Comparatif de cartes mères Z68 Express ASRock, Asus, Gigabyte et MSI

Publié le 27/09/2011 par
Envoyer Imprimer
BIOS/UEFI

Le passage à la plateforme Sandy Bridge a entériné, côté Intel, l'arrivée des BIOS de type UEFI. Développé à l'origine par Intel (désormais par un forum), l'UEFI permet de revenir sur un certain nombre de limitations du BIOS qui fonctionnait toujours, entre autre, en mode 16 bit côté processeur.

Autre nouveauté notable, le changement du système de partitionnement des disques durs qui ne repose plus sur le format MBR mais désormais sur le GUID. Le MBR reposait sur plusieurs limitations, allant du nombre de partitions à un nombre de secteur qui empêche de dépasser les 2.2 To avec des secteurs de 512 octets. Le format GUID augmente le nombre de secteurs disponibles et permet également de changer la taille des secteurs physiques, supportant ainsi à terme des disques disposants de secteurs 4K physiques et logiques (actuellement les disques haute capacité grand public utilisent des secteurs 4K physiques et 512 octets logiques pour rester compatible, Windows ne supportant toujours pas les secteurs 4K natifs).

Le dernier avantage de l'UEFI est la possibilité d'utiliser des pilotes pour les différents composants systèmes, ce qui permet par exemple d'initialiser un contrôleur réseau (on peut imaginer un BIOS capable de vérifier en ligne si une nouvelle version est disponible) ou la souris. Ces pilotes peuvent ensuite être passés au système d'exploitation pour autoriser un fonctionnement minimum, ce qui peut être utile pendant et après l'installation de l'OS et avant l'installation des pilotes.

En pratique, les cartes mères Sandy Bridge ont généralisé l'utilisation de l'UEFI, mais n'en n'exploitent pas forcément toutes les capacités. Si Asus, Asrock et MSI proposent par exemple une interface graphique "moderne" pilotable à la souris, ce n'est pas le cas de Gigabyte qui conserve une interface textuelle traditionnelle. La présence d'une interface graphique n'est cependant pas forcément une preuve de convivialité, la majorité du temps on retrouve une structure identique à la précédente, et certains menus hiérarchiques peuvent même complexifier la tâche.

ASRock

ASRock propose un UEFI plutôt intéressant. Le design reprend globalement celui de BIOS précédents avec une liste d'icones en haut qui permettent de passer d'une catégorie de réglages à l'autre. L'ergonomie clavier reste donc similaire à ce que l'on connaissait précédemment. L'ergonomie au clavier est très bonne, avec de petits raccourcis comme le fait d'appuyer sur la touche haut lorsque l'on est en haut de la liste renvoi vers le bas. L'ergonomie à la souris est correcte, la roulette n'est cependant pas gérée pour scroller les listes. Les habitués du clavier n'auront pas d'intérêt à l'utiliser.


Les options d'overclocking sont toutes regroupées dans la page OC Tweaker. En haut les deux options d'overclocking automatique (un peu redondantes, nous y reviendrons) sont présentes. En bas, on trouve la possibilité de sauvegarder trois profils d'overclocking. Pratique.




Le menu avancé regroupe toutes les options classiques de réglages de la carte mère, avec quelques réglages processeurs inclus.



La page de monitoring va à l'essentiel. Côté ventilation les deux connecteurs CPU (un 4 broches et un 4 broches) sont thermorégulables par rapport à la température du processeur. Cependant, le connecteur 4 broches ne régulera que les ventilateurs 4 broches (type PWM).

Il en va de même pour les deux connecteurs de ventilateurs chassis, un 4 broches et un 3 broches, les deux sont thermorégulés par la température processeur, mais chacun n'accepte que les ventilateurs de son type (ventilateur 3 broches sur connecteur 3 broches, ventilateur 4 broches sur connecteur 4 broches). Les deux connecteurs supplémentaires, de type 3 broches, sont régulables par la tension (type DC/3 broches).

Même si elle n'est pas très ambitieuse dans l'utilisation de la souris, l'implémentation UEFI d'ASRock est solide et facile d'utilisation. ASRock pourra voir a en améliorer l'ergonomie à terme.

Asus

L'interface UEFI d'Asus est double. On trouve au choix l'EZ Mode ainsi qu'un mode avancé.


L'EZ Mode offre un accès aux fonctionnalités essentielles, on retrouve les informations de monitoring de températures, tensions et vitesse de ventilateurs. Les possibilités de réglage sont cependant très minces puisque outre la gestion de l'énergie, on pourra simplement changer l'ordre de boot des périphériques ou forcer le démarrage sur un volume précis. Graphique et sympathique, l'EZ Mode n'offre réellement que le strict minimum des réglages. Et si les idées d'ergonomie sont bonnes, Asus gagnerait fortement à l'étendre.

L'autre mode, accessible depuis l'EZ Mode (que l'on peut désactiver) est le mode avancé. Là, pas de surprise, on retrouve une interface qui ressemble fortement à celles des BIOS traditionnels d'Asus. L'implémentation d'ailleurs fait penser à celle d'ASRock même si l'on note quelques différences sur l'ergonomie. La roulette de la souris permet de faire défiler les listes ici tandis que l'ergonomie clavier est un peu moins bonne (les touches page up/down ne fonctionnent pas).



Notez d'abord que si l'UEFI est traduit en plusieurs langues, la traduction française est largement perfectible et les habitués préfèreront la version anglaise. Si l'on parlera d'AI Tweaker et non d'OC Tweaker pour l'overclocking, le fonctionnement reste globalement le même.



Le menu avancé regroupe les réglages traditionnels de la carte mère et des options du processeur. La page monitoring permet de vérifier les tensions, températures et vitesses des ventilateurs qui sont réglables. Asus offre une gestion très fine des ventilateurs. La carte dispose de deux connecteurs 4 broches pour le processeur, thermorégulés à condition d'utiliser des ventilateurs 4 broches. A l'inverse, les deux premiers connecteurs chassis, un 4 broches et un 3 broches sont également régulés par la température processeur, mais uniquement si l'on y connecte des ventilateurs 3 broches (type DC) ! Notez qu'en sus, on peut non seulement regler l'aggressivité des ventilateurs, mais également définir un seuil minimal de ralentissement, pratique pour éviter de voir un ventilateur caler au démarrage. On regrettera cependant de devoir scroller pour voir tous les paramètres, l'EZ Mode manque particulièrement sur cette page.


Côté outils on retrouvera un utilitaire de flashage, de sauvegardes des profils d'overclocking (plus nombreux que chez ASRock, mais déportés dans un autre menu) ainsi qu'un utilitaire de lecture des tables SPD des barrettes mémoires.

Globalement l'implémentation UEFI d'Asus est solide et l'on regrettera principalement la taille des fontes un peu petites. Les éléments restent très espacés et l'on perd globalement en lisibilité dans le menu avancé. L'EZ Mode est ce que devraient être tous les UEFI, à savoir des interfaces conviviales et repensées pour la souris. Mais ici, il ne s'agit que d'une implémentation au minima.
Vos réactions

Top articles