Western Digital Raptor WD740GD

Publié le 31/12/2003 par
Envoyer Imprimer


Au cours de nos différents tests sur les disques durs ATA 7200 tours, nous avons toujours regretté que les constructeurs favorisaient pour ce secteur le débit au profit du temps d’accès. Il faut dire que dans l’optique d’un coût au gigaoctet tendant à être toujours tiré vers le bas, cette solution est la seule viable puisqu’elle va de pair avec une augmentation de la densité surfacique des plateaux.

Du coup, nombre d’utilisateurs avancés soucieux d’avoir des disques durs offrant d’excellentes performances sur tous les plans devaient donc regarder du côté de l’interface SCSI, interface onéreuse généralement utilisée chez les professionnels au sein de stations de travail et surtout de serveurs et qui accueille des disques aux mécaniques bien plus performantes en terme de temps d’accès.
Le Raptor
Conscient qu’un marché pouvait exister entre l’IDE 7200 tours et les disques SCSI haut de gamme 10 000 et 15 000 tours, Western Digital a donc lancé en février 2003 son disque dur Raptor WD360GD, principalement destiné aux entreprises mais utilisé chez de nombreux particuliers. Utilisant une interface de type Serial ATA moins onéreuse que le SCSI, ce disque est tout simplement le premier disque ATA utilisant une vitesse de rotation de 10 000 tpm. Combiné à une mécanique plus performante, cette donnée a permis à Western Digital d’abaisser nettement le temps d’accès.

Le temps d’accès n’est pas le seul point commun avec la mécanique des disques durs utilisés avec l’interface SCSI, puisque Western Digital garanti les disques Raptor 5 ans, là où les disques 7200 tpm avec 8 Mo de cache sont généralement garantis 3 ans et les disques avec 2 Mo de cache une seule année. Enfin, l’autre point commun avec les disques SCSI, mais dans une moindre mesure, c’est le prix au Gigaoctet qui est bien plus important ... les performances ont un prix !
Raptor, le retour

Un nouveau venu fait aujourd’hui son apparition au sein de la gamme Raptor, il s’agit du WD740GD. De 36 petits gigaoctets, on passe désormais à une capacité de 74 gigaoctets qui conviendra mieux à ceux qui sont gourmands d’espace disque. Mais on ne s’arrête pas là puisque le temps d’accès est également revu à la baisse, passant de 5.2 à 4.5 ms. Dans le même temps, le débit est augmenté alors que la nuisance sonore baisse du fait de l’utilisation d’un roulement hydro-dynamique. Le cache reste pour sa part à 8 Mo. Bref, sur le papier, tout est mieux ... en est-il de même en pratique ? C’est ce que nous avons voulu voir en utilisant la même méthodologie de test que pour notre dernier comparatif. Nous avons inclus pour comparaison les données d´un disque Hitachi 7K250 120 Go Serial ATA, mais vous pouvez comparer tous les chiffres avec ceux de ce comparatif.
Vos réactions

Top articles