HardWare.fr


AMD Ryzen 7 2700, Ryzen 5 2600 et Intel Core i7-8700, Core i5-8600
Processeurs
Publié le Mercredi 9 Mai 2018 par Guillaume Louel

URL: /articles/975-1/amd-ryzen-7-2700-ryzen-5-2600-intel-core-i7-8700-core-i5-8600.html


Page 1 - Des noms proches, des segmentations différentes

Après avoir regardé les modèles Ryzen 2000X lancés il y a quelques jours de cela, nous revenons aujourd'hui sur les deux autres modèles lancés par AMD, les versions non X baptisées Ryzen 7 2700 et Ryzen 5 2600. Nous vous renvoyons à cet article si vous souhaitez plus de détails sur la gamme Ryzen 2000 en général et les changements qu'elle apporte par rapport à la première itération de Ryzen.

Une histoire d'écho

Le marketing étant ce qu'il est, AMD calque sa nouvelle gamme sur celle de son concurrent :

  • Ryzen 7 2700X, 329$ | Core i7-8700K, 359$
  • Ryzen 7 2700, 299$ | Core i7-8700, 303$
  • Ryzen 5 2600X, 229$ | Core i5-8600K, 257$
  • Ryzen 5 2600, 199$ | Core i5-8600, 213$

Au delà des changements cosmétiques (le K se transforme en X), l'alignement est assez net, AMD se calant de manière un peu plus agressive côté tarifaire (en ce qui concerne les prix publics tout du moins, les promotions des deux côtés pouvant changer la donne bien évidemment !).

Côté caractéristiques les choses sont évidemment très différentes, côté 7 on retrouve deux coeurs de plus, et côté 5 la présence du SMT là où il est désactivé chez Intel.

Mais des segmentations pas tout à fait identiques

Ce qui différencie les gammes X/K des autres varie un peu chez les constructeurs. Parlons d'abord des choses communes, là ou le TDP des modèles X/K est d'au moins 95W, il baisse à 65W sur les modèles non X/K. Cela se traduit en pratique par des coupes plus ou moins franches côté fréquences en fonction de la marge des constructeurs vis a vis de leur process, particulièrement sur la fréquence effective en longue charge lorsque tous les coeurs sont actifs.

Baisser la fréquence en pratique est une conséquence de la tension réduite, nécessaire pour tenir dans l'enveloppe thermique définie. En pratique ces processeurs, en ne cherchant pas à grappiller les derniers MHz, disposent en général d'une efficacité excellente, comme on l'a vu l'année dernière avec le Ryzen 7 1700 par exemple, ou plus récemment avec le Core i5-8400. Nous verrons ce qu'il en retourne en pratique.

Techniquement, les constructeurs peuvent opter pour plusieurs voies pour obtenir cette baisse de consommation. La sélection des meilleurs dies (binning) peut jouer un rôle, ceux capables de tourner à fréquence égale à une tension plus faible auront évidemment un avantage. L'autre méthode consiste à baisser les fréquences, ce qui peut se faire côté spécifications, ou plus généralement via les mécanismes Turbo qui auto-régulent la fréquence en fonction de la consommation et d'autres facteurs (comme la température). Nous verrons comment cela se traduit en pratique chez les deux constructeurs.

Si la réduction du TDP est commune, il y a une autre caractéristique qui différencie ces K/X : l'overclocking. Là où l'overclocking par le coefficient multiplicateur est autorisé sur tous les modèles de Ryzen, Intel le limite à ses modèles K uniquement. Pas d'overclocking possible pour les Core i7-8700 et Core i5-8600 !

Page 2 - Ryzen 7 2700, Ryzen 5 2600, Core i7-8700 et Core i5-8600

# Ryzen 7 2700 et Ryzen 5 2600

Commençons par regarder comment ces deux Ryzen s'intègrent dans la gamme du constructeur.

Les deux constructeurs n'annoncent plus réellement la fréquence de fonctionnement de leurs processeurs (et on le regrette !), préférant simplement indiquer une fréquence de base "garantie" et une fréquence "max" (turbo sur un coeur en général). En pratique, contrairement aux modèles X, la fréquence "max" que nous relevons est identique à celle annoncée par le constructeur (qui ne prend pas en compte une partie de XFR2). Elle est en baisse de 250 et 350 MHz.


[ Ryzen 7 2700 ]  [ Ryzen 5 2600 ]  

La fréquence de base n'a aucun intérêt en pratique, ce qui nous intéresse est la fréquence en charge tous coeurs actifs (TC dans le tableau). Elle baisse plus fortement, assez logiquement puisque c'est dans cette situation que les processeurs consomment le plus. La baisse est de 675 MHz sur le 2700 par rapport au 2700X, et de 350 MHz sur le 2600 par rapport au 2600X. Le 2700 est logiquement plus handicapé par la présence de deux coeurs supplémentaires.

Cette coupe est particulièrement importante sur le 2700, elle représente une baisse de 17% là ou elle est de moins de 9% sur le 2600. On retrouvait des différentiels du même ordre avec les 1800X/1700 et 1600X/1600, les 8 coeurs étant plus impactés que les 6 coeurs assez logiquement !

Notez que pour les deux processeurs, leur prix public est 30$ inférieur aux modèles X qu'ils accompagnent.

