Les derniers contenus liés aux tags AMD et Windows

Patch pour le Core Parking pour Ryzen !

Tags : AMD; Ryzen; Windows;
Publié le 06/04/2017 à 23:00 par Guillaume Louel

Enfin ! Il aura fallu un peu de temps, mais AMD vient enfin de confirmer la question de l'impact du Core Parking pour Ryzen sous Windows 10, que nous avions soulevés quelques jours après le lancement de Ryzen. Pour rappel, le Core Parking est une fonctionnalité du scheduler de Windows qui consiste à "parquer" les coeurs d'un processeur en les mettant en veille et en ne les rallumant que progressivement lorsque la charge le nécessite. Cette fonctionnalité a un impact particulièrement important sur les processeurs qui disposent de l'HyperThreading ou du SMT.

AMD confirme aujourd'hui ce que nous avions noté, à savoir que par défaut sous Windows 10, le Core Parking n'est pas réglé de la même manière sur Ryzen que sur les processeurs Intel. Afin de garantir l'équité dans nos tests, nous avions manuellement modifié le profil de gestion d'alimentation "Balanced" de Windows 10 afin de désactiver cette fonctionnalité.

Dans un billet de blog , AMD propose à son tour un nouveau profil de gestion d'alimentation spécifique à Ryzen. Il sera distribué de cette manière dans un premier temps (il est téléchargeable ici ), avant d'être intégré d'ici quelques semaines aux prochains pilotes chipsets d'AMD : l'installation de ce profil deviendra donc automatique.

Pour ceux qui auraient déjà modifié manuellement le Core Parking via les méthodes que nous vous avions conseillé dans nos articles, notez que vous aviez en pratique modifié le profil "Balanced" de Windows. Vous pouvez donc installer directement ce patch qui ajoute un profil supplémentaire que vous pouvez voir ci dessus. En pratique on pourra repasser si on le souhaite à tout moment en mode "Balanced".

Nous avons pu essayer en avance ce nouveau profil qui au delà de la désactivation du Core Parking change d'autres choses :

  • Réduction du seuil de charge nécessaire pour passer à un P-State supérieur (de 60 à 25%)
  • Réduction du seuil de charge nécessaire pour passer à un P-State inférieur (de 20 à 10%)
  • Diminution de l'intervalle entre deux ajustements par le scheduler Windows du P-State (de 30 à 15 millisecondes)
  • Augmentation du seuil de P-State minimal que peut utilise le processeur (augmentation de 5% à 90%)

Ces changements concernent donc en grande majorité les P-State, à savoir les couples de fréquence/tensions auxquels peuvent fonctionner les processeurs. Vous pouvez retrouver un exemple pour le Ryzen 7 1800X ci-dessous :

Techniquement le premier impact de ces changements est qu'AMD n'autorise pas le fonctionnement actif du processeur en dessous du mode P1. Cela revient à ce que l'on voit habituellement avec le profil de gestion d'alimentation "Performance" (dans ce cas, le seuil est à 100%). Cela ne veut cependant pas dire qu'AMD désactive les fonctionnalités d'économie d'énergie de Ryzen. En pratique AMD bypasse la gestion du mode P2 par le scheduler Windows et laisse Ryzen prendre la main pour passer plus rapidement dans les modes d'énergies supérieurs comme le CC6. Ces modes avancés sont gérés directement par le processeur qui peut passer de l'un à l'autre rapidement, en environ 1 milliseconde, là ou le scheduler de Windows ne change les P-States habituellement que toutes les 30 millisecondes.

Les autres changements visent a accélérer le rythme auquel le scheduler Windows peut modifier les P-State justement, en premier lieu en baissant de moitié le temps entre deux changements potentiels, et en modifiant les seuils. En pratique ces changements auront surtout un très léger impact sur la consommation lors de faibles charges ou de charges intermittentes ou la consommation pourra très légèrement évoluer de manière marginale. En pratique cela ne change pas nos mesures de consommation réalisées dans des cas où la charge n'est pas impactée par ces modifications (au repos, charge sur un coeur, charge sur tous les coeurs).

