Samsung SyncMaster 770P : PVA 6ms, 1500:1

Publié le 19/10/2005 par
Envoyer Imprimer
Samsung descend à 6 ms
Nos tests sont formels : AU Optronics n’est plus le seul acteur à proposer une dalle rapide, bonne pour les jeux, avec des angles de vision très larges. Après de multiples essais infructueux, enfin, Samsung produit une dalle du type Super-PVA rapide, avec un temps donné pour 6 ms. D’une part, Samsung revendique un temps de réponse un peu plus rapide que AU Optronics sur sa dalle P-MVA (présente dans le célébrissime ViewSonic VP191b et dans le plus récent Belinea 10 19 20) ; d’autre part cette dalle affiche un taux de contraste record : 1500:1, d’après Samsung. Or jusqu’à présent, leurs annonces de ce côté se sont toujours révélées exactes lors des tests. Samsung a donc toutes les cartes en mains pour détrôner les écrans MVA 8 ms dans le coeur des utilisateurs à la recherche d’un écran polyvalent.


Cette nouvelle génération de dalle est introduite sur un écran extrêmement séduisant, le SyncMaster 770P. Samsung a tout mis dessus. Sa meilleure dalle, un pied d’un nouveau genre, un mode pivot automatique, un design et un finition très soignés, de bons réglages par défaut... A jouer ainsi la surenchère le constructeur coréen en vient forcément à exploser les prix. Et là ça fait mal : le SM 770P, la version 17 pouces, est proposé à 445 €, et le SM 970P (non testé, basé sur la même technologie de dalle mais doté d’un contraste de "seulement" 1 000:1) 649 €.

Les tests
Fidélité des couleurs, calibration, réactivité dans les jeux, rendu vidéo, ergonomie, ouverture des angles de vision, qualité de l’interpolation, les écrans sont regardés sous toutes les coutures.

Pour la fidélité des couleurs, nous utilisons le colorimètre LaCie Blue Eye Pro, dérivé d’un outil Gretag et couplé à la nouvelle suite LaCie. Cet outil nous permet d’opposer la qualité d’affichage de l’écran (gammut et DeltaE) avec ses paramètres par défaut, tel que vous le recevez, avec les résultats après calibration. Les résultats sont parfois surprenants : vous aurez souvent intérêt à bien prendre le temps de corriger manuellement les couleurs, ou tout au moins les paramètres de contraste, luminosité et température de couleur.

Pour les jeux, rien de tel que quelques heures de travail devant pour se faire une bonne idée de la réactivité des écrans. Pour la bonne cause, nous avons donc passé nos journées devant UT 2004, WoW... Nous y ajoutons des photos de la rémanence dans deux contextes, le premier entre couleurs vives, le second sur une transition Noir / Blanc (représentatif entre autre de la rémanence subie par les graphistes 3D dans leurs animations en mode filaire). Le logiciel utilisé est Pixel Persistence Alalyzer (PixPerAn pour les intimes). Les images témoins de la rémanence sont capturées au reflex Canon 350D avec un temps de pose de 1/1000 s. Nous réalisons à chaque fois une cinquantaine de photos en rafale pour chaque test pour connaître précisément l’évolution de la rémanence entre deux images.

La machine de tests est un PC assemblé maison autour d’un processeur AMD Athlon XP3200+ et d’une carte graphique NVIDIA GeForce 6800 GT.
Vos réactions

Top articles