Core i7-8700 et Core i5-8600

De la même manière, regardons les caractéristiques et les fréquences que nous avons relevées pour les processeurs de cette 8ème génération d'Intel, qui avait été agrandie pour rappel début avril.

Intel est beaucoup plus ambitieux côté fréquences puisque si l'on met de côté les fréquences de base, les fréquences sur un coeur ne bougent quasiment pas, on perd juste 100 MHz sur un coeur sur le 8700, et rien du tout sur le Core i5-8600 par rapport aux K !

Mieux, les fréquences que nous avons relevé tous coeurs actifs... ne bougent pas non plus. Si l'on sait qu'Intel a historiquement eu de la marge en général sur ses TDP desktop annoncés, ne pas changer les fréquences ne peut se faire en théorie qu'avec des tensions largement plus basses pour tenter de tenir dans l'enveloppe thermique définie.


[ Core i7-8700 ]  [ Core i5-8600 ]  

Nous verrons comment Intel réalise cela en pratique. Pour le 8600, cela ne nous semble pas dans le domaine de l'impossible puisque le 8600K était quasiment à ce niveau de TDP. La marche est par contre beaucoup plus large à franchir pour le 8700 !

Page 3 - Consommation, efficacité énergétique

Comme toujours, nous mesurons la consommation et l'efficacité énergétique de nos plateformes, quelque chose de particulièrement intéressant dans le cas des modèles 65W que nous testons aujourd'hui !

Nous utilisons x264 pour nous permettre de calculer l'efficacité énergétique, que ce soit sur un coeur ou sur tous les coeurs.

Performances sous x264

Nous commençons par les mesures de performances sous x264, la mesure est effectuée sur un thread, et sur le nombre maximal de threads présents sur le processeur :


Commençons par le cas des nouveaux Ryzen. Le niveau de performance est forcément en retrait par rapport aux modèles X, baisse de fréquence oblige, mais il reste élevé. Dans le cas du Ryzen 7 2700, on est au niveau du 1700X qui était un modèle 95W. De la même manière, le 2600 est devant le 1600X. Plutôt pas mal !

De son côté le 8600 annonce des performances identiques au 8600K, nous allons voir si cela se justifie côté consommation !

Consommation

Regardons sans attendre la consommation, nous la mesurons à la fois à la prise ainsi que sur l'ATX12V :


[ 230V (W) ] [ ATX12V (W) ]

Chez AMD, le niveau de consommation est ici nettement plus bas que pour les modèles X. En baissant les fréquences Turbo tout coeurs actifs, AMD baisse la tension et profite de gains nets.

Le niveau de consommation est il conforme au niveau de dissipation thermique annoncé par AMD ? Quasiment. Si l'on prend un généreux rendement de 85% pour les étages d'alimentation de notre carte mère sur nos mesure ATX12V, nous atteignons respectivement 67 et 71W, un dépassement bien plus léger que ce que l'on a pu voir avec les modèles X.

Chez Intel, les choses sont différentes. Le 8600 consomme effectivement moins que le 8600K, et donc moins que le niveau de refroidissement qu'il requiert. Avec la même formule on note une consommation de 55W ce qui est tout à fait respectable. On imagine que le binning de l'échantillon que nous a fourni Intel est meilleur, nous avons noté en pratique un différentiel de tension qui semble justifier cela.

Efficacité énergétique

Nous croisons enfin les données de consommation sur l'ATX12V avec les chiffres de performances, pour obtenir l'efficacité :


L'efficacité fait un bond massif entre le 2700X et le 2700. Ce dernier s'approchant de l'i5-8400 sans pour autant le rejoindre complètement. Ce modèle excepté, le 2700 est plus efficace que les autres modèles Intel testés.

Le 2600, avec deux coeurs de moins dispose d'une efficacité moindre même si le gain est large, surtout quand l'on le compare au petit gain que nous avions entre un 1600X et un 1600.

Chez Intel, le Core i5-8600 dispose d'une tension plus basse et de performances équivalentes. Il remonte donc assez logiquement son niveau d'efficacité, en s'approchant d'un 1700. Pas mal !

En bref

Si l'on pourra pinailler sur le fait qu'AMD respecte "à peu près" le TDP annoncé, globalement le niveau de consommation des modèles non X est significativement inférieur aux modèles X. C'est logique, les fréquences sont en baisse et l'on a pu mesurer dans notre article précédent à quel point gagner ces derniers MHz a demandé des fréquences élevées au process de GlobalFoundries.

Sur ces modèles, AMD tire le meilleur parti du process en choisissant un rapport performance/consommation nettement meilleur.

Pour le 8600, la tâche d'Intel est bien plus simple. Un meilleur binning et une tension de fonctionnement un peu plus basse permet de passer confortablement sous le seuil des 65W.

Page 4 - Et le Core i7-8700 ?

Vous l'aurez peut être remarqué, le Core i7-8700 est absent de nos graphiques de consommation. Son cas est en effet suffisamment particulier pour que l'on s'y intéresse de près.

Consommation


Le problème est assez simple. Pour rappel, Intel utilise pour le 8700 la même formule que pour le 8600. A savoir baisser légèrement la tension et garder les mêmes fréquences que le grand frère K (a 100 MHz près sur un coeur).

