HardWare.fr


CPU mobiles : AMD A8 et A10 contre Core i5 et i7 (Llano, Trinity, Sandy et Ivy Bridge)
Processeurs
Publié le Lundi 11 Juin 2012 par Guillaume Louel

URL: /articles/868-1/cpu-mobiles-amd-a8-a10-contre-core-i5-i7-llano-trinity-sandy-ivy-bridge.html


Page 1 - Introduction

Autrefois machines de niches, chères et réservées au marché de l'entreprise, les portables se sont durant ces dix dernières années largement démocratisés. De nombreux facteurs ont joué sur cette tendance - l'effet Netbook ayant eu un impact net sur le prix de vente moyen des machines, même s'il n'est pas le seul - au point que les portables sont devenus attrayant au-delà des besoins de mobilité. S'il existe toujours un besoin de mobilité pour certains, la majorité des portables vendus pour le grand public répond à des critères différents : grand écran, batterie peu importante et performances les plus hautes possibles pour un prix bas. Des machines qui à défaut d'être utilisées comme des portables sont souvent utilisées comme des machines transportables… d'une pièce à l'autre.

Cette variabilité des besoins crée une segmentation forte dans les machines, avec en tête du côté des critères la consommation. Si la plupart des machines grand public utilisent des processeurs dont le TDP varie entre 35 et 45 watts, les machines visant la mobilité (Intel les appelle Ultrabook) utilisent des processeurs 17 watts. L'arrivée du GPU dans le processeur, aussi bien chez Intel qu'AMD donne une nouvelle possibilité de segmentation et les constructeurs privilégient souvent, en fonction de leurs forces respectives, les performances CPU ou GPU.

Nous avons donc voulu profiter des lancements respectifs des plateformes mobiles Trinity chez AMD, et Ivy Bridge chez Intel pour faire un premier point sur les performances respectives des processeurs intégrés dans ces machines. Performances CPU, GPU, OpenCL, consommation, nous allons essayer de décrypter au mieux ce qui est possible de l'être.

Un monde très opaque

Il est important de noter avant de commencer que le monde des portables est très différent de celui des plateformes desktop. En premier lieu parce qu'y règnent les OEM ! Les portables du commerce sont majoritairement vendus par ces derniers et s'il est possible de créer des portables à la carte, on se retrouve souvent limité côté composants. En pratique, cette possibilité est surtout offerte aux assembleurs et aux vendeurs en ligne.


La joie des suites logicielles préinstallées. Version allemande pour notre machine de test Llano.

Les processeurs portables sont généralement peu ou pas vendus directement au détail (quelques références d'entrée de gamme le sont parfois). Trouver une indication sur le prix réel des puces est généralement impossible, la liste de prix d'Intel n'intégrant pas tous les modèles. Pour preuve, vous pourrez trouver sur le site d'Intel  quatre Ivy Bridge quadruple cœurs à 378$, les Core i7 3610QM, 3612QM, 3615QM et 3720QM (500 MHz d'écart entre le 3612 et le 3720 avec une différence de TDP de 10W, 300 MHz entre le 3610 et le 3720 à TDP égal) ! Des prix "publics" qui n'ont rien à voir en pratique avec le prix auquel ces puces seront vendues aux OEM pour intégration. La chose n'est pas forcément plus aisée à décrypter chez AMD… qui ne fournit aucune liste de prix pour ses processeurs mobiles.

Comparer des processeurs à prix égal devient rapidement impossible et s'il on peut se baser partiellement sur le prix des machines pour effectuer son choix, la variabilité à caractéristiques "égales" d'une marque à l'autre fait qu'il est extrêmement compliqué d'y voir clair. Nous avons essayé de choisir au mieux parmi les références disponibles, en nous basant sur le prix des machines, le TDP, et le nombre de cœurs pour vous donner un aperçu relatif des différentes offres d'Intel et d'AMD.


Page 2 - AMD Llano et Trinity; AMD A8-3520M et A10-4600M

Il y a un an de cela, AMD avait lancé ses premières APU mobiles destinées aux PC portables. Baptisées Llano, ces puces étaient la concrétisation de la stratégie du rachat du constructeur graphique ATI puisqu'elles intégraient à la fois une partie processeur x86 ainsi qu'un GPU. Une "vision" plusieurs fois repoussée et réalisée par Intel début 2011 avec Sandy Bridge.

