[MAJ] Comparatif : cartes graphiques milieu de gamme

Publié le 01/11/2005 par
Envoyer Imprimer
Introduction
De nombreux nouveaux produits ont fait leur apparition récemment sur le marché des cartes graphique milieu de gamme : les dérivés du X1800, le nouveau haut de gamme d´ATI, des variantes des X800 ainsi que de nouvelles déclinaisons des 6800 et 6600 avec lesquelles Nvidia compte bien barrer la route d´ATI. Nous allons tenter d´éclaircir la situation en comparant toutes ces cartes entre elles.


L´architecture X1000 déjà déclinée
Une fois n´est pas coutume, ATI a décidé de lancer, début octobre, toute une gamme de GPUs en même temps, du haut de gamme à l´entrée de gamme. Pour rappel, cette nouvelle architecture supporte les vertex et pixel shader 3.0 et travaille sur de petits groupes de pixels à la fois, ce qui lui permet de rester très efficace lorsque des branchements sont utilisés dans les shaders. Pour plus de détails, vous pouvez vous référer à notre test des Radeon X1800.

Les Radeon X1600 et X1300 reprennent les bases de cette architecture, mais quelques différences sont à noter. Le Radeon X1300 est globalement un Radeon X1800 coupé en 4 puisqu´il ne dispose que de 2 unités de traitement géométrique (au lieu de 8) et que d´un seul shader core (au lieu de 4) qui pour rappel est composé de 4 pipelines de pixel shading. A côté de ce shader core se trouve un bloc de 4 unités de texturing alors que le haut de gamme en dispose de 4. Il en va de même pour les ROPs ce qui fait donc un quart parfait de X1800 au niveau des unités de traitement. Le ring bus qui permet d´augmenter l´efficacité du contrôleur mémoire n´a pas été implémenté afin de simplifier la puce mais par contre les accès mémoire se font en 4 x 32 bits au lieu de 2 x 64 bits sur les GPUs concurrents, ce qui permet de gaspiller moins de bande passante mémoire. Cette puce est principalement dédiée à l´entrée de gamme, néanmoins, dans sa version "Pro" qu´ATI nous a fournit, elle peut être assimilée à dû milieu de gamme puisque commercialisée à 125 €.


Une puce spéciale
Le Radeon X1600 est un petit peu particulier étant donné que c´est le premier GPU qui profite pleinement de la possibilité de découpler les unités de traitement des pixel shader et les unités de texturing. Avec son architecture, ATI est capable de mettre plus d´unités d´une sorte que de l´autre et bien entendu ce sont les unités de pixel shader qui voient leur proportion augmenter. Alors que le précédent GPU milieu de gamme d´ATI, le X700, disposait de 8 pipelines de pixel shader et de 8 unités de texturing, le X1600 intègre 12 pipelines de pixel shader et seulement 4 unités de texturing. Ce choix d´ATI s´explique par le fait que les shaders, en devenant de plus en plus complexes, voient leur nombre d´instructions mathématiques devenir significativement plus important que le nombre d´accès aux textures. Nous vérifierons au travers de ce test si cette proportion 3:1 est bien adaptée aux jeux actuels ou si 4 unités de texturing ne sont pas suffisantes.

Notez que cette différence au niveau de la partie "pixel" entre le X1300 et le X1600 devrait se retrouver entre le X1800 et son successeur qui disposerait alors de 48 pipelines de pixel shader et de 16 unités de texturing. Autre particularité, bien que physiquement les 12 pipelines soient issus de 3 shader cores, ceux-ci ne sont pas réellement indépendants comme le sont les 4 du X1800, il s´agit donc plutôt d´un shader core de 12 pipelines que de 3 de 4. Cela implique que ce GPU travaille sur des blocs de pixel (threads) trois fois plus gros et donc que l´efficacité des branchements est réduite. Malgré tout la taille qui passe de 16 à 48 pixels reste très petite en comparaison des 1024, 2048 ou 4096 pixels des blocs utilisés par Nvidia ce qui permet donc à ATI de conserver un net avantage à ce niveau.

Pour le reste, ce GPU dispose de 5 unités de traitement géométrique, de 4 ROPs et du ring bus qui se raccorde sur 4 x 32 bits d´accès à la mémoire. Par rapport au X700, on peut donc être perplexe puisque mis à part les unités de calcul des pixel shader qui ont augmenté de moitié et le bus mémoire qui reste constant, le reste a été réduit.


Notez que bien qu´ATI dispose de quelques cartes de test, la production de ce GPU est seulement en train de débuter et les cartes n´arriveront pas avant fin novembre. La puce est donc une "engineering sample" tirée des premiers wafers de tests de la dernière révision puisque celle-ci, comme le R520, a connu quelques soucis avec le process 90 nm qui empêchaient la montée en fréquence et qui ont retardé sa mise en production.
Vos réactions

Top articles