Et si cela passe pour le 8600, sur le 8700 le compte n'y est pas. En prenant en compte un rendement généreux de 85%, il nous reste 83W de consommation. A titre indicatif, sur ce test sous HWiNFO, les sondes internes du processeur rapportent une consommation de 90W.

Cette consommation n'est pas unique à x264, puisque nous obtenons une consommation plus élevée de manière systématique.

En pratique, les performances du 8700 sont strictement alignées sur celles du 8700K, que ce soit en applicatif ou en jeu, comme si les Power Limit habituelles chez Intel n'étaient pas prises en compte.

Nous avons regardé du côté du BIOS de notre carte mère Gigabyte et les Power Limit (1/2/3) étaient bien actives, et réglées par défaut sur 65W, bien qu'elles ne soient pas respectées.

Nous avons contacté le constructeur - nous utilisons pour rappel une Z370 Aorus Gaming 7 pour les tests de Coffee Lake - qui nous a confirmé qu'il s'agissait d'un "comportement acceptable pour tous les constructeurs de cartes mères, particulièrement pour les modèles Z".

Nous attendons encore une clarification du constructeur sur ce que cela veut dire. Le comportement est il lié spécifiquement aux chipsets Z d'Intel qui passeraient outre les Power Limit indépendamment des réglages du BIOS ? Est-ce Intel qui considère ce comportement comme "acceptable" ? Certains de nos confrères ont constaté le même comportement qui ne semble pas lié strictement à la carte de Gigabyte et nous laisse penser que c'est peut être le cas.

Nous attendons également un retour d'Intel depuis plusieurs jours pour clarifier cela. Ceci est d'autant plus illogique que le constructeur vend le Core i7-8700, pour rappel, avec un radiateur box prévu pour dissiper 65W (nous effectuons nos tests comme toujours avec des radiateurs Noctua pour mettre de côté la question de la dissipation). On pourra opiner que le throttling des fréquences se fera dans ce cas de manière thermique plutôt que par le système des Power Limit utilisés par Intel, mais très franchement cela ne nous semble pas satisfaisant.


Le petit radiateur 65W livré par Intel avec son Core i7-8700

En l'état, nous ne placeront pas les résultats du 8700 sur nos graphiques, ils n'ont pas vraiment d'intérêt étant donné qu'ils sont strictement identiques à ceux du 8700K dans nos conditions de test, et nous espérons obtenir une clarification sur le comportement relevé !

Page 5 - Overclocking en pratique

Si les modèles d'Intel ne sont pas overclockables, nous avons tout de même regardé le potentiel des processeurs AMD dans ce domaine. Quelques rappels sur le sujet :

  • Les coefficients multiplicateurs sont débloqués sur tous les Pinnacle Ridge (comme tous les autres Ryzen jusqu'à présent)
  • Le multiplicateur a une granularité de 25 MHz : selon les cartes mères, on règlera 120, ou un nombre à virgule comme 30.00 pour 3 GHz
  • La fréquence de référence, de 100 MHz par défaut, est modifiable mais liée à d'autres telles que celle du PCIe. Il est préférable de ne pas y toucher et de passer par les multiplicateurs, même si certaines cartes haut de gamme utilisent un générateur d'horloge externe permettant de passer outre cette limitation
  • AMD recommande de ne pas dépasser 1.35V pour un overclocking permanent
  • Lorsque l'on passe en mode "overclocking", en réglant manuellement le multiplicateur, on désactive logiquement les Turbo (le classique, et XFR). Certaines cartes mères permettent de modifier individuellement les P-States pour conserver le Turbo (c'est le cas de la Crosshair VII Hero que nous utilisons pour les tests) mais ce n'est pas systématique chez les constructeurs.

Nous vous recommandons, pour plus de détails sur l'overclocking du XFR ou l'impact des cartes mères, de vous retourner vers notre article précédent.

Contrairement au 2700X, les 2700 et 2600 n'ont pas d'offset appliqués sur la sonde de température Tctl qui rapporte donc, sur ces modèles, la température réelle des processeurs. Comme toujours, nous les validons sous Prime95 avec des FFT "in-place" de 256K, les processeurs étant refroidi par un Noctua U12S-SE en version AM4.

La configuration de test, refroidissement inclus, est similaire à tous nos autres tests de Ryzen. Notez que comme les Summit Ridge, Pinnacle Ridge dispose bien d'un join en indium contrairement aux APU Raven Ridge.

Après avoir testé Zeppelin de nombreuses fois en 14nm, plusieurs tendances ressortaient :

  • le process de GlobalFoundries permettait de tenir 3.7 GHz avec une tension basse (souvent moins de 1.2V)
  • dépasser 3.8 GHz réclamait un saut de tension net
  • la majorité des puces s'overclockaient autour de 3.9 GHz tous coeurs actifs, et les plus chanceuses à 4 GHz, mais pas au delà.
  • 1.4V était le seuil maximal pour tirer les derniers MHz de notre expérience

Nous passons par le BIOS pour réaliser nos overclockings.

Ryzen 5 2600

Nous commençons par le Ryzen 5, il s'agit pour rappel d'un modèle 6 coeurs avec SMT.

La tension par défaut est significativement plus basse, on est en effet à 1.155V quand l'on était autour de 1.3 sur le modèle 2600X.

