Les taux de retour des composants (7)

Publié le 25/10/2012 par
Envoyer Imprimer


Si il y'a une inconnue lors du conseil et de l'achat d'un matériel, c'est bien la fiabilité de celui-ci. Certes, la réputation d'un constructeur est là pour nous rassurer, mais d'un modèle à l'autre la fiabilité peut varier énormément, et même les constructeurs de renom ne sont pas à l'abri d'une bourde.

Même si, comme on se plait à le signaler dans les milieux financiers, les performances passées ne présagent en rien des performances futures, nous publions ce jour une partie des statistiques de taux de retours pour panne à notre disposition. Ce type de statistique a besoin d'un certain recul, si bien qu'une bonne partie des produits sont devenus obsolètes. Il n'en reste pas moins que ces statistiques sont informatives et permettent de pointer du doigt des produits voir des constructeurs dont on espère qu'ils vont améliorer les choses dans le futur.

La première question à laquelle nous nous devons de répondre, c'est bien entendu l'origine de ces statistiques. Elles proviennent d'un gros e-commerçant français, chez lequel nous avons pu avoir un accès direct aux bases de données. Nous avons donc été en mesure d'en extraire directement les statistiques dont nous avions besoin.

Comment une pièce est-elle déclarée comme défectueuse chez ce marchand ? Il y a deux cas. Soit le technicien considère que l'échange d'information avec le client (type de panne, tests croisés) suffit à déclarer le produit comme en panne, soit il y a un doute et la pièce sera testée par le marchand afin de valider ou non la dite panne.

Parmis les retours non testés, il est probable qu'une partie des pièces annoncées comme problématiques par les clients ne le soient pas en réalité, malgré les précautions prises par le technicien. Un phénomène marginal et lié au métier de l'e-commerce en lui même : en pratique, aucun argument objectif ne permet de dire qu'un constructeur ou qu'un modèle de produit soit plus impacté qu'un autre par ce phénomène.

Il faut ajouter que ces statistiques sont logiquement limitées aux seuls produits vendus par ce e-commerçant, et aux retours clients fait directement via celui-ci, ce qui n'est pas toujours le cas puisqu'il est possible d'effectuer des retours directement auprès du constructeur, notamment dans le domaine du stockage : toutefois ceci représente une minorité durant la première année.

Il n'existe aucun autre moyen de disposer de statistiques plus fiables, et à défaut d'êtres parfaites, elles ont le mérite d'exister.
Qui croirait par exemple des taux de retour donnés directement par le fabricant d'un produit ?



Les taux de retour rapportés concernent les pièces vendues entre le 1er octobre 2011 et le 1er avril 2012, pour des retours crées avant octobre 2012, soit 6 mois à 1 an de fonctionnement. L'évolution du taux de panne au cours de la vie d'un produit forme généralement un U étalé, à fond pratiquement plat, et ces chiffres couvrent donc la première partie de leur vie, un moment où le taux est élevé.

Les statistiques par marque se basent sur un échantillon minimal de 500 ventes, celles par modèles sur un échantillon minimal de 100 ventes, les plus gros volumes portant sur des dizaines de milliers de pièces par marque et des milliers de pièces par modèle. A chaque fois, nous avons comparé les taux obtenus par les fabricants à ceux de notre précédent article sur le sujet publié en mai 2012.
Vos réactions

Top articles