HardWare.fr


Intel lance les Kaby Lake 2C
Processeurs
Publié le Mardi 30 Août 2016 par Guillaume Louel

URL: /news/14764/intel-lance-kaby-lake-2c.html


C'est l'été dernier qu'Intel avait annoncé un changement de stratégie. Durant des années, la firme de Santa Clara s'est tenu au Tick-Tock : lancer un nouveau process de fabrication une année (un Tick), et lancer l'année suivante une nouvelle architecture (un Tock). Un cycle de deux années (parfois étendu de quelques mois) qui se répétait depuis l'introduction du système dans les années 2000.


La version classique du packaging utilisée par Intel pour ses SoC mobiles U (15W)

Après un passage au 14nm difficile qui nous avait valu un "Haswell Refresh", Intel avait annoncé que son process 10nm serait repoussé à fin 2017 (il aurait du être introduit cette année) et que l'on aurait droit pour 2016 à un nouvelle entrant, Kaby Lake, une version "optimisée". La stratégie passante ainsi de "Process-Architecture" à "Process-Architecture-Optimisation".


La version compacte du packaging utilisée par Intel pour ses SoC mobiles Y ("4.5W")

Lors de l'annonce des résultats financiers au second trimestre l'année dernière, le CEO d'Intel Brian Krzanich avait décrit Kaby Lake comme "bâti sur les fondations de la micro architecture Skylake" mais "avec des améliorations clefs de performances". Nous pensions à l'époque qu'Intel ne ferait possiblement évoluer que son GPU.

Aujourd'hui on en sait enfin un peu plus. Intel annonce Kaby Lake comme la septième génération de processeurs Core et lance aujourd'hui six modèles de processeurs dont le "TDP" varie entre 4.5 et 15W. En pratique il s'agit des SoC deux coeurs (avec Hyper Threading) destinés aux PC portables légers (type Macbook/Ultrabook et 2-in-1). Le lancement des autres versions (mobiles 4C, avec Iris Graphics, et les versions desktop) se fera en janvier.

La plus grosse nouveauté mise en avant par Intel est l'évolution de son process de fabrication, le constructeur le qualifiant de 14nm+ (faisant echo aux 16FF+ de TSMC par exemple). Intel indique avoir amélioré la géométrie de son process, au niveau de la forme des "fins" (les ailettes qui constitue les transistors FinFET) et aussi du canal. La société annonce 12% d'amélioration de performances (sans préciser à quel niveau) ce qui est assez vague.

En effet, au fil de l'exploitation d'un process, sa fiabilité, son rendement, et incidemment ses performances évoluent. Etant donné les difficultés rencontrées par Intel au début de l'exploitation du 14nm, il est difficile de juger réellement ce que ce chiffre représente, et s'il s'agit vraiment d'une évolution par rapport à la production ayant eu lieu par exemple ces derniers mois, ou s'il s'agit tout simplement de l'évolution naturelle, lié au débogage et à l'exploitation du process.

L'autre nouveauté concerne le "Media Block", la partie du GPU qui regroupe les fonctions de décodage et d'encodage vidéo. Si Skylake avait ajouté le décodage vidéo HEVC (H.265), il n'était effectif que pour le profil "Main". Le profil "Main 10" (vidéos encodées avec 10 bit par composante), qui sera utilisé pour les Blu-Ray UHD par exemple n'était par contre pas pris en charge. C'est désormais corrigé, le Media Block de Kaby Lake décode désormais le HEVC "Main 10". On notera également l'arrivée du décodage de VP9, le codec de Google en 8 et 10 bit (un décodage "partiel" de VP9 était disponible précédemment, comme pour le HEVC Main 10 mais il était insuffisant en pratique).

En plus du décodage, l'encodage HEVC est lui aussi possible en "Main 10", ainsi qu'en VP9. L'encodage H.264 (AVC) profite d'une amélioration de performances sur l'une de ses composantes.

Dernier point, Intel parle d'une meilleure réactivité du Turbo en mode Speed Shift, permettant d'atteindre la fréquence Turbo maximale plus rapidement qu'auparavant. On passerait ainsi de 35ms à 15ms pour atteindre cette fréquence maximale.

Et... c'est tout ! Il n'y a en effet aucun autre changement architectural pour Kaby Lake, que ce soit au niveau du GPU ou du CPU. Intel met a profit son process pour faire monter les fréquences, ce qui rappellera aux plus anciens les "speed bump" qu'introduisait auparavant le constructeur. Sur le modèle Core i7 15 watts, la fréquence turbo maximale augmente ainsi de 400 MHz, ce qui se traduit par 12 à 19% d'avantage dans les benchmarks sélectionnés par Intel pour sa présentation.

Pour récapituler, voici les six références lancées ainsi que celles qu'elles remplacent :

On notera des gains de 100 à 400 MHz sur les fréquences Turbo pour les modèles U (15 Watts) et jusque 500 MHz sur les modèles Y (avec un "TDP" de 4.5 Watts), ce qui n'est pas négligeable même si l'on rappellera que ces derniers ne tiennent pas leur fréquence Turbo maximale en charge prolongée. Sur ces derniers, on notera qu'Intel fait disparaitre ses nomenclatures Core m5 et m7, remplacées par Core i5 et i7 ! Le Core m3 continue par contre d'exister.

Cette absence de changements conséquents pousse le constructeur à être créatif, comparant dans sa présentation les performances de Kaby Lake à une plateforme mobile datant de cinq ans. Un discours marketing qui aura du mal a cacher la réalité : cette septième génération est avant tout un "speed bump" légèrement amélioré de Skylake. Si l'on apprécie les gains de fréquences annoncés, il faudra attendre le mois de janvier, probablement autour du CES, pour voir en pratique ce que le constructeur proposera comme gains de fréquences pour sa plateforme desktop.

Vous pouvez retrouver la présentation "performance" fournie par Intel ci dessous :

 
 

Ainsi que la présentation plus générale :

 
 



Copyright © 1997-2020 HardWare.fr. Tous droits réservés.