La montée en fréquence est relativement aisée, on tient 4 GHz sur tous les coeurs avec un niveau de consommation tout à fait satisfaisant. Monter à 4.2 nous ramène peu ou prou au niveau de consommation par défaut de notre échantillon de 2600X (qui il faut le dire était significativement moins bon que notre 2700X).

Ryzen 7 2700

Nous continuons avec le plus gros modèle, le Ryzen 7 2700 et ses 8 coeurs (avec SMT également).

La tension en charge par défaut est très très basse, il faut dire que nous ne sommes qu'a 3.4 GHz. Ce test confirme également que la consommation en charge du 2700 est inférieure à celle du 2600, ce qui se comprend par les choix de tensions/fréquences, en tout cas sur nos échantillons.

Là où le process 14nm était excessivement prévisible côté overclocking, il y a un peu plus de variabilité à 12nm, et notre échantillon de 2700 a clairement plus de mal a monter en fréquence. Les 4 GHz se tiennent "seulement" à 1.2V, ce qui reste raisonnable en terme de consommation.

Au delà on tirera un peu plus sur la tension et si 4.1 est raisonnable, 4.2 l'est moins !

En bref

Nous avions noté la marge importante que s'était réservé AMD côté overclocking sur le test des modèles X. Pousser les fréquences au delà de 4 GHz réclame beaucoup de tension et ces modèles le payent côté consommation. A l'inverse, les Ryzen 7 2700 et Ryzen 5 2500 partent de beaucoup plus bas côté tension. Globalement, 4/4.1 GHz est atteignable de manière assez raisonnable en fréquence sur tous les coeurs avec nos quatre échantillons. Au delà, l'aspect loterie inhérent à l'overclocking revient et les derniers MHz se feront payer plus ou moins chers en tension et donc en consommation !

Page 6 - Protocole de test, un mot sur Spectre

Pour ce test, nous utilisons la dernière version de notre protocole introduite l'année dernière .

Pour rappel, ce protocole inaugure plusieurs changements, à commencer par l'utilisation de Windows 10 dans sa version "Anniversary Edition". Afin de limiter la variabilité durant les tests, nous désactivons un maximum de tâches, services, et fonctionnalités qui peuvent se déclencher de manière intempestive. Nous vous renvoyons à l'article ci-dessus pour plus de détails. Notez en prime que pour garantir l'équité, nous désactivons le Core Parking pour les processeurs Ryzen, ce dernier étant actif par défaut sous Windows 10 alors qu'il est désactivé pour les processeurs Intel. Quelque chose qui est désormais corrigé par les pilotes AMD qui installent un profil de performances Windows différent.

Pour la partie processeur, les tests utilisés sont :

  • 7-Zip 16.04
  • WinRAR 5.40
  • Visual Studio 2015 Update 3
  • MinGW 64/GCC 6.2.0
  • Adobe Lightroom 6.7
  • DxO Optics Pro 11.2
  • x264 r2744
  • x265 2.1 (18/12)
  • Stockfish 8
  • Komodo 10
  • Mental Ray (3ds Max 2017)
  • V-Ray 3.4

Tous les benchs applicatifs sont lancés deux fois, le système étant redémarré au milieu. Notre protocole est pour rappel automatisé. Nous prenons le meilleur score des deux runs, en pratique la marge d'erreur est très faible. Lightroom, ayant un peu plus de variabilité, est lancé quatre fois.

Et les jeux !

La seconde partie de notre protocole concerne les jeux et là aussi nous avons renouvelé notre sélection de titres.

Les jeux modernes ont beaucoup changé dans leur comportement. Si historiquement les jeux étaient souvent limités par les performances sur un coeur (et donc par la fréquence), de plus en plus de titres tirent parti du multithreading au point que la fréquence n'est plus forcément le facteur limitant. Nous verrons au cas par cas ce qui se passe dans ces jeux.

Un des critères pour l'inclusion dans notre protocole est que le processeur joue un rôle ! Il nous parait strictement inutile de vous montrer des benchmarks où tous les processeurs produisent, à la marge d'erreur près, le même nombre d'images par seconde tout simplement parce que la carte graphique est le facteur limitant. Il est très facile de vous montrer, par exemple en montant la résolution, que deux processeurs font "jeu égal". Cela ne nous parait pas une bonne méthode.

Nous avons donc cherché des jeux modernes où le processeur joue un rôle. Dans tous les cas nous utilisons une scène gourmande pour le processeur, et si possible reproductible (l'intelligence artificielle, tout comme certaines générations aléatoires peuvent ajouter une dose de variabilité dans certains titres).

Nous décrivons dans chaque cas l'endroit où nous effectuons nos mesures et si nous avons cherché des endroits dans les jeux où le processeur est le plus limitant, les scènes choisies restent représentatives de l'expérience réelle.

Côté sélection, nous avons donc retenu :

  • Project Cars
  • F1 2016
  • Civilization VI
  • Total War : Warhammer
  • Grand Theft Auto V
  • Watch Dogs 2
  • Battlefield 1
  • Witcher 3

Chaque test est effectué en tout 15 fois (trois fois 5 tests, avec un redémarrage au milieu). Nous vous indiquons la moyenne des 15 résultats.

Configurations de test

Pour être le moins limité possible par la carte graphique, nous avons opté pour une GeForce GTX 1080. Nous overclockons cette dernière légèrement (+100/+400 MHz) tout en utilisant un profil de ventilation très agressif pour limiter l'impact de la variabilité du Turbo Boost 3.0. Nous utilisons les pilotes GeForce 378.49 pour nos tests.

