Les derniers contenus liés au tag Nvidia

Afficher sous forme de : Titre | Flux Filtrer avec un second tag : AMD; ASUS; Fermi; GeForce; GeForce 600; GPGPU; GTC; Kepler; Maxwell; Pilotes GeForce;

La GeForce GT 710 fait son apparition

Tags : GK208; GT 710; Nvidia;
Publié le 27/01/2016 à 23:12 par Marc Prieur

Introduit en 2013 sur les GT 640 et 630, renommées ensuite en GT 730 DDR3 64 bits et GDDR5, le petit GPU Kepler GK208 est utilisé sur une nouvelle référence, la GT 710. A l'instar de la GT 720, seule la moitié des 384 unités de calcul de la puce sont actives, mais la fréquence passe de 797 MHz à 957 MHz.

.png0.png

En termes de puissance GPU une GeForce GT 710 est donc supérieure à une GeForce GT 720, ce qui est pour le moins inexplicable. Par contre elle ne pourra être équipée que de DDR3 à 1.8 Gbps (900 MHz) là où le GT 720 pouvait également être décliné en version GDDR5 à 5 Gbps (1250 MHz), une déclinaison toutefois assez rare en pratique.

Bref, dans la plupart des cas, une GeForce GT 710 sera plus rapide (ou moins lente…) qu'une GT 720, cherchez l'erreur ! Difficile de savoir ce qui motive le lancement de cette nouvelle référence. Dans tous les cas, si on souhaite l'utiliser en 3D il est bon de rappeler que pour faire mieux qu'un iGPU récent, il convient de faire appel au moins à une GT 730 GDDR5 (ou une R7 240 GDDR5) avec une puissance de calcul doublée et une bande passante mémoire 2,8 fois supérieure.

Pilotes Nvidia 361.75, Thunderbolt 3 et GPU externe

Publié le 27/01/2016 à 17:46 par Marc Prieur

Nvidia vient de mettre en ligne les pilotes 361.75 WHQL, qui contiennent notamment des optimisations ainsi que des profils SLI pour Rise of the Tomb Raider et Tom Clancy's The Division Beta. Diverses correction de bug sont au programme, ainsi que des mises à jour des profils SLI pour Metal Gear Solid V, Sebastien Loeb Rally Evo et Tom Clancy's Rainbow Six : Siege.

Ces pilotes intègrent de plus le support, en version beta, d'une carte graphique externe via Thunderbolt 3 pour les GPU Maxwell : GTX 900, Titan X, GTX 750 et 750 Ti. Bien entendu la bande passante est réduite par rapport à une carte interne puisqu'on est en PCIe x4 Gen3 soit 2 à 4 fois moins, mais en jeu l'écart pourrait être réduit et compensé par les avantages offerts par un dock externe avec une carte graphique puissante associé à un portable ou un mini-PC. MSI avait présenté un tel dock lors du dernier IDF.

Pour quand les GPU Pascal et Polaris ?

Tags : AMD; Nvidia; Pascal; Polaris;
Publié le 27/01/2016 à 17:13 par Marc Prieur

A moins d'être en hibernation depuis quelques mois, vous savez probablement que l'année 2016 sera marquée par l'arrivée de deux nouvelles architectures GPU, avec d'un part Polaris chez AMD et de l'autre Pascal chez Nvidia. Ces architectures ont en commun l'utilisation de nouveaux procédés de fabrication, que ce soit le 14nm LPP chez Samsung / GlobalFoundries ou le 16nm FinFET+ chez TSMC, qui combinés avec les nouvelles mémoires (HBM2, GDDR5X) et les raffinements architecturaux promettent un gain important en terme de performances.


Côté AMD, Polaris a été évoqué officiellement à l'occasion du CES en ce début d'année. L'accent a notamment été mis sur un saut historique de la performance par watt, et deux puces seraient prévues, Polaris 10 et Polaris 11. L'une est prévue pour des livraisons à compter de mi-2016, il s'agit d'une puce de relativement petite destinée aux PC compacts et aux portables et qui sera associée à de la GDDR5. L'autre, plus grosse, serait destinée au haut de gamme et devrait faire appel à la HBM2 mais aucun détail n'a été donné pour ce qui est de la date de commercialisation.


