moins son représentant au SAV, s'est dit dans l'impossibilité de l'aider, il a bel et bien un 226BW, Samsung n'a jamais rien promis d'autre. Puis devant son insistance, le SAV a rétorqué qu'il avait de la chance dans son malheur, il a une dalle A alors que d'autres sont maintenant servis en dalles C.

Quel constat tristement lucide ! Effectivement, les dalles S sont préférables aux A, elles mêmes plus souhaitables que les C. Et pourtant, ces trois séries sont vendues sous le même nom, sans distinction externe apparente. D'où l'apparition d'une nouvelle race de consommateurs qui perturbe bien les rayons informatiques, qui demande s'il est possible de déballer l'écran pour voir l'étiquette au dos (soupir de la part des vendeurs) et même de les allumer pour vérifier l'identité de la dalle dans le menu caché. On comprend les boutiques, ça peut lasser. Mais nous sommes à 100 % de l'avis des consommateurs : on veut des dalles S !
Epilogue : pire que pire
Voila, nous en terminons avec cette revue express d'un modèle C quand tombe une "nouvelle nouvelle" : une quatrième version du 226BW vient de sortir. C'est encore un 226BW C, mais le C vaut cette fois pour CPT – encore un autre fabricant de dalles, moins réputé encore que CMO. Trop, c'est trop !

Sommaire
1 - Samsung SyncMaster 226BW C
Vos réactions

Top articles