PhysX sur GeForce: très prometteur

Publié le 13/06/2008 à 18:27 par
Envoyer Imprimer

Nvidia vient de confirmer qu'il proposerait prochainement un driver permettant d'étendre le support de l'API PhysX "hardware" aux GeForce 8, 9 et GTX 200. L'implémentation a été faite grâce à CUDA (extension du C pour exploiter le GPU comme unité de calcul) qui a permis une conversion rapide de l'API qui devient ainsi compatible avec toutes les GeForce 8 et 9 ainsi qu'avec les futures GeForce GTX 200.

Manju Hegde, co-fondateur et ex CEO d'AGEIA, est aujourd'hui un employé de Nvidia.

Pour rappel, cette API PhysX "hardware" est une déclinaison de l'API PhysX globale qui permet d'accélérer le traitement d'une partie de ses fonctions utilisées pour le traitement de la physique. Si l'API PhysX est utilisée par de nombreux jeux, sa partie hardware est beaucoup moins répandue. Elle est par exemple utilisée dans Unreal Tournament 3 et dans 3DMark Vantage entre autres qui peuvent profiter du PPU.


D'entrée de jeu, les GeForce GTX 260 et 280, et leurs prédécesseurs, devraient donc être compatibles avec le subset de l'API PhysX global, comme l'est le PPU, avec une différence cependant: le portage des rigid bodies n'a pas encore été effectué et cette fonctionnalité ne pourra donc pas, pour le moment du moins, être accélérée par le GPU.

La compatibilité avec Unreal Tournament 3 et 3DMark Vantage sera assurée automatiquement pusique c'est la même version de l'API (2.7.3) que Nvidia a implémenté dans ses pilotes. Selon Manju Hedge, ancien CEO d'Ageia, les GeForce 8 et 9 haut de gamme (et bien évidemment les futures GeForce GTX 200) sont nettement plus véloces que le processeur PhysX. Difficile cependant de comparer directement les performances puisque ces dernières doivent également s'occuper du rendu 3D.

L'APEX est une extension de PhysX qui permet aux créateurs des niveaux de placer facilement de la physique dans les jeux, sans devoir passer par un ingénieur spécialisé.

Notez que Nvidia en a profité pour revoir le business model qui avait jusqu'à maintenant prévalu pour le PhysX. Désormais, il faudra payer pour avoir accès à la source du moteur, même si les binaries resteront gratuites. La firme au caméléon ne semble donc pas douter du succès de son moteur, ce qui est effectivement probable compte tenu du parc de GeForce DirectX 10 déjà présent. Et cela n'est vraisemblablement pas sans rapport avec l'annonce d'AMD et d'Havok, une filiale d'Intel, de collaborer plus étroitement.

Vos réactions

Top articles