Les derniers contenus liés au tag Windows

Afficher sous forme de : Titre | Flux Filtrer avec un second tag : AMD; AMD FX; ARM; Bulldozer; DirectX 12; Intel; Kaby Lake; Microsoft; Nvidia; Zambezi;

Patch pour le Core Parking pour Ryzen !

Tags : AMD; Ryzen; Windows;
Publié le 06/04/2017 à 23:00 par Guillaume Louel

Enfin ! Il aura fallu un peu de temps, mais AMD vient enfin de confirmer la question de l'impact du Core Parking pour Ryzen sous Windows 10, que nous avions soulevés quelques jours après le lancement de Ryzen. Pour rappel, le Core Parking est une fonctionnalité du scheduler de Windows qui consiste à "parquer" les coeurs d'un processeur en les mettant en veille et en ne les rallumant que progressivement lorsque la charge le nécessite. Cette fonctionnalité a un impact particulièrement important sur les processeurs qui disposent de l'HyperThreading ou du SMT.

AMD confirme aujourd'hui ce que nous avions noté, à savoir que par défaut sous Windows 10, le Core Parking n'est pas réglé de la même manière sur Ryzen que sur les processeurs Intel. Afin de garantir l'équité dans nos tests, nous avions manuellement modifié le profil de gestion d'alimentation "Balanced" de Windows 10 afin de désactiver cette fonctionnalité.

Dans un billet de blog , AMD propose à son tour un nouveau profil de gestion d'alimentation spécifique à Ryzen. Il sera distribué de cette manière dans un premier temps (il est téléchargeable ici ), avant d'être intégré d'ici quelques semaines aux prochains pilotes chipsets d'AMD : l'installation de ce profil deviendra donc automatique.

Pour ceux qui auraient déjà modifié manuellement le Core Parking via les méthodes que nous vous avions conseillé dans nos articles, notez que vous aviez en pratique modifié le profil "Balanced" de Windows. Vous pouvez donc installer directement ce patch qui ajoute un profil supplémentaire que vous pouvez voir ci dessus. En pratique on pourra repasser si on le souhaite à tout moment en mode "Balanced".

Nous avons pu essayer en avance ce nouveau profil qui au delà de la désactivation du Core Parking change d'autres choses :

  • Réduction du seuil de charge nécessaire pour passer à un P-State supérieur (de 60 à 25%)
  • Réduction du seuil de charge nécessaire pour passer à un P-State inférieur (de 20 à 10%)
  • Diminution de l'intervalle entre deux ajustements par le scheduler Windows du P-State (de 30 à 15 millisecondes)
  • Augmentation du seuil de P-State minimal que peut utilise le processeur (augmentation de 5% à 90%)

Ces changements concernent donc en grande majorité les P-State, à savoir les couples de fréquence/tensions auxquels peuvent fonctionner les processeurs. Vous pouvez retrouver un exemple pour le Ryzen 7 1800X ci-dessous :

Techniquement le premier impact de ces changements est qu'AMD n'autorise pas le fonctionnement actif du processeur en dessous du mode P1. Cela revient à ce que l'on voit habituellement avec le profil de gestion d'alimentation "Performance" (dans ce cas, le seuil est à 100%). Cela ne veut cependant pas dire qu'AMD désactive les fonctionnalités d'économie d'énergie de Ryzen. En pratique AMD bypasse la gestion du mode P2 par le scheduler Windows et laisse Ryzen prendre la main pour passer plus rapidement dans les modes d'énergies supérieurs comme le CC6. Ces modes avancés sont gérés directement par le processeur qui peut passer de l'un à l'autre rapidement, en environ 1 milliseconde, là ou le scheduler de Windows ne change les P-States habituellement que toutes les 30 millisecondes.

Les autres changements visent a accélérer le rythme auquel le scheduler Windows peut modifier les P-State justement, en premier lieu en baissant de moitié le temps entre deux changements potentiels, et en modifiant les seuils. En pratique ces changements auront surtout un très léger impact sur la consommation lors de faibles charges ou de charges intermittentes ou la consommation pourra très légèrement évoluer de manière marginale. En pratique cela ne change pas nos mesures de consommation réalisées dans des cas où la charge n'est pas impactée par ces modifications (au repos, charge sur un coeur, charge sur tous les coeurs).

En pratique ce patch permet d'obtenir un niveau de performance similaire au mode "Balanced + Core Parking OFF" que nous avons utilisé dans nos tests, ce qui permet de remonter significativement les performances notamment dans les jeux, comme le rappelle ce graphique :


On pourra se demander pourquoi cette mise à jour n'est pas proposée directement par Microsoft sous la forme d'un patch pour Windows 10. Nous avons posé la question à AMD qui nous a dit qu'ils proposaient pour l'instant cette solution et qu'ils ne pouvaient pas s'exprimer au nom de Microsoft. Sous entendant que la situation pourrait évoluer à l'avenir.

Dans tous les cas on se félicitera qu'AMD ait enfin reconnu ce problème et propose aujourd'hui un correctif officiel !

Blocage de Windows Update 7/8.1 avec Ryzen et KBL ?

Publié le 17/03/2017 à 09:47 par Marc Prieur

Microsoft l'avait annoncé en janvier 2016, les processeurs de dernière génération ne seront officiellement supportés que sous Windows 10. Microsoft va continuer de fournir des mises à jours pour tout ce qui touche à la sécurité, la fiabilité et la compatibilité pour les puces précédentes jusqu'à janvier 2020 pour 7 et janvier 2023 pour 8.1.

