AMD A8-3850 et A6-3650 : Le pari APU

Tags : AMD; AMD A-Series; FM1; Llano;
Publié le 30/06/2011 (Mise à jour le 22/07/2011) par
Envoyer Imprimer
MAJ du 22/07 : Ajout de l'A6-3650 dans notre test.

Après le lancement il y a deux semaines de cela des premières APU A Series mobiles, AMD lance aujourd'hui officiellement la déclinaison dédiée aux processeurs de bureaux. Seuls deux modèles sont lancés dans un premier temps par AMD, les A8-3850 et l'A6-3650 que nous avons testé pour vous.


Pour AMD, les APU sont avant tout la concrétisation de la stratégie Fusion qui avait fait suite au rachat du constructeur de cartes graphiques ATI. L'idée centrale de Fusion est de créer des APU, des puces mêlant à la fois un processeur classique x86 (fourni par AMD) et un processeur graphique (de l'héritage ATI). Après le lancement de la plateforme Brazos en début d'année (dédiée aux Netbooks et leurs équivalents desktop), les APU A-Series s'attaquent à un marché à beaucoup plus fort volume, celui de l'entrée de gamme.

32 nm, SOI, HKMG

Les APU A-Series sont également un challenge technique puisqu'il s'agit pour la première fois pour AMD et son allié Global Foundries de puces gravées en 32 nanomètres (32nm-SHP qui cumule Silicon on Insulator, photolitographie à immersion et matériaux diélectriques High-k).


L'A8-3850 vu par CPU-Z

Reste que le projet Llano d'AMD a engendré de nombreux retards, et il doit faire face aujourd'hui sur le marché à des processeurs avec cœurs graphiques intégré chez Intel également. La recette des APU fait-elle sens côté desktop ? C'est ce que nous allons tenter de voir !
Vos réactions

Top articles