HardWare.fr


CeBIT: Llano mobile en démo
Processeurs
Publié le Vendredi 4 Mars 2011 par Damien Triolet

URL: /focus/28/.html


AMD organise à l’occasion du CeBIT une démonstration de son prochain APU, Llano. Il intégrera pour rappel un Athlon II X4 et un GPU dérivé de Redwood, qui équipe les Radeon HD 5600. Notez à ce sujet qu’AMD nous a confirmé que celui-ci serait bien équipé d’un moteur vidéo UVD3 complet, c’est-à-dire prenant en charge l’accélération de la lecture des Blu-ray 3D, contrairement aux APUs AMD C et E.

Pour sa démonstration, AMD utilise deux portables. Le premier est équipé d’un prototype de Llano, l’AMD A8-3510MX, qui correspond à une version quadcore cadencée à 1.8 GHz et équipée d’un GPU Radeon HD 6620M cadencé à 450 MHz (cette fréquence pourrait varier quelque peu pour le modèle final). Le second est basé autour d’un Core i7-2630QM cadencé à 2 GHz (2.9 GHz en turbo) et équipé d’un core graphique HD 3000 cadencé à 650 MHz (1.1 GHz en turbo). Il affiche un TDP de 45W et AMD nous a indiqué qu’il était similaire pour son prototype de Llano. Vous remarquerez au passage qu’AMD semble imiter la nomenclature des CPUs mobiles d’Intel, en utilisant de plus gros chiffres.

AMD cherche bien entendu à éviter une confrontation directe en terme de performances CPU, lors de laquelle il semble évident que le Core i7 l’aurait emporté. C’est donc un scénario d’utilisation pour lequel à opté AMD. Celui-ci consiste à lancer tout d’abord un jeu (benchmark Final Fantasy XIV), à la laisser tourner en tâche de fond et à lancer successivement une charge CPU (script Excel), une lecture de vidéo HD et enfin un rendu OpenGL (SPEC Viewperf). Si aucun chiffre de performance précis n’est donné, on peut constater que les performances lors du traitement du script Excel sont similaires sur les deux machines alors que les rendus 3D sont fluides sur Llano et très saccadés sur le Core i7. Plus important, la machine à base du premier reste très réactive, contrairement à la seconde qui est de toute évidence dépassée.

Comment interpréter ces résultats ? Nous estimons qu’ils reposent sur plusieurs éléments : les pilotes d’Intel sont loin d’être efficaces en OpenGL et plus généralement lorsque plusieurs applications graphiques tournent en même temps, charger de cette manière CPU et GPU permet d’éviter que le Core i7 profite de Turbo et enfin, les performances graphiques de Sandy Bridge peuvent être fortement impactées en cas d’utilisation CPU importante comme nous l’avons observé dans le dossier que nous lui avons consacré. Le Core i7 exploite en effet un cache de dernier niveau ainsi qu’un bus de communication partagé entre les cores CPU et le GPU contrairement à Llano dans lequel CPU et GPU ne sont liés que par le contrôleur mémoire. Il est donc probable que le scénario mis en avant par AMD profite de ces particularités pour mettre en avant Llano et il est bien entendu impossible d’en conclure une quelconque généralité.
 


Llano à gauche, Sandy Bridge à droite.


AMD a également mis en place un monitoring de la consommation totale des portables, en précisant avoir fait le maximum pour éviter tout différence externe à la plateforme (SSD et mémoire identique). L’écran, bien que similaire, peut cependant influencer les résultats. Ceci étant dit, globalement le niveau de consommation était similaire, avec un léger avantage à Llano. Avantage qui est devenu très important dès que SPEC Viewperf a été lancé puisque nous avons observé 56W pour la solution d’AMD contre 77W pour celle d’Intel.

En guise de test graphique pur, AMD a par la suite lancé Furmark, affichant des performances nettement supérieures pour Llano. Si lors de ce test l’affichage de la consommation est désactivé, nous avons pu observer sur les wattmètres placés derrière les portables que cette fois Llano consomme beaucoup plus : 52W contre 37W pour le Core i7. Un point sur lequel AMD préfère ne pas insister, mais qui est logique compte tenu de l’intégration d’un GPU nettement plus puissant qui représente le point fort de cet APU. La bonne nouvelle étant ici qu’AMD semble pouvoir attacher ce GPU à des performances CPU « suffisantes » dans une enveloppe thermique comparable à celle de Sandy Bridge.

Cette démonstration nous laisse bien entendu sur notre faim puisqu’elle ne nous apprend rien de tangible et ne fait en réalité que confirmer ce que nous savions déjà : le GPU de Llano est nettement plus véloce que celui de Sandy Bridge. Mais il reste à confirmer l’avantage de cela à travers de réels exemples d’utilisation puisque personne ne va jouer, regarder une vidéo et faire de la modélisation 3D en même temps…



Copyright © 1997-2020 HardWare.fr. Tous droits réservés.