Comme nous l'indiquions à l'époque, cela n'empêche pas l'utilisation de Windows 7 ou 8.1 avec ces processeurs, Intel comme AMD proposant d'ailleurs des pilotes pour ces OS. Néanmoins cette page du support  nous en dit plus sur ce qui va se passer en pratique : Microsoft semble avoir pour intention, si ce n'est déjà fait, de tout bloquer la recherche de mise à jour Windows Update pour les processeurs les plus récents sous Windows 7 et Windows 8.1 !

A défaut d'être surpris on ne peut qu'être déçus sur la manière de faire, mais pour les aficionados de Windows 7 ou Windows 8.1 des outils tels que Autopatcher  ou WSUS Offline Update  permettront probablement de contourner le souci, sauf si les mises à jour en elles-mêmes se mettent à vérifier la génération du processeur…

Microsoft en dit plus sur son Game Mode

Tags : Microsoft; Windows;
Publié le 26/01/2017 à 15:54 par Frédéric Cuvelier / source: Microsoft

C'est par un billet de blog que Microsoft a donné quelques explications quant au fameux Game Mode dont Windows 10 et sa prochaine mise à jour, la Creators Update, devraient profiter au printemps. Une nouveauté que nous évoquions déjà en fin d'année dernière.

Ce Game Mode doit opérer quelques optimisations (que Microsoft garde pour le moment encore secrètes) permettant au CPU et au GPU de se concentrer sur le jeu en cours.

Pour l'activer, Microsoft a joué la carte de la simplicité : le Game Mode s'activera par le joueur via la Game Bar. Microsoft laisse pour une fois la main aux joueurs qui pourront l'activer comme bon leur semble.

Pour rappel, un simple raccourci (Windows + G) permet d'activer la Game Bar. Cette dernière se superpose à l'image de votre jeu et proposera un menu "Paramètres" dans lequel vous pourrez activer le Game Mode. On peut actuellement s'en servir pour les fonctionnalités "Game DVR".

Microsoft en profitera pour compléter ces dernières, en surfant sur la vague du streaming en jeu avec l'ajout du service Beam. Pour rappel, Microsoft a racheté cet été cette société, concurrente de Twitch ou YouTube Streaming.

Cette Game Bar et les services qui y sont liés profiteront enfin d'une entrée dédiée dans le menu des paramètres généraux.

Le Game Mode sera intégré à la prochaine version de Windows 10 qui devrait être distribuée cette semaine à quelques uns des participants au programme Insiders, avant un déploiement progressif pour tous ses membres.

Un mode jeu dans un prochain Windows 10 ?

Tags : Microsoft; Windows;
Publié le 29/12/2016 à 12:52 par Guillaume Louel

Une build interne de Windows 10 (14997) qui circule depuis quelques jours semble montrer l'arrivée d'une nouveauté pour les joueurs. Un fichier gamemode.dll a été trouvé dans le système d'exploitation de Microsoft , laissant penser que le constructeur pourrait proposer un mode spécifique pour le jeu.

Il faut dire que nombre des améliorations proposées par Microsoft dans la dernière version de son système d'exploitation ne vont pas forcément dans le bon sens pour les joueurs.

L'augmentation massive du nombre de services qui peuvent de manière inopinée consommer des ressources est un problème que nous avions rencontré dans notre test des solutions de streaming, et aussi plus récemment dans nos benchs ou ils peuvent rajouter un facteur non négligeable de variabilité. De manière plus générale, la question de la performance des jeux sous Windows 10 reste ouverte avec des expériences variables selon les titres et les configurations, tout comme celle de la mise à jour automatique des pilotes.


Un exemple de notification pas vraiment indispensable, reçue en plein jeu...

S'ajoute aussi le fait que le mode "plein écran" n'est plus exclusif sous cet OS, ce qui permet à Microsoft de pousser des notifications lorsque l'on joue, ce qui n'est pas forcément une grande idée de la part de la société. La question de la latence dans le rendu, notamment avec l'introduction de la fonctionnalité GameDVR est aussi posée.

Il sera intéressant de voir la manière dont Microsoft tentera de corriger certains de ces problèmes, et s'il faudra que les développeurs utilisent spécifiquement ou non ce mode. On devrait en savoir plus d'ici la sortie de la prochaine mise à jour importante de Windows 10, la Creators Update  prévue dans les premiers mois de 2017.

Windows 10 ARM avec Win32, la fin du Wintel ?

Publié le 08/12/2016 à 21:28 par Marc Prieur

Lancé en 2012, Windows RT qui était une version ARM 32-bit de Windows 8 s'est avéré être un echec. Il faut dire qu'au-delà du système et des applications Windows natives, les utilisateurs n'avaient accès qu'aux applications distribuées UWP (Universal Windows Platform) c'est-à-dire distribuées via le Windows Store utilisant l'API WinRT.

Pour Windows 10 sur ARM, Microsoft a appris de cette erreur. Si cette version sera ARM 64-bit et supportera les applications UWP, elle disposera également d'une émulation native permettant d'exécuter les applications Win32, soit x86 32-bits ce qui permettra d'avoir accès à l'énorme historique d'applications Windows !

Cette version ARM 64-bit a été développée en partenariat avec Qualcomm, et si la démonstration tourne sur un Snapdragon 820 il faudra a priori atteindre le second semestre 2017 et le Snapdragon 835 en 10nm pour voir débarquer des PC équipés de Windows 10 ARM. S'il n'est pas question d'attaquer Intel sur le plan performances pures, d'autant plus avec une surcouche d'émulation, voilà qui devrait faire bouger les lignes dans le secteur de l'ultra-mobilité et éventuellement sur l'entrée de gamme, des segments sur lesquels Microsoft prenait un risque de plus en plus grand en restant uniquement associé à Intel.

Top articles