Côté technique Llano repose sur l'intégration de cœurs x86 issus de l'architecture K10.5, à savoir celle qui animait les Athlon II du constructeur. Gravés en 32nm (contre 45 pour les Athlon II), ces puces se distinguent cependant par la taille du cache de niveau 2 qui passait de 512 Ko par cœur à 1 Mo par cœur. Les Llano sont dépourvus de cache de niveau 3.


Côté GPU, Llano reposait sur l'intégration d'un Redwood, le GPU qui animait les Radeon HD 5570. Il utilisait pour rappel l'architecture VLIW5 d'AMD. Notez enfin que si le CPU disposait bien d'un mode Turbo, ce n'était pas le cas du GPU.

Trinity, page blanche ?

Mi mai, AMD a lancé officiellement sa seconde version de son APU pour PC portables, baptisée Trinity. Et il est difficile de ne pas penser que le constructeur est reparti d'une page blanche tant Llano et Trinity diffèrent.

Commençons tout de même sur ce qu'ils ont en commun, Llano et Trinity sont tout deux des APU gravés en 32nm SOI par GlobalFoundries. Dernier point commun, les deux puces sont dépourvues de cache de niveau 3.

Côté CPU, exit les cœurs x86 K10.5 qui laissent leur place à des modules "Piledriver". Il s'agit pour rappel de la version 2 de l'architecture Bulldozer, lancée côté desktop avec les AMD FX l'année dernière. Le concept de base de Bulldozer et de Trinity repose sur la fusion de deux cœurs en un module qui partagent un certain nombre de ressources. Ainsi, le module dispose de deux unités de calcul pour les nombres entier, et d'une unité partagée qui sera utilisée pour les calculs en virgule flottante. Et si chaque cœur dispose d'un cache de niveau 1, ils se partageront un cache de niveau 2, ainsi que d'autres ressources (décodeurs d'instructions, prefetcher, etc…)


AMD annonce de très nombreux changements dans son architecture Piledriver par rapport à Bulldozer, ou plus exactement des petites corrections un peu partout. Les détails fournis par AMD restent cependant relativement de haut niveau. D'abord côté jeu d'instruction on notera que Piledriver gère les FMA3 (Fused Multiply/Add sur 3 opérandes, a = a * b +c ) en plus du FMA4 (a = b * c + d) déjà géré précédemment (Intel utilisera le FMA3 à compter de l'année prochaine), ainsi que les instructions de conversion flottantes 16/32 bits F16C introduites par Intel dans Ivy Bridge.

Pour le reste les modifications se font par petites touches à tous les niveaux, les mécanismes de prédictions de branchement sont annoncés comme plus efficaces tout comme les schedulers tandis que des gains sont annoncés sur les divisions. Il est globalement assez difficile de juger l'impact qu'auront ces changements sur les performances et l'absence de cache de niveau 3 nous empêche de réaliser une comparaison à fréquence égale avec les AMD FX "Bulldozer" (il faudra attendre les AMD FX "Piledriver" Desktop, les Vishera prévus pour le troisième trimestre). AMD annonçait pour rappel un gain entre Bulldozer et Piledriver inférieur à 10%. Globalement c'est surtout du côté de la consommation et de l'efficacité énergétique qu'AMD estime avoir fait le plus de gains avec de 10 à 20% d'économie d'énergie par rapport à l'architecture Bulldozer.


En ce qui concerne le GPU, là aussi tout est nouveau puisque l'on passe d'une architecture VLIW5 à l'architecture VLIW4 utilisée sur les GPU Cayman (Radeon HD 6900) d'AMD l'année dernière. Le nombre d'unités de calcul dépend des modèles, ainsi l'A10 que nous avons testé aujourd'hui dispose de 384 unités shaders, les A8, A6 et A4 disposeront respectivement de 256, 192 et 128 unités.


Dernière modification notable, celle du Turbo. AMD dispose désormais à la fois d'un Turbo CPU et GPU, les deux pouvant être utilisés en fonction des besoins.


En pratique toutes ces modifications ont permis à AMD de proposer une baisse du TDP sensible par rapport à Llano. Ainsi, exit les modèles haut de gamme 45 watts, AMD vise désormais des TDP de 17, 25 et 35 watts. Le meilleur des APU Trinity, celle que nous testons aujourd'hui est l'A10-4600M. Son équivalent le plus proche, le meilleur des Llano en 35 watts lancé en décembre dernier est l'A8-3520Mque nous avons également testé.