En pratique ce patch permet d'obtenir un niveau de performance similaire au mode "Balanced + Core Parking OFF" que nous avons utilisé dans nos tests, ce qui permet de remonter significativement les performances notamment dans les jeux, comme le rappelle ce graphique :


On pourra se demander pourquoi cette mise à jour n'est pas proposée directement par Microsoft sous la forme d'un patch pour Windows 10. Nous avons posé la question à AMD qui nous a dit qu'ils proposaient pour l'instant cette solution et qu'ils ne pouvaient pas s'exprimer au nom de Microsoft. Sous entendant que la situation pourrait évoluer à l'avenir.

Dans tous les cas on se félicitera qu'AMD ait enfin reconnu ce problème et propose aujourd'hui un correctif officiel !

Microsoft capitule sur le support de Skylake

Publié le 16/08/2016 à 14:36 par Guillaume Louel

En début d'année, Microsoft avait publié un billet de blog surprenant , indiquant que non seulement les futurs processeurs d'Intel et d'AMD ne seraient supportés pleinement que par Windows 10, mais qu'en prime les plate-formes Intel Skylake (la dernière génération en date de processeurs d'Intel) ne disposeraient d'un support sous Windows 7 (et 8.1) que jusqu'en juillet 2017 !

Quelque chose que nous avions interprété à l'époque comme une bien lourde tentative d'inciter les OEM, les revendeurs, et les utilisateurs, à passer à Windows 10. La firme de Redmond ayant été pour le moins obscure sur ce que cette limite supposait, sous entendant dans son billet que seules les failles de sécurité les plus critiques feraient l'objet de patch.

Rapidement, Microsoft est revenu en arrière une première fois, rajoutant une année de "support" et repoussant cette limite à juillet 2018.

Aujourd'hui, Microsoft revient en arrière une deuxième fois, abandonnant définitivement l'idée d'un support sélectif de Skylake. Un nouveau billet de blog  indique que Microsoft fournira "tous les patchs" pour les plate-formes Skylake jusqu'à la fin du support officiel de Windows 7 (14 janvier 2020) et 8.1 (10 janvier 2023). Microsoft crédite ce changement à son "partenariat fort" avec Intel qui s'occupera de la validation des patchs, et aussi à la demande de ses clients entreprise.

Microsoft continue cependant d'indiquer que les futures plate-formes d'Intel et d'AMD comme Kaby Lake et Bristol Ridge ne seront "supportés pleinement" que sous Windows 10. On ne sait pas encore ce que cela veut dire, il serait étonnant qu'Intel et AMD ne proposent pas, par exemple, de pilotes chipsets pour Windows 7 et 8.1 pour leur prochaine génération.

Cette capitulation de Microsoft n'est pas forcément surprenante étant donné la frilosité historique des entreprises à passer à une nouvelle version de Windows. Combiné à la non percée sur le marché des smartphones avec Windows 10 Mobile et malgré l'utilisation de techniques peu admissibles d'un point de vue moral  (et légal ) pour forcer les mises à jour vers Windows 10, la société de Redmond à du revenir en arrière  sur ses objectifs d'atteindre un milliard de machines sous Windows 10 d'ici 2018.

Les changements de politique de Microsoft en matière de vie privée posent également question, la société utilisant désormais abondamment la "télémétrie", et Microsoft se réservant le droit "d'accéder, transférer, communiquer et stocker" vos données personnelles dans une liste de cas relativement large  (voir la section complète Reasons We Share Personal Data pour plus de détails), incluant par exemple la protection de la propriété intellectuelle de Microsoft !

On notera cependant qu'une grande partie de la télémétrie a été déployée sous Windows 7 et 8.1 via des mises à jour Windows Update. Si l'on pouvait désactiver manuellement celles ci, nos confrères d'Ars Technica  indiquaient hier que Microsoft ne proposera plus la possibilité pour Windows 7 et 8.1 de télécharger et choisir individuellement les patchs à partir d'octobre, proposant uniquement des bundles. Dans un premier temps, cela ne concernera que les nouveaux patchs de sécurité mais toutes les mises à jour seront concernées à terme.

