Crucial M4 contre Crucial C300 en 64 Go, 128 Go et 256 Go

Publié le 02/05/2011 par
Envoyer Imprimer


Lorsque nous avons publié notre premier comparatif de SSD en septembre 2008, il fallait compter environ 500 € pour un Intel X25-M 80 Go. Depuis, les prix ont chutés puisque Intel propose à ce tarif son Intel SSD 320 Series … 300 Go !

Le ticket d'entrée pour un SSD de 128 Go tel que ceux testés dans notre dernier comparatif (Comparatif SSD 2011: Crucial M4, OCZ Vertex 3, Intel 510/320) reste tout de même élevé, à environ 200 €. La seule solution pour les petites bourses est donc de se restreindre sur la capacité, avec par exemple un modèle 64 Go.


Mais le problème, c'est que seul Crucial propose un SSD SATA 6G d'une telle capacité, les Vertex 3 et Intel SSD 510 n'étant pas disponibles en dessous de 120 Go. Cette unique solution est-elle la bonne ? Nous avons pu nous procurer un M4 64 Go, l'occasion de le comparer à son prédécesseur et de faire le point sur la gamme M4 en versions 64, 128 et 256 Go.
La gamme M4
Micron a annoncé le RealSSD C400 lors du CES, le 4 janvier dernier. Evolution du RealSSD C300, ce SSD arrive sous la dénomination commerciale M4 chez Crucial, la filiale grand public de Micron. Lancé un an plus tôt, le C300 se distinguait des autres SSD par l'exploitation de la norme SATA 6 Gbits, qui permet d'atteindre en théorie les 600 Mo /s, contre 300 Mo /s pour le SATA 3 Gbits. Combiné à une tarification agressive et des performances de haut vol dans le domaine des accès aléatoires, il fut l'un des SSD phare de 2010.

Le M4 reprend la même base, à savoir un contrôleur Marvell 88SS9174 mais dans une révision plus récente que la BJP2 du C300. En pratique nous avons eu entre les mains une version 256 Go en révision BLD2 et une autre en BKK2 (comme les 64 et 128 Go), les performances sont identiques. D'après Crucial, la révision de la puce est accessoire et c'est le firmware qui fait la différence. Le contrôleur Marvell est accompagné de 256 Mo de DRAM faisant office de cache, contre 128 Mo sur le C300, et la mémoire utilisée est désormais de la 25nm IMFT, alors qu'il s'agissait auparavant de mémoire 34nm IMFT.

Voici les chiffres annoncés par Crucial en terme de performances :


Les débits en lecture augmentent de 16,9% à capacité égale contre 26,7 à 20,9% de mieux en écriture. Si les écritures aléatoires augmentent également (+11,1 à 33%), ce n'est toutefois pas le cas des lectures aléatoires puisque l'on passe de 60000 IOPS sur le C300 à 40000 IOPS sur le M4.


Le Crucial M4 64 Go testé combine un contrôleur Marvell 88SS9174-BKK2, une puce DRAM Micron pour le cache et 8 puces Flash Micron 29F64G08CFACB. Ces puces sont gravées en 25nm et combinent deux die 32 Gb. La taille des pages est de 4 Ko, et celle d'un bloc de 1 Mo. Le fait de trouver une révision BKK2 est ici une surprise puisque les versions 128 et 256 Go utilisent une révision BL02 qui semble donc plus récente. Pour autant, d'après Crucial c'est le firmware qui fait la différence entre C300 et M4, et non la révision du contrôleur qui est accessoire.


Sur le Crucial M4 128 Go, la puce DRAM Micron est placée au verso et les puces Flash, si elles sont de même références, sont désormais au nombre de 16.


Le Crucial M4 256 Go se démarque des versions 64 et 128 Go par les puces Flash, qui sont des 29F128G08CFAAB. Leur capacité est doublée, du fait de l'utilisation de deux die de 64 Gb. Cette fois les pages passent à 8 Ko et le bloc à 2 Mo.

Sur les Crucial M4, 6,9% environ de l'espace Flash est utilisé pour le wear leveling et les optimisations internes, ce qui correspond à l'espace résultant de l'écart de comptage entre la taille des puces Flash (annoncés sur une base 1 Ko = 1024 octets) et les capacités des SSD (annoncés sur un base 1 Ko = 1000 octets).
Vos réactions

Top articles