Notez que nous avons également retesté notre protocole avec une GeForce GTX 1080 Ti overclockée (elle n'était pas disponible lors de la création de notre protocole) pour vérifier que nous n'étions pas limité par le GPU dans nos tests. Nous restons limités par les processeurs a l'exception de Witcher 3.

Nous utilisons côté plateformes :

  • AM4 (X470) : Asus Crosshair VII Hero
  • AM4 : Asus Crosshair VI Hero
  • LGA 2066 : Asus X299-A
  • LGA 1151-v2 : Gigabyte Z370 Aorus Gaming 7
  • LGA 1151 : Asus Z170-A
  • LGA 1155 : Asus P8Z77-V Pro

Côté mémoire, nous utilisons 16 Go de RAM sous la forme de 4 barrettes. Selon ce que supportent les plateformes, il s'agit de :

  • DDR4-2400 15-15-15-35 1T
  • DDR3-1600 9-9-9-24 1T

Enfin, pour être complet, nous utilisons un bloc d'alimentation Seasonic Platinum 660 (80 Plus Platinum).

Un mot sur les patchs Spectre

Nos tests sont réalisés sans les patchs Spectre actifs. Nous avons eu l'occasion de voir leur impact sur les plateformes d'Intel dans cet article si vous souhaitez plus de détails.

En pratique nous notions une baisse de performance d'environ 2.2% sur l'applicatif, et 2.5% sur les jeux sur un Core i7 7700K.

Chez AMD, les patchs Spectre ont été rendus disponibles ces derniers jours par Windows Update pour les utilisateurs de la dernière version de Windows 10 (1709). Nous n'avons pas encore eu le temps de regarder leur éventuel impact, par souci d'équité tous les processeurs sont testés sans leurs patchs respectifs. Nous reviendrons ultérieurement sur l'impact spécifique de cette mise à jour de microcode et des patchs.

Passons enfin aux performances !

Page 7 - Compression : 7-Zip et WinRAR

Nous commençons notre tour des applications par les logiciels de compression de fichiers.

7-Zip 16.04

Nous compressons un répertoire d'Arma II (un peu plus de 3.5 Go) avec le logiciel de compression 7-Zip. Nous utilisons l'algorithme de compression le plus performant, à savoir le LZMA2 en mode maximal (9).


Les Ryzen 2000 avaient fait un grand pas dans ce bench grâce à la diminution de leurs latences. En pratique, la perte de fréquence n'a qu'un impact minime, les temps de compression augmentent "seulement" de 5 et 3% avec ces versions non X.

D'un point de vue générationnel, l'écart entre la série 1000 et 2000 à modèle équivalent (1700 contre 2700 et 1600 contre 2600) est de 10%.

On commentera juste les processeurs Intel sur ce graphique, comme vous le verrez sur tous les tests applicatifs, les performances des 8700 sont identiques, sur notre configuration de test, à celle du 8700K, il en va de même pour les 8600/8600K. Nous y reviendrons à la fin de l'article.

WinRAR 5.40

Nous compressons toujours un répertoire d'Arma II, mais ce dernier est un peu plus gros (7.5 Go, il inclut des extensions). Nous jouons sur la quantité de fichiers pour obtenir des temps de benchmarks satisfaisants, il ne s'agit en aucun cas de comparer directement les deux logiciels (une comparaison de la taille des fichiers obtenus s'imposerait). Nous utilisons le mode de compression Ultra qui tire parti du multithreading.


Les écarts entre les X et non X sont un peu plus prononcés ici, respectivement 7 et 3.9% pour les 2700 et 2600.

Face à la génération 65W précédente, les 2700 et 2600 réduisent le temps de compression de 11.5 et 14.9%.

Page 8 - Compilation : Visual Studio et MinGW-w64/GCC

Nous continuons avec les compilateurs C/C++.

Visual Studio 2015 Update 3

Nous compilons les bibliothèques C++ Boost  avec le compilateur de Visual Studio 2015 Update 3 en édition Community.


Moins sensibles à la latence, ces benchs font parler un peu plus les écarts de fréquence. On retrouve des temps de compilation 12.3 et 7.3% plus élevés sur les modèles non X.

Les gains générationnels sont de 11 et 13% respectivement, on notera que le 2700 fait jeu égal avec le 1800X sur ce test.

MinGW 64/GCC 6.2.0

Nous compilons là aussi les bibliothèques C++ Boost  avec la version 6.2.0 de GCC sous l'environnement MinGW 64.


Sous GCC, la perte est un peu plus forte encore, 13.6 et 15.5% face aux modèles X. Le 2700 équivaut au 1700X. On note que le 2600 dépasse les Core i5 Intel dans les deux tests de compilation.

Page 9 - Encodage vidéo : x264 et x265

Poursuivons maintenant avec les logiciels d'encodage vidéo.

x264 r2744

Nous encodons un extrait de Blu-Ray (1080p) d'une minute environ ayant un débit moyen de 23 Mbps. La version de x264 (64 bits) utilisée est compilée par komisar  avec GCC 4.9.2.

Nous utilisons le preset slower sur un encodage mode CRF (facteur 20). Une version récente de FFmpeg officie comme serveur d'image.