AMD aura rajouté entre les deux puces environ 125 millions de transistors, mais dans les deux cas il s'agira de puces quadruples cœurs. Côté fréquences cependant Trinity propose un bon en avant significatif de 700 MHz que ce soit en fréquence de base ou en mode Turbo. La fréquence de l'IGP augmente peu, passant de 444 à 468 MHz mais son mode Turbo lui permettra d'atteindre 686 MHz. De quoi permettre à Trinity d'être 20% plus performant côté CPU, et 30% plus performant côté GPU par rapport à Llano comme annoncé par AMD ? Quelque chose que nous allons rapidement vérifier !


Page 3 - SNB & IVB; Core-i5 2410M, 3510M et i7-2630QM, 3610QM, 3612QM

Intel propose bien entendu lui aussi de son côté des processeurs mobiles. D'abord avec Sandy Bridge introduit l'année dernière et qui représente encore la majorité des machines disponibles aujourd'hui. Côté architecture, pas de surprise puisque l'on retrouve la même que côté desktop que nous avions décrite ici. Dans les particularités, on notera qu'Intel produit, volume oblige, des dies distincts pour ses versions doubles et quadruple cœurs de ses processeurs mobiles.

Les grandes lignes de Sandy Bridge incluaient pour rappel l'arrivée de l'IGP au sein du die, une intégration qui se fait côté ressources puisque le cache de niveau 3 (baptisé Last Level Cache par Intel) est ici partagé entre les cœurs x86 et l'IGP. Intel avait également introduit le jeu d'instruction AVX ainsi qu'un mode Turbo Boost actif à la fois côté CPU et GPU.

Globalement les Sandy Bridge mobiles, si l'on met de côté les différences évidentes que sont les variations de TDP, de fréquence et de taille de mémoire cache sont identiques à leurs comparses desktop. Il existe cependant une petite différence de taille au niveau de la gestion du mode Turbo.

Intel dispose pour rappel d'une unité dédiée à la gestion de la consommation (Power Control Unit) qui surveille la température et la consommation de la puce pour moduler en fonction le Turbo. Une particularité de la version mobile est qu'Intel autorise ses puces à fonctionner au-delà du TDP pour lequel elles ont été conçues. Intel joue sur l'inertie thermique du processeur, le fait qu'il chauffe de manière relativement progressive (vous pouvez le vérifier par vous-même en lançant un benchmark et en surveillant la température via un logiciel comme Hardware Monitor ou HWiNFO). Intel profite de cette phase pour surconsommer, le but étant de dépasser le TDP d'un point de vue consommation (les systèmes d'alimentation doivent être prévus en conséquence) mais ne jamais dépasser le TDP "thermique". Intel autorise ainsi un processeur à dépasser son TDP de 25% sur Sandy Bridge mobile durant 28 secondes, ce qui en pratique peut être relativement stressant pour le système de refroidissement des portables sur un modèle quadruple cœur. Les designs des OEM sont cependant faits pour prendre en compte cette particularité qui tend à rendre un peu plus opaque la notion de TDP.

Bien évidemment, cela n'est pas sans impact sur les benchmarks et en fonction du temps de calcul, ce turbo amélioré poussera vers le haut les performances. Quelque chose qu'il faudra garder à l'esprit en lisant nos benchmarks.

Côté graphique, Intel propose aussi bien des modèles équipés du HD 2000 que du HD 3000 (là encore, voir notre test original de Sandy Bridge). En pratique Intel privilégie le HD 3000.

Ivy Bridge mobiles : doubles et quadruples cœurs

En sus des processeurs Sandy Bridge Nous avons également pu tester les plateformes mobiles Ivy Bridge. Du côté de l'architecture, encore une fois il s'agit de la même architecture que nous vous avions présentés fin avril dernier pour les puces Desktop.


Ivy Bridge version double et quadruple coeur

D'abord d'un côté pratique, on notera qu'Intel conserve, à l'image de ce qui se passe côté desktop, le même socket que pour Sandy Bridge, à savoir le PGA 988. En sus des modèles quadruples cœurs qui avaient été lancés en simultanée avec les processeurs Ivy Bridge Desktop, nous avons également testé un modèle double cœur, ces derniers ayant été annoncés il y a quelques jours. Tous les modèles annoncés utilisent le HD 4000.

