CES: L'expérience tablette pour les Ultrabooks?

Publié le 10/01/2012 à 00:01 par
Envoyer Imprimer

Alors que leur succès est encore incertain, Intel a tenu à insister sur le fait que l'Ultrabook reste la priorité de 2012, annonçant une campagne de communication sans précédent depuis l'arrivée de Centrino. Pour rappel, l'Ultrabook représente selon Intel un PC portable stylé, compact et autonome et qui tente en réalité de se débarrasser d'une image PC vieillissante. En bref un MacBook Air sous Windows.

A quelques exceptions près, ces dernières années, les fabricants de PC se sont avant tout focalisés sur la réduction des coûts. Une tendance qui ne fait pas les affaires d'Intel puisqu'elle revient à utiliser des processeurs moins chers. Face à l'échec de la stratégie CULV, similaire mais laissée entièrement aux mains des fabricants de PC, Intel a dû revoir sa copie. Pour inciter ces fabricants à monter en gamme et à se lancer dans l'aventure Ultrabook, le géant a dû mettre la main à la poche, à travers un fond d'investissement de 300 millions de dollars. Celui-ci a été annoncé en juin dernier et consiste à aider les fabricants à investir dans le design et à mettre en place des chaînes de fabrication adaptées à ces modèles plus haut de gamme et plus compacts. Asus a été le premier à suivre cette voie avec l'excellente série UX.


Mooly Eden et un prototype d'Ultrabook équipé d'un large touchpad transparent qui, une fois fermé, rend disponible une partie de l'écran.

Intel veut maintenant aller plus loin et ajouter à l'Ultrabook une expérience plus riche. Mooly Eden, Vice-Président du PC Client Group, annonce ainsi l'intention de pousser à l'intégration d'écrans tactiles, de gyroscopes, de webcams optimisées pour la détection des mouvements etc. Un gyroscope dans un Ultrabook ? L'idée est farfelue, d'autant plus quand la démonstration d'Intel consiste à remuer un PC portable ouvert pour piloter un avion (sic!), mais elle pourrait être utile à certains formats tels que ceux qui permettent de faire glisser ou pivoter l'écran pour passer dans un format tablette. Dans tous les cas le but est d'élargir autant que possible les possibilités d'interaction avec la machine pour attirer un plus large public vers ces modèles haut de gamme.

Parallèlement à cela, Intel étend le concept d'Ultrabook aux machines plus volumineuses, dont la diagonale de l'écran va au-delà de 15", ce qui démontre une fois de plus que le but de cette stratégie est avant tout de monter en gamme. Et ce n'est pas plus mal tant la qualité des portables premiers prix qui ont inondé le marché laisse à désirer.


De notre côté nous ne pouvons donc que saluer cette initiative, le format Ultrabook à travers ses quelques ancêtres qui n'en portent pas le nom (tels que le ThinkPad X301 dans notre cas), nous permet d'ailleurs depuis de nombreuses années de travailler confortablement au quotidien tout comme d'assurer la couverture d'un salon tel que le CES. Si mobilité, qualité de fabrication et performances dans un même produit intéresse avant tout un public professionnel, un design travaillé permet de toucher un plus large public que des possibilités d'interaction étendues ne feront qu'élargir.

Il reste cependant à voir si Intel pourra convaincre ce public d'accepter d'en payer le prix. Les mauvaises langues diront par ailleurs que faute de parvenir à se faire une place significative dans le monde des tablettes et des smartphones, Intel tente d'en intégrer l'expérience dans ses Ultrabook…

Vos réactions

Top articles