DirectX 12 : Benchmarks et exclusivité Windows 10

Publié le 07/02/2015 à 00:00 par Marc Prieur

AnandTech a publié un article  consacré à DirectX 12 se concentrant principalement sur des benchmarks obtenus sous Windows 10 Technical Preview 2 sous une version Direct3D 12 de Star Swarm Stress Test fournie par Oxide et Microsoft. Ce nom ne devrait pas vous être inconnu puisque cette démo dispose d'une version Mantle utilisée par AMD pour démontrer les bienfaits de son API à son lancement, mais elle a aussi déjà été utilisée en août dernier en version DX12 par Intel et Microsoft pour montrer les avantages du futur Direct3D.


Avant de passer aux résultats, nos confrères ont eu la confirmation par Microsoft que DirectX 12 ne sera disponible que sous Windows 10. Sachant que la mise à jour sera gratuite si effectuée durant la première année du lancement, cette annonce n'est pas problématique. Pour supporter DirectX 12, Windows 10 intègre la version 2 du WDDM. Côté GPU AMD et Nvidia disposent bien sûr de pilotes beta WDDM 2.0 et DX12, ce sont les versions 394.56 et 15.200 qui ont été fournies à nos confrères. A l'heure actuelle les pilotes AMD supportent les GPU GCN 1.0, 1.1 et 1.2, mais pour le moment Star Swarm Stress affiche des bugs de texture sur GCN 1.0. Côté Nvidia le support des Kepler et Maxwell est fonctionnel, mais les Fermi ne sont pas encore gérés.

Côté benchmark c'est donc sans grande surprise que les résultats obtenus sont très bons dans ce test très lourd en termes de draw calls. Ainsi une GeForce GTX 980 passe de 26,7 fps en D3D11 à 66,8 fps en D3D12, alors qu'une Radeon R9 290X est à 8,3 fps en D3D11, 42,9 fps en D3D12 et 45,6 fps sous Mantle. On note ici un avantage à Mantle sur ce test effectué avec 4 cœurs et confirmé avec 6 cœurs, mais avec 2 cœurs seulement c'est D3D12 qui reprend l'avantage avec 42,9 fps au lieu de 37,6 fps. Ces écarts sont en partie liés à un temps de traitement des lots de commande plus important sous Mantle du fait d'une optimisation du moteur effectuant une seconde passe côté CPU pour les optimiser, ce qui permet d'alléger la charge GPU au dépend de la charge CPU. Une fois celle-ci désactivée le temps de traitement des lots de commande est équivalent entre les deux API, par contre D3D12 repasse devant puisque sur 4 coeurs Mantle passe à 39,3 fps.

Pour rappel, pour contrer l'offensive Mantle, Nvidia a optimisé tant que possible les performances des commandes D3D11 via des optimisations génériques mais aussi spécifiques à certaines applications dont Star Warm. C'est ce qui explique que la version D3D11 soit 3,2 fois plus rapide sur GTX 980 que sur R9 290X, alors qu'AMD a orienté ses ressources sur Mantle qui reste 71% plus rapide. En Direct3D 12, l'avantage du dernier GPU Nvidia est probablement lié à des performances supérieures dans le traitement de la géométrie et/ou des commandes dans ce cas extrême.


DirectX 12 est donc toujours sur la bonne voie pour tenir les promesses d'une API bas niveau en termes d'allègement et de meilleure répartition entre les cœurs CPU de la charge liée aux commandes de rendu. Des bons résultats qui ont déjà été démontrés par AMD avec l'API Mantle qui a heureusement enfin fait bouger les lignes. Microsoft a encore beaucoup de choses à dévoiler sur DirectX 12, ce qui devrait se faire à l'occasion de la GDC 2015 en mars – on pense notamment au nouveau niveau de fonctionnalité 11_3 ou 12_0. Reste qu'au-delà de l'API et des démos technologiques, il faudra bien sûr voir ce que les développeurs de jeux en feront !