Au dela des changements architecturaux, l'avantage principal d'Ivy Bridge se situe dans le fait qu'il s'agit des premiers processeurs gravés en 22nm (l'offre AMD, tout comme Sandy Bridge sont gravés en 32nm). Nous verrons par la suite si cela se traduit par un avantage côté consommation.


Page 4 - Récapitulatif des configurations

Nous avons pour nos tests utilisés trois plateformes mobiles pour chacun des sockets représentés. Afin de mettre toutes les configurations à pied d'égalité côté consommation, nous avons choisi des machines dépourvues de cartes graphiques additionnelles.


Côté FS1, socket utilisé par les AMD Llano, nous avons utilisé un portable Lenovo Thinkpad Edge E525. En ce qui concerne les AMD Trinity (socket FS2), il s'agit d'une machine de test fournie par AMD. En ce qui concerne la plateforme Intel, utilisée pour Sandy Bridge et Ivy Bridge (PGA988), il s'agit d'une machine Clevo W270EU équipée du chipset HM76.

Nos trois plateformes sont équipées de trois chipsets différents, mais relativement semblables :

Chez AMD la seule différence entre l'A60M qui équipe la plateforme Llano et l'A70M qui équipe la plateforme Trinity est l'ajout d'un bloc supportant l'USB 3.0, en provenance de chez NEC. Le TDP de la puce ne change pas.

Le HM76 d'Intel supporte lui aussi l'USB 3.0 à l'image de ses comparses desktop. Toujours à l'image des chipsets Intel desktop, seuls deux ports SATA 6 Gb/s sont supportés ici, ce qui n'est pas trop un problème côté mobile. Le RAID est cependant absent, il ne concerne que très peu de machines portables (Intel propose des versions plus haut de gamme de son chipset gérant le RAID). Le chipset d'Intel gère jusque 8 lignes PCI Express 2.0 pour interconnecter des puces additionnel, les chipsets AMD se contentent de quatre lignes. La encore, cela est amplement suffisant pour ce type de configurations.

Nous avons testés ainsi sept processeurs différents, dont nous avons regroupés les caractéristiques dans ce tableau.


En sus de Trinity, nous avons ajouté le meilleur processeur Llano disponible dans un TDP équivalent. En ce qui concerne Sandy Bridge, nous avons pu mettre la main sur deux références qui représentent l'entrée de gamme Core i5 avec le 2410M (souvent remplacé de nos jours par le 2430M, 100 MHz plus rapide). Afin d'être complet nous avons également ajouté un modèle quadruple cœur, en notant qu'il s'agit cette fois ci d'un modèle 45 watts. Intel ne propose pas de modèle quadruple cœurs 35 watts pour Sandy Bridge. Nous avons choisi le modèle le plus abordable de la gamme du constructeur, le 2630QM (la encore, remplacé généralement par le 2670QM).

En ce qui concerne Ivy Bridge, nous avons mis la main côté double cœur sur le plus abordable des modèles 35 watts, le 3210M. En ce qui concerne les quadruples cœurs, nous avons ajouté deux références. Intel propose en effet des modèles 35 et 45 watts de ses puces dont les références sont relativement obscures. Ainsi, le 3610 est un modèle 45 watts, en pratique plus rapide que le 3612… qui n'est que 35 watts. La encore nous nous sommes restreints aux modèles les moins "onéreux", même si l'on ne connait pas vraiment le prix réel des puces.

Globalement nous parlons en pratique de machines dont le prix va démarrer, dans le cas de Llano et des doubles cœurs Intel, aux alentours de 600 euros (un prix extrêmement variable en fonction de la configuration et de l'OEM !) et une bonne centaine d'euros de plus pour les modèles quadruples cores. Le positionnement exact des plateformes Trinity, qui n'existent pas encore en pratique dans le commerce, devrait se situer entre les deux, AMD positionnant l'A10 d'un point de vue "gamme" face aux Core i7.


La plateforme de référence Trinity d'AMD

Afin de mettre les machines sur un pied d'égalité, elles ont toutes été testées avec un même modèle de SSD, à savoir un Samsung 830 128 Go que nous avions testés pour rappel dans cet article.

