HardWare.fr


Asus évoque son implémentation SATA Express
Stockage SSD
Publié le Jeudi 24 Avril 2014 par Guillaume Louel

URL: /news/13673/asus-evoque-son-implementation-sata-express.html


Nouveauté attendue des chipsets Series 9 d'Intel, le SATA Express a finalement vu sa validation annulée par Intel, laissant le champ libre aux constructeurs de cartes mères pour implémenter leurs propres solutions s'ils le souhaitent dans leurs cartes.


Pour rappel, le principe du SATA Express est assez simple : il s'agit de faire transiter un flux PCI Express directement jusqu'au SSD. La particularité venant de la connectique utilisée qui permet de rendre le support rétro compatible sur les cartes mères. On retrouve ainsi des blocs de deux connecteurs SATA accompagnés d'un troisième plus petit connecteur. Les deux connecteurs peuvent accueillir ainsi deux périphériques SATA, ou être utilisés avec un câble PCI Express qui servira à relier à un disque SATA Express.

Asus avait déjà fait la démonstration d'un prototype SATA Express à la fin de l'année dernière, mais la marque évoque dans son communiqué avoir collaboré avec Intel pour le développement d'une « structure de BIOS » qui permet de tirer « le plein potentiel » du SATA Express.

Derrière un marketing massivement flou, Asus annonce être le premier constructeur à avoir implémenté le SRIS (Separate Refclk Independant SSC Architecture). Le communiqué pousse le vice à indiquer qu'Asus a même « découvert » cette technologie, ce qui est bien évidemment faux. Derrière cet acronyme barbare se cache en effet une ECN (Engineering Change Notice) de la norme PCI Express publiée en janvier 2013 et sponsorisée par Intel, HP et AMD. Cette notice, optionnelle, propose un mode de fonctionnement alternatif à la norme PCI Express dans le cadre du SATA Express afin de compenser un problème posé par l'utilisation de câbles externes : la qualité du signal d'horloge et sa dégradation face aux interférences électromagnétiques. De base, le PCI Express utilise un signal d'horloge unique à 100 MHz, mais proposait la possibilité d'utiliser des signaux d'horloges externes, une possibilité dont l'implémentation restait vague dans la norme.

Ce que propose l'ECN est une implémentation pratique d'une solution pour ces signaux d'horloges indépendants, l'utilisation du Spread Spectrum Clocking  qui « étale » les signaux d'horloges. Ce n'est pas en soi une surprise puisque le Serial ATA utilise déjà cette technique. Bien que la technique soit simple, son implémentation peut requérir quelques changements pratiques au niveau de certains buffers utilisés et de la tolérance nécessaire au niveau des signaux d'horloges et de leur synchronisation.

Le problème est que si le SRIS n'est pas obligatoire pour le PCI Express, il l'est partiellement dans le cas de l'utilisation du PCI Express pour un support de stockage. En effet, dans le cas où aucun câble externe n'est nécessaire, le SRIS n'est pas obligatoire : c'est par exemple le cas des connecteurs M.2 qui peuvent être utilisés à la fois pour connecter un SSD PCIe ou SATA. Cependant, dans le cas où l'on utilise des câbles entre le SSD et la carte mère (ce qui est le cas du SATA Express !), la norme Serial ATA 3.2 est très claire : le support du SRIS est obligatoire.


La norme SerialATA 3.2 renvoit même à l'ECN PCI Express pour les détails de l'implémentation !


De là peuvent se poser plusieurs questions, d'un côté sur ce qu'annonce réellement Asus aujourd'hui, mais aussi sur ce que pourraient proposer d'autres constructeurs comme Gigabyte qui ont eux aussi annoncé des ports SATA Express sur leurs cartes mères Z97. Asus dans son communiqué sous entends que des cartes mères SATA Express pourraient ne pas implémenter le SRIS, posant des problèmes de compatibilité. Asus indique en bas de son communiqué être le seul constructeur à avoir testé et validé son support du SRIS.

Il nous semble techniquement improbable que des ports SATA Express puissent être proposés par d'autres constructeurs sans le support de cette norme et il est possible qu'à défaut d'être le seul, Asus soit le premier a simplement avoir annoncé ou obtenu cette validation. Le constructeur évoque également à plusieurs reprises le fait que cette technologie soit liée au BIOS. Sans plus de détails techniques, nous pouvons supposer que le BIOS intègre les différents changements nécessaires au support du SRIS comme une tolérance plus importante au niveau des signaux d'horloge et l'augmentation de la taille de certains buffers comme indiqué dans l'ECN PCI Express.

On peut également se demander le rôle que joue le SRIS dans le fait qu'Intel ait décidé d'abandonner le support officiel du SATA Express pour ses chipsets Series 9, et sa ré-implémentation par certains constructeurs. La modification de BIOS mise en avant par Asus est-elle là pour compenser le problème qui a poussé Intel à annuler le support ?

Au final ce communiqué flou pose plus d'interrogations que de réponses. Une seule chose est certaine, en attendant que d'autres constructeurs évoquent plus officiellement d'ici quelques semaines leurs cartes mères Z97, Intel a de nouveau crée avec son abandon du support du SATA Express une situation techniquement ambiguë. Espérons qu'elle ne découlera pas sur un faux départ pour le SATA Express !

Copyright © 1997-2022 HardWare.fr. Tous droits réservés.