Les options exactes utilisées sont :

--preset slower --tune grain --crf 20 --ssim --psnr


x264 se plaît sur les Ryzen et les choses ne changent pas avec ces modèles. Le Ryzen 7 2700, malgré une perte de 14.8% de performances par rapport au modèle X reste devant le 8700K d'Intel.

x265 2.1 (18/12)

Nous encodons le même extrait de Blu-Ray avec une version de x265 (64 bits) cross-compilée avec MinGW .

Nous utilisons le preset slower sur un encodage en mode CRF (facteur 16) en activant des optimisations psychovisuelles.

Les options utilisées sont :

--crf 16 --preset slower --me hex --no-rect --no-amp --rd 4 --aq-mode 2 --aq-strength 0.5 --psy-rd 1.0 --psy-rdoq 0.1 --bframes 3 --min-keyint 1 --ipratio 1.1 --pbratio 1.1 --ssim --psnr


x265 est moins favorable aux Ryzen, et avec 15.5% de performances en moins, le 2700 reste derrière les Core i7, au TDP certes plus élevé.

Page 10 - IA d'échecs : Stockfish et Komodo

Passons à cette particularité de notre protocole de test, les IA d'échecs !

Stockfish 8

Nous utilisons la dernière version en date du moteur d'échecs open source Stockfish, l'un des deux meilleurs moteurs du moment. Trois exécutables sont disponibles, une version basique 64 bits, une version SSE4 (popcnt) et une version BMI (Haswell et supérieurs). Nous lançons les trois versions à la suite et récupérons le meilleur score des trois.

Nous laissons tourner le moteur jusqu'au 31ème tour en début de partie, puis nous notons la vitesse, exprimée en Kilonoeuds par seconde

Le test est réalisé dans l'interface Arena  en version 3.5.1.


La perte du X pour nos processeurs entraîne une perte de 14.5 et 7.9%. Le 2700 reste tout de même devant le 8700K.

Le gain générationnel à 65W chez AMD est de l'ordre de 9%.

Komodo 10

L'autre moteur que nous testons est Komodo. Ce moteur commercial est passé devant Stockfish et Houdini dans les derniers classements. Contrairement à Stockfish, un seul exécutable est fourni. Nous utilisons là aussi l'interface Arena pour réaliser le test.

Nous laissons tourner le moteur jusqu'au 29ème tour en début de partie, puis nous notons la vitesse, exprimée en Kilonoeuds par seconde.


Le Ryzen 7 2700 continue d'être devant le 8700K et talonne le 7820X sur ce test. Le Ryzen 5 2600 surperforme dans ce test avec un écart assez faible avec le 2600X.

Page 11 - Traitement photos : Lightroom et DxO Optics Pro

Passons maintenant aux traitements de photos RAW.

Lightroom 6.7

Nous utilisons la version 6.7 d'Adobe Lightroom. Nous désactivons l'accélération GPU et effectuons des traitements d'export avec notamment une correction d'objectif.

Le niveau de multithreading n'a pas beaucoup été amélioré par rapport à l'ancienne version que nous utilisions, nous continuons donc d'effectuer deux exports JPEG en parallèle de deux lots de 96 photos issues d'un Canon 5D Mark II.


Lightroom profite peu des threads supplémentaires malgré le lancement de deux exports en parallèle. Les temps de traitement augmentent de 6% dans les deux cas face aux modèles X. Le gain générationnel important que nous avions noté la dernière fois permet au modeste 2600 de passer devant le 1800X.

DxO Optics Pro 11.2

Nous utilisons la version 11.2 du logiciel Optics Pro de DxO. Nous traitons cette fois-ci 48 photos RAW issues d'un 5D Mark II auxquelles nous appliquons diverses retouches (compensation d'exposition, réduction du bruit, corrections optiques, etc).

Nous réglons le nombre de photos à traiter en parallèle sur le nombre de coeurs physiques présents sur le processeur (le maximum autorisé par le logiciel).


Les temps de traitement augmentent de 13.9 et 8.4% pour les 2700 et 2600 face aux X. Le 2700 fait pile jeu égal avec le 8700K sur ce bench.

Page 12 - Rendu 3D : Mental Ray et V-Ray

Enfin, pour terminer notre tour applicatif, regardons les performances dans les moteurs de rendu 3D.

Mental Ray

Nous lançons le rendu d'une scène préparée par Evermotion. Nous utilisons la version de Mental Ray incluse dans 3ds Max 2017, le rendu est effectué en 480 par 300 afin de conserver un temps de test convenable.


Très sensible à la fréquence, Mental Ray montre des pertes fortes face aux modèles X pour les 2700 et 2600, 17.2% et 9.5%. La prestation reste malgré tout honorable puisque le Ryzen 7 2700 reste devant le 8700K et le Ryzen 5 2600 domine les i5.

V-Ray 3.4

Nous utilisons le moteur de rendu alternatif V-Ray, toujours sous 3ds Max 2017 pour rendre une version adaptée de notre scène. Le rendu est effectué cette fois-ci en 1200 par 750.


Les pertes face aux X sont un poil plus faibles sous V-Ray mais restent du même ordre. Le 2700 fait encore jeu égal avec le 8700K tandis que le 2600 domine les i5.

Regardons maintenant ce qui se passe dans les jeux, historiquement sensibles à la fréquence !