Côté mémoire, nous avons testé les machines à la fois en configuration simple canal et double canal. Malheureusement de nombreux OEM continuent de livrer des machines avec une seule barrette mémoire en 2012, une économie de bout de chandelle qui peut saccager les performances comme nous le verront par la suite. A titre informatif, la machine Llano que nous avons utilisée était livrée avec une seule barrette mémoire. Toutes les machines seront configurées avec 4 Go de mémoire (2x2 Go ou 1x 4 Go) pour les tests. Théoriquement, Llano, Trinity et Ivy Bridge supportent la mémoire DDR3-1600 tandis que Sandy Bridge est limité à la DDR3-1333. En pratique notre plateforme Llano Lenovo n'acceptait pas la mémoire 1600 qui fonctionnait dessus à 1333 MHz. Dans le cadre des portables on ne peut en effet que se fier à la détection SPD des barrettes, il est impossible sur les machines que nous avions de forcer un quelconque réglage mémoire. A titre d'anecdote, dans le menu "Avancé" d'une de nos machines, on trouvait uniquement… la possibilité d'activer ou de désactiver le Bluetooth. Très avancé !

La carte WiFi, le lecteur optique et la batterie sont retirées pour les mesures de consommation qui sont réalisées à la prise avec un adaptateur secteur universel afin de ne pas être influé par les rendements très variables des blocs d'alimentations livrés par les constructeurs. Tous nos tests ont également été réalisés via un écran (1366x768), l'écran interne étant désactivé afin de permettre des mesures les plus proches possibles. Passons enfin aux tests !


Page 5 - Bande passante mémoire, consommation

Nous avons d'abord mesuré les performances mémoire respective de nos plateformes.

Bande passante monothreadé

Nous commençons par la bande passante mémoire accessible via un seul thread, les mesures sont relevées avec le test mémoire intégré à Aida64 .


Premier point à noter pour ces tests, il nous a été impossible d'effectuer les tests mémoires sur la plateforme Trinity avec la DDR3-1600. Lancer un bench mémoire (Aida64 ou RMMT) aura systématiquement et immédiatement provoqué un plantage que nous n'avons pas reproduit avec de la mémoire DDR3-1333, ou dans aucun autre test en DDR3-1600. Un problème possiblement lié à notre plateforme de test qui est pour rappel un système de préproduction.

Les processeurs Intel profitent nettement d'un second canal mémoire ici, ce qui n'est pas vraiment le cas des processeurs AMD. Les performances de Trinity par rapport à Llano n'évoluent pas massivement, elles sont même en baisse côté écriture.

Bande passante multithreadée

Passons désormais au test multithreadé intégré à Rightmark.


Si les processeurs AMD profitent plus fortement du second canal dans ce test, les performances en écriture de Trinity sont ici particulièrement basses. Nous avons noté de ce côté une latence particulièrement haute pour Trinity, mesurée à 82ns par Aida64 lorsque Llano est plus proche des 65ns à mémoire égale.

Consommation

Nous avons mesuré à la prise la consommation de nos plateformes dans différents scénarios :
  • Machine au repos
  • Lecture d'un fichier vidéo H.264 720p en mode DXVA via MPC-HC 
  • Charge processeur (Cinebench)
  • Charge GPU (Furmark)
  • Charge processeur + GPU (Cinebench + Furmark)
  • Charge en jeu (F1 2011)

Passons aux résultats !


Comme nous l'indiquions plus tôt, Intel autorise ses processeurs à surconsommer pendant 28 secondes. C'est cette consommation maximale que nous avons noté dans ce graphique et qui explique la consommation particulièrement elevée des processeurs double cœurs sous "Cinebench+Furmark". Il s'agit du seul cas ou ces processeurs dépassent leur TDP.

Globalement quelques points intéressants sont à noter. D'abord la consommation au repos des Ivy Bridge que nous avons testés était légèrement supérieure à celles des Sandy Bridge, certes plus anciens. La variabilité d'un échantillon à l'autre est importante. Trinity de son côté propose une consommation qui reste très proche de celle de Llano, avec une consommation au repos plus basses, mais qui en charge, y compris pour une simple lecture vidéo DXVA, monte au niveau des plateformes Intel Sandy Bridge. On notera que Furmark stresse beaucoup plus la consommation de l'APU, lié à la présence d'un mode Turbo dans Trinity pour le GPU, absent dans Llano. Sous F1 2011 la consommation est plus mesurée. Elle est même excellente si l'on considère le fait que la plateforme Trinity obtient les meilleures performances dans ce test.


