Nvidia dévoile les Quadro Fermi

Tags : Fermi; Nvidia; Quadro;
Publié le 27/07/2010 par
Envoyer Imprimer

A l’occasion du Siggraph, Nvidia a décidé de lever le voile sur le haut de gamme de sa nouvelle famille de Quadro et lance un de ces nouveaux modèles dès aujourd’hui. Les Quadro représentent un marché très important pour Nvidia qui dispose d’une position plus que confortable avec des parts de marché qui tournent autour des 90%. Avec ces nouvelles Quadro, Nvidia compte conforter cette position face à la menace des FirePro d’AMD proposées avec une tarification beaucoup plus agressive et un support plus avancé du multi-écran.

Alors que depuis début 2001 la gamme de cartes professionnelles Nvidia est représentée par la marque Quadro FX, Nvidia a décidé d’un petit changement en faisant disparaître le suffixe FX. Ainsi ce n’est pas une Quadro FX 5900 qui va succéder à l’actuelle Quadro FX 5800 mais bien une Quadro 6000. Il en va de même avec la Quadro 5000 qui succède à la Quadro FX 4800 et avec la Quadro 4000 qui succède à la Quadro FX 3800.
 


La Quadro 5000.


Ces 3 nouvelles Quadro sont toutes basées sur le GF100, le même GPU que celui qui équipe les GeForce GTX 480/470/465. La Quadro 6000 embarque ce GPU en version similaire à celui de la GeForce GTX 470, la Quadro 5000 similaire à une GeForce GTX 465 et le Quadro 4000 un GF100 dont encore plus d’unités ont été désactivées. Bien entendu les fréquences sont également revues à la baisse comme c’est en général le cas sur les cartes professionnelles qui ne tirent pas leur avantage face au GeForce d’une puissance plus élevée mais avant tout d’une certification plus poussée et de pilotes optimisés pour les applications professionnelles.

La différence ne se situe cependant pas uniquement au niveau des optimisations et avec le GF100 Nvidia a inclus plus de fonctions matérielles dédiées aux professionnels dans son GPU qui sont désactivées sur les versions GeForce mais actives sur ces nouvelles Quadro. C’est par exemple le cas des calculs en double précision qui sont limités à 25% des capacités du GPU sur GeForce ou du support optionnel de l’ECC réservé aux Quadro 5000 et 6000.

Il en va de même pour le traitement de la géométrie qui est bridé sur GeForce. Malheureusement, Nvidia s’est efforcé à ne pas répondre aux questions sur ces différences et s’est borné à présenter des débits de triangles sans vouloir nous dire à quoi ils correspondent (890, 950 et 1300 Mtriangles/s pour les Quadro 4000/5000/6000). Ils n’ont donc en l’état pas plus de valeur que n’importe quel chiffre tiré d’un chapeau magique. Etant donné l’architecture complexe du GF100 à ce niveau, et la difficulté d’atteindre ses maximums théoriques, nous supposons que Nvidia a en quelque sorte choisi un cas plus pratique et utilisé ces chiffres.

Enfin, une autre différence importante se situe au niveau de ce qui entoure le GPU. Tout d’abord la mémoire qui est de 2048 Mo, 2560 Mo et 6144 Mo pour ces nouvelles Quadro, ensuite la connectique, chaque carte étant équipée d’une sortie DVI, de deux sorties DisplayPort, d’un connecteur stéréo (optionnel sur la Quadro 4000) et d’un connecteur pour la carte G-Sync (sauf pour la Quadro 4000).

Nvidia lance par ailleurs une Quadro 5000M qui est en quelque sorte une GeForce GTX 480M adaptée au marché pro. Pour rester dans la limite du TDP de 100 watts, Nvidia a troqué quelques unités de calcul contre plus de mémoire.


Vous remarquerez la tarification relativement élevée de ces nouvelles cartes. Alors que la plus grosse des FirePro, la V8800, est proposée à un peu moins de 1500€, il faudra débourser près de 2000€ pour une Quadro 5000 et un peu plus de 4000€ pour la Quadro 6000. Certes les Quadro sont équipées de plus de mémoire, mais c’est surtout pour la marque et l’offre logicielle plus riche qui les accompagne que Nvidia peut se permettre cette tarification.

En attendant un dossier complet sur les cartes professionnelles, nous avons d’ores et déjà pu effectuer quelques tests sur la Quadro 5000, le modèle qui sera disponible le plus rapidement, les autres étant prévus pour la rentrée. Comme vous pouvez le voir, cette nouvelle Quadro s’en tire plutôt bien dans le récent SPECviewperf 11. Les tests ont été effectués avec les pilotes 258.63 du côté des Quadro et avec les pilotes 8.723 du côté des FirePro. Dans ce dernier cas il s’agit de pilotes qui datent du mois d’avril et qui ne prennent donc pas encore complètement en compte les nouvelles applications. AMD nous a annoncé l’arrivée imminente de pilotes mis à jour, mais en attendant voici les résultats obtenus :


Nous avons également vérifié le comportement de ces cartes plus en pratique dans 3ds Max 2011. Pour cela nous avons chargé un modèle à la géométrie complexe et mesuré les fps dans un viewport lors d’une rotation. Nvidia nous a fourni une version beta de son performance driver pour 3ds Max 2011 qui change complètement la donne en relevant la limite CPU de 2 à 10 fps :


Sur le plan plus théorique, nous avons mesuré le débit de triangles de ces solutions. Dès qu’il s’agit d’afficher les triangles (sans culling donc qui est limité par le nombre de blocs d’unités de calcul), la Quadro 5000 se montre nettement plus rapide que la GeForce GTX 465, similaire en configuration, mais dont le GPU est pourtant cadencé à une fréquence plus élevée. Il ne fait ainsi aucun doute que les Quadro disposent dorénavant d’un avantage à ce niveau par rapport aux GeForce.


Avec ce bon niveau de performances, de nouvelles fonctionnalités, un très vaste support logiciel, que nous couvrirons en détail dans notre dossier à venir, et malgré l’avance prise par la concurrence sur le multi-écran, ces nouvelles Quadro ont en main des cartes intéressantes pour renouveler le succès de leurs ainées.

Pour terminer cette présentation, mentionnons 3D Vision Pro, dévoilé aujourd’hui également par Nvidia. Similaire au kit 3D Vision classique, il repose sur des lunettes légèrement revues et de meilleure qualité mais surtout utilise un signal radio pour la synchronisation au lieu du signal infrarouge. Il n’est donc plus obligatoire de faire face à l’émetteur pour que la synchronisation puisse se faire et il est possible de modifier la fréquence du signal de manière à pouvoir mettre en place plusieurs systèmes dans la même pièce en évitant les interférences.

Vos réactions

Top articles