Chez Nvidia, Pascal fait les titres depuis longtemps puisqu'il en a été question dès la GPU Technology Conference qu'il a organisé en 2014. Le GTC 2015 en mars dernier a été l'occasion de quelques précisions, Nvidia mettant en avant une puissance de calcul par watt doublée (et même quadruplée grâce au FP16) ainsi qu'une capacité et une bande passante mémoire en forte hausse grâce à la mémoire 3D (la HBM2 en pratique). Lors du CES, Nvidia n'a évoqué Pascal que pour le Drive PX2 et n'en a pas fait de démonstration contrairement à son concurrent : il faudra probablement attendre le GTC 2016 en avril prochain, ou au mieux la GDC qui a lieu mi-mars, pour qu'il en dévoile plus.

A quelle date faut-il s'attendre à voir débarquer ces GPU ? De part et d'autre c'est le grand secret, sauf pour l'entrée de gamme chez AMD, autant pour ne pas donner d'indication à son (unique) concurrent que pour de ne pas impacter négativement les ventes de la génération actuelle. Ces derniers jours une "roadmap" établie sur la base de rumeurs et autres déductions, remplie de points d'interrogations et publiée à l'origine sur un site japonais a fait le tour de nombreux sites sans que les pincettes de rigueur soient de mise, voire parfois en laissant penser qu'il s'agissait d'une véritable roadmap. Il était notamment question sur ce document d'un premier gros GPU Pascal, GP100, lancé en avril lors de la GTC puis d'un second GPU, GP104, qui aurait fait son apparition en juin au Computex sous la forme d'une GeForce GTX 1080.

On ne peut malheureusement pas accorder de crédit à ces informations. Il faut bien admettre que Nvidia comme AMD gardent bien le secret pour la génération à venir, et les seules bribes d'informations qui nous parviennent laissent plutôt à penser que leur disponibilité interviendra au troisième trimestre, alors qu'initialement nous comptions plutôt sur le second trimestre. Mais il est tout à fait possible que l'un ou l'autre masque au maximum son jeu pour avoir un effet de surprise lors du lancement qui ne serait pas sans retombées commerciales positives… wait & see !

Rise of the Tomb Raider offert par Nvidia

Publié le 07/01/2016 à 15:00 par Marc Prieur

Nvidia lance une nouvelle offre jeu avec le titre Rise of the Tomb Raider qui est offert avec les GTX 970, 980 et 980 Ti ainsi que les GTX 970M et 980M. Cet accord commercial semble aller de pair avec une association côté technique puisque le jeu intégrera une technologie dénommée VXAO développée en partenariat avec Nvidia, a priori une nouvelle méthode pour calculer l'occlusion ambiante (cf. page 49).


Pour rappel le précédent opus avait en 2013 fait l'objet d'un bundle chez AMD et intégrait la technologie TressFX du constructeur. Comme d'habitude cette offre n'est valable que chez les revendeurs partenaires affichant l'offre. Ils vous fourniront généralement après le délai de rétractation un premier code qui permettra d'obtenir auprès de Nvidia un second code pour télécharger le jeu sur Steam. Le jeu doit sortir le 28 janvier.

CES: Drive PX 2: Tegra et Pascal au pilotage

Publié le 07/01/2016 à 09:24 par Damien Triolet

Comme l'an passé, Nvidia a consacré sa traditionnelle conférence du CES au marché automobile pour lequel la société nourrit d'importantes ambitions, notamment en ce qui concerne la conduite autonome. Traditionnellement tournée autour du SoC Tegra, cette conférence du CES a progressivement évolué des smartphones et tablettes vers l'automobile au fur et à mesure que Nvidia repositionnait ses SoC.

Probablement arrivé sur ce marché un petit peu par hasard, Nvidia en a rapidement déduit le potentiel énorme, d'autant plus face à l'échec des SoC Tegra dans le monde des smartphones. Au départ, Nvidia s'est attaqué aux systèmes multimédia et d'affichage embarqués qui peuvent profiter de son expertise au niveau graphique et vidéo. Avec à la clé quelques succès pour les SoC Tegra, mais insuffisants pour justifier tous les efforts nécessaires à la conception de telles puces. Toujours à la recherche de marchés à plus forte valeur ajoutée, se battre sur les prix avec d'autres acteurs tels que TI et depuis peu Qualcomm ne fait pas partie de sa stratégie, Nvidia se concentre dorénavant en priorité à la conduite autonome.