Page 13 - Jeux 3D : Project Cars et F1 2016

Nous continuons avec les jeux, en regardant d'abord les performances dans deux simulations de course automobile. Tous nos tests sont réalisés en 1080p. Comme indiqué précédemment, nous avons choisi des jeux, des réglages graphiques ainsi que des scènes qui soient à la fois représentatives de l'expérience de jeu, et où le processeur peut faire la différence. Vous présenter des benchs dans des situations où seul le GPU fait la différence, et donc où tous les processeurs auraient le même score, n'aurait strictement aucun intérêt.

Project Cars

Nous regardons les performances sous l'excellent Project Cars, dans sa version 64 bits. Nous mesurons les performances sur 20 secondes lors d'un départ sur le circuit "California Highway Etape 1" dans une course de GT3. Le jeu est réglé en mode Ultra avec l'anti-aliasing désactivé.


A l'image de ce que l'on avait vu avec les modèles X, le 2600 fait mieux que le 2700 dans ce titre où la fréquence prime sur les coeurs supplémentaires assez nettement. Dans les deux cas ces Ryzen 65W sont derrière les Core i5 (mais devant le 1800X...).

F1 2016

Le jeu de F1 de Codemasters utilise un nouveau moteur plus moderne et mieux threadé que les opus précédent.

Nous mesurons les performances via le benchmark intégré sur le circuit de Melbourne, sous la pluie. Le jeu est réglé en mode Ultra et nous baissons d'un cran les réflexions, baissons au maximum le post processing, le flou et désactivons l'occlusion. Ces options impactent toutes la charge GPU : en les désactivant on se retrouve moins limité par la carte graphique. Notez qu'il serait possible d'être encore moins limité en baissant d'autres options, cependant contrairement à celles que nous avons retenues, elles ont un impact parfois très important sur la charge CPU. Notre réglage tente d'être le plus proche d'une utilisation réelle, pour la question de l'utilisation processeur.


La mauvaise détection du SMT n'aura jamais été corrigée par Codemasters sur ce titre, le développeur préférant pousser la nouvelle version de son titre. C'est dommage.

L'écart de fréquence prime une fois de plus ici sur les coeurs avec un 2600 devant le 2700. Ils restent minces

Page 14 - Jeux 3D : Civilization VI et Total War : Warhammer

Nous enchaînons avec deux jeux de stratégie.

Civilization VI

La version VI de Civilization apporte là aussi un nouveau moteur qui a la particularité d'être compatible DirectX 12. Nous utilisons ce mode, le jeu est réglé en Ultra avec l'anti-aliasing désactivé. Nous utilisons le benchmark graphique intégré. Il est à noter qu'un benchmark de l'intelligence artificielle est également présent. Malheureusement, celui-ci montre que cette dernière n'est que peu ou pas threadée, ne réagissant qu'à la fréquence ! Dommage pour les joueurs !


Le 2600 est toujours devant le 2700, et il fait aussi jeu égal avec le 8700K dans ce titre qui réussit peu à l'architecture Skylake.

Total War : Warhammer

Ce nouvel opus dans la série des Total War a droit lui aussi à une nouvelle version du moteur graphique de The Creative Assembly. Un mode DirectX 12 est présent, mais il est malheureusement significativement moins performant sur notre GeForce GTX 1080 de test. Nous utilisons donc le mode DirectX 11. Nous mesurons les performances sur la première scène de campagne du jeu. Un benchmark est également intégré au jeu, et s'il semble gourmand à l'oeil, en pratique il ne l'est pas du tout pour le processeur.


Warhammer est particulièrement bien threadé, on l'avait vu précédemment et le 2700 arrive a se placer devant le 2600 malgré son déficit de fréquence. Les proceseurs d'AMD sont au niveau d'un Core i5-8600K.

Page 15 - Jeux 3D : GTA V et Watch Dogs 2

Poursuivons maintenant avec deux titres en mode ouvert particulièrement gourmands.

Grand Theft Auto V

Pour la cinquième itération de son jeu phare, Rockstar a proposé un portage PC beaucoup plus intéressant que pour la quatrième version. Le moteur profite en prime bien du multithreading. Nous utilisons le benchmark intégré au jeu, en choisissant la pass 4 proposée (la scène la plus gourmande et la plus représentative pour le processeur). Le jeu est réglé en Ultra sans anti-aliasing.


La baisse de performance est assez nette ici pour les modèles non-X, on note que le 2600 reste devant le 2700 une fois de plus !

Watch Dogs 2

Le titre d'Ubisoft dispose lui aussi d'un moteur particulièrement bien threadé. Nous mesurons les performances sur un déplacement dans une zone particulièrement dense et gourmande de la ville. Le jeu est réglé en mode Ultra, nous désactivons le SSAO.


Le 7820X, malmené depuis quelque pages se félicite de passer enfin devant les 2700/2600.

Page 16 - Jeux 3D : Battlefield 1 et The Witcher 3

Passons aux deux derniers titres de notre comparatif :

Battlefield 1

Ce dernier opus dans la série des Battlefield utilise le moteur Frostbite 3 de Dice. Si ce moteur dispose d'un mode DX12, là encore il est moins performant sur notre GeForce GTX 1080, nous testons donc en DX11. Malgré tout, le Frostbite 3 est très multithreadé. Nous mesurons les performances sur un déplacement prédéfini dans une zone particulièrement gourmande. Le jeu est réglé en mode Ultra, nous réglons le FOV au maximum (105°). Pour éviter la limite GPU, nous désactivons le HBAO et réglons l'éclairage sur élevé, et nous passons le post-traitement en mode normal.