Page 6 - Performances CPU : Cinebench, x264, Visual Studio

Nous commençons nos tests de performances en regardant les performances côté processeur.

Cinebench R11.5


Nous utilisons Cinebench en version R11.5 pour mesurer les performances en rendu 3D. Le logiciel utilise pour rappel le moteur de rendu de Cinema 4D.


[ Monothread ]  [ Multithread ]

Que ce soit sur un ou quatre cœurs, notre A10 Trinity fait sensiblement jeu égal avec le modèle A8 Llano que nous avons testé. Malgré l'écart de fréquence largement à l'avantage de l'A10 ainsi que sa mémoire supérieure. Face à la compétition, même le double cœur Sandy Bridge fait mieux dans ce test.

Staxrip - x264 b2197


Passons au frontend Staxrip que nous utilisons pour transcoder une scène du film Avatar via x264 en build 2197. Nous réalisons un encodage en 2 passes type fast sur une source 720p, réencodée à un bitrate de 6 Mbits/s. Pour rappel la seconde passe est celle qui profite le plus du multithreading.


[ Passe 1 ]  [ Passe 2 ]

L'architecture Piledriver montre un avantage un peu plus net dans ce bench avec des gains respectifs de 8 et 13% par rapport à Llano sur la première et la seconde passe. Là encore cependant, le double cœur Sandy Bridge d'Intel reste devant.

Visual Studio 2011 beta


Nous avons opté pour la version 2011 en beta de Visual Studio. Nous compilons pour l'occasion la dernière version (1.7.4) du code source du moteur 3D Ogre (exemples inclus). La compilation parallèle est activée pour chaque projet sous VS.


Ici Trinity permet, à enveloppe thermique égale, de faire mieux de 4% par rapport à Llano. Le Core i5 2410M reste cependant largement devant.


Page 7 - Performances CPU : 7-Zip, Bibble

7-Zip 9.20


Nous utilisons la version 9.20 de 7-Zip pour compresser un volume important de fichiers en utilisant l'algorithme LZMA2.


Trinity fait mieux que Llano dans ce test d'environ 8%. L'écart avec ne serait-ce que les double cœurs d'Intel est net.

Bibble 5.2.3


Terminons les mesures processeur pures avec le logiciel de traitement photo Bibble. Nous traitons un lot de 48 photos RAW, exportées en JPEG.


Dans ce dernier test, on note 11% de gain entre Llano et Trinity. L'écart avec les plateformes Intel est cependant très élevé.

Passons désormais aux tests OpenCL.


Page 8 - Performances OpenCL : DxO Optics Pro, WinZIP, Luxmark

Pour compenser des performances processeurs plus basses, AMD met en avant son support d'OpenCL. De son côté, Intel fourni également un pilote avec Ivy Bridge compatible OpenCL pour les HD 4000 et 2500. Ce dernier n'est pas directement compatible Sandy Bridge. Pour la plupart des tests, nous comparons le mode de rendu CPU pure avec le mode de rendu accéléré OpenCL lorsque cela est possible. Les logiciels qui utilisent OpenCL sont encore relativement peu nombreux même s'ils commencent à se multiplier. Le support transparent des multiples plateformes n'est cependant pas encore tout à fait au rendez vous…

DxO Optics Pro 7.2.3

Nous utilisons la version 7.2.3 de ce logiciel de traitement photo pour réaliser des exports RAW vers JPEG sur une série de 48 fichiers. Notez qu'une version 7.5 à été rendue disponible ces derniers jours.


[ CPU ]  [ OpenCL ]

DxO Optics Pro ne permet par défaut d'activer l'OpenCL que sur une plateforme ou le CPU est plus lent que l'accélération OpenCL. Un benchmark est en effet réalisé au lancement du logiciel pour mesurer les performances respectives. Sur les solutions Ivy Bridge quadruple core, ce benchmark n'était pas activable. Il l'était cependant sur le Core i5 3210M double cœur, mais l'activation de l'OpenCL se traduit systématiquement par un blocage au milieu de la conversion de la première photo. Le pilote OpenCL d'Intel est particulièrement capricieux comme nous le verrons par la suite.

