HardWare.fr


CES: Nvidia Shield : nos premières impressions
Divers Smartphones / Tablettes
Publié le Mardi 8 Janvier 2013 par Damien Triolet

URL: /news/12851/ces-nvidia-shield-nos-premieres-impressions.html


Entre deux conférences de presse, Nvidia nous a invité ce lundi à venir prendre en main sa console portable, annoncée la veille et actuellement baptisée projet Shield. La première chose frappante lors de la première prise en main est la proximité avec les contrôleurs de la Xbox 360, que nous utilisons régulièrement. Nvidia est toujours en train de finaliser les petits détails au niveau des contrôles, mais la similitude est frappante et permet dès le premier contact de trouver ses repères.

Il en va de même pour le poids de projet Shield, similaire à celui d'un gamepad Xbox 360 sans fil avec kit batterie. Le poids étant principalement distribué dans la partie gamepad, la présence d'un écran ne déséquilibre pas l'ensemble.

Le système embarqué étant un Android Jelly Bean classique, il n'y a rien de particulier à dire à son sujet, si ce n'est qu'il fonctionne comme prévu, comme sur un smartphone mais sans la partie téléphonie puisque projet Shield n'est pas équipé de modem.

Nous avons pu lancer autant des jeux Android que Windows. Les premiers sont exécutés nativement, comme sur n'importe quel smartphone mais profitent d'un "vrai" contrôleur ainsi que de la puissance de Tegra 4 pour les plus gourmands. Pour ces derniers jeux, Nvidia estime la durée d'utilisation de la batterie de sa console à environ 5h. Notez que Tegra 4 est ici intégré en version tablette, aux fréquences plus élévées que pour la version smartphone.


Une nouvelle version beta de GeForce Experience permet de streamer les jeux Windows vers la console projet Shield, une fonction dénommée GameStream. Le PC n'est alors plus accessible, en attendant l'arrivée d'une possibilité de virtualiser le GPU. Si quelques bugs sont encore à résoudre, Battlefield 3 refusait le streaming par exemple, le résultat était tout à fait satisfaisant avec le dernier Call of Duty. Dans ce mode, la batterie peut tenir environ 20h. Aucun problème de latence, que Nvidia indique être de l'ordre de 100ms (mesurée de l'action contrôleur à l'affichage, contre 150ms pour GRID - attention il ne s'agit pas de la latence réseau seule mais de la latence complète donc) ni d'artéfacts liés à la compression vidéo lors des déplacements rapides. Notez à ce sujet que la compression repose sur le h.264 high profile avec un débit de 10 mbits pour une résolution de 720p.

Il faut cependant préciser que cette résolution de 720p sur un écran de 5" que l'on observe à +/- 40cm de distance, lors de l'utilisation classique de cette console, ne permet pas de distinguer tous les détails de l'image et participe probablement à masquer des artéfacts qui pourraient être visibles sur une TV de grande taille. Car il sera également possible de n'utiliser Shield que comme contrôleur et de streamer la vidéo du jeu vers la TV soit en direct, soit en passant par Shield, ce qui ajoute environ 20ms de latence.


La densité de pixels de près de 300 DPI pose par ailleurs problème avec certains jeux PC, certains éléments de l'interface étant difficilement identifiables, notamment les textes. Si à l'avenir, les développeurs devraient prendre en compte des densités plus élevées pour leurs interfaces, il faudra que Nvidia trouve des solutions pour certains jeux actuels. Un écran de 6" en 720p, sans bandes noires sur le côté, aurait sans aucun doute été un peu plus confortable.

La console chauffe relativement peu, tout du moins sur la durée de notre essai. Pour cela, elle est équipée d'un radiateur et d'un petit ventilateur qui s'active dans les jeux les plus lourds. Nous n'avons pas pu l'entendre, mais nous avons pu sentir le léger flux d'air qui traversait alors la console. Lors de l'annonce de projet Shield, Nvidia avait insisté sur la qualité de ses petits haut-parleurs. Un point que nous pouvons confirmer puisque les hauts parleurs de type bass reflex donnent un résultat étonnant pour un périphérique de cette taille.

Au final, notre première impression est plutôt positive. La prise en main est intuitive et agréable, la qualité est au rendez-vous, bref cela fonctionne plutôt bien. Reste la question plus délicate du public visé. Le marché des consoles est relativement complexe et Nvidia prend un risque en s'y attaquant de la sorte et préfère d'ailleurs ne pas positionner Shield en tant que concurrent des consoles de Nintendo ou de Sony. D'une part parce que Shield repose sur un système ouvert (l'argument peut prêter à sourire venant de Nvidia) contrairement au système fermé des consoles traditionnelles qui disposent de jeux spécifiques. D'autre part compte tenu du lien et de la complémentarité avec le PC.

De notre côté, nous voyons deux types d'utilisateurs principaux pour Shield. D'un côté, celui qui joue sur un smartphone Android, apprécie réellement certains jeux et veut en profiter avec un système plus confortable pour le jeu. Reste qu'il faut réellement être accro à certains jeux pour acheter un périphérique qui leur serait dédié et il ne nous semble pas que des jeux de qualité suffisante et capables de profiter d'un contrôle autre que tactile existent déjà sous Android pour que ce soit le cas. Mais cela pourrait bien entendu changer dans les mois à venir.


L'autre utilisateur type est le joueur PC qui désire pouvoir continuer à jouer lorsqu'il doit s'éloigner de sa machine pour une raison ou pour une autre. Ainsi Shield permet de ne pas abandonner ses personnages favoris à leur sort lorsque respirer un peu d'air frais dans le jardin s'avère être une bonne idée, voire de remplacer la traditionnelle BD dans les lieux les plus intimes. La question du coût se pose également, mais compte tenu du succès relativement important des cartes graphiques haut de gamme, Nvidia peut supposer qu'avec une tarification raisonnable par rapport aux consoles portables, certains joueurs PC seront prêts à investir dans un tel périphérique.

Si ce premier essai s'avère concluant, Nvidia ne compte pas s'arrêter là et de nouvelles versions devraient progressivement voir le jour. Il semble ainsi évident qu'à terme un streaming via la 4G fera sens.

Copyright © 1997-2020 HardWare.fr. Tous droits réservés.