On perd ici 9 et 5% de performances respectivement pour les 2700 et 2600 face à leur modèles X.

C'est le 1800X qui se réjouit pour une fois de battre le 2700. Le 2600 avec sa fréquence plus élevée reste tout de même devant !

The Witcher 3

Nous terminons sur le très populaire The Witcher 3 de CD Projekt RED. Nous mesurons les performances sur un déplacement prédéfini en entrant dans une partie gourmande de la ville de Novigrad.


Les gains sont un peu plus limités sur ce titre qui talonne autour de 113/114 FPS avec notre carte graphique sur les configurations Intel haut de gamme. Tous les Ryzen haut de gamme sont dans un mouchoir.

Page 17 - Indices de performance

Voyons maintenant ce que tout cela donne lorsque nous calculons nos indices. Nous utilisons le Core i5 2500K comme indice 100.

Moyenne applicative


L'avantage applicatif d'AMD était assez net jusqu'ici. Avec deux coeurs de plus que la concurrence à prix égal, l'offre d'Intel marque toujours un déficit ici.

Et les Ryzen 7 2700 et Ryzen 5 2600 ne font qu'appuyer sur la situation. Le 2700 est a 0.8% du 8700K qui sauve de peu son honneur dans la marge d'erreur ! L'écart est encore plus net sur avec le Ryzen 5 2600 qui avec le SMT est 8.8% plus rapide que le 8600K, consommant plus pour rappel !

A l'image de ce que l'on avait vu au fil des tests, par rapport à l'ancienne génération 65W on retrouve 10% de performances supplémentaires.

Moyenne en jeux 3D


Les modèles 65W sont assez handicapés par rapport aux modèles X, 7.6 et 4.5% pour les 2700 et 2600. Ils restent malgré tout devant les Skylake X et la première génération de Ryzen, tous modèles confondus ce qui n'est pas si mal.

Vous noterez qu'aussi bien en applicatif qu'en jeu, le 8600 fait très légèrement mieux que le 8600K, malgré des fréquences identiques (nous avons le même ordre d'écart entre le 8700 et le 8700K même s'ils ne sont pas dans nos graphiques). Le fait que ces écarts, bien que minces, se répètent, nous fait penser que le Turbo régit de manière légèrement différente du fait des tensions légèrement plus faibles.

Page 18 - 65W... ou presque ?

Nous l'avions vu dans notre article consacré aux 2700X et 2600X, AMD avait réussi a tirer des MHz supplémentaires (environ 300) du process de fabrication "12nm" de GlobalFoundries, mais cela s'est fait au prix de tensions élevées et d'une consommation haute.

Très clairement, le process de GlobalFoundries montre une bien meilleure efficacité avec des fréquences légèrement inférieures, et c'est ce qu'illustrent parfaitement les Ryzen 7 2700 et Ryzen 5 2600.

Egaler le Core i7 8700K en applicatif avec certes deux coeurs de plus, mais une consommation inférieure, reste un sacré exploit pour AMD et GlobalFoudries qui fera oublier le léger écart de consommation que l'on a noté. Cela montre aussi les limites de la stratégie de son concurrent et les conséquences du retard de leur process 10nm, de nouveau retardé à 2019 ces dernières semaines.

Le rapport performances/efficacité du 2700 est redoutable et ceux qui pratiquent l'overclocking pourront tirer ses performances vers le haut assez facilement, au prix d'une consommation évidemment plus élevée. Toutes choses considérées, l'écart de prix de 30 dollars avec le modèle X nous semble assez raisonnable, ceux qui n'overclockent pas pourront choisir en fonction de leur préférence, consommation ou performances.

Le 2600 s'en sort également très bien en applicatif, dominant les Core i5 encore plus nettement. Ces derniers, avec le choix d'Intel de désactiver l'HyperThrading, peinent dans le monde applicatif à nombre de coeurs égal, malgré leur avantage de fréquence tous coeurs actifs.

Le seul inconvénient d'opter pour un modèle 65W en théorie est que l'on se retrouve contraint par les fréquences qui restent plus faibles, ce qui a un impact dans les jeux. Malgré tout, le niveau de performances des 2700 et 2600 reste élevé, devant tous les Ryzen de première génération et les Skylake-X.

A niveau de consommation égal chez Intel, peu ou prou le 8600K (nous mettons de côté le 8700 dont la consommation dépasse aigrement sur Z370), ce dernier est 10% devant dans les situations ou le processeur limite les images par secondes. Ce n'est évidemment pas le cas de nombreux jeux ou la carte graphique est, logiquement, le facteur limitant y compris lorsqu'il s'agit d'un modèle haut de gamme.

En pratique, pour jouer dans les conditions les plus extrêmes côté CPU, regarder du côté des modèles 95W chez l'un des deux constructeurs restera, de toute manière et de loin, la meilleure option !

Pour les autres cas, ces nouveaux apportent une option de plus dans la gamme d'AMD qui continue, petit à petit, de s'étendre et de grappiller sur son concurrent

Copyright © 1997-2019 HardWare.fr. Tous droits réservés.