Le gain apporté par l'OpenCL est particulièrement net sur Llano, et n'est pas négligeable sur Trinity en permettant de recoller un peu plus à l'offre double cœur d'Intel. De manière assez intéressante on peut noter que le mode simple canal semble avoir un impact plus élevé lorsque le GPU entre en scène dans les calculs.

WinZIP 16.5

Mis en avant par AMD au lancement de ses Radeon HD 7000, la version 16.5 de WinZIP intègre un support de l'OpenCL. Nous compressons le même jeu de fichier que celui utilisé pour notre test 7-Zip.


[ CPU ]  [ OpenCL ]

Là ou 7-Zip est très sensible aux performances processeurs, les écarts entre les plateformes Intel sont beaucoup plus serrées, WinZIP ne profitant pas autant des cœurs additionnels que 7-Zip. L'activation de l'OpenCL est cette fois ci impossible sur les Ivy Bridge, l'option n'apparaissant pas. L'éditeur n'a peut être pas encore validé le pilote d'Intel. Côté AMD les gains obtenus sont une fois de plus intéréssants et notre A10-4600M arrive ici quasiment au niveau du Core i7 2630QM.

LuxMark 2.0

Nous terminons notre série de tests OpenCL avec LuxMark, benchmark qui permet de comparer les modes OpenCL "CPU" (le rendu des kernels OpenCL s'effectue sur le processeur), GPU, et CPU + GPU mélangé.


[ OpenCL CPU ]  [ OpenCL GPU ]  [ OpenCL CPU+GPU ]

Lancer Luxmark sur les plateformes Ivy Bridge résultait par un plantage du pilote graphique sous Windows. Une fois ce dernier redémarré, l'application restait figée. Cumuler les performances CPU et GPU permet de gagner en performances même si l'on notera ici que le processeur contribue plus fortement aux résultats.

Globalement, le support d'OpenCL permet de limiter la casse dans certaines applications pour les processeurs AMD. Intel de son côté doit encore travailler sur son pilote ! Passons désormais aux tests de jeux !


Page 9 - Performances jeux : F1 2011, Civilization V, Battlefield 3

Nous avons mesuré les performances dans six jeux modernes sur nos plateformes mobiles. Pour rappel nous avons effectuées ces mesures en 1366 par 768.

F1 2011

Nous commençons d'abord par le jeu de Codemasters F1 2011. Nous testons le jeu à la fois en mode DirectX 9 ainsi qu'en mode DirectX 11. Nous utilisons le réglage Medium/Intérmédiaire.


[ DirectX 9 ]  [ DirectX 11 ]

Premier point à noter, n'avoir qu'un seul canal mémoire sur une machine dont on utilise l'IGP est une mauvaise idée pour les performances. Ensuite, et ce n'est pas trop une surprise, AMD tire son épingle du jeu, Trinity affichant facilement les meilleures performances. Le HD 4000 progresse cependant assez nettement sur ce titre même s'il faut arriver aux quad core Ivy Bridge pour atteindre les performances… de Llano ! Notez que si DirectX 11 permettait de profiter d'un petit surplus de performances sur Llano, ce n'est ni le cas sur Ivy Bridge, ni sur Trinity.

Civilization V

Nous mesurons les performances graphiques sur une scène chargée en fin de partie. Tous les détails sont reglés au minimum.


Les performances supérieures de Trinity se remarquent ici surtout en mode simple canal. En effet Llano et Trinity se retrouvent bridés dans ce titre par leurs processeurs. L'écart avec les HD 4000 est net.

Battlefield 3

Nous utilisons le mode de réglage le plus faible dans ce titre.


Même sur Trinity qui sort largement en tête, la jouabilité de ce titre est franchement limitée sur nos plateformes mobiles même si l'on apprécie l'effort des développeurs pour rendre le titre fonctionnel.


Page 10 - Performances jeux : Batman Arkham City, Crysis 2, Diablo 3

Batman Arkham City

Nous utilisons le benchmark intégré, les performances sont reglées au minimum.


Batman est relativement jouable sur les plateformes mobiles, Trinity sort assez fortement vainqueur mais l'on notera que sur ce titre, Ivy Bridge et son HD 4000 arrivent au niveau de l'IGP de Llano. L'impact d'une machine équipée de seulement une barrette mémoire est on ne peut plus net ici.

Crysis 2

Nous mesurons les performances en jeu dans une scène en mode "High"… qui est le plus petit mode graphique disponible sur ce titre ! Marketing, quand tu nous tiens…


Trinity tire son épingle du jeu en étant la seule machine ou le jeu est "jouable". Sous les 30 images par secondes Crysis 2 est au-delà du poussif.

Diablo 3

Terminons nos mesures en jeu sous Diablo 3. Le moteur graphique est relativement modeste et a été pensé pour les plateformes mobiles. Nous utilisons ici le mode graphique minimum (l'option Low FX est cochée en sus) et mesurons les performances lors d'un déplacement sur une partie fixe de la carte. Il ne nous est pas possible, de par la nature aléatoire des combats, de mesurer précisément les scènes de charges les plus lourdes, en pratique, nous avons noté des baisses de 20 à 30% de performances par rapport aux scores indiqués.


Si les plateformes AMD sont nettement devant, Ivy Bridge et son HD 4000 ne démérite pas. Si Diablo 3 est jouable sur HD 3000, les scènes de combat complexes deviennent notablement ralenties.


Page 11 - Conclusion

Ce premier tour de vue des plateformes portables nous a permis de faire le point sur les évolutions respectives des plateformes des deux constructeurs.

Chez AMD, l'arrivée de Trinity est l'occasion de très nombreux changements côté architectural. Avec une finesse de gravure constante et un nombre de transistors en hausse, AMD a réussi à maitriser la consommation de sa puce. Côté performances, l'arrivée de Piledriver permet au minimum de faire aussi bien que précédemment, au prix certes d'une fréquence en charge plus élevée. Malgré tout, l'architecture Piledriver se prête relativement bien à cet exercice, ce qui est un bon point pour le constructeur. Le changement d'architecture GPU a de son côté un impact variable selon les jeux, mais il est relativement net en moyenne. Si l'on fait abstraction de la concurrence un instant, AMD propose avec Trinity des changements architecturaux audacieux qui se sont révélés payants.


Du côté de la concurrence, Intel continue de dominer assez nettement lorsqu'il s'agit des performances processeurs. De ce côté Ivy Bridge améliore la donne en partie grâce à ses fréquences un peu plus élevées mais un simple Sandy Bridge double cœur continue dans nos tests processeurs de dominer les offres quadruples cœurs d'AMD. Les quadruples cœurs d'Intel étant dans un autre monde côté performances et consommation lorsqu'il s'agit de Sandy Bridge, mais l'arrivée de processeurs quad core 35 watts dans la gamme Ivy Bridge (tel le Core i7 3612QM) resserrent un peu plus cet écart. La consommation au repos, plutôt en très légère hausse sur les échantillons d'Ivy Bridge que nous avons testés est le seul reproche que l'on pourrait faire pour ces puces. Un reproche mesuré si l'on considère que les processeurs 35 et 45 watts ne sont pas réellement destinés à des machines axées vers la mobilité (Intel et AMD proposent ou proposeront pour ce marché des puces au TDP de 17 et 25 watts).

A Intel, on pourra reprocher un retard du côté des développements de pilotes graphiques et OpenCL, un point sur lequel le constructeur devra effectuer un effort de plus étant donné qu'AMD compte bien mettre en avant cette API pour tenter de compenser son retard côté processeur. Un effort qui réclame la participation des développeurs qui, si elle augmente, reste toujours timide.

L'utilisation réelle de ces machines est d'ailleurs une vraie question. Avec l'A10-4600M, AMD propose en pratique la meilleure plateforme pour les jeux parmi celles représentées de notre comparatif. Le HD 4000 d'Intel - même s'il progresse par rapport au HD 3000 de Sandy Bridge - reste encore assez loin des performances des cœurs graphiques d'AMD. La plateforme Trinity s'offre également le luxe d'être moins gourmande pour cet usage. Une plateforme équipée d'une carte graphique additionnelle proposerait cependant de meilleurs résultats pour qui veut réellement jouer, au prix certes d'une mobilité réduite et d'une consommation supérieure. En ce sens, la proposition apportée par AMD avec l'A10-4600M dispose bel et bien d'un créneau, même si il est assez restreint. Reste à voir s'il séduira les OEMs et les consommateurs.


Copyright © 1997-2019 HardWare.fr. Tous droits réservés.