Les derniers contenus liés aux tags Sandy Bridge et Sandy Bridge-E

Sandy Bridge : Intel veut contrôler l'oc !

Publié le 26/07/2010 à 11:05 par Marc Prieur / source: HKEPC
Envoyer Imprimer

Avec l’arrivée du futur Sandy Bridge, Intel aurait décidé de changer de stratégie vis-à-vis de l’overclocking tel que nous le connaissons à l’heure actuelle. La plate-forme LGA1155 architecturée autour du futur chipset Cougar Point (P67) se passera en effet de PLL externe et toute la gestion des fréquences sera intégrée au sein du PCH. Toutes les fréquences seraient liées, si bien que la nouvelle fréquence de base, la DMICLK, ne pourrait pas être overclockée de plus de 2-3% sans provoquer des problèmes sur les autres bus tels que l’USB ou le SATA !


L’overclocking serait toutefois encore de la partie, mais contrôlé par Intel. Le géant de Santa Clara compte ainsi vendre des processeurs qui seraient libérés de contraintes au niveau du coefficient multiplicateur, comme c’est le cas de l’actuelle gamme "K". Ces CPU pourraient atteindre un coefficient maximal de 57, soit 7,6 GHz si la vitesse de base reste à 133.33 MHz. D’autres modèles seraient partiellement débloqués, sans que la limite du coefficient soit actuellement fixée. Côté mémoire, à condition d’avoir un chipset de type P67, il sera possible d’atteindre la DDR3-2133.


La future plate-forme haut de gamme LGA2011, architecturée autour des Sandy Bridge E et du chipset Patsburg (X68) sera pour sa part dépourvue de ses limitations puisque la gestion des fréquences sera plus classique, ce qui permettra un overclocking par la DMICLK. Côté coefficients CPU, Intel compte proposer des versions XE débridées jusqu’à x57 et des versions standards qui ne le seront pas du tout.

A l’approche de chaque sortie d’une nouvelle architecture, les rumeurs sur la volonté d’Intel de mettre fin à l’overclocking reviennent. Cette fois, c’est différent puisqu’il est question d’un o/c différent, abandonnant la possibilité de l’o/c par le bus au profit d’un unique o/c via le coefficient sur plate-forme LGA1155. Cela va donc permettre à Intel d’avoir plus de contrôle sur l’overclocking final en le limitant sur les CPU partiellement débridés et de vendre plus cher les CPU débloqués. A moyen terme, en étant pessimiste, on peut penser qu’Intel pourrait aller plus loin avec une seconde étape bridant complètement les CPU LGA1155, laissant l’overclocking à la plate-forme LGA2011 plus onéreuse.

A défaut de mettre fin à l’overclocking, Intel compte donc en reprendre le contrôle. Reste donc à savoir ce qu’il en fera, et si les fabricants de cartes mères ne trouveront pas le moyen de redonner la main aux utilisateurs sur LGA1155 d’ici à la sortie de Sandy Bridge.

LGA1155 et LGA2011 pour Intel

Publié le 17/04/2010 à 23:39 par Marc Prieur
Envoyer Imprimer

VR-Zone a pu obtenir quelques informations sur les prochaines plates-formes Intel destinées à la génération Sandy Bridge prévu pour fin 2010 / début 2011. Des informations à prendre avec des pincettes mais qui semblent toutefois crédibles. Intel continuerait ainsi d’avoir deux plates-formes distinctes comme c’est le cas avec le LGA1156 d’une part et le LGA1366 d’autre part.

Côté milieu de gamme, le LGA1156 laissera place au LGA1155. Destiné à accueillir des versions 2 et 4 core du futur Sandy Bridge, ce Socket sera supporté par les chipsets P67 et H67, qui remplaceront les actuels P55 et H55. Le P67 ne supportera par l’IGP intégré au Sandy Bridge mais permettra d’utiliser son contrôleur PCI-Express en 1x16 ou 2x8 pour les configurations SLI/CrossFire, alors que le H67 permettra de gérer l’IGP mais sera limité au 1x16. En termes de fonctionnalités, le SATA 6 Gbits/s sera disponible sur 2 des 6 SATA gérés par le chipset, mais l’USB 3 n’est malheureusement pas à l’ordre du jour. Le PCI ne sera plus intégré à ces chipsets.

Côté haut de gamme, on retrouve une plate-forme LGA2011 (!) destinée à accueillir les Sandy Bridge-E. Ces processeurs existeraient à priori en version 4 et 6 core, et le cache serait de 15 Mo dans cette dernière version (12 Mo de L3 et 6x512 Ko de L2, contre 6x256 Ko actuellement). Côté mémoire, la DDR3-1600 serait gérée sur 4 canaux, ce qui explique en partie l’augmentation du nombre de points de contacts. Côté PCI-Express, on retrouverait sur cette plate-forme 40 lignes PCI-Express 3.0, contre 36 lignes 2.0 sur la plate-forme X58.

Gros changement, le PCI-Express ne serait plus géré par le chipset mais directement par le CPU, comme c’est déjà le cas sur LGA1156. Cette intégration complète du northbridge sonne le glas de l’IOH et du QPI, et on retrouvera donc uniquement un PCH relié au Sandy Bridge-E via un bus DMI à 2 Go /s et un bus PCI-E 3.0 x4 à 4 Go /s. Ce nouveau PCH ne supportera par contre toujours pas l’USB 3, mais il gérera 6 SATA en AHCI dont 2 en SATA 6 Gbits /s, ainsi que 8 autres ports en SATA3/SAS.


Top articles