Windows 8.1 et pilotes graphiques

Publié le 27/06/2013 à 10:41 par Guillaume Louel

Microsoft a rendu disponible hier une version "Preview" de Windows 8.1, la prochaine mise à jour de son système d'exploitation. Elle apporte entre autre des changements du côté de l'interface avec la possibilité de booter sur le bureau, le retour d'un bouton démarrer (mais pas de son menu) et la possibilité d'éteindre son PC depuis le bureau a partir du menu contextuel (clic droit) sur le bouton démarrer. Cette version Preview concerne à la fois Windows 8, mais aussi les tablettes sous Windows RT qui ont droit à leur mise à jour.


L'installation se fait par le biais du Windows Store, mais des fichiers ISO seront également mis à disposition dans la journée par Microsoft à cette adresse  (une version française est prévue). Nous vous conseillons bien entendu de lire la FAQ  de Microsoft si vous êtes intéressé par cette version beta avant de l'installer.

Côté pilotes graphiques pour Windows 8.1, AMD et Nvidia proposent respectivement des pilotes graphiques. Chez AMD le téléchargement se passe à cette adresse  tandis que chez Nvidia, un pilote WHQL est rendu disponible via Windows Update. Vous pourrez trouver plus d'information sur les pilotes Nvidia à cette adresse .

AMD FX : les patchs Windows dispos et testés

Publié le 12/01/2012 à 15:21 par Marc Prieur

Microsoft vient de mettre en ligne deux patchs destinés à améliorer la gestion des AMD FX sous Windows 7 et Windows 2008 R2.

Pour rappel, Mi-décembre Microsoft avait mis en ligne puis retiré un patch destiné à améliorer les performances des AMD FX sous Windows 7 grâce à un ajustement du scheduler destiné à prendre en compte les spécificités des cœurs de ces processeurs. Nous avions mesuré l'impact de ce patch sur les performances au travers de ce focus.


Aujourd'hui le premier patch est de retour accompagné du nouveau qui manquait initialement. Il faut d'abord installer KB2645594  qui met à jour le scheduler de Windows 7 puis KB2646060  qui empêche de passer prématurément les cœurs en mode d'économie d'énergie C6 (ceci peut entraîner une légère hausse de la consommation). Vous pouvez télécharger directement sur notre serveur les archives contenant les deux patchs :

- Patchs 64 bits pour Windows 7 SP1 / Windows 2008 R2 SP1
- Patchs 32 bits pour Windows 7 SP1 / Windows 2008 R2 SP1

Quid des performances ? Par rapport au premier patch seul, dans les tests applicatifs la hausse de performances mesurée sous MinGW est toujours présente, alors que la combinaison des deux patchs permet de ne plus subir de baisse sous WinRAR. On perd par contre un peu du gain sous x264 puisque la première passe est désormais à 190 secondes, contre 182s avec le premier patch seul et 195s sans aucun patch.

L'indice applicatif global passe de 149.6 sans patch à 150.7 avec les deux patchs (150.3 avec le premier seul).

Dans les jeux les gains sont assez variables. Crysis 2 passait de 36.7 à 40.2 fps avec le premier patch, avec les deux patchs combinés on revient à 38.5 fps. On perd également un peu sous Rise of Flight puisqu'on revient à 20.6 fps contre 20.8 fps avec le premier patch seul (20.5 fps sans patch). Les performances sous Starcraft 2 et Shogun 2 ne bougent alors que Arma II et Anno 1404 qui profitaient déjà du premier patch passent désormais à 27.7 fps (27.4 fps avec un patch, 26.8 sans) et 32.3 fps (31.5 fps avec un patch, 29.9 sans). Enfin F1 2011 qui ne profitait pas du premier patch passe désormais de 56.7 à 59.7 fps.

L'indice jeux 3D global passe de 104.1 sans patch à 107.9 avec les deux patchs (107.3 avec le premier seul).




[ Moyenne applicative]  [ Moyenne Jeux 3D ]

Vous l'aurez compris, ce patch Windows ne transfigure pas les AMD FX. L'amélioration de performance reste toutefois appréciable dans certains cas.

Top articles