Le Watercooling facile

Publié le 04/08/2003 par
Envoyer Imprimer


Le refroidissement à eau est à la mode, c´est un fait, et les températures caniculaires de ces derniers jours amplifient le besoin de fraicheur de nos machines. Du coup, plusieurs constructeurs se proposent de le mettre à portée de tout le monde via des kits tout en un relativement faciles à mettre en place. Mais ces solutions sont-elles réellement efficaces ?
La montée en puissance
Formulée pour la première fois en 1965, la fameuse loi de Moore court toujours. A l´époque, elle se basait sur les évolutions des puces entre 1959 et 1965, et indiquait que le nombre de transistors allait doubler tous les 12 mois. Cette estimation fut ensuite remise à jour en 1975 avec un doublement qui s´effectuait finalement tous les 18 mois. La puissance des processeurs allait donc croître de manière exponentielle, et cela s´est vérifié comme vous pouvez le voir sur ce graphique :


Seul problème les évolutions des technologies de gravure n´ont pas évolué si vite, si bien que ce doublement des transistors couplé à l´augmentation de fréquence de ces derniers ont entraîné des puissances électriques consommées et des puissances thermiques dégagées de plus en plus importantes. D´une dissipation thermique de 8 Watts pour un Pentium 75, on atteint aujourd´hui 82 Watts pour un Pentium 4 3.2C GHz, en passant par un 27.1 Watts pour un Pentium II 450.

Dans le même temps, les solutions thermiques n´ont pas subi la même évolution. Si on ne conçoit désormais plus un processeur moderne sans un couple radiateur + ventilateur, ce type de solution commence à montrer ses limites tant en terme de dissipation, lors d´overclocking par exemple, que de rapport dissipation / bruit. Etant donné que les fondeurs devraient pouvoir continuer à se livrer une lutte acharnée au niveau des processeurs pendant au moins 10 ans au rythme de la loi de Moore - bien que les avis de spécialistes divergent grandement sur ce chiffre - la recherche de meilleures solutions de dissipation doit devenir une priorité pour les constructeurs.
Vos réactions

Top articles