Cet aspect de l'évolution entreprise dans le monde des transports a d'une part besoin de plus de puissance de calcul et d'autre part d'une expertise dans le domaine du deep learning, soit de l'apprentissage progressif par un réseau de neurones artificiels (ce qui fonctionne extrêmement bien dans le cas de la reconnaissance d'éléments à l'intérieur d'une série d'images). Deux points pour lesquels Nvidia peut compter sur ses technologies et ses ingénieurs pour essayer de se démarquer.

L'an passé, Nvidia a ainsi annoncé Drive PX, une plateforme de pilotage automatique bâtie autour de 2 SoC Tegra X1. Mais comme c'est devenu une tradition avec ces SoC, plusieurs annonces annuelles successives sont nécessaires avant que des résultats n'émergent éventuellement. Drive PX n'aura donc pas réellement d'existence commerciale et se contentera des rôles de kit de développement et d'illustration de la stratégie de Nvidia.

Fort logiquement, lors de ce CES, Nvidia a donc doublé la mise et annoncé son successeur, Drive PX 2, et peaufiné son angle d'attaque pour ce nouveau marché. Au cours des développements entrepris avec Drive PX, Nvidia a probablement fait le constat que sa solution n'était pas suffisamment performante, notamment au niveau des GPU Maxwell intégrés aux 2 Tegra X1 qui sont chargés de la détection des véhicules, personnes, panneaux et autres obstacles.

Côté face : 2 GPU Pascal (en réalité 2 GPU Maxwell sur ce prototype...)
Côté pile : 2 SoC Tegra
 
 

Pour Drive PX 2, Nvidia va toujours faire appel à 2 SoC Tegra mais d'une part il s'agira de SoC plus musclés et d'autre part ils seront accompagnés de 2 GPU dédiés ! Ces SoC seront fabriqués en 16nm FinFET et chacun équipés de 2 cœurs CPU Denver maison, de 4 cœurs Cortex-A57 et d'un GPU non précisé, qui ne sera peut-être pas exploité ici. Il est possible que ce SoC soit en fait celui qui était présenté depuis deux ans sous le nom de code Parker et qui serait donc équipé d'un GPU Maxwell.


Chacun de ces SoC sera connecté à un GPU de génération Pascal, également fabriqué en 16nm FinFET. Nvidia n'en communique pas les spécifications mais se contente de parler d'une puissance de calcul de 4 Tflops ce qui correspond à peu près à une GeForce GTX 970 et à un ensemble supérieur à la puissance de calcul d'une GTX Titan X. Et ce n'est pas tout, Nvidia annonce ces GPU Pascal comme étant 3x plus rapides dans le cadre du deep learning qu'un GPU Maxwell de puissance de calcul équivalente. Un coup de boost important qui découle probablement en grande partie du support natif des opérations en 16-bit et/ou 8-bit. A noter que les illustrations de Drive PX 2 sont basées sur un prototype équipé de GPU Maxwell GM204, ne cherchez donc pas à déduire de quelconques informations sur les futurs GPU Pascal sur base de ces photos.


Malgré le recours au 16nm FinFET, l'ensemble sera relativement gourmand et Nvidia parle de 250W. Au passage, nous pouvons ainsi imaginer grossièrement qu'un équivalent Pascal de la GTX 970 verrait sa consommation chuter de 150 à 100W. Pour refroidir l'ensemble, dont la fiabilité doit être garantie en toutes circonstances dans la cadre du pilotage d'une voiture, Nvidia a développé un système de watercooling spécifique mais les éventuels fabricants de voiture intéressés par Drive PX 2 seront bien entendu libres de mettre en place leur propre solution.


Enfin, pour mieux s'attaquer à ce marché, Nvidia a mis en place un écosystème complet qui passe par DIGITS, sa plateforme de deep learning, et d'autre part par DRIVENET, un réseau neuronal que ses ingénieurs ont commencé à entraîner il y a 6 mois et qui affiche déjà de très bons résultats. Nvidia peut ainsi fournir à des clients potentiels tous les outils nécessaires au développement de leur propre réseau neuronal ou une base déjà totalement fonctionnelle.

Un premier constructeur a déjà annoncé être intéressé par cette solution de Nvidia : Volvo qui intégrera Drive PX 2 en 2017 dans une centaine de voitures autonomes pour une première phase de test. De quoi peut-être permettre à "Drive PX 3" de trouver un succès commercial ?


Vous pourrez retrouver l'intégralité de la présentation de Nvidia ci-dessous :

 
 


Top articles