HardWare.fr


Computex: AMD lance les Kaveri mobiles dont 2 FX
Processeurs
Publié le Mercredi 4 Juin 2014 par Damien Triolet

URL: /news/13749/computex-amd-lance-kaveri-mobiles-dont-2-fx.html


Alors que nous les attendions bien plus tôt, avant les versions desktop, c'est lors de ce Computex qu'AMD lance finalement son dernier APU en version mobile : Kaveri.


Initialement prévu pour 2013, Kaveri n'a finalement débarqué qu'au début de cette année et dans une position différente de celle où nous l'attendions. C'est ainsi du côté desktop qu'AMD a introduit cet APU, en opposition au lancement de ses prédécesseurs qui avaient dans un premier temps fait la part belle aux versions mobiles, ce qui est plutôt logique pour ces composants.

Pourquoi avoir procédé de la sorte et attendu aujourd'hui pour lancer Kaveri mobile ? Nous avons pu interroger à ce sujet, Lisa Su, Senior Vice President et General Manager, en charge des Global Business Units. La responsable des gammes de produits d'AMD, plutôt pragmatique, nous a répondu d'une part qu'il était très important de pouvoir faire rapidement la démonstration de la HSA, et la plateforme desktop était la plus adaptée pour cela, et d'autre part qu'il n'était pas utile de lancer Kaveri mobile au mauvais moment d'un cycle de design des portables. Ce lancement au Computex devrait ainsi permettre à Kaveri de prendre place dans les portables de la rentrée.

Voici la gamme qui est aujourd'hui annoncée par AMD :


Pas moins de 9 variantes seront proposées sous peu par AMD en Kaveri mobile avec en haut de la gamme l'entrée de la marque FX qui représente ce que propose de mieux la société en termes de performances. L'AMD FX-7600P avec Radeon R7 est d'ailleurs la seule version complète de l'APU Kaveri, avec 4 cœurs CPU (2 modules) cadencés à 2.7/3.6 GHz et 512 unités de calcul à 686 MHz pour le GPU, réparties en 8 Compute Units dérivées de l'architecture GCN.

Cet APU FX-7600P fait partie de la gamme A-Series SV (standard voltage ?) dans laquelle sont également proposés les A10-7400P et A8-7200P, le P étant associé à Performance. Ces APU affichent un TD de 35W, peuvent supporter un port PCI Express 3.0 16x et de la mémoire DDR3 1866, voire même 2133 pour le modèle FX.

Toutes les versions ULV, au TDP de 19W, se contenteront par contre du support de la DDR3-1600 et d'un port PCI Express 2.0 8x. La gamme manque cependant de clarté puisque, en plus des A10-7300 et A8-7100, nous retrouvons ici aussi un modèle FX, le FX-7500 qui propose la même configuration que l'A10-7400P mais avec des fréquences inférieures, ce qui ne sera pas évident pour tous les consommateurs.


AMD propose également des A-Series PRO, les A10 PRO-7350B, A8 PRO-7150B et A6 PRO-7050B (B pour business) pour lesquelles les performances seront plus élevées à nomenclature similaire aux autres ULV. Par exemple, l'A10 PRO-7350B se comportera comme un FX-7500. A noter que l'A6-PRO-7050B est une variante particulière qui se contente d'un GPU largement allégé et de seulement 2 cœurs CPU de manière à faire tomber son TDP à 17W.

AMD estime pouvoir proposer des performances compétitives face à l'offre d'Intel, ce qui demandera à être vérifié en pratique, les exemples présentés par AMD n'étant pas toujours très parlants. C'est notamment le cas des scores 3DMark qui peuvent avantager certains APU puisque les performances CPU et GPU sont mesurées séparément puis combinées alors que ces deux parties du composant partagent une même enveloppe thermique. C'est bien entendu lorsque le GPU Computing sera exploité, particulièrement quand il le sera à travers le HSA, que les Kaveri pourront se démarquer, mais ce support est encore loin d'être généralisé.


Alors que nous étions en partance pour le Computex, AMD nous a proposé de profiter de notre connexion à Amsterdam pour prendre en main pendant quelques heures un prototype de portable Kaveri. Impossible bien entendu de réellement tester ces nouvelles APU dans ces conditions, mais de quoi nous permettre de faire quelques observations. La machine était équipée d'un FX-7600P mais limité à de la DDR3-1866 alors qu'il est annoncé avec un support de la DDR3-2133.

Par exemple, sous Luxmark, nous avons pu obtenir des indices de 160 en mode CPU, de 428 en mode GPU et de 475 en mode CPU+GPU, ce qui représente 71%, 84% et 75% des performances de la version desktop la plus véloce. Le passage au mobile et à une enveloppe thermique réduite n'a ainsi pas démesurément impacté les performances. Nous pouvons d'ailleurs observer que c'est au niveau du GPU qu'elles sont le mieux préservées, ce dernier ayant la priorité en cas de charge lourde combinée.

Le FX-7600P dispose de 5 états différents : 3.6 GHz, 3.2 GHz, 2.7 GHz et 1.4 GHz. Le mobe turbo le plus poussé est très rarement atteint, et en cas de charge GPU, la fréquence alterne plutôt entre 2.7 et 3.2 GHz. Le GPU tourne par contre à sa fréquence maximale la plupart du temps, tout du moins sur secteur. En mode batterie, sur la machine de démonstration, sa fréquence passe de 686 MHz à 426 MHz, ce qui représente une baisse de 40% de sa puissance de calcul. Lorsque CPU et GPU sont chargés singificativement, par exemple sous Luxmark, le GPU tourne soit à 686 soit à 426 MHz, suivant la source d'alimentation, alors que le CPU tombe à 1.4 GHz, soit son état le plus faible et près de la moitié de la fréquence de base annoncée.

Nous avons également voulu vérifier s'il était possible de jouer à un jeu récent avec une telle machine : Battlefield 4. En 1080p, nous nous sommes contentés du mode qualité le plus faible. Il est alors possible de jouer, mais à condition d'être très peu regardant sur la fluidité puisque le framerate moyen tourne autour de 30 fps, avec des passages sous 25 fps. Voici ce que nous avons obtenu sur notre scène de test habituelle :

Mantle Secteur : 32.6 fps
Mantle Batterie : 28.1 fps
DX11 Secteur : 31.3 fps
DX11 Batterie : 27.2 fps

Pour jouer sur ces nouvelles APU et particulièrement sur les modèles 19W, il faudra se contenter de jeux aux graphismes simples ou sacrifier la résolution pour pouvoir profiter d'une fluidité acceptable. Que ce soit pour Intel ou pour AMD, proposer des performances graphiques élevées, et ce sans trop brider la partie CPU, reste un challenge dans le cadre d'une telle intégration et des limites thermiques.

Nous sommes ainsi convaincus que les Kaveri 35W se trouvent, comme souvent pour les APU, entre deux mondes, zone dans laquelle il est difficile de se faire une place. Pour les joueurs, un GPU dédié sera préférable. Pour les autres, les versions 19W seront nettement plus intéressantes en autorisant des designs plus compacts et plus raffinés. Il est d'ailleurs dommage que ce ne soient pas ces modèles-là qu'AMD ait mis plus en avant, probablement parce que ces designs sont encore en cours de finalisation. Le succès de ces APU Kaveri mobiles dépendra d'ailleurs en grande partie de ce que décideront d'en faire les partenaires d'AMD.

Copyright © 1997-2019 HardWare